Insee
Insee Flash Nouvelle-Aquitaine · Décembre 2021 · n° 71
Insee Flash Nouvelle-AquitaineLe cap des 6 millions d’habitants dépassé en Nouvelle-Aquitaine

Valérie Marchais, Laurent Zambon (Insee)

Au 1er janvier 2019, la Nouvelle-Aquitaine devient la troisième région la plus peuplée de France avec 6,01 millions d'habitants. Les départements de la façade atlantique alimentent cette croissance démographique, notamment grâce aux communes urbaines du littoral. Les espaces ruraux, où réside la moitié des habitants, ne reflètent pas tous ce même dynamisme. Ainsi, la population diminue dans les communes rurales autonomes, les plus éloignées des grands pôles d’emplois, alors qu'elle augmente dans les communes rurales sous influence des pôles.

Insee Flash Nouvelle-Aquitaine
No 71
Paru le : Paru le 29/12/2021

La Nouvelle-Aquitaine passe le cap des 6 millions d’habitants

Au 1er janvier 2019, 6 010 289 personnes résident en Nouvelle-Aquitaine, soit 166 112 habitants de plus qu’en 2013 (encadré). La population néo-aquitaine représente 9,2 % de la population nationale, et classe, pour la première fois, la Nouvelle-Aquitaine, dans le trio de tête des régions les plus peuplées de France, derrière l’Île-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes. Elle devance à présent de peu les Hauts-de-France (+ 5 340 habitants). Avec 27 700 personnes supplémentaires en moyenne, la Nouvelle-Aquitaine gagne chaque année l’équivalent de la population de la commune de Bergerac.

Une croissance démographique freinée par un déficit naturel

La croissance démographique de la région est de 0,5 % en moyenne par an, entre 2013 et 2019, plus forte que celle de la France (+ 0,4 %). Au sixième rang national, elle est comparable à celle de la Bretagne et de la Réunion. Elle ralentit légèrement depuis 2008, freinée par un déficit naturel qui se creuse année par année pour devenir le plus important de France (– 6 450 individus en moyenne par an). Ainsi, le dynamisme démographique de la Nouvelle-Aquitaine est entièrement dû à son excédent migratoire : + 34 100 individus en moyenne par an entre 2013 et 2019 dont près de la moitié en Gironde.

La Gironde, moteur de la croissance démographique de la région

Entre 2013 et 2019, la moitié des douze départements de la région gagne des habitants (figure 1). En 2019, plus d’un Néo-Aquitain sur quatre vit en Gironde, septième département français et premier de la région avec 1 623 749 habitants. Entre 2013 et 2019, le rythme de croissance démographique se maintient, en Gironde, à un niveau élevé (+ 1,3 % par an en moyenne), identique à celui de la Haute-Garonne, juste derrière la Guyane (+ 2,4 %), en première place des départements français.

Ce dynamisme s’explique avant tout par son attractivité, soit un excédent migratoire de 15 500 individus par an. De plus, un nombre de naissances supérieur à celui des décès explique un gain annuel moyen de 4 150 résidents.

Figure 1Évolution de la population entre 2013 et 2019

Évolution de la population entre 2013 et 2019
Départements Population 2019 (en nombre) Population 2013 (en nombre) Évolution annuelle moyenne 2013-2019 (en %)
Totale Due au solde naturel Due au solde migratoire
Gironde 1 623 749 1 505 517 1,3 0,3 1,0
Pyrénées-Atlantiques 682 621 664 057 0,5 -0,1 0,6
Charente-Maritime 651 358 633 417 0,5 -0,3 0,8
Vienne 438 435 431 248 0,3 0,1 0,2
Landes 413 690 397 226 0,7 -0,2 0,9
Dordogne 413 223 416 909 -0,1 -0,5 0,4
Deux-Sèvres 374 878 371 632 0,1 -0,1 0,2
Haute-Vienne 372 359 375 856 -0,2 -0,2 0,0
Charente 352 015 353 482 -0,1 -0,2 0,2
Lot-et-Garonne 331 271 333 180 -0,1 -0,2 0,1
Corrèze 240 073 240 781 0,0 -0,5 0,4
Creuse 116 617 120 872 -0,6 -0,9 0,3
Nouvelle-Aquitaine 6 010 289 5 844 177 0,5 -0,1 0,6
France métropolitaine 65 096 768 63 697 865 0,4 0,3 0,1
  • Source : Insee, recensements de la population

Les autres départements du littoral connaissent eux aussi un accroissement de la population remarquable, supérieur à la moyenne nationale. Ils attirent entre 3 520 et 5 160 résidents supplémentaires par an.

La Vienne, qui enregistre autant de naissances que de décès, a elle aussi une croissance démographique positive (+ 0,3 %) alors que la Creuse, département le moins peuplé de la région, continue à perdre des habitants à un rythme plus élevé que les autres (– 0,6 % de sa population, soit 710 habitants de moins par an) (figure 2).

Figure 2Évolution de la population entre 2013 et 2019 par département

en %
Évolution de la population entre 2013 et 2019 par département (en %)
Départements Évolution annuelle moyenne 2013-2019
Gironde 1,3
Landes 0,7
Pyrénées-Atlantiques 0,5
Charente-Maritime 0,5
Vienne 0,3
Deux-Sèvres 0,1
Corrèze 0,0
Dordogne -0,1
Charente -0,1
Lot-et-Garonne -0,1
Haute-Vienne -0,2
Creuse -0,6
  • Source : Insee, recensements de la population 2013 et 2019

Figure 2Évolution de la population entre 2013 et 2019 par département

  • Source : Insee, recensements de la population 2013 et 2019

Bordeaux et sa métropole, dynamiques

Les grandes communes de la région qui gagnent le plus d’habitants les six dernières années font essentiellement partie de la métropole bordelaise (Villenave-d’Ornon, Bègles, Pessac…). Avec 2 900 personnes de plus en moyenne par an (+ 1,2 %), dont 1 640 qui y emménagent, Bordeaux reste la plus attractive. Bayonne, qui gagne en moyenne 730 individus par an, a une croissance démographique plus importante encore (+ 1,5 %). Toujours sur le littoral, la population rochelaise augmente elle aussi de 480 habitants en moyenne par an (+ 0,6 %). Poitiers, troisième commune par la taille, a une croissance plus limitée (+ 0,3 %). À l’inverse, à Limoges, Pau et Agen, la population diminue. La baisse la plus importante (– 704 habitants en moyenne par an) est enregistrée dans l’ancienne capitale limousine, en dépit d’un solde naturel positif.

Les espaces ruraux autonomes moins dynamiques

Dans la région, un Néo-Aquitain sur deux vit dans une commune rurale. Parmi eux, 1,4 million d’habitants résident dans les communes rurales « autonomes », c’est-à-dire les plus éloignées d’un pôle d’emplois et de population. De 2013 à 2019, ces communes perdent de la population (– 1 500 habitants par an) en raison d’un fort déficit naturel. Les personnes âgées de 65 ans et plus y sont relativement plus nombreuses que dans les communes rurales sous influence d’un pôle. À la périphérie des villes, ces dernières profitent du dynamisme des grands pôles urbains : entre 2013 et 2019, la croissance démographique y augmente de 0,6 % par an, soit un gain de 10 100 habitants. Dans les communes urbaines, le rythme de croissance est comparable grâce à une forte attractivité, auprès des 15-24 ans notamment.

Encadré - Le choix des périodes d’évolution de la population

La méthode du recensement annuel est basée sur des cycles de collecte de cinq ans. Pour plus de pertinence, les données sont donc traditionnellement analysées avec un pas de cinq ans. Toutefois, l’évolution de la situation sanitaire a conduit à reporter à 2022 l’enquête annuelle de recensement prévue en 2021. Pour toutes les communes de moins de 10 000 habitants, il y aura donc dorénavant (pendant les cinq prochaines années) un intervalle entre deux collectes de recensement de six ans au lieu de cinq habituellement. La méthode de calcul des populations annuelles a été adaptée en conséquence. Pour être robustes, les évolutions mesurées sur la dernière période (ici 2013-2019) doivent donc être analysées avec un pas de six ans. Dans le présent document, les comparaisons sont donc basées sur une période de six ans pour la plus récente (2013-2019) et une période de cinq ans (2008-2013) pour la plus ancienne. La comparaison des évolutions de la population, du solde migratoire et du solde naturel sur ces périodes de durée différente n’en reste pas moins pertinente, car toutes les données sont présentées en moyenne annuelle.

Définitions

Le solde migratoire apparent ou « solde migratoire » est la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de la période considérée. Il est estimé par différence entre la variation totale de la population et le solde naturel.

Les communes rurales désignent l’ensemble des communes peu denses ou très peu denses selon la grille communale de densité.

Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d’une période.

Les grandes communes au sens du recensement sont les communes de 10 000 habitants ou plus.

Pour en savoir plus

Brutel C., « La dégradation du solde naturel affaiblit le dynamisme démographique entre 2013 et 2019 », Insee Focus n° 257, décembre 2021

Labarthe G., Lemasson J., Zambon L., « Nouvelle-Aquitaine, une région âgée et qui attire toujours », Insee Flash Nouvelle-Aquitaine n° 61, décembre 2020

Lacour C., Kempf N., « Un Néo-Aquitain sur deux vit dans une commune rurale », Insee Flash Nouvelle-Aquitaine n° 66, avril 2021