Insee
Insee Flash Bourgogne-Franche-Comté · Décembre 2021 · n° 144
Insee Flash Bourgogne-Franche-ComtéPopulations légales : 2 805 580 habitants au 1er janvier 2019 en Bourgogne-Franche-Comté

Philippe Rossignol (Insee)

Au 1er janvier 2019, la Bourgogne-Franche-Comté compte 2 805 580 habitants. En six ans, la population est légèrement en baisse dans la région alors qu’elle a augmenté de 0,4 % par an en France métropolitaine. Seuls les départements de la Côte-d’Or et du Doubs conservent une dynamique démographique positive.

Insee Flash Bourgogne-Franche-Comté
No 144
Paru le : Paru le 29/12/2021

Au 1er janvier 2019, 2 805 580 personnes vivent en Bourgogne-Franche-Comté. La région représente 4,3 % de la population de France métropolitaine. Entre 2013 et 2019, la population baisse légèrement alors qu’elle était encore en hausse entre 2008 et 2013. Le dynamisme démographique faiblit sous l’effet d’une diminution du solde naturel en raison du vieillissement de la population. Les décès deviennent supérieurs aux naissances à partir de 2015. Le solde migratoire est lui déficitaire depuis une dizaine d’années.

Deux départements sur huit en croissance

Entre 2013 et 2019, la Côte-d’Or et le Doubs sont les deux seuls départements de la région à gagner encore des habitants. Ils le doivent notamment à un solde naturel toujours positif grâce à la jeunesse de leur population. Leur croissance démographique est toutefois inférieure à la moyenne nationale.

Dans le Jura et en Saône-et-Loire, la baisse de population est peu marquée.

Par rapport à la période 2008-2013, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort perdent désormais des habitants. Dans la Nièvre, la perte de population amorcée depuis une cinquantaine d’années continue et s’amplifie. C’est le département qui connaît le décrochage le plus important avec la Martinique. Dans l’Yonne, la déprise démographique date d’une dizaine d’années (figure 1).

Figure 1Évolution de la population en Bourgogne-Franche-Comté

Évolution de la population en Bourgogne-Franche-Comté
Population municipale Variation 2013 – 2019 Variation 2008 – 2013
Nombre Moyenne annuelle (%) Nombre Moyenne annuelle (%)
2019 2013 2008
Côte-d'Or 534 124 529 761 521 608 + 4 363 + 0,1 + 8 153 + 0,3
Doubs 543 974 533 320 522 685 + 10 654 + 0,3 + 10 635 + 0,4
Jura 259 199 260 502 260 740 - 1 303 - 0,1 - 238 0,0
Nièvre 204 452 215 221 220 653 - 10 769 - 0,9 - 5 432 - 0,5
Haute-Saône 235 313 238 956 238 548 - 3 643 - 0,3 + 408 0,0
Saône-et-Loire 551 493 556 222 553 968 - 4 729 - 0,1 + 2 254 + 0,1
Yonne 335 707 341 483 342 359 - 5 776 - 0,3 - 876 - 0,1
Territoire de Belfort 141 318 144 318 141 958 - 3 000 - 0,3 + 2 360 + 0,3
Bourgogne-Franche-Comté 2 805 580 2 819 783 2 802 519 - 14 203 - 0,1 + 17 264 + 0,1
France métropolitaine 65 096 768 63 697 865 62 134 866 + 1 398 903 + 0,4 + 1 562 999 + 0,5
  • Source : Insee, Recensements de la population

Dijon et Besançon, des intercommunalités en croissance

La population augmente dans les intercommunalités de Dijon et, dans une moindre mesure, de Besançon. Plus récemment, certaines communes, à l’image de Dole ou de Héricourt, s’affirment comme des pôles de centralité et attirent de nouveaux habitants. Situées aux franges de la région, les intercommunalités de Sens et de Mâcon profitent du dynamisme des régions limitrophes, respectivement l’Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes. L’agglomération de Pontarlier bénéficie de la proximité avec la Suisse (figure 2 et figure 3). En revanche, les pertes d’habitants s’accentuent dans les communes isolées, ou situées dans des zones économiquement fragilisées. C’est le cas par exemple de Cosne-Cours-sur-Loire, Audincourt et Saint-Claude.

Figure 2Évolution de la population des principales communes de Bourgogne-Franche-Comté

Évolution de la population des principales communes de Bourgogne-Franche-Comté
Département Communes Population municipale Variation (nombre) Variation annuelle moyenne (en %)
2019 2013 2013-2019 2013-2019 2008-2013
21 Dijon 158 002 153 003 + 4 999 + 0,5 + 0,2
Beaune 20 551 21 838 - 1 287 - 1,0 - 0,3
Chenôve 14 025 13 982 + 43 + 0,1 - 0,7
Talant 11 713 11 131 + 582 + 0,9 - 1,1
Chevigny-Saint-Sauveur 11 123 10 486 + 637 + 1,0 + 1,4
25 Besançon 117 912 116 952 + 960 + 0,1 - 0,1
Montbéliard 25 806 25 697 + 109 + 0,1 - 0,4
Pontarlier 17 542 17 398 + 144 + 0,1 - 1,4
Audincourt 13 341 14 552 - 1 211 - 1,4 0,0
Valentigney 11 272 10 264 + 1 008 + 1,6 - 2,3
39 Dole 23 711 23 312 + 399 + 0,3 - 1,7
Lons-le-Saunier 17 189 17 063 + 126 + 0,1 - 1,2
Saint-Claude 8 985 10 346 - 1 361 - 2,3 - 2,1
58 Nevers 33 005 34 841 - 1 836 - 0,9 - 1,5
Cosne-Cours-sur-Loire 9 589 10 629 - 1 040 - 1,7 - 0,8
70 Vesoul 14 914 15 473 - 559 - 0,6 - 1,0
Héricourt 10 646 10 392 + 254 + 0,4 - 1,0
71 Chalon-sur-Saône 45 056 45 166 - 110 0,0 - 0,4
Mâcon 33 908 33 350 + 558 + 0,3 - 0,6
Le Creusot 21 269 22 308 - 1 039 - 0,8 - 0,8
Montceau-les-Mines 17 678 18 969 - 1 291 - 1,2 - 0,7
Autun 12 987 13 863 - 876 - 1,1 - 1,4
89 Auxerre 34 451 34 869 - 418 - 0,2 - 1,1
Sens 26 688 25 018 + 1 670 + 1,1 - 0,7
90 Belfort 46 443 50 196 - 3 753 - 1,3 - 0,1
  • Source : Insee, Recensements de la population

Figure 3Évolution de la population dans les principales intercommunalités de Bourgogne-Franche-Comté

Évolution de la population dans les principales intercommunalités de Bourgogne-Franche-Comté
Population municipale Variation (nombre) Variation annuelle moyenne (en %)
2019 2013 2013-2019 2013-2019 2008-2013
Dijon Métropole 255 127 248 028 + 7 099 + 0,5 + 0,2
CA Beaune, Côte et Sud 51 207 52 638 - 1 431 - 0,5 + 0,1
Grand Besançon Métropole 195 745 192 042 + 3 703 + 0,3 + 0,3
Pays de Montbéliard Agglomération 139 970 141 183 - 1 213 - 0,1 - 0,2
CC du Grand Pontarlier 27 732 26 407 + 1 325 + 0,8 - 0,2
CA du Grand Dole 54 626 53 444 + 1 182 + 0,4 - 0,3
Espace Communautaire Lons Agglomération 34 189 34 133 + 56 0,0 - 0,6
CC Haut-Jura Saint-Claude 20 009 21 867 - 1 858 - 1,5 - 1,2
Nevers Agglomération 65 440 68 142 - 2 702 - 0,7 - 0,7
CC Cœur de Loire 24 976 26 607 - 1 631 - 1,0 - 0,3
CA de Vesoul 32 082 32 767 - 685 - 0,4 - 0,2
CC du Pays d'Héricourt 21 078 20 852 + 226 + 0,2 - 0,3
CA Le Grand Chalon 114 258 113 269 + 989 + 0,1 + 0,1
CU Creusot Montceau 92 305 96 723 - 4 418 - 0,8 - 0,4
Mâconnais-Beaujolais Agglomération 78 281 75 907 + 2 374 + 0,5 + 0,3
Le Grand Autunois Morvan 35 311 36 896 - 1 585 - 0,7 - 0,8
Communauté de l'Auxerrois 67 651 68 400 - 749 - 0,2 - 0,3
CA du Grand Sénonais 59 202 57 382 + 1 820 + 0,5 - 0,1
CC du Jovinien 21 012 21 539 - 527 - 0,4 - 0,5
Grand Belfort 102 583 105 301 - 2 718 - 0,4 + 0,4
  • Note : CU : communauté urbaine, CA : communauté d’agglomération, CC : communauté de communes.
  • Source : Insee, Recensements de la population
Publication rédigée par : Philippe Rossignol (Insee)

Pour comprendre

Les populations légales de toutes les collectivités territoriales et circonscriptions administratives françaises sont publiées par décret au Journal Officiel. Elles prennent effet au 1er janvier 2022.

Établies chaque année – loi du 27 février 2002 – les populations légales sont prises en compte pour l’application de dispositions législatives, réglementaires et financières relatives à l’organisation des communes et à la vie quotidienne de celles-ci.

La méthode du recensement annuel est basée sur des cycles de collecte de cinq ans. Pour plus de pertinence, les données sont donc traditionnellement analysées avec un pas de cinq ans. Toutefois, l’évolution de la situation sanitaire a conduit à reporter à 2022 l’enquête annuelle de recensement prévue en 2021. Pour toutes les communes de moins de 10 000 habitants, il y aura donc dorénavant (pendant les cinq prochaines années) un intervalle entre deux collectes de recensement de six ans au lieu de cinq habituellement.

La méthode de calcul des populations annuelles a été adaptée en conséquence. Pour être robustes, les évolutions mesurées sur la dernière période (ici 2013-2019) doivent donc être analysées avec un pas de six ans. Dans le présent document, les comparaisons sont donc basées sur une période de six ans pour la plus récente (2013-2019) et une période de cinq ans (2008-2013) pour la plus ancienne.

La comparaison des évolutions de la population, sur ces périodes de durée différente n’en reste pas moins pertinente, car toutes les données sont présentées en moyenne annuelle.

Définitions

Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès domiciliés (comptabilisés au lieu de résidence).

Le solde migratoire apparent, ici appelé « solde migratoire », est la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de la période considérée. Il est estimé par différence entre la variation totale de la population et le solde naturel.

Champ

Les populations légales 2019 sont diffusées dans les limites territoriales existantes au 1er janvier 2021.

Pour en savoir plus

Brutel C., « La dégradation du solde naturel affaiblit le dynamisme démographique entre 2013 et 2019 », Insee Focus n° 257, décembre 2021.

Branche-Seigeot A., Loones F., Rossignol P., « En Bourgogne-Franche-Comté, une population encore en baisse au 1er janvier 2021 », Insee Flash Bourgogne-Franche-Comté n° 125, mai 2021.

Les chiffres de population de toutes les communes de France.