Insee
Insee Flash Pays de la Loire · Juillet 2022 · n° 126
Insee Flash Pays de la LoireDe fortes disparités de revenus selon les communes de Nantes MétropoleInégalités et pauvreté dans les Pays de la Loire

Hélène Chesnel, Louisa Hamzaoui (Insee)

Dans la métropole nantaise, les revenus des habitants diffèrent fortement selon les communes et des tendances géographiques se dessinent. Les personnes aux revenus les plus hauts résident plus souvent au nord et à l’est de Nantes. Les populations aux revenus les plus bas sont plus présentes à Nantes, Saint-Herblain et Rezé. Les habitants aux revenus modestes y sont également davantage concentrés, de même que dans les communes de l’ouest de la métropole. De 2004 à 2017, la part des personnes aux revenus les plus hauts progresse dans toutes les communes de la métropole. A contrario, celle des personnes aux revenus modestes diminue partout.

Insee Flash Pays de la Loire
No 126
Paru le : Paru le 05/07/2022

Cette étude fait partie d'une série de publications sur les inégalités et la pauvreté dans les Pays de la Loire.

Davantage d’habitants à faibles revenus et à hauts revenus à Nantes Métropole

En 2019, 665 200 habitants résident à Nantes Métropole. Les disparités de revenus y sont plus marquées que dans le reste du département. En effet, la métropole nantaise cumule à la fois des parts plus élevées de personnes pauvres et de personnes aisées. Les revenus des habitants diffèrent fortement selon les communes de la métropole. L’analyse de ces disparités et de leur évolution est un prélude à la mise en place de politiques publiques (aménagement, habitat, urbanisme, etc.), notamment pour faciliter l’accession au logement de tous les habitants de la métropole.

Au nord et à l’est de Nantes : forte concentration des personnes aux revenus les plus élevés

En 2017, les personnes aux revenus les plus hauts (pour comprendre) sont nettement plus présentes dans les communes de Basse-Goulaine, Carquefou, La Chapelle-sur-Erdre, Orvault, Sautron et Vertou. Leur part dans l’ensemble de la population varie de 48 % à Orvault à 58 % à Sautron, comparé aux 40 % en moyenne dans la métropole nantaise (figure 1a). Dans ces communes, les prix des marchés fonciers et immobiliers sont plus élevés et l’offre de logements porte davantage sur de grandes maisons individuelles, contribuant ainsi à concentrer davantage de populations aisées. Ainsi, ces communes se caractérisent par une part de cadres résidents plus élevée qu’en moyenne dans la métropole (12 %). Elle atteint jusqu’à 15 % à la Chapelle-sur-Erdre, soit la part la plus élevée de la métropole.

Figure 1aPart des personnes aux revenus les plus hauts par commune en 2017

en %
Part des personnes aux revenus les plus hauts par commune en 2017 (en %)
CODGEO_2020 LIBCOM_2020 Part des personnes aux revenus les plus hauts
44120 Le Pellerin 28
44101 La Montagne 32
44162 Saint-Herblain 32
44166 Saint-Jean-de-Boiseau 33
44143 Rezé 33
44020 Bouguenais 34
44047 Couëron 35
44074 Indre 35
44198 Les Sorinières 38
44024 Brains 38
44150 Saint-Aignan-Grandlieu 39
44109 Nantes 39
44094 Mauves-sur-Loire 40
44018 Bouaye 40
44190 Saint-Sébastien-sur-Loire 42
44171 Saint-Léger-les-Vignes 43
44172 Sainte-Luce-sur-Loire 44
44204 Thouaré-sur-Loire 45
44114 Orvault 48
44215 Vertou 49
44026 Carquefou 51
44035 La Chapelle-sur-Erdre 53
44009 Basse-Goulaine 56
44194 Sautron 58
  • Source : Insee, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) 2017.

Figure 1aPart des personnes aux revenus les plus hauts par commune en 2017

  • Source : Insee, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) 2017.

D’autres communes telles que Bouaye, Mauves-sur-Loire, Saint-Léger-les-Vignes, Saint-Sébastien-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire et Thouaré-sur-Loire regroupent à la fois des parts élevées de personnes ayant les revenus les plus hauts (de 40 % à 45 %) et ayant des revenus médians ou légèrement supérieurs (de 31 % à 37 %). À Brains, les Sorinières et Saint-Aignan-Grandlieu, seules les personnes aux revenus médians ou légèrement supérieurs (figure 1b) sont surreprésentées (de 37 % à 38 %). Dans ces communes, les professions intermédiaires et les employés sont plus souvent présents qu’en moyenne dans la métropole.

Figure 1bPart des personnes aux revenus médians ou légèrement supérieurs par commune en 2017

en %
Part des personnes aux revenus médians ou légèrement supérieurs par commune en 2017 (en %)
CODGEO_2020 LIBCOM_2020 Part des personnes aux revenus médians ou légèrement supérieurs
44120 Le Pellerin 38
44101 La Montagne 38
44162 Saint-Herblain 30
44166 Saint-Jean-de-Boiseau 39
44143 Rezé 33
44020 Bouguenais 34
44047 Couëron 37
44074 Indre 34
44198 Les Sorinières 37
44024 Brains 38
44150 Saint-Aignan-Grandlieu 38
44109 Nantes 24
44094 Mauves-sur-Loire 37
44018 Bouaye 35
44190 Saint-Sébastien-sur-Loire 32
44171 Saint-Léger-les-Vignes 36
44172 Sainte-Luce-sur-Loire 31
44204 Thouaré-sur-Loire 31
44114 Orvault 26
44215 Vertou 29
44026 Carquefou 30
44035 La Chapelle-sur-Erdre 28
44009 Basse-Goulaine 27
44194 Sautron 24
  • Source : Insee, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) 2017.

Figure 1bPart des personnes aux revenus médians ou légèrement supérieurs par commune en 2017

  • Source : Insee, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) 2017.

Nantes, Rezé et à l’ouest : davantage de revenus modestes et d’habitants aux revenus les plus bas

À Bouguenais, Couëron, Indre, La Montagne, Le Pellerin et Saint-Jean-de-Boiseau, la population résidente se distingue par davantage de personnes aux revenus médians ou légèrement supérieurs (de 34 % à 39 %) ou aux revenus modestes (de 23 % à 28 %) (figure 2a). Ces communes sont historiquement des territoires ouvriers où les prix immobiliers sont aujourd’hui plus faibles que dans d’autres communes de la métropole. Ainsi, dans ces communes, résident plus souvent des ouvriers et des employés qu’en moyenne dans la métropole.

Figure 2aPart des personnes aux revenus modestes par commune en 2017

en %
Part des personnes aux revenus modestes par commune en 2017 (en %)
CODGEO_2020 LIBCOM_2020 Part des personnes aux revenus modestes
44120 Le Pellerin 28
44101 La Montagne 24
44162 Saint-Herblain 25
44166 Saint-Jean-de-Boiseau 23
44143 Rezé 24
44020 Bouguenais 24
44047 Couëron 23
44074 Indre 25
44198 Les Sorinières 21
44024 Brains 22
44150 Saint-Aignan-Grandlieu 20
44109 Nantes 23
44094 Mauves-sur-Loire 19
44018 Bouaye 21
44190 Saint-Sébastien-sur-Loire 21
44171 Saint-Léger-les-Vignes 19
44172 Sainte-Luce-sur-Loire 20
44204 Thouaré-sur-Loire 20
44114 Orvault 18
44215 Vertou 17
44026 Carquefou 16
44035 La Chapelle-sur-Erdre 15
44009 Basse-Goulaine 15
44194 Sautron 15
  • Source : Insee, Filosofi 2017.

Figure 2aPart des personnes aux revenus modestes par commune en 2017

  • Source : Insee, Filosofi 2017.

Enfin, les personnes aux revenus les plus bas (figure 2b) vivent plus souvent à Nantes et Saint-Herblain que dans le reste de la métropole, respectivement 14 % et 13 %. Dans ces communes, les logements sociaux les plus anciens ont été construits en grand nombre depuis l’après-guerre. À Rezé, la part des habitants aux revenus les plus bas est identique à celle de la métropole (10 %). Les profils de ces populations varient selon les quartiers : certains regroupent davantage d’hommes seuls, d’autres des femmes isolées ou en charge de familles monoparentales, ou encore des habitants du parc locatif privé ou social. Les personnes aux revenus modestes sont aussi plus présentes dans ces trois communes : de 23 % à Nantes à 25 % à Saint-Herblain. Pour autant, de fortes disparités existent au sein même de ces communes, notamment à Nantes où quelques quartiers accueillent des populations très aisées.

Figure 2bPart des personnes aux revenus les plus bas par commune en 2017

en %
Part des personnes aux revenus les plus bas par commune en 2017 (en %)
CODGEO_2020 LIBCOM_2020 Part des personnes aux revenus les plus bas
44120 Le Pellerin 6
44101 La Montagne 6
44162 Saint-Herblain 13
44166 Saint-Jean-de-Boiseau 5
44143 Rezé 10
44020 Bouguenais 8
44047 Couëron 5
44074 Indre 6
44198 Les Sorinières 4
44024 Brains 2
44150 Saint-Aignan-Grandlieu 3
44109 Nantes 14
44094 Mauves-sur-Loire 3
44018 Bouaye 4
44190 Saint-Sébastien-sur-Loire 6
44171 Saint-Léger-les-Vignes 2
44172 Sainte-Luce-sur-Loire 5
44204 Thouaré-sur-Loire 4
44114 Orvault 8
44215 Vertou 4
44026 Carquefou 3
44035 La Chapelle-sur-Erdre 4
44009 Basse-Goulaine 2
44194 Sautron 4
  • Source : Insee, Filosofi 2017.

Figure 2bPart des personnes aux revenus les plus bas par commune en 2017

  • Source : Insee, Filosofi 2017.

La part des revenus les plus hauts progresse partout quand celle des revenus modestes diminue

De 2004 à 2017, le nombre et la part des personnes aux revenus les plus hauts augmentent dans toutes les communes de la métropole. La hausse est plus marquée à Basse-Goulaine, Couëron, Saint-Léger-les-Vignes et Vertou (de + 14 points à + 16 points). La part des personnes aux revenus médians ou légèrement supérieurs évolue de façon contrastée selon les communes.

La part des personnes aux revenus modestes diminue dans toutes les communes de la métropole. Cette diminution est plus marquée à Brains, Couëron, Le Pellerin, Saint-Jean-de-Boiseau et Saint-Léger-les-Vignes (− 14 points).

Enfin, la part des personnes aux revenus les plus bas est en quasi-stagnation dans la plupart des communes. Elle augmente légèrement à Orvault, Rezé et Sainte-Luce-sur-Loire (+ 2 points). Dans ces communes, peu de logements sociaux avaient été construits avant 2004, puis leur production a fortement augmenté de 2004 à 2017. Enfin, la part des personnes aux revenus les plus bas diminue à Mauves-sur-Loire, Saint-Aignan-Grandlieu et Saint-Léger-les-Vignes (de − 2 points à − 3 points). Les habitants aux revenus les plus bas restent donc concentrés dans les communes du cœur de la métropole nantaise.

Publication rédigée par : Hélène Chesnel, Louisa Hamzaoui (Insee)

Pour comprendre

Si on ordonne une distribution de salaires, de revenus, etc., les déciles sont les valeurs qui partagent cette distribution en dix parties d’effectifs égaux.

Pour analyser leur répartition selon leurs revenus, les habitants de Nantes Métropole sont regroupés en quatre catégories :

  • les revenus les plus bas : 1er décile ;
  • les revenus modestes : 2e, 3e et 4e déciles ;
  • les revenus médians ou légèrement supérieurs : 5e, 6e et 7e déciles ;
  • les revenus les plus hauts : 8e, 9e et 10e déciles.

L’évolution des parts des personnes dans les déciles de revenus de 2004 à 2017 est calculée à seuils de déciles constants établis en 2004 sur le périmètre de Nantes Métropole, et en tenant compte de l’inflation. Cette méthode est similaire à celle utilisée pour la pauvreté ancrée dans le temps.

Pour en savoir plus

Chesnel H., Hamzaoui L., « Nantes Métropole : concentration accrue de personnes aux revenus élevés », Insee Analyses Pays de la Loire n° 105, juillet 2022.

Chesnel H., Fouchard C., « 400 000 personnes pauvres en 2018, dont 124 000 enfants », Insee Analyses Pays de la Loire n° 89, mai 2021.