L'économie française - Comptes et dossiersÉdition 2015

Comme chaque année, L'Économie française - Comptes et dossiers présente une synthèse des mouvements essentiels ayant affecté les économies française et mondiale au cours de l'année écoulée.

Insee Références
Paru le : 12/06/2015
Consulter

Performances comparées des entreprises françaises sur le marché domestique et à l'étranger

José Bardaji, Jean-Charles Bricongne, Benoît Campagne, Guillaume Gaulier

En France, le solde commercial s'est dégradé depuis la fin des années 1990. En excédent en 1999, la France enregistre dès 2005 un déficit qui se creuse jusqu'en 2011 avant de connaître une amélioration en 2012 et 2013. Si de nombreuses études insistent sur les pertes de parts de marché à l'exportation, qu'en est-il de la performance des entreprises en France sur le marché domestique ? L'examen des données macroéconomiques montre que les performances des entreprises en France reculent assez nettement à l'export, mais de manière moindre sur le marché domestique. La différence de dynamique peut provenir du positionnement des entreprises françaises en termes de produits, de la façon dont elles couvrent ou non le champ de la demande intérieure et extérieure ou du comportement des entreprises exportatrices françaises si elles ont privilégié le marché intérieur au détriment des marchés étrangers. Pour approfondir l'étude au niveau microéconomique, les données individuelles des entreprises du secteur manufacturier sont analysées. De prime abord, les performances à l'exportation et sur le marché domestique d'une entreprise donnée ont une faible tendance à évoluer dans des sens opposés. Cette substitution entre les marchés peut résulter d'une stratégie délibérée des entreprises de cibler un marché ou de la présence de contraintes de production. Cependant, un choc positif de demande sur le marché intérieur sur lequel l'entreprise est présente, se traduisant par une hausse des ventes domestiques, entraîne une hausse des exportations. Cette complémentarité semble portée par les petites entreprises et pourrait refléter l'existence de contraintes de liquidité. Une progression des ventes sur un marché permettrait d'affaiblir ces contraintes, en facilitant le financement du développement de l'entreprise sur le deuxième marché. La bonne tenue de la demande intérieure sur la période pré-crise en France n'est donc pas un facteur explicatif des pertes de parts de marché à l'exportation.

Insee Références
Paru le : 12/06/2015