L'économie française - Comptes et dossiersÉdition 2015

Comme chaque année, L'Économie française - Comptes et dossiers présente une synthèse des mouvements essentiels ayant affecté les économies française et mondiale au cours de l'année écoulée.

Insee Références
Paru le : 12/06/2015
Consulter

Modeste reprise en Europe ; Une faible croissance pour l'économie française en 2014

Vincent Alhenc-Gelas, Vincent Biausque, Sylvain Larrieu, Camille Sutter

En 2014, l'activité mondiale accélère légèrement, car la reprise s'affermit dans les pays avancés, alors que la croissance fléchit dans la plupart des pays émergents. L'accélération de l'activité dans les pays avancés recouvre cependant un décalage conjoncturel entre d'une part, les pays anglo-saxons, et d'autre part la zone euro. Ainsi, aux États-Unis et au Royaume-Uni, l'activité progresse à un rythme soutenu, de sorte que les banques centrales, tout en maintenant des politiques monétaires largement expansionnistes, esquissent un retour à un régime moins accommodant. La zone euro, en revanche, après deux années de contraction de l'activité, ne renoue que timidement avec la croissance, et les hétérogénéités y restent fortes : d'un côté, l'Espagne s'engage dans une phase de reprise vigoureuse et l'Allemagne renoue avec une croissance soutenue ; de l'autre, l'économie française reste morose et l'Italie enchaîne une troisième année de récession consécutive. Malgré le rebond du pouvoir d'achat lié à la désinflation, l'économie française croît faiblement en 2014 : le PIB progresse de 0,2 % seulement en volume après + 0,7 % en 2013. La demande intérieure hors stocks contribue à hauteur de + 0,5 point à la croissance en volume du PIB, comme en 2013. La consommation des ménages accélère légèrement (+ 0,6 % en volume après + 0,4 % en 2013), dans le sillage du fort rebond du pouvoir d'achat (+ 1,1 % après - 0,1 % en 2013), dont une partie se traduit cependant par une hausse de l'épargne, de 0,4 point, à 15,1 % en moyenne sur l'année. En termes nominaux, le revenu des ménages gagne en dynamisme (+ 1,1 % après + 0,7 % en 2013), alors que les prix à la consommation décélèrent de nouveau nettement (0,0 % après + 0,8 % en 2013). La demande intérieure reste également soutenue par le dynamisme des dépenses de consommation des administrations publiques (+ 1,6 % en volume comme en 2013), tandis que leur investissement recule fortement (- 6,9 % après + 0,1 % en 2013).

Insee Références
Paru le : 12/06/2015