Insee
Insee Focus · Septembre 2021 · n° 248
Insee FocusEn 2018, le salaire horaire moyen varie du simple au double entre les cadres et les employés

Anaïs Levieil, Hélène Thélot (Insee)

En 2018, en France hors Mayotte, dans les entreprises privées et publiques de 10 salariés ou plus, le salaire horaire brut moyen s’établit à 18,1 euros, soit 8,2 euros de plus que le Smic. Le salaire horaire varie fortement avec la catégorie socioprofessionnelle : les cadres gagnent en moyenne 29,2 euros de l’heure contre 13,5 euros pour les employés. Des disparités existent aussi selon le diplôme et, dans une moindre mesure, selon l’âge, l’expérience professionnelle, le sexe et le secteur d’activité.
Au sein de l’Union européenne à 27 pays, le salaire horaire brut médian varie dans un rapport de 1 à 11, de 1 à 4 en tenant compte des écarts de niveau des prix ; la France se situe en 9ᵉ position des salaires médians les plus élevés.

Insee Focus
No 248
Paru le : Paru le 10/09/2021

Un salaire horaire brut moyen de 18,1 euros en 2018

En 2018, dans les entreprises privées et publiques de 10 salariés ou plus en France hors Mayotte, le salaire horaire brut moyen, hors éléments variables de rémunération, s’établit à 18,1 euros, hors apprentis. C’est 8,2 euros de plus que le Smic horaire brut (9,88 euros en 2018). Le salaire horaire moyen est très variable selon le profil des salariés et le poste qu’ils occupent.

Le salaire horaire est 2,2 fois plus élevé pour les cadres que pour les employés

Le salaire horaire varie fortement en fonction de la catégorie socioprofessionnelle (figure 1). Il s’élève à 29,2 euros pour les cadres, soit près de 2,2 fois plus (+ 116 %) que pour les employés (13,5 euros). Même s’il est réduit de moitié, cet écart reste très important « toutes choses égales par ailleurs » (+ 57 %), c’est-à-dire à autres caractéristiques observables identiques (sexe, âge, diplôme, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur d’activité, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise). Pour les professions intermédiaires, et plus encore pour les ouvriers, les écarts de salaire avec les employés sont nettement plus réduits.

Figure 1 – Salaire horaire brut moyen selon la catégorie socioprofessionnelle

Figure 1 – Salaire horaire brut moyen selon la catégorie socioprofessionnelle - Lecture : en 2018, un ouvrier gagne en moyenne 13,8 euros par heure, soit 2 % de plus que les employés (modalité de référence, 13,5 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, âge, diplôme, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur d’activité, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de – 6 %.
Salaire horaire brut moyen
(en euros)
Écart à la valeur de la référence (employés)
(en %)
Effet propre (écart à la valeur de référence en neutralisant l’effet des autres variables)
(en %)
Cadres¹ 29,2 116,3 56,6
Professions intermédiaires 18,2 34,8 19,3
Employés (Réf.) 13,5 /// ///
Ouvriers 13,8 2,2 – 6,3
Ensemble 18,1 /// ///
  • /// : absence de données due à la nature des choses.
  • 1. Y compris chefs d’entreprise salariés.
  • Lecture : en 2018, un ouvrier gagne en moyenne 13,8 euros par heure, soit 2 % de plus que les employés (modalité de référence, 13,5 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, âge, diplôme, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur d’activité, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de – 6 %.
  • Champ : France hors Mayotte, salariés des entreprises de 10 salariés ou plus, secteurs privé et public hors agriculture, activités des ménages en tant qu’employeurs, activités extraterritoriales et défense ; hors apprentis.
  • Source : Insee, Structure of Earnings Survey 2018.

Figure 1 – Salaire horaire brut moyen selon la catégorie socioprofessionnelle

  • 1. Y compris chefs d’entreprise salariés.
  • Lecture : en 2018, un ouvrier gagne en moyenne 13,8 euros par heure, soit 2 % de plus que les employés (modalité de référence, 13,5 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, âge, diplôme, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur d’activité, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de – 6 %.
  • Champ : France hors Mayotte, salariés des entreprises de 10 salariés ou plus, secteurs privé et public hors agriculture, activités des ménages en tant qu’employeurs, activités extraterritoriales et défense ; hors apprentis.
  • Source : Insee, Structure of Earnings Survey 2018.

Le diplôme joue aussi un rôle important dans les écarts salariaux (figure 2). Le salaire horaire moyen des plus diplômés (Bac+5 ou plus) est supérieur de 81 % à celui des salariés de niveau Bac (respectivement 27,7 euros et 15,3 euros) et de 99 % à celui des salariés ayant au plus le brevet des collèges (13,9 euros). Toutes choses égales par ailleurs, l’écart entre le salaire horaire des salariés de niveau Bac et celui des niveaux Bac+5 ou plus se réduit à + 19 %.

Figure 2 – Salaire horaire brut moyen selon le diplôme

Figure 2 – Salaire horaire brut moyen selon le diplôme - Lecture : en 2018, un salarié avec un diplôme de l’enseignement supérieur de niveau Bac+5 ou plus gagne en moyenne 27,7 euros par heure, soit 81 % de plus que la modalité de référence (niveau Bac, 15,3 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur d’activité, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de + 19 %.
Salaire horaire brut moyen
(en euros)
Écart à la valeur de la référence
(niveau Bac)
(en %)
Effet propre (écart à la valeur de référence en neutralisant l’effet des autres variables)
(en %)
Aucun diplôme, brevet des collèges 13,9 – 9,2 – 7,2
Niveau Bac (Réf.) 15,3 /// ///
Enseignement supérieur, jusqu’à Bac+4 19,6 28,1 8,4
Enseignement supérieur, Bac+5 ou plus 27,7 81,1 19,4
Ensemble 18,1 /// ///
  • /// : absence de données due à la nature des choses.
  • Lecture : en 2018, un salarié avec un diplôme de l’enseignement supérieur de niveau Bac+5 ou plus gagne en moyenne 27,7 euros par heure, soit 81 % de plus que la modalité de référence (niveau Bac, 15,3 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur d’activité, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de + 19 %.
  • Champ : France hors Mayotte, salariés des entreprises de 10 salariés ou plus, secteurs privé et public hors agriculture, activités des ménages en tant qu’employeurs, activités extraterritoriales et défense ; hors apprentis.
  • Source : Insee, Structure of Earnings Survey 2018.

Figure 2 – Salaire horaire brut moyen selon le diplôme

  • Lecture : en 2018, un salarié avec un diplôme de l’enseignement supérieur de niveau Bac+5 ou plus gagne en moyenne 27,7 euros par heure, soit 81 % de plus que la modalité de référence (niveau Bac, 15,3 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur d’activité, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de + 19 %.
  • Champ : France hors Mayotte, salariés des entreprises de 10 salariés ou plus, secteurs privé et public hors agriculture, activités des ménages en tant qu’employeurs, activités extraterritoriales et défense ; hors apprentis.
  • Source : Insee, Structure of Earnings Survey 2018.

Le salaire horaire progresse avec l’âge

Le salaire horaire augmente de façon continue avec l’âge (figure 3) : de 14,0 euros en moyenne pour les moins de 30 ans, il passe à 22,9 euros pour les 60 ans ou plus. Cela reflète le lien de l’âge avec l’ancienneté dans l’entreprise – ou plus généralement l’expérience professionnelle – mais aussi avec le diplôme : les bas salaires sont notamment surreprésentés parmi les jeunes actifs et les hauts salaires parmi les plus âgés, car les plus diplômés, en moyenne mieux rémunérés, rentrent plus tard sur le marché du travail et restent également plus tard en emploi. Toutes choses égales par ailleurs, l’effet propre de l’âge sur le salaire horaire est moindre : l’écart de salaire entre les 60 ans ou plus et les 40-49 ans passe par exemple de 22 % à 8 %.

Figure 3 – Salaire horaire brut moyen selon l’âge

Figure 3 – Salaire horaire brut moyen selon l’âge - Lecture : en 2018, un salarié âgé entre 30 et 39 ans gagne en moyenne 16,6 euros par heure, soit 12 % de moins que la modalité de référence (40-49 ans, 18,8 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, diplôme, catégorie socioprofessionnelle, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur d’activité, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de – 6 %.
Salaire horaire brut moyen
(en euros)
Écart à la valeur de la référence (40 à 49 ans)
(en %)
Effet propre (écart à la valeur de référence en neutralisant l’effet des autres variables)
(en %)
Moins de 30 ans 14,0 – 25,5 – 12,9
30 à 39 ans 16,6 – 11,7 – 5,9
40 à 49 ans (Réf.) 18,8 /// ///
50 à 59 ans 19,4 3,2 1,6
60 ans ou plus 22,9 21,8 7,9
Ensemble 18,1 /// ///
  • /// : absence de données due à la nature des choses.
  • Lecture : en 2018, un salarié âgé entre 30 et 39 ans gagne en moyenne 16,6 euros par heure, soit 12 % de moins que la modalité de référence (40-49 ans, 18,8 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, diplôme, catégorie socioprofessionnelle, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur d’activité, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de – 6 %.
  • Champ : France hors Mayotte, salariés des entreprises de 10 salariés ou plus, secteurs privé et public hors agriculture, activités des ménages en tant qu’employeurs, activités extraterritoriales et défense ; hors apprentis.
  • Source : Insee, Structure of Earnings Survey 2018.

Figure 3 – Salaire horaire brut moyen selon l’âge

  • Lecture : en 2018, un salarié âgé entre 30 et 39 ans gagne en moyenne 16,6 euros par heure, soit 12 % de moins que la modalité de référence (40-49 ans, 18,8 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, diplôme, catégorie socioprofessionnelle, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur d’activité, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de – 6 %.
  • Champ : France hors Mayotte, salariés des entreprises de 10 salariés ou plus, secteurs privé et public hors agriculture, activités des ménages en tant qu’employeurs, activités extraterritoriales et défense ; hors apprentis.
  • Source : Insee, Structure of Earnings Survey 2018.

Le salaire horaire varie entre 13,8 euros et 25,3 euros selon le secteur

Le salaire horaire varie du simple au double selon le secteur d’activité (figure 4). Il est en moyenne plus élevé dans la finance-assurance (25,3 euros) ainsi que l’information-communication (25,1 euros), et moins élevé dans les activités de services administratifs et de soutien (14,9 euros) et l’hébergement-restauration (13,8 euros). Toutefois le secteur en tant que tel explique peu le salaire horaire et les écarts de salaire moyen entre secteurs sont davantage liés au profil des salariés et des emplois : toutes choses égales par ailleurs, les effets propres de chaque secteur s’atténuent nettement dans la plupart des secteurs.

Figure 4 – Salaire horaire brut moyen selon le secteur d’activité

Figure 4 – Salaire horaire brut moyen selon le secteur d’activité - Lecture : en 2018, un salarié travaillant dans le secteur de la santé gagne en moyenne 15,5 euros par heure, soit 5 % de moins que la modalité de référence (commerce, 16,4 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, âge, diplôme, catégorie socioprofessionnelle, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de − 3 %.
Salaire horaire brut moyen
(en euros)
Écart à la valeur de la référence (commerce)
(en %)
Effet propre (écart à la valeur de référence en neutralisant l’effet des autres variables)
(en %)
Finance et assurance 25,3 54,3 9,4
Information et communication 25,1 53,1 4,7
Activités spécialisées, scientifiques et techniques 24,2 47,6 6,4
Énergie, eau, déchets 20,2 23,2 8,3
Arts, spectacles 20,1 22,6 2,9
Industries extractives 20,1 22,6 16,0
Enseignement 19,7 20,1 – 5,4
Industrie manufacturière 19,4 18,3 10,4
Construction 18,2 11,0 17,3
Activités immobilières 18,0 9,8 – 1,2
Transports, entreposage 17,6 7,3 8,9
Administration publique 16,5 0,6 – 1,5
Commerce (Réf.) 16,4 /// ///
Autres activités de services 15,5 – 5,5 – 5,9
Santé 15,5 – 5,5 – 3,5
Administratifs et soutien 14,9 – 9,2 4,8
Hébergement et restauration 13,8 – 15,9 – 0,6
Ensemble 18,1 /// ///
  • /// : absence de données due à la nature des choses.
  • Lecture : en 2018, un salarié travaillant dans le secteur de la santé gagne en moyenne 15,5 euros par heure, soit 5 % de moins que la modalité de référence (commerce, 16,4 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, âge, diplôme, catégorie socioprofessionnelle, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de − 3 %.
  • Champ : France hors Mayotte, salariés des entreprises de 10 salariés ou plus, secteurs privé et public hors agriculture, activités des ménages en tant qu’employeurs, activités extraterritoriales et défense ; hors apprentis.
  • Source : Insee, Structure of Earnings Survey 2018.

Figure 4 – Salaire horaire brut moyen selon le secteur d’activité

  • Lecture : en 2018, un salarié travaillant dans le secteur de la santé gagne en moyenne 15,5 euros par heure, soit 5 % de moins que la modalité de référence (commerce, 16,4 euros de l’heure). Toutes choses égales par ailleurs (en contrôlant du sexe, âge, diplôme, catégorie socioprofessionnelle, type de contrat, temps de travail, ancienneté dans l’entreprise, secteur privé ou public, localisation et taille de l’entreprise), l’écart est de − 3 %.
  • Champ : France hors Mayotte, salariés des entreprises de 10 salariés ou plus, secteurs privé et public hors agriculture, activités des ménages en tant qu’employeurs, activités extraterritoriales et défense ; hors apprentis.
  • Source : Insee, Structure of Earnings Survey 2018.

Le salaire horaire des femmes inférieur de 17 % à celui des hommes

Sur le champ des entreprises de 10 salariés ou plus, le salaire horaire des femmes est de 16,4 euros en 2018, inférieur de 17 % à celui des hommes (19,7 euros). L’écart se réduit à 10 % en tenant compte des autres caractéristiques observables disponibles ici, notamment du fait que les femmes sont moins souvent cadres ou sont surreprésentées dans les secteurs les moins rémunérateurs, comme la santé ou les services auprès des ménages. La part non expliquée de l’écart ne peut cependant pas s’interpréter comme une mesure des différences « à poste de travail égal ». Une partie de l’écart restant provient en effet de différences de caractéristiques non observées (niveau de responsabilités et tâches effectuées, entreprises aux profils potentiellement différents, etc.).

Des salaires horaires très dispersés au sein de l’Union européenne

En 2018, en France, un salarié sur deux (hors apprentis) perçoit un salaire horaire brut d’au plus 15,2 euros. Ce niveau médian est inférieur de 16 % au salaire horaire moyen, ce qui reflète la plus forte concentration des salaires dans le bas de la distribution.

En incluant les apprentis mais en excluant les salariés de l’administration publique à des fins de comparaisons internationales, le salaire horaire brut médian en France reste le même (15,2 euros). Au sein de l’Union européenne (UE) à 27 pays, la France a le 9e salaire médian le plus élevé, notamment derrière l’Allemagne (16,9 euros, figure 5). Ce salaire médian varie fortement selon les pays de l’UE, dans un rapport de 1 à 11. Ce rapport diminue à 8 si l’on exclut le Danemark, pays de l’UE au salaire horaire brut médian le plus élevé (27,1 euros), où la protection sociale est financée par l’impôt sur le revenu et non par le prélèvement de cotisations sociales auprès des employeurs. Suivent le Luxembourg (19,5 euros), la Suède (18,2 euros) et la Belgique (18,0 euros). À l’inverse, les salaires horaires bruts médians sont les plus faibles dans les pays de l’Est : Bulgarie (2,4 euros), Roumanie (3,7 euros), Hongrie (4,4 euros) et en Lituanie (4,4 euros). Mesurés en standard de pouvoir d’achat (SPA) pour corriger des différences de niveau de prix, les écarts entre pays, bien que moindres, demeurent : les salaires horaires bruts médians varient dans un rapport de 1 à 4 (de 1 à 3, hors Danemark).

Figure 5 – Salaire horaire brut médian en euros et en standard de pouvoir d’achat en 2018, dans l’Union européenne

Figure 5 – Salaire horaire brut médian en euros et en standard de pouvoir d’achat en 2018, dans l’Union européenne - Lecture : en 2018, en France, la moitié des salariés gagnent moins de 15,2 euros brut de l’heure, contre 16,9 en Allemagne. En standard de pouvoir d’achat, le salaire horaire brut médian s’établit à 13,4 en France et 15,8 en Allemagne.
En euros En standard de pouvoir d’achat
Bulgarie 2,4 4,6
Roumanie 3,7 6,9
Lituanie 4,4 6,5
Hongrie 4,4 6,8
Lettonie 4,9 6,4
Pologne 5,0 8,4
Croatie 5,4 7,7
Portugal 5,4 6,0
Slovaquie 5,6 7,1
République tchèque 6,2 8,4
Estonie 6,5 7,9
Grèce 7,0 8,1
Slovénie 8,0 9,2
Chypre 8,4 9,3
Malte 10,0 11,7
Espagne 10,0 10,5
Italie 12,5 12,0
Autriche 15,0 13,4
France 15,2 13,4
Pays-Bas 16,4 14,2
Allemagne 16,9 15,8
Finlande 17,5 13,9
Irlande 17,8 13,4
Belgique 18,0 15,7
Suède 18,2 14,7
Luxembourg 19,5 15,1
Danemark 27,1 19,1
UE – 27 pays 13,0 13,0
Zone euro – 19 pays 14,3 13,5
  • Lecture : en 2018, en France, la moitié des salariés gagnent moins de 15,2 euros brut de l’heure, contre 16,9 en Allemagne. En standard de pouvoir d’achat, le salaire horaire brut médian s’établit à 13,4 en France et 15,8 en Allemagne.
  • Champ : salariés des entreprises de 10 salariés ou plus de l’industrie, de la construction et du tertiaire, hors administrations publiques ; y compris apprentis.
  • Source : Insee, Structure of Earnings Survey 2018.

Figure 5 – Salaire horaire brut médian en euros et en standard de pouvoir d’achat en 2018, dans l’Union européenne

  • Lecture : en 2018, en France, la moitié des salariés gagnent moins de 15,2 euros brut de l’heure, contre 16,9 en Allemagne. En standard de pouvoir d’achat, le salaire horaire brut médian s’établit à 13,4 en France et 15,8 en Allemagne.
  • Champ : salariés des entreprises de 10 salariés ou plus de l’industrie, de la construction et du tertiaire, hors administrations publiques ; y compris apprentis.
  • Source : Insee, Structure of Earnings Survey 2018.

Encadré – Une rémunération annuelle moyenne de 37 253 euros en 2018 pour les salariés du secteur privé

En 2018, en France hors Mayotte, les salariés des entreprises privées de 10 salariés ou plus perçoivent en moyenne une rémunération annuelle de 37 253 euros, y compris éléments variables (figure). Cette rémunération est très majoritairement composée du salaire brut annuel (36 238 euros). Le complément (1 015 euros) correspond à des éléments de rémunération non assimilés à du salaire, comme des indemnités de licenciement, des indemnités de chômage partiel ou encore des rachats de jours sur un compte épargne-temps.

Le salaire brut annuel inclut les primes, qu’elles soient régulières ou non (primes d’ancienneté, individuelles et collectives, etc.) ; elles représentent 4 673 euros en moyenne en 2018 et plus de 80 % des salariés en ont perçu. Le salaire brut annuel comprend également l’épargne salariale, sous la forme d’intéressement, de la participation ou de l’abondement de l’employeur aux différents plans d’épargne (comme le plan d’épargne entreprises – PEE) ; l’épargne salariale compte en moyenne pour 1 317 euros dans le salaire brut annuel en 2018, près de la moitié des salariés en ayant bénéficié. Enfin, le salaire brut annuel comprend également la rémunération des heures supplémentaires (pour les salariés à temps complet) ou complémentaires (pour les salariés à temps partiel) ; elle est de 843 euros en moyenne, mais seulement un tiers des salariés a été concerné.

Figure – Rémunération annuelle brute des salariés du secteur privé en 2018

Figure – Rémunération annuelle brute des salariés du secteur privé en 2018 - Lecture : en 2018, un salarié gagne en moyenne 37 253 euros bruts, dont 843 euros au titre des heures supplémentaires. 31,1 % des salariés ont perçu une rémunération au titre d’heures supplémentaires.
Montant annuel moyen
(en euros)
Part des salariés concernés
(en %)
Salaire brut annuel 36 238
dont heures supplémentaires ou complémentaires 843 31,1
dont primes 4 673 83,5
dont épargne salariale 1 317 48,6
Autres éléments de rémunération (indemnités de licenciement, de chômage partiel, etc.) 1 015 8,3
Rémunération annuelle totale 37 253
  • Note : la rémunération présentée ici est annualisée, c’est-à-dire convertie en rémunération annuelle au prorata du nombre de jours travaillés dans l’année.
  • Lecture : en 2018, un salarié gagne en moyenne 37 253 euros bruts, dont 843 euros au titre des heures supplémentaires. 31,1 % des salariés ont perçu une rémunération au titre d’heures supplémentaires.
  • Champ : France (hors Mayotte), salariés des entreprises de 10 salariés ou plus du secteur privé, hors agriculture, activités des ménages en tant qu’employeurs, activités extraterritoriales ; y compris apprentis.
  • Source : Insee, Structure of Earnings Survey 2018.
Publication rédigée par : Anaïs Levieil, Hélène Thélot (Insee)

Sources

Les données « Structure of Earnings Survey (SES) 2018 » reposent sur la consolidation des enquêtes sur le coût de la main d’œuvre et la structure des salaires (Ecmoss) de 2017 et 2018 et de l’enquête auprès des salariés de la fonction publique de l’État (FPE) de 2018. Transmises par la France à Eurostat, elles permettent de réaliser des comparaisons européennes.

Les données portent sur la France hors Mayotte, pour les entreprises de 10 salariés ou plus. Sauf indication contraire, elles portent sur le secteur privé et les trois versants de la fonction publique, à l’exception des secteurs de l’agriculture, des activités des ménages en tant qu’employeurs, des activités extraterritoriales et de la défense. Les apprentis, qui représentent 1,8 % des salariés du champ de l’enquête et qui ont des conditions de rémunération particulières, sont exclus du champ de la publication, excepté pour les comparaisons internationales et dans l’encadré.

Définitions


Le salaire horaire brut moyen suit la définition utilisée par Eurostat. Ce salaire horaire moyen comprend le salaire de base, la rémunération des heures supplémentaires ou complémentaires et les primes, dès lors qu’elles sont régulièrement versées à la fin de chaque mois (leur montant pouvant varier). Il peut s’agir des primes d’ancienneté, des primes liées à des contraintes de poste ou encore à des performances individuelles ou collectives. Ce salaire horaire ne comprend ni les primes versées de manière non régulière ou exceptionnelle (excluant ainsi les primes de fin d’année), ni l’épargne salariale (intéressement, participation, abondement de l’employeur à un plan d’épargne entreprise ou à un Perco), ni les versements de type indemnitaire tenant lieu de prestation (indemnités de licenciement, de mise à la retraite, etc.). Il s’agit d’un salaire horaire « brut », qui comprend les cotisations à la charge des salariés.


Le standard de pouvoir d’achat (SPA) est une unité monétaire artificielle qui neutralise les différences de niveaux de prix entre les pays. Ainsi, un SPA permet d’acheter le même volume de biens et de services dans tous les pays. Cette unité permet des comparaisons en volume significatives des indicateurs économiques entre les pays.


Le salaire brut annuel comprend le salaire de base (ou traitement indiciaire dans la fonction publique), la rémunération des heures supplémentaires ou complémentaires, les avantages en nature, les primes – qu’elles soient régulières ou non régulières (comme les primes de fin d’année)–, l’épargne salariale (intéressement, participation, abondement de l’employeur à un plan d’épargne entreprise ou à un PERCO). À la différence de la rémunération brute totale, le salaire brut n’intègre pas les versements de type indemnitaire tenant lieu de prestation ni certains compléments comme le rachat de jours CET. Le salaire brut correspond à l’intégralité des sommes perçues par le salarié avant déduction des cotisations salariales de sécurité sociale, de la contribution sociale généralisée (CSG) et de la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS).