France, portrait socialÉdition 2006

Insee Références
Paru le : 01/11/2006
Consulter

Moins d'artisans, des professions libérales en plein essor

Magali Beffy

Les non-salariés connaissent un certain « renouveau » après des années quatre-vingt-dix difficiles. Aujourd'hui 1 900 000 hors agriculteurs et hors aides familiaux, ils étaient presque 2 000 000 en 1990. Cette tendance cache une forte hétérogénéité des évolutions entre professions, en défaveur des artisans et des commerçants. En revanche, la période 1990-2005 profite aux professions libérales et aux professions intermédiaires de la santé et du travail social. Les artisans n'en restent pas moins les plus nombreux parmi les non-salariés masculins : artisans maçons, plombiers, menuisiers, boulangers... Le développement des services au détriment de l'industrie a permis la création de nombreuses petites entreprises, ce qui explique la part également significative des indépendants divers prestataires de services (entrepreneurs de pompes funèbres, conseillers...). Cette population prend de l'âge : près de quatre non-salariés sur dix ont aujourd'hui plus de 50 ans, ils n'étaient que trois sur dix en 1990. Elle est aussi de plus en plus diplômée. Par ailleurs, être enfant d'un père à son compte augmente la probabilité d'être soi-même non salarié. Neuf non-salariés sur dix ont une entreprise de moins de dix salariés et un sur deux n'emploie aucun salarié. Dans au moins six cas sur dix, l'entreprise existe depuis cinq ans ou plus. Enfin, plus de sept non-salariés sur dix exercent dans le tertiaire. L'entrée dans le non-salariat est fortement corrélée à la situation professionnelle antérieure. Un chômeur a trois fois plus de chances de devenir non-salarié non agricole qu'une personne qui travaille et huit fois plus de chances qu'un inactif.

Insee Références
Paru le : 01/11/2006