L'économie française - Comptes et dossiersÉdition 2006-2007

Insee Références
Paru le : 01/06/2006
Consulter

Sommaire et vue d'ensemble

En 2005, l'économie mondiale a montré une grande résistance face au choc pétrolier. L'activité mondiale a rebondi au deuxième semestre, affichant en moyenne sur l'année un léger ralentissement par rapport à 2004 (+ 4,2 %, après + 4,8 % en 2004). En particulier, la vigueur de la croissance des Etats-Unis et de la Chine a entraîné dans son sillage le commerce mondial. Le resserrement des politiques monétaires, précoce aux Etats-Unis, plus tardif dans la zone euro, n'a eu qu'un faible impact sur les taux longs américains et européens. En France, la progression du produit intérieur brut est revenue à 1,2 % (après + 2,3 %) mais la croissance a redémarré en cours d'année. L'activité française a continué à reposer principalement sur la demande intérieure privée, plus particulièrement sur la consommation des ménages (+ 2,1 %) et sur leur investissement en matière de logement (+ 3,1 %). L'investissement productif a également conservé son dynamisme (+ 2,7 %). Le redémarrage progressif de l'emploi intérieur total (+ 0,2 %), favorisé par la mise en place du Plan de cohésion sociale et du Plan d'urgence pour l'emploi, a conduit à une inflexion du taux de chômage, qui termine l'année à 9,6% (après 10% à la fin 2004). Les gains de productivité ont ainsi été un peu plus faibles qu'en 2004. Le solde des échanges extérieurs s'est fortement dégradé (- 16,3 milliards, après + 4,1 milliards) ; pour la troisième année consécutive, le commerce extérieur a bridé l'activité, soustrayant 0,8 point à la croissance en moyenne.

Insee Références
Paru le : 01/06/2006