Insee
Insee Focus · Juillet 2021 · n° 242
Insee FocusAu 1er trimestre 2021, la fréquentation hôtelière se situe au tiers de son niveau habituel

Odile Dangerfield, Alice Mainguené (Insee)

Au 1er trimestre 2021, 60 % des hôtels de France métropolitaine sont ouverts et à peine un tiers des chambres offertes sont occupées. Un an après le début de la crise sanitaire, le nombre de nuitées hôtelières est inférieur de 64 % à la moyenne des deux années précédant la crise sanitaire.

Dans la continuité de l’année 2020, l’Île-de-France concentre la moitié de la baisse nationale. Cette région enregistre la plus forte baisse de fréquentation hôtelière au 1er trimestre 2021, avec – 81 % par rapport à la même période en 2019 et 2018. Auvergne-Rhône-Alpes est, quant à elle, pénalisée par la fermeture des remontées mécaniques des stations de sports d’hiver.

Insee Focus
No 242
Paru le : Paru le 05/07/2021

Six hôtels sur dix sont ouverts, et ne remplissent qu’un tiers de leurs chambres

Au 1er trimestre 2021, 60 % des hôtels sont ouverts en France métropolitaine. Le taux d’ouverture est très en deçà de celui du 1er trimestre 2020 (87 %).

Dans les hôtels ouverts, 32 % des chambres offertes sont occupées en moyenne au 1er trimestre 2021. Aux 1ers trimestres 2018 et 2019, les taux d’occupation avoisinaient les 55 % (figure 1).

Figure 1 - Taux d'occupation des chambres d'hôtels ouverts

en %
Figure 1 - Taux d'occupation des chambres d'hôtels ouverts (en %) - Lecture : au 1er trimestre 2021, 32 % des chambres d’hôtels ouverts sont occupées.
T1 2018 55
T1 2019 54
T1 2020 44
T1 2021 32
  • Lecture : au 1er trimestre 2021, 32 % des chambres d’hôtels ouverts sont occupées.
  • Champ : France métropolitaine, hôtels ouverts.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Figure 1 - Taux d'occupation des chambres d'hôtels ouverts

  • Lecture : au 1er trimestre 2021, 32 % des chambres d’hôtels ouverts sont occupées.
  • Champ : France métropolitaine, hôtels ouverts.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

14,8 millions de nuitées au 1er trimestre 2021, soit le tiers par rapport à 2018 et 2019

Au cours du 1er trimestre 2021, la fréquentation hôtelière en France métropolitaine est de 14,8 millions de nuitées (figure 2), en forte baisse par rapport au 1er trimestre 2020 (– 57 %). Entre les 1ers trimestres 2019 et 2020, la fréquentation avait déjà reculé de 17 %.

Un an après le début de la crise sanitaire, le nombre de nuitées au 1er trimestre 2021 est inférieur de 64 % à la moyenne des 1ers trimestres des deux années précédant la crise sanitaire.

Figure 2 - Nombre de nuitées hôtelières

en milliers
Figure 2 - Nombre de nuitées hôtelières (en milliers) - Lecture : au 1er trimestre 2021, le nombre de nuitées passées dans les hôtels en France métropolitaine est de 14 824 milliers.
T1 2018 41 741
T1 2019 41 365
T1 2020 34 128
T1 2021 14 824
  • Lecture : au 1er trimestre 2021, le nombre de nuitées passées dans les hôtels en France métropolitaine est de 14 824 milliers.
  • Champ : hôtels en France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Figure 2 - Nombre de nuitées hôtelières

  • Lecture : au 1er trimestre 2021, le nombre de nuitées passées dans les hôtels en France métropolitaine est de 14 824 milliers.
  • Champ : hôtels en France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

La crise sanitaire pénalise surtout l’Île-de-France, l’urbain de province et les massifs de ski

Au 1er trimestre 2021, la fréquentation hôtelière baisse de 81 % en Île-de-France, soit 12,3 millions de nuitées de moins, par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019 (figure 3). Le recul est également important dans l’urbain de province (– 51 %, soit – 7,5 millions de nuitées).

En région parisienne, le recul de la clientèle d’affaires et de la clientèle non résidente depuis le début de la crise sanitaire expliquerait en grande partie cette situation. La baisse de la fréquentation est moins importante dans les autres régions, mais toujours supérieure à 40 %.

Au début de l’année 2021, les remontées mécaniques des stations de sports d’hiver sont restées fermées, pénalisant fortement les hôtels situés dans les stations de ski. Au 1er trimestre 2021, dans les massifs de ski, la fréquentation des hôtels diminue de 84 % par rapport à la moyenne des 1ers trimestres des deux années précédant la crise sanitaire, soit une perte de 3,2 millions de nuitées. Auvergne-Rhône-Alpes, qui concentre les deux tiers des chambres d’hôtel en station de ski, est ainsi la 2e région la plus touchée par la baisse de la fréquentation hôtelière au 1er trimestre 2021, après l’Île-de-France (figure 4).

Le recul de la fréquentation reste plus marqué dans les hôtels haut de gamme 4 et 5 étoiles (– 75 %) que ce soit en milieu urbain ou ailleurs. À l’opposé, il est moins fort pour les hôtels de confort plus modeste (figure 5).

Figure 3 - Évolution du nombre de nuitées selon les espaces touristiques

Figure 3 - Évolution du nombre de nuitées selon les espaces touristiques - Lecture : au 1er trimestre 2021, le nombre de nuitées dans les hôtels des massifs de ski baisse de 84,2 % par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
Île-de-France Urbain de province* Littoral Massifs de ski Autres espaces*
Nombre moyen de nuitées des T1 2018 et 2019 (en milliers) 15 242 14 724 5 157 3 781 2 650
Nombre de nuitées du T1 2021 (en milliers) 2 908 7 196 2 401 596 1 725
Évolution du nombre de nuitées (en %) – 80,9 – 51,1 – 53,5 – 84,2 – 34,9
  • * Hors zones littorales ou massifs montagneux (une zone urbaine sur le littoral est classée en littoral et non dans l’espace urbain).
  • Note : l’évolution du nombre de nuitées hôtelières du 1er trimestre 2021 est calculée par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Lecture : au 1er trimestre 2021, le nombre de nuitées dans les hôtels des massifs de ski baisse de 84,2 % par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Champ : hôtels en France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Figure 3 - Évolution du nombre de nuitées selon les espaces touristiques

  • * Hors zones littorales ou massifs montagneux (une zone urbaine sur le littoral est classée en littoral et non dans l’espace urbain).
  • Note : l’évolution du nombre de nuitées hôtelières du 1er trimestre 2021 est calculée par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Lecture : au 1er trimestre 2021, le nombre de nuitées dans les hôtels des massifs de ski baisse de 84,2 % par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Champ : hôtels en France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Figure 4 - Évolution du nombre de nuitées hôtelières selon les régions

en %
Figure 4 - Évolution du nombre de nuitées hôtelières selon les régions (en %) - Lecture : au 1er trimestre 2021, les nuitées dans les hôtels de France métropolitaine baissent de 64,3 % par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
Évolution du nombre de nuitées hôtelières du 1er trimestre 2021 par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019
Île-de-France – 80,9
Auvergne-Rhône-Alpes – 66,1
France métropolitaine – 64,3
Grand Est – 60,8
Provence–Alpes–Côte d'Azur – 57,8
Bourgogne–Franche–Comté – 53,4
Hauts-de-France – 50,5
Corse – 50,4
Normandie – 47,8
Occitanie – 47,5
Bretagne – 46,6
Nouvelle–Aquitaine – 45,5
Centre-Val de Loire – 42,6
Pays de la Loire – 41,8
  • Note : l’évolution du nombre de nuitées hôtelières du 1er trimestre 2021 est calculée par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Lecture : au 1er trimestre 2021, les nuitées dans les hôtels de France métropolitaine baissent de 64,3 % par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Champ : hôtels en France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Figure 4 - Évolution du nombre de nuitées hôtelières selon les régions

  • Note : l’évolution du nombre de nuitées hôtelières du 1er trimestre 2021 est calculée par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Lecture : au 1er trimestre 2021, les nuitées dans les hôtels de France métropolitaine baissent de 64,3 % par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Champ : hôtels en France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Figure 5 - Évolution du nombre de nuitées hôtelières selon la catégorie d’hôtel

Figure 5 - Évolution du nombre de nuitées hôtelières selon la catégorie d’hôtel - Lecture : au premier trimestre 2021, le nombre de nuitées dans les hôtels de 4 ou 5 étoiles baisse de 75,2 % par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
Non classés 1 et 2 étoiles 3 étoiles 4 et 5 étoiles
Nombre moyen de nuitées des T1 2018 et 2019 (en milliers) 2 514 3 790 5 737 2 783
Nombre de nuitées du T1 2021 (en milliers) 5 283 9 884 15 158 11 230
Évolution du nombre de nuitées (en %) – 52,4 – 61,7 – 62,2 – 75,2
  • Note : l’évolution du nombre de nuitées hôtelières du 1er trimestre 2021 est calculée par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Lecture : au premier trimestre 2021, le nombre de nuitées dans les hôtels de 4 ou 5 étoiles baisse de 75,2 % par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Champ : hôtels en France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Figure 5 - Évolution du nombre de nuitées hôtelières selon la catégorie d’hôtel

  • Note : l’évolution du nombre de nuitées hôtelières du 1er trimestre 2021 est calculée par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Lecture : au premier trimestre 2021, le nombre de nuitées dans les hôtels de 4 ou 5 étoiles baisse de 75,2 % par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.
  • Champ : hôtels en France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Encadré – Les dépenses par carte bancaire CB des résidents dans l’hôtellerie baissent de 58 %

La baisse de fréquentation hôtelière se traduit par une baisse équivalente en dépenses par carte bancaire CB des résidents dans le secteur de l’hôtellerie. Au 1er trimestre 2021, les dépenses des résidents en carte bancaire CB dans ce secteur ont diminué de 58 % par rapport à la moyenne des 1ers trimestres 2018 et 2019.

La baisse des dépenses en Île-de-France est particulièrement forte (– 67 %), notamment
à Paris (– 69 %).

Publication rédigée par : Odile Dangerfield, Alice Mainguené (Insee)

Sources

Avertissement : les données du 1er trimestre 2021 sont comparées à la moyenne des données des 1ers trimestres 2018 et 2019 et non pas aux données du 1er trimestre de l’année précédente comme habituellement. L’année 2020, marquée par la crise sanitaire, est trop atypique pour servir de référence de comparaison.

L’enquête mensuelle de fréquentation touristique habituellement conduite par l’Insee a été suspendue en mars 2020 compte tenu de la crise sanitaire liée à la Covid-19. En avril, mai et juin 2020, du fait du 1er confinement, les enquêtes de fréquentation touristique ont été réalisées en mode allégé. Ce mode d’enquête a été reconduit en novembre et décembre à la suite du 2e confinement de fin octobre. Dans ce cadre, seules les informations portant sur la capacité d’accueil et sur le nombre total de nuitées dans les hôtels ont été collectées. Les questions sur le pays de provenance de la clientèle (résidente ou non résidente) et le motif de séjour (de loisir ou professionnel) ne sont plus posées. L’alternance d’enquêtes normales et d’enquêtes allégées a, de fait, généré des ruptures de séries dans les données habituellement collectées et diffusées.

Les données de transactions par carte bancaire CB couvrent l’essentiel des transactions par cartes bancaires des résidents en France. Elles comportent deux limites dans leur interprétation : la date de transaction CB peut être anticipée par rapport à la date réelle de la nuit passée en hôtel, et les hausses de transactions peuvent traduire de plus grands recours aux cartes bancaires CB. Elles apportent néanmoins un éclairage complémentaire à celui de l’enquête mensuelle de fréquentation touristique.

Définitions


Le taux d’ouverture est le rapport entre le nombre d’établissements déclarés ouverts un mois donné et le nombre d’établissements enquêtés le même mois.


Le taux d’occupation est le rapport du nombre de chambres (ou d’emplacements, ou d’unités d’hébergements) occupées au nombre de chambres (ou d’emplacements, ou d’unités d’hébergements) effectivement offertes sur une période donnée, c’est-à-dire en excluant les fermetures, qu’elles soient régulières et saisonnières ou exceptionnelles, comme dans le cas de la crise sanitaire.


La fréquentation en nuitées correspond au nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement touristique. Un couple séjournant trois nuits dans un établissement compte pour six nuitées, de même que six personnes ne séjournant qu’une nuit.

Pour en savoir plus

Dangerfield O., Mainguené A., « Bilan touristique 2020 – Chute de fréquentation en 2020, rebond à l’été notamment dans les campings » , Insee Focus n° 235, mai 2021.

Canonéro B., Gidrol J.-C., « Au quatrième trimestre 2020, la fréquentation hôtelière baisse de 64 % par rapport au même trimestre 2019 », Insee Focus n° 227, mars 2021.

Canonéro B., Gidrol J.-C., Mainguené A., « La fréquentation touristique se dégrade en septembre, après avoir repris quelques couleurs en juillet-août », Insee Focus n° 215, novembre 2020.

Gidrol J.-C., Girard P., « En juin 2020, 73 % de nuitées en moins dans les hôtels qu’en 2019 en France métropolitaine », Insee Focus n° 201, août 2020.

Canonéro B., Girard P., Millet N., « En avril 2020, le nombre de chambres occupées sur le champ de trois grandes enseignes hôtelières chute de 79 % », Insee Focus n° 195, juin 2020.