Services aux entreprises : une reprise en 2014

Catherine Souquet, division Services, Insee

2014 marque une reprise de la production dans les services aux entreprises (+ 1,5 %), après une année 2013 plus atone (+ 0,6 %). Cette relance est tirée par les prestations intellectuelles (+ 1,8 %) et les autres activités spécialisées (+ 3,4 %), dont la publicité. L’emploi suit (+ 1,4 % après – 0,2 %).

En 2013, les services aux entreprises affichent des résultats économiques et financiers stables. Avec 344 milliards d’euros de chiffre d’affaires, ils contribuent pour moitié à l’ensemble des services marchands non financiers.

La croissance redémarre en 2014

Après une année 2013 atone (+ 0,6 %), 2014 renoue avec une croissance modérée dans les services aux entreprises. La production de la branche augmente (+ 1,5 % en volume), au même rythme que dans les services marchands (+ 1,3 %), mais plus rapidement que dans l’ensemble de l’économie marchande (+ 0,4 %) (figure 1).

Figure 1 – Évolution de la production par branche en volume

indice base 100 en 2000
Évolution de la production par branche en volume
Services aux entreprises Prestations intellectuelles (activités juridiques, comptables, etc.) Recherche et développement scientifique Autres activités spécialisées Services administratifs et de soutien (services opérationnels) Services marchands non financiers
2000 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
2001 104,4 106,3 103,7 99,6 103,8 104,4
2002 106,8 110,5 107,0 99,4 104,8 106,2
2003 107,5 113,6 105,7 98,2 104,2 107,6
2004 110,7 117,2 107,2 104,5 107,0 110,5
2005 114,9 122,1 106,8 108,8 112,1 113,8
2006 120,8 130,8 108,3 111,8 117,4 118,5
2007 124,8 135,8 110,6 112,2 121,7 121,5
2008 127,4 139,1 114,9 113,5 123,2 123,4
2009 118,9 131,7 117,3 102,4 111,0 119,2
2010 124,5 142,3 120,8 108,2 112,8 123,9
2011 130,5 152,0 124,1 111,6 116,6 127,2
2012 132,1 156,4 126,2 116,2 115,1 128,8
2013 132,9 158,3 128,3 117,0 114,4 129,7
2014 134,9 161,1 128,8 121,0 115,7 131,4
  • Champ : France, branches des services aux entreprises.
  • Source : Insee, comptabilité nationale.

Figure 1 – Évolution de la production par branche en volume

Les autres activités spécialisées, scientifiques et techniques, tirées par une reprise du marché publicitaire, sont les plus dynamiques (+ 3,4 %). Viennent ensuite les prestations intellectuelles : activités juridiques, comptables, de gestion, architecture, ingénierie, contrôle et analyses techniques (+ 1,8 %). Les services opérationnels progressent moins rapidement : + 1,2 % dans les activités de services administratifs et de soutien (location, intérim, nettoyage, sécurité, etc.).

Sur la période 2000–2014, les services aux entreprises se caractérisent par une croissance continue, au rythme soutenu de 2,2 % l’an. La crise de 2008 a entraîné, comme dans l’ensemble de l’économie, un net recul de la production en 2009 (– 6,6 %), mais le niveau de 2008 a été rattrapé dès 2011.

En 2014, la reprise génère des créations nettes d’emploi (+ 1,4 %), après le tassement de 2013 (– 0,2 %), lié à la très faible progression de l’activité. Sur longue période (2000–2014), les effectifs progressent moins vite que la production (+ 1,3 % au lieu de + 2,2 %), témoignant de gains de productivité significatifs (figure 2).

Figure 2 – Évolution de l'emploi salarié, hors intérim

indice base 100 en 2000
Évolution de l'emploi salarié, hors intérim
Services aux entreprises Prestations intellectuelles (activités juridiques, comptables, etc.) Recherche et développement scientifique Autres activités spécialisées Services administratifs et de soutien (services opérationnels) Services marchands non financiers
2000 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
2001 105,6 107,6 102,4 99,3 106,4 103,7
2002 108,0 108,8 106,0 90,4 110,5 105,4
2003 107,2 110,9 104,9 89,1 108,5 104,4
2004 108,6 113,7 103,7 93,3 109,6 105,5
2005 111,8 114,3 106,5 101,3 113,3 107,9
2006 114,1 120,6 107,6 98,4 115,0 110,8
2007 117,9 125,7 109,6 96,4 119,4 113,9
2008 118,2 129,4 110,3 97,8 118,0 114,9
2009 112,6 131,3 115,9 93,0 106,5 111,7
2010 114,6 128,8 114,2 91,0 111,9 113,4
2011 119,0 135,2 115,6 95,4 116,0 116,0
2012 118,7 137,8 116,3 96,8 114,2 116,0
2013 118,4 139,1 116,6 95,3 113,3 115,8
  • Champ : France, branches des services aux entreprises.
  • Source : Insee, comptabilité nationale.

Figure 2 – Évolution de l'emploi salarié, hors intérim

Un taux d’investissement modeste, sauf dans le secteur de la location

Les services aux entreprises se caractérisent par des taux de marge et d’investissement peu élevés au regard de l’ensemble des services marchands (respectivement 21,5 % et 14,6 % contre 29,9 % et 23,1 %). Ces taux modestes s’expliquent par la nature même des activités exercées, qui n’exigent pas d’immobilisations importantes, sauf pour le secteur de la location et de la location-bail. À lui seul, ce dernier réalise les deux tiers des investissements des services aux entreprises avec un taux d’investissement de 94 %, nécessitant un taux de marge élevé (73 %).

En 2013, la situation économique et financière des services aux entreprises évolue peu par rapport à 2012 : le taux de marge passe de 22,3 % à 21,5 %, la rentabilité économique de 9,1 % à 9,9 % (7,9 % dans les services marchands) et la rentabilité financière de 6,5 % à 6,4 % (6,6 % dans les services marchands) (figure 3). De même, l’effort d’investissement se stabilise : 14,6 % en 2013 contre 15 % en 2012.

Figure 3 – Ratios* du secteur des services aux entreprises en 2013

en %
Ratios* du secteur des services aux entreprises en 2013
Services aux entreprises Services marchands1
Organisation et débouchés de la production
Taux d'exportation 14,1 9,8
Taux de valeur ajoutée 49,4 48,0
Intensité capitalistique (en milliers d'euros) 83,1 229,0
Ratios de rentabilité
Taux de marge2 21,5 29,9
Rentabilité économique 9,9 7,9
Rentabilité financière 6,4 6,6
Taux d'endettement 59,8 74,5
Ratios d'investissement
Taux d'investissement 14,6 23,1
Taux d'autofinancement 366,0 179,4
  • * Voir rubrique "Définitions".
  • 1. Entreprises des services principalement marchands hors services financiers.
  • 2. Hors sièges sociaux.
  • Champ : France, unités légales et entreprises profilées du secteur des services aux entreprises (voir rubrique "Sources").
  • Source : Insee, Ésane.

La moitié des services marchands

En 2013, le secteur des services aux entreprises réalise un chiffre d’affaires de 344 milliards d’euros et contribue pour près de la moitié au champ des services principalement marchands non financiers en termes d’effectifs salariés (49 %, en équivalent temps plein hors intérim), de chiffre d’affaires (47 %) et de valeur ajoutée (48 %) (figure 4).

Figure 4 – Chiffres clés des services aux entreprises en 2013

Chiffres clés des services aux entreprises en 2013
Entreprises Salariés ETP Chiffre d'affaires hors taxe Chiffre d'affaires à l'export Valeur ajoutée Investissements corporels bruts hors apports
(milliers) (milliards d'euros)
De 0 à 9 salariés ETP1 676,0 426,9 127,1 10,1 61,9 12,8
De 10 à 249 salariés ETP 24,9 786,0 121,2 17,0 55,2 7,0
250 salariés ETP ou plus 0,7 637,3 95,8 21,6 52,8 5,0
Ensemble 701,6 1 850,2 344,1 48,7 169,9 24,8
Ensemble des entreprises des services principalement marchands non financiers 1 768,0 3 789,7 733,8 72,0 352,1 81,4
Poids des entreprises du secteur des services aux entreprises2 (en %) 39,7 48,8 46,9 67,6 48,3 30,4
  • 1. Équivalent temps plein. Effectifs hors intérim.
  • 2. Poids des entreprises ayant une activité principale dans le secteur des services aux entreprises par rapport à l'ensemble des entreprises des services principalement marchands hors services financiers.
  • Champ : France, unités légales et entreprises profilées du secteur des services aux entreprises (voir rubrique "Sources").
  • Source : Insee, Ésane.

Ce secteur repose sur quelque 702 000 entreprises, dont 54 % d’entrepreneurs individuels. Ces derniers ont un poids non négligeable dans les activités juridiques et comptables, à la fois en termes d’unités (65 %), mais aussi de chiffre d’affaires (18 %). Il en va de même dans les autres activités spécialisées, scientifiques et techniques (respectivement 78 % et 15 %), les activités vétérinaires (59 % et 23 %) et le nettoyage (65 % et 9 %).

La taille moyenne des unités du secteur (2,6 salariés) est légérement supérieure à celle de l’ensemble des services (2,1). Elle varie de 1,3 salarié dans les sièges sociaux et le conseil de gestion à 14,5 dans les enquêtes et la sécurité. Cette taille moyenne passe à 3,1 personnes, si l’on y inclut les non-salariés (16 % des effectifs totaux). La contribution de ces derniers à l’emploi est importante dans les prestations intellectuelles (27 % des effectifs), mais limitée dans les services administratifs et de soutien (8 %).

Prestations intellectuelles et services opérationnels

Pour l’essentiel, les services aux entreprises sont constitués de prestations intellectuelles (49 % de la valeur ajoutée) et de services administratifs et de soutien, couramment dénommés services opérationnels (43 %) (figure 5). Les premières se partagent quasiment en trois tiers, entre les activités de sièges sociaux et de conseil en gestion (37 % de la valeur ajoutée des prestations intellectuelles), les activités juridiques et comptables (32 %) et l’architecture et l’ingénierie (31 %). Les services opérationnels sont plus dispersés et se répartissent entre diverses activités, comme l’intérim (31 % de la valeur ajoutée des services opérationnels) ou la location et la location-bail (21 %), loin devant les autres activités spécialisées (7 %), dont la publicité (5 %) et la recherche-développement scientifique marchande (1 %).

Figure 5 – Principales activités du secteur selon la valeur ajoutée en 2013

Principales activités du secteur selon la valeur ajoutée en 2013
Prestations intellectuelles (activités juridiques, comptables, etc.) 49,0
Autres activités spécialisées 7,0
Services administratifs et de soutien (services opérationnels) 43,0
Recherche et développement scientifique 1,0
  • Champ : France, unités légales et entreprises profilées du secteur des services aux entreprises (voir rubrique "Sources").
  • Source : Insee, Ésane.

Figure 5 – Principales activités du secteur selon la valeur ajoutée en 2013

Les services opérationnels sont souvent des activités dites de « main d’œuvre », dont la contribution en termes d’effectifs est très supérieure à celle réalisée dans la valeur ajoutée : services relatifs aux bâtiments - nettoyage essentiellement - (18 % des salariés, 7 % de la valeur ajoutée), enquêtes et sécurité (7 % et 3 %). A contrario, l'activité de location et de location-bail, très capitalistique, pèse deux fois moins en emploi qu’en valeur ajoutée (4 % et 9 %).

Sources

Deux sources principales :

- Les comptes nationaux annuels (base 2010) pour retracer l’évolution de la production des branches de 2000 à 2013 ;

- Le dispositif statistique Ésane (Élaboration des statistiques annuelles d'entreprises) pour les principales caractéristiques comptables des secteurs. En 2013, le champ de la source Ésane couvre à la fois des unités légales et des entreprises, au sens de la loi de modernisation de l'économie, issues du profilage des grands groupes. Actuellement, tous les groupes n’ont pas encore été profilés. Les évolutions entre 2012 et 2013 sont également présentées ici sur la base du champ de 2013.

Le champ de cette étude inclut les micro-entrepreneurs, qui représentent 0,1 % des effectifs, 0,5 % du chiffre d’affaires et 0,5 % de la valeur ajoutée du secteur.

Définitions

Le secteur des services aux entreprises est composé de deux sections de la NAF rév.  2 : les activités spécialisées, scientifiques et techniques (section M) et les services administratifs et de soutien aux entreprises (section N).

Les définitions des ratios comptables sont disponibles sur le glossaire du site insee.fr.

Pour en savoir plus

Robin M., Mordier B., « La sécurité, un secteur en pleine expansion », Insee Première n° 1432, janvier 2013. Bouziani Z., « L’ingénierie en France en 2012 », Insee Première n° 1550, mai 2015. Des données complémentaires sont disponibles dans le fichier « données complémentaires » joint à cette publication.