Insee
Insee Flash Occitanie · Novembre 2021 · n° 111
Insee Flash OccitanieLa city toulousaine, entre dynamisme économique et défis liés aux mobilités

Pierre-Julien Andrieux, Magali Flachère (Insee)

Parmi les métropoles européennes, la city de Toulouse se classe dans les pôles régionaux supérieurs au même titre que 14 autres cities qui se situent essentiellement en France, au Royaume-Uni et en Espagne. La city de Toulouse se distingue par son dynamisme économique et son cadre de vie, à mettre en perspective avec les difficultés générées par les déplacements domicile-travail.

Insee Flash Occitanie
No 111
Paru le : Paru le 18/11/2021

Populations, activités et fonctions de décision se concentrent de plus en plus au sein de grands espaces urbains. Ce phénomène de métropolisation est source de bénéfices. Les échanges s’en trouvent facilités, l’adéquation entre travailleurs et entreprises est meilleure, les économies d’échelle permettent la construction de grandes infrastructures (aéroports, universités, autoroutes), mais des problématiques environnementales et de qualité de vie émergent aussi.

Au sein de l’Europe, la diversité des définitions administratives des métropoles empêche de saisir ces grands ensembles, et in fine de les comparer. Pour y pallier, Eurostat utilise la définition harmonisée de city (Pour comprendre) qui définit 103 cities européennes de plus de 400 000 habitants dont 9 implantées en France. La city de Toulouse est la seule en Occitanie. L’utilisation de ce concept permet de situer Toulouse dans l’espace des métropoles européennes, à l’heure où la Région Occitanie préside l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée (encadré).

La city de Toulouse, un pôle régional supérieur parmi les métropoles européennes

Afin de faciliter les comparaisons, les cities européennes présentant des caractéristiques communes sont regroupées par familles (données complémentaires). La city de Toulouse s’inscrit dans la famille des pôles régionaux supérieurs au même titre que Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes et que des métropoles britanniques, espagnoles, une métropole danoise, une néerlandaise et une lituanienne (figure 1).

Figure 1Les pôles régionaux supérieurs

Les pôles régionaux supérieurs
Cities Pays
Århus Danemark
Bilbao Espagne
Bordeaux France
Bristol Angleterre
Cardiff Angleterre
Edinburgh Ecosse
Eindhoven Pays-Bas
Glasgow Ecosse
Lille France
Lyon France
Nantes France
Newcastle Angleterre
Sevilla Espagne
Toulouse France
Vilnius Lituanie
  • Source : Eurostat - Audits urbains 2010-2018, Insee

Figure 1Les pôles régionaux supérieurs

  • Source : Eurostat - Audits urbains 2010-2018, Insee

L’influence de ces pôles régionaux supérieurs s’exerce avant tout sur un territoire relativement proche, à la différence par exemple des « villes-monde » (Paris, Londres, Helsinki…), qui s’inscrivent davantage dans des systèmes d’échanges internationaux. Cela se traduit notamment par une moindre présence de ressortissants étrangers et un faible rayonnement touristique (figure 2). En revanche, les forts niveaux de qualification et de revenu reflètent une position avancée dans l’économie de la connaissance.

Figure 2Caractéristiques de la city de Toulouse, des pôles régionaux supérieurs et de l’ensemble des cities européennes

Caractéristiques de la city de Toulouse, des pôles régionaux supérieurs et de l’ensemble des cities européennes
City toulousaine Moyenne des pôles régionaux supérieurs Moyenne des cities
Démographie
Population résidente 585 319 524 814 868 103
Part des ressortissants étrangers originaires de l’UE (%) 2,7 3,1 5,0
Part des ressortissants étrangers originaires hors UE (%) 6,4 5,2 7,3
Âge moyen de la population 32,9 36,2 38,9
Économie
Part de l’industrie dans l’emploi (%) 12,9 7,4 9,4
Part de diplômés du supérieur(1) parmi les 25-64 ans (%) 52,8 49,5 39,5
Part des étudiants du supérieur(1)dans la population (%) 18,0 11,7 11,3
Revenu annuel disponible médian des ménages (euros) 21 020 19 314 19 256
Ratio navetteurs entrants/sortants (x entrants pour un navetteur sortant) 4,0 2,8 3,3
Conditions de vie, environnement
Superficie habitable moyenne (m² par personne) 39,0 36,3 35,8
Déchets ménagers et commerciaux générés (kg par habitant et par an) 427,63 432,48 439,51
Nombre de jours où la concentration d'ozone (O3) dépasse 120 µg/m³ 20,3 9,2 13,2
Nombre de jours où la concentration de dioxyde d'azote (NO2) dépasse 200 µg/m³ 1,2 1,5 0,9
Nombre de jours où la concentration de particules PM10 dépasse 50 µg/m³(2) 8,4 13,4 24,3
Déplacements domicile-travail
Longueur moyenne des déplacements en voiture particulière (km) 23,5 19,7 15,7
Part des déplacements effectués en voiture (%) 61,7 57,8 49,8
Part des déplacements effectués en transports publics(3) (%) 22,6 23,6 29,8
Tourisme, culture, loisirs
Nombre de nuitées touristiques par habitant 5,4 4,4 5,9
Nombre d’entrées de cinéma par habitant 5,4 4,6 3,8
Nombre d’habitants pour une bibliothèque 11 044 17 776 23 577
Nombre d’habitants pour une piscine 24 907 43 268 43 265
  • (1) Niveaux 5 et 6 de la classification internationale type de l'éducation (CITE) : premier ou deuxième cycle de l’enseignement supérieur
  • (2) PM10 : particules en suspension d’un diamètre inférieur à 10 μm
  • (3) Train, métro, bus ou tram
  • Source : Eurostat - Audits urbains 2010-2018, Insee

Le potentiel d’une métropole se fonde aussi sur le développement d’activités ayant un effet d’entraînement important sur le tissu économique. La famille des pôles régionaux supérieurs n’est pas largement dominée par une spécialisation sectorielle, a contrario de celle des « pôles financiers » (Luxembourg) par exemple, mais elle présente tout de même quelques spécialités. La city de Toulouse, fer de lance de la filière aéronautique française, se singularise par l’importance relative de son industrie (13 % de son emploi). À Nantes comme à Aarhus (Danemark) prédomine le secteur de l’information et de la communication, à Édimbourg celui de la finance, à Vilnius (Lituanie) les activités immobilières.

Un fort dynamisme économique

Les atouts de la city toulousaine la distinguent non seulement au sein des pôles régionaux supérieurs, mais aussi dans l'ensemble des cities européennes. Elle polarise les emplois, en attirant des travailleurs résidant au-delà : pour une personne habitant la city de Toulouse et partant travailler en dehors, près de quatre personnes viennent y travailler, soit une personne de plus en moyenne que dans les 103 métropoles européennes. La dynamique de l’emploi est aussi plus favorable qu’ailleurs avec une croissance de 1,6 % par an sur la période 2013-2018. En parallèle, le niveau de qualification est particulièrement élevé. Avec plus de la moitié des 25-64 ans diplômés du supérieur, Toulouse pointe à la 8e place des métropoles les plus qualifiées, derrière Oxford ou Amsterdam. Le revenu annuel disponible médian, de 21 000 euros, devance de plus de 1 700 euros celui des pôles régionaux supérieurs et de l’ensemble des 103 cities.

La city de Toulouse se démarque ensuite par la jeunesse de sa population (32,9 ans en moyenne). Elle se place ainsi dans le top 10 des métropoles les plus jeunes en Europe : un habitant sur cinq y est étudiant, une proportion parmi les plus fortes d’Europe.

Le dynamisme de la city toulousaine s’accompagne d’un cadre de vie agréable, entre une bonne dotation en infrastructures culturelles et sportives et des superficies de logement plus importantes qu’ailleurs. La surface habitable est de 39 m² par personne, soit 3 m² de plus que dans l’ensemble des cities en partie du fait de la présence de communes moins denses (Aucamville, Balma...).

Des défis à relever

La concentration des emplois au sein des cities occasionne des répercussions sur les mobilités. Cela est particulièrement visible dans celle de Toulouse en raison de l'importance des travailleurs en provenance de l'extérieur. Ainsi avec 24 km parcourus, les trajets en voiture y sont particulièrement longs et excèdent de 8 km la moyenne européenne et de 4 km celle des pôles régionaux supérieurs. L’usage même de la voiture est aussi plus fréquent. Quand un navetteur sur cinq utilise les transports publics, trois sur cinq prennent leur véhicule. Si le vélo connaît un gain de popularité, les cyclistes demeurent beaucoup plus rares que dans les métropoles allemandes et néerlandaises, championnes en la matière.

La qualité de l’air reste néanmoins correcte dans la city de Toulouse, en témoigne la mesure des principaux polluants atmosphériques émis par les activités humaines (particules fines, dioxyde d’azote). Cependant, le fort ensoleillement et les températures élevées favorisent la transformation en ozone de ces polluants. La city est ainsi marquée par des concentrations d’ozone parmi les plus élevées.

Enfin, le recyclage et la valorisation des déchets ménagers et commerciaux est un enjeu important pour la city de Toulouse qui génère actuellement 428 kilos de déchets par an et par habitant : un bilan dans la moyenne des métropoles européennes.

Encadré - Au sein de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée : la city de Barcelone

Dans l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée qui regroupe l’Occitanie, la Catalogne et les Îles Baléares depuis 2004, Barcelone est une city, au même titre que Toulouse.

La city de Barcelone se classe parmi les « technopôles attractifs », auprès de cities comme Amsterdam, Vienne, Rome et Munich. Comme Toulouse, elles ont une population diplômée mais se démarquent par une meilleure attractivité touristique, plus de ressortissants étrangers, ainsi qu’un poids important des activités scientifiques et techniques.

Pour comprendre

L’audit urbain mené par Eurostat vise à recueillir un grand nombre d’informations pour décrire la qualité de vie dans les villes européennes. Les données ici utilisées sont des moyennes sur 2010-2018.

Le contour des cities, défini par une méthodologie commune à l’OCDE et Eurostat, mobilise des critères de densité de population et de contiguïté de l’urbain. Le contour de la city de Toulouse englobe 9 communes : Toulouse, Blagnac, Colomiers, Tournefeuille, Fonbeauzard, Balma, Launaguet, Aucamville et Beauzelle.

Les cities partageant des caractéristiques communes sont regroupées en 14 familles grâce à la mise en oeuvre d’une classification ascendante hiérarchique sur 8 variables représentatives des thématiques abordées par l’audit urbain (pollution de l’air, niveau d’éducation, secteurs d’activité des emplois, tourisme...).

Pour en savoir plus