Insee
Insee Analyses Ile-de-France · Avril 2021 · n° 132
Insee Analyses Ile-de-FranceUne hausse de 20 % des décès en Île-de-France en 2020

Vinciane Bayardin, Emmanuel Mosny (Insee), Émilie Moreau, Sandra Roger (Atelier parisien d'urbanisme)

En 2020, l’Île-de-France est la région de France métropolitaine la plus touchée par le surcroît de mortalité : 20 % de décès supplémentaires par rapport à la moyenne des cinq années précédentes. Concentré sur deux périodes, cet excès de mortalité a été particulièrement fort au printemps (+ 85 %), notamment dans la métropole du Grand Paris, et plus contenu à l’automne (+ 21 %). Les territoires les plus touchés sont souvent concernés par une pauvreté importante et plus souvent lieu de résidence de travailleurs-clés, plus exposés par nature de leurs fonctions au virus de la Covid-19. Bien que l’excès de mortalité ait particulièrement touché les personnes les plus âgées, notamment celles de 85 ans ou plus, les personnes âgées de 25 à 64 ans ont été également concernées lors de la première vague.

Insee Analyses Ile-de-France
No 132
Paru le : Paru le 08/04/2021

Un surcroît des décès dû principalement à la pandémie liée à la Covid-19

La crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus a été particulièrement meurtrière en France en 2020. L’analyse des décès inscrits au registre de l’état civil met en exergue un surcroît de décès par rapport aux années précédentes. Ce résultat ne peut pas être imputé uniquement à la Covid-19. D’autres facteurs, comme le vieillissement de la population, la restriction de l’accès aux soins ou, à l’inverse, la baisse des accidents de la route et de l’exposition aux risques professionnels pendant le confinement, entrent également en ligne de compte dans l’analyse globale de la mortalité.

L’Île-de-France, région de France métropolitaine la plus touchée par la hausse des décès en 2020

En 2020, 90 500 Franciliens sont décédés, soit une hausse de 20 % par rapport au nombre moyen annuel de décès entre 2015 et 2019. L’augmentation est du même ordre dans la métropole du Grand Paris (MGP). Cette hausse de la mortalité positionne l’Île-de-France en première place des régions de France métropolitaine, devant l’Auvergne-Rhône-Alpes (+ 17 %) et le Grand Est (+ 15 %).

L’analyse du taux de mortalité confirme ce surcroît de décès. En Île-de-France, il est de 7,4 ‰ sur l’ensemble de l’année 2020. Ce taux est supérieur à celui atteint en 2003 (6,9 ‰), année de la canicule où un pic de décès avait été observé pendant l’été. De 2004 à 2019, le taux de mortalité oscillait autour de 6 ‰.

La hausse de la mortalité a été conséquente en Île-de-France pendant les deux périodes (ou vagues) liées à la crise sanitaire : la première du 12 mars au 20 mai et la seconde du 8 octobre au 16 décembre. Hormis ces périodes, il n’y a globalement pas eu de surcroît de mortalité dans la région par rapport aux années précédentes (figure 1).

Figure 1Nombre de décès journaliers en île-de-France en 2003, en moyenne de 2015 à 2019 et en 2020

Nombre de décès journaliers en île-de-France en 2003, en moyenne de 2015 à 2019 et en 2020 - Lecture : le 1ᵉʳ avril en Île-de-France, il y a eu 699 décès en 2020 (pic de mortalité de l’année), contre 216 décès en 2003 et 205 décès en moyenne de 2015 à 2019.
Jour Année
2003 Moyenne 2015/2019 2020
01/01 230 244 237
02/01 235 244 231
03/01 240 249 244
04/01 187 253 237
05/01 197 250 230
06/01 205 247 237
07/01 194 241 253
08/01 214 247 247
09/01 235 256 269
10/01 241 252 242
11/01 219 256 236
12/01 244 251 239
13/01 246 238 227
14/01 232 250 221
15/01 231 239 231
16/01 209 255 208
17/01 240 234 213
18/01 189 229 239
19/01 210 242 210
20/01 227 240 205
21/01 258 249 236
22/01 239 245 223
23/01 218 245 241
24/01 207 231 233
25/01 197 233 222
26/01 185 234 198
27/01 245 244 231
28/01 217 242 223
29/01 204 248 244
30/01 227 234 219
31/01 204 241 240
01/02 217 230 196
02/02 209 243 230
03/02 212 236 245
04/02 212 232 226
05/02 217 253 231
06/02 203 232 213
07/02 210 239 268
08/02 203 242 233
09/02 173 239 231
10/02 209 249 215
11/02 200 237 218
12/02 226 242 195
13/02 182 238 211
14/02 216 239 208
15/02 197 231 222
16/02 184 234 219
17/02 227 227 223
18/02 228 220 201
19/02 215 231 207
20/02 217 229 224
21/02 206 225 223
22/02 195 227 200
23/02 223 227 181
24/02 227 220 214
25/02 207 223 201
26/02 192 225 236
27/02 225 235 202
28/02 210 230 197
29/02 212 214
01/03 234 227 216
02/03 246 222 217
03/03 241 219 207
04/03 198 237 234
05/03 246 219 230
06/03 181 214 217
07/03 201 228 196
08/03 183 219 171
09/03 197 230 222
10/03 211 225 223
11/03 209 215 226
12/03 249 210 201
13/03 213 221 213
14/03 202 235 202
15/03 187 208 220
16/03 199 221 274
17/03 204 209 275
18/03 205 194 290
19/03 215 213 304
20/03 203 216 304
21/03 206 220 277
22/03 195 210 305
23/03 187 217 394
24/03 204 216 375
25/03 217 208 417
26/03 201 203 475
27/03 203 202 535
28/03 205 222 553
29/03 187 204 536
30/03 179 212 624
31/03 211 204 617
01/04 216 205 699
02/04 203 186 697
03/04 174 209 697
04/04 188 198 641
05/04 214 198 681
06/04 191 216 658
07/04 166 196 677
08/04 218 207 655
09/04 203 191 620
10/04 202 200 597
11/04 224 196 562
12/04 202 210 528
13/04 206 198 504
14/04 221 199 505
15/04 231 193 482
16/04 210 194 446
17/04 200 186 500
18/04 186 201 419
19/04 196 210 380
20/04 173 219 383
21/04 208 194 338
22/04 209 198 327
23/04 227 195 321
24/04 193 197 327
25/04 211 207 287
26/04 211 197 271
27/04 183 192 242
28/04 221 198 267
29/04 199 195 263
30/04 214 191 259
01/05 189 190 218
02/05 196 201 229
03/05 189 191 220
04/05 166 192 233
05/05 204 194 222
06/05 207 204 220
07/05 197 200 240
08/05 179 187 226
09/05 183 193 217
10/05 179 198 213
11/05 176 195 203
12/05 207 183 217
13/05 204 193 193
14/05 207 174 197
15/05 194 191 228
16/05 197 195 235
17/05 178 190 188
18/05 192 202 225
19/05 186 198 232
20/05 183 188 221
21/05 199 188 231
22/05 187 185 217
23/05 193 204 188
24/05 177 196 169
25/05 160 187 218
26/05 193 191 204
27/05 185 193 196
28/05 188 201 218
29/05 179 204 205
30/05 225 195 183
31/05 193 187 176
01/06 220 182 176
02/06 215 184 180
03/06 191 193 232
04/06 200 184 202
05/06 177 197 197
06/06 172 182 198
07/06 190 179 163
08/06 194 190 177
09/06 167 193 202
10/06 170 181 180
11/06 182 186 209
12/06 181 190 206
13/06 182 176 189
14/06 201 187 191
15/06 202 191 166
16/06 161 190 212
17/06 207 194 188
18/06 157 190 174
19/06 197 191 163
20/06 184 186 193
21/06 198 189 208
22/06 168 198 194
23/06 191 176 202
24/06 178 184 192
25/06 184 188 221
26/06 204 193 244
27/06 206 198 188
28/06 184 186 158
29/06 173 194 174
30/06 165 197 185
01/07 184 190 201
02/07 192 204 166
03/07 182 203 162
04/07 184 199 168
05/07 190 196 185
06/07 206 201 178
07/07 211 202 167
08/07 194 190 208
09/07 206 183 187
10/07 188 187 213
11/07 246 183 149
12/07 197 184 161
13/07 171 178 171
14/07 211 168 188
15/07 272 181 171
16/07 227 184 187
17/07 198 191 191
18/07 219 194 192
19/07 214 195 194
20/07 172 194 205
21/07 203 180 189
22/07 211 178 157
23/07 199 188 190
24/07 171 196 191
25/07 176 202 179
26/07 195 200 179
27/07 157 194 194
28/07 174 181 191
29/07 191 177 185
30/07 177 188 187
31/07 175 180 174
01/08 198 181 200
02/08 181 173 162
03/08 212 191 184
04/08 229 197 170
05/08 294 185 161
06/08 342 182 190
07/08 479 181 210
08/08 569 190 193
09/08 577 182 216
10/08 581 175 251
11/08 838 176 253
12/08 1177 195 257
13/08 1035 175 245
14/08 483 185 169
15/08 313 168 189
16/08 268 176 209
17/08 249 174 179
18/08 256 180 207
19/08 240 180 191
20/08 218 180 195
21/08 203 179 204
22/08 202 182 183
23/08 199 179 174
24/08 178 193 185
25/08 191 192 186
26/08 159 176 178
27/08 190 191 191
28/08 174 197 183
29/08 166 191 190
30/08 175 186 181
31/08 152 187 186
01/09 163 178 189
02/09 175 190 189
03/09 173 169 193
04/09 172 179 223
05/09 191 186 206
06/09 197 182 181
07/09 189 177 203
08/09 195 177 191
09/09 206 182 208
10/09 181 185 220
11/09 177 183 197
12/09 188 191 190
13/09 181 195 199
14/09 159 193 236
15/09 194 185 236
16/09 192 184 234
17/09 202 190 206
18/09 213 199 255
19/09 181 193 202
20/09 186 186 214
21/09 212 201 208
22/09 226 200 172
23/09 193 202 181
24/09 188 191 210
25/09 187 192 203
26/09 169 193 206
27/09 204 198 179
28/09 166 200 232
29/09 198 193 203
30/09 182 184 197
01/10 200 208 221
02/10 189 212 204
03/10 199 202 236
04/10 205 197 230
05/10 169 218 198
06/10 202 208 256
07/10 190 202 232
08/10 194 210 221
09/10 207 203 254
10/10 190 209 198
11/10 192 216 236
12/10 169 202 253
13/10 199 211 216
14/10 200 212 218
15/10 183 207 204
16/10 211 207 237
17/10 185 203 250
18/10 197 210 220
19/10 158 204 255
20/10 199 211 241
21/10 193 177 305
22/10 190 192 264
23/10 186 202 248
24/10 180 200 278
25/10 191 210 278
26/10 183 190 252
27/10 191 196 276
28/10 228 208 258
29/10 195 206 269
30/10 203 198 293
31/10 223 207 248
01/11 187 199 287
02/11 179 199 284
03/11 189 191 266
04/11 215 210 275
05/11 181 214 277
06/11 218 204 269
07/11 208 204 284
08/11 190 208 302
09/11 196 207 287
10/11 199 194 274
11/11 189 201 275
12/11 208 211 262
13/11 236 220 274
14/11 165 212 269
15/11 193 221 256
16/11 190 208 259
17/11 214 211 251
18/11 207 203 258
19/11 178 203 243
20/11 201 209 242
21/11 176 206 251
22/11 189 202 261
23/11 187 214 269
24/11 210 214 282
25/11 195 214 265
26/11 212 207 207
27/11 204 210 236
28/11 210 214 238
29/11 191 218 221
30/11 195 208 247
01/12 205 212 260
02/12 214 222 215
03/12 191 228 282
04/12 204 217 240
05/12 188 210 222
06/12 205 222 238
07/12 223 225 239
08/12 205 213 249
09/12 229 219 248
10/12 233 211 241
11/12 224 227 254
12/12 238 225 229
13/12 211 224 222
14/12 204 221 233
15/12 219 227 263
16/12 215 214 277
17/12 232 219 211
18/12 236 245 246
19/12 220 223 196
20/12 213 234 231
21/12 218 231 215
22/12 244 233 235
23/12 236 228 258
24/12 234 223 215
25/12 240 216 218
26/12 234 231 226
27/12 232 246 245
28/12 241 240 256
29/12 217 227 228
30/12 222 233 254
31/12 237 241 232
  • Lecture : le 1ᵉʳ avril en Île-de-France, il y a eu 699 décès en 2020 (pic de mortalité de l’année), contre 216 décès en 2003 et 205 décès en moyenne de 2015 à 2019.
  • Champ : Île-de-France, décès répertoriés à la commune de résidence.
  • Source : Insee, état civil, fichier du 4 février 2021.

Figure 1Nombre de décès journaliers en île-de-France en 2003, en moyenne de 2015 à 2019 et en 2020

  • Lecture : le 1ᵉʳ avril en Île-de-France, il y a eu 699 décès en 2020 (pic de mortalité de l’année), contre 216 décès en 2003 et 205 décès en moyenne de 2015 à 2019.
  • Champ : Île-de-France, décès répertoriés à la commune de résidence.
  • Source : Insee, état civil, fichier du 4 février 2021.

Un fort accroissement des décès polarisé au sein et autour de la Seine-Saint-Denis, et sur l’axe Seine

Au sein de l’Île-de-France, la Seine-Saint-Denis et le Val-d’Oise ont été les plus concernés par le surcroît de mortalité, avec respectivement 25 % et 24 % de décès supplémentaires par rapport à la moyenne 2015-2019. L’augmentation a été particulièrement élevée dans de nombreuses grandes communes situées aux franges de ces départements, telles que Bobigny, Goussainville (+ 42 %), Gonesse, Sarcelles et Stains (+ 41 %) (figure 2). Le long de la Seine, de plus petites communes ont également connu une forte hausse de la mortalité, comme Villetaneuse (+ 53 %), l’Île-Saint-Denis (+ 36 %) ou Pierrefitte-sur-Seine (+ 34 %).

L’Essonne, les Yvelines et le Val-de-Marne ont été globalement moins fortement touchés. Toutefois, de nombreuses communes autour de l’axe Seine ont néanmoins connu de fortes hausses. Au nord de l’Essonne, il s’agit notamment de Fleury-Mérogis (+ 71 %), Yerres (+ 43 %), Grigny (+ 41 %), Évry-Courcouronnes (+ 37 %) et Vigneux-sur-Seine (+ 36 %). Au nord des Yvelines, il s’agit de Carrières-sous-Poissy (+ 46 %), Les Mureaux (+ 42 %), Chanteloup-les-Vignes (+ 40 %) ou Conflans-Sainte-Honorine (+ 38 %). Par ailleurs, de nombreuses communes à l’ouest de Versailles ont également connu un fort accroissement des décès, comme Montigny-le-Bretonneux (+ 51 %), Bois-d’Arcy (+ 38 %) ou Trappes (+ 36 %). La hausse est également importante dans quelques communes du Val-de-Marne, notamment au Kremlin-Bicêtre (+ 46 %) ou à Bry-sur-Marne (+ 41 %).

Globalement, les communes franciliennes avec un important surcroît de décès abritent des populations plutôt précaires. La pauvreté est élevée dans la plupart de ces territoires et les populations en situation de pauvreté sont plus à risque de développer des formes graves de la maladie. Ces populations vivent également plus souvent dans des logements suroccupés, favorisant les contacts rapprochés propices à la diffusion du virus.

S’agissant des autres communes où la pauvreté est moins répandue, comme Carrières-sous-Poissy, Conflans-Sainte-Honorine, Yerres et Vigneux-sur-Seine, la part des employés et ouvriers est souvent plus importante. Ces personnes sont moins enclines à télétravailler et sont donc plus exposées au risque sanitaire. Enfin, ce surcroît de décès peut aussi s’expliquer par une offre d’établissements pour personnes âgées dépendantes particulièrement développée au regard du reste du territoire, comme à Montigny-le-Bretonneux, au Kremlin-Bicêtre et à Bry-sur-Marne.

Figure 2Évolution annuelle de la mortalité dans les communes et arrondissements parisiens entre la moyenne 2015-2019 et 2020

en %
  • Lecture : en 2020, il y a eu 13 % de décès en plus dans le 1ᵉʳ arrondissement de Paris qu’en moyenne entre 2015 et 2019.
  • Champ : Île-de-France, décès répertoriés à la commune ou à l’arrondissement de résidence.
  • Source : Insee, état civil, fichier du 4 février 2021.

Une hausse plus modérée à Paris, dans les Hauts-de-Seine et en Seine-et-Marne

Paris est le territoire d’Île-de-France où la hausse des décès a été la plus contenue (+ 17 %). Seul le 19e arrondissement, jouxtant la Seine-Saint-Denis, a connu un excès de décès important (+ 30 %). Les 2e, 3e et 8e arrondissements n’ont, quant à eux, pas connu d’excédent de mortalité. Dans les Hauts-de-Seine et en Seine-et Marne, l’augmentation de mortalité est également restée contenue, au niveau parisien.

Dans les Hauts-de-Seine et à Paris, le niveau de vie médian est souvent élevé, malgré des disparités importantes selon les arrondissements ou communes. Par ailleurs, la part de travailleurs-clés qui y résident est plus limitée et beaucoup d’actifs ont pu télétravailler, parfois même loin de chez eux, comme en témoignent les départs observés lors du premier confinement. En Seine-et-Marne, la densité de population est plutôt faible par rapport au reste de la région (237 habitants au km² contre 1 022 pour la région), ce qui a pu limiter la propagation du virus, au moins en 2020.

Une première vague fortement meurtrière en Île-de-France

Lors de la première vague de l’épidémie (du 12 mars au 20 mai), le nombre de décès a fortement progressé dans la région : 26 000 Franciliens sont décédés en 2020 contre 14 100 en moyenne sur la même période entre 2015 et 2019, soit une hausse de 85 %. L’Île-de-France est la région où ce surcroît est le plus élevé devant la région Grand Est (+ 51 %, contre + 25 % en France métropolitaine). Au sein de la région, la MGP a été particulièrement concernée (+ 92 %), notamment dans les territoires du nord-est et dans le Val-de-Marne, avec des excédents de mortalité allant de + 104 % dans l’établissement public territorial (EPT) Grand Paris Sud Est Avenir à + 140 % dans l’EPT Plaine Commune (figure 3). À Paris, l’accroissement du nombre de personnes décédées a été globalement comparable à la moyenne régionale mais de fortes disparités s’observent entre arrondissements. Les plus forts excédents concernent les 19e, 13e, 12e et 10e arrondissements où le nombre de décès a plus que doublé pendant cette première vague. En dehors de la MGP, ce sont les communautés d’agglomération (CA) de Roissy Pays de France, de Plaine Vallée, de Val d’Yerres Val de Seine et de Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart qui ont été les plus touchées pendant la première vague.

Figure 3Évolution annuelle de la mortalité entre la moyenne 2015-2019 et 2020, du 12 mars au 20 mai d’une part (première vague), et du 8 octobre au 16 décembre d’autre part (seconde vague)

en %
Évolution annuelle de la mortalité entre la moyenne 2015-2019 et 2020, du 12 mars au 20 mai d’une part (première vague), et du 8 octobre au 16 décembre d’autre part (seconde vague) (en %) - Lecture : pendant la première vague, il y a eu 140 % de décès en plus dans l’EPT Plaine commune qu’en moyenne entre 2015 et 2019.
Code EPCI, EPT ou arrondissement Évolution du nombre de décès
75101 Paris 1er arrondissement 30,4
75102 Paris 2e arrondissement 51,0
75103 Paris 3e arrondissement 70,1
75104 Paris 4e arrondissement 82,7
75105 Paris 5e arrondissement 77,6
75106 Paris 6e arrondissement 95,3
75107 Paris 7e arrondissement 58,5
75108 Paris 8e arrondissement 2,7
75109 Paris 9e arrondissement 76,7
75110 Paris 10e arrondissement 101,5
75111 Paris 11e arrondissement 49,6
75112 Paris 12e arrondissement 103,8
75113 Paris 13e arrondissement 108,1
75114 Paris 14e arrondissement 58,2
75115 Paris 15e arrondissement 66,3
75116 Paris 16e arrondissement 76,1
75117 Paris 17e arrondissement 57,0
75118 Paris 18e arrondissement 92,7
75119 Paris 19e arrondissement 141,7
75120 Paris 20e arrondissement 89,8
200017846 CA Étampois Sud-Essonne 90,4
200023125 CC Les Portes Briardes entre Villes et Forêts 94,7
200023240 CC Pays de Nemours 41,5
200023919 CC Gâtinais Val de Loing 22,3
200033090 CC Plaines et Monts de France 100,0
200033173 CC de la Haute Vallée de Chevreuse 27,2
200034130 CC Gally Mauldre 19,0
200035970 CC Vexin Centre 63,4
200037133 CC du Provinois 26,2
200040251 CC Bassée-Montois -9,5
200055655 CA Roissy Pays de France 132,6
200056232 CA Communauté Paris-Saclay 68,2
200056380 CA Plaine Vallée 104,9
200057859 CA Cœur d'Essonne Agglomération 96,7
200057958 CA Paris - Vallée de la Marne 89,4
200058477 CA Val d'Yerres Val de Seine 118,7
200058485 CA Val Parisis 87,5
200058519 CA Saint-Germain Boucles de Seine 76,3
200058782 CA de Saint-Quentin-en-Yvelines 66,5
200059228 CA Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart 104,6
200059889 CU Grand Paris Seine et Oise 77,7
200070779 CC Brie des Rivières et Châteaux 23,9
200071074 CC Les Portes de l'Ile de France 11,1
200072130 CA du Pays de Meaux 73,6
200072346 CA du Pays de Fontainebleau 20,1
200072544 CC des Deux Morin 60,6
200072874 CC Val Briard 59,0
200073013 CC Carnelle Pays-De-France 81,8
200073344 CA Rambouillet Territoires 48,2
200090504 CA Coulommiers Pays de Brie 30,0
247700032 CC Moret Seine et Loing 44,6
247700057 CA Melun Val de Seine 67,9
247700065 CC du Pays de l'Ourcq 8,5
247700107 CC Pays de Montereau 72,8
247700339 CA Val d'Europe Agglomération 12,4
247700594 CA Marne et Gondoire 95,5
247700644 CC l'Orée de la Brie 15,4
247700701 CC Brie Nangissienne 76,6
247800550 CC du Pays Houdanais (Partie francilienne) 10,4
247800584 CA Versailles Grand Parc 73,8
247800618 CC Cœur d'Yvelines 14,7
249100074 CC du Pays de Limours 65,4
249100157 CC des Deux Vallées 20,8
249100546 CC du Val d'Essonne 68,3
249100553 CC Entre Juine et Renarde 21,2
249100595 CC Le Dourdannais en Hurepoix -7,1
249500109 CA de Cergy-Pontoise 85,2
249500430 CC Sausseron Impressionnistes 76,9
249500455 CC de la Vallée de l'Oise et des Trois Forêts 72,9
249500489 CC du Haut Val d'Oise 37,7
249500513 CC du Vexin-Val de Seine 14,2
200057966 Vallée Sud Grand Paris 75,4
200057974 Grand Paris Seine Ouest 68,5
200057982 Paris Ouest La Défense 96,1
200057990 Boucle Nord de Seine 121,7
200057867 Plaine Commune 140,2
200058097 Paris Terres d’Envol 108,9
200057875 Est Ensemble 131,6
200058790 Grand Paris Grand Est 80,9
200057941 Paris Est Marne & Bois 77,9
200058006 Grand Paris Sud Est Avenir 103,8
200058014 Grand-Orly Seine Bièvre 86,5
  • Lecture : pendant la première vague, il y a eu 140 % de décès en plus dans l’EPT Plaine commune qu’en moyenne entre 2015 et 2019.
  • Champ : Île-de-France, décès répertoriés à la commune de résidence.
  • Source : Insee, état civil, fichier du 4 février 2021.

Figure 3Évolution annuelle de la mortalité entre la moyenne 2015-2019 et 2020, du 12 mars au 20 mai d’une part (première vague), et du 8 octobre au 16 décembre d’autre part (seconde vague)

  • Lecture : pendant la première vague, il y a eu 140 % de décès en plus dans l’EPT Plaine commune qu’en moyenne entre 2015 et 2019.
  • Champ : Île-de-France, décès répertoriés à la commune de résidence.
  • Source : Insee, état civil, fichier du 4 février 2021.

Un surcroît de décès nettement moindre durant la seconde vague, surtout dans la MGP

Du 8 octobre au 16 décembre, l’Île-de-France, comme la région Grand Est, a été relativement épargnée par rapport à l’Auvergne-Rhône-Alpes (+ 63 %), la Provence-Alpes-Côte d’Azur (+ 34 %) ou la Bourgogne-Franche-Comté (+ 34 %). Elle a enregistré 3 100 décès de plus par rapport aux cinq années antérieures (2015-2019), soit une augmentation de 21 %.

L’excédent de décès a atteint partout des niveaux beaucoup moins importants que ceux observés lors de la première vague, notamment à Paris où il est de seulement 11 % par rapport à la même période en moyenne de 2015 à 2019.

Globalement, l’excèdent des décès au cours de la seconde période est plus diffus et concerne des territoires souvent différents de ceux qui avaient été plus touchés lors de la première vague.

Lors de ce second épisode, certains territoires, comme les EPT Paris Terres d’Envol et Est Ensemble en Seine-Saint-Denis ainsi que l’EPT Grand-Orly Seine Bièvre dans le Val-de-Marne, ont enregistré en proportion plus de décès que l’Île-de-France en moyenne. Il en est de même pour la CA Roissy Pays de France dans le Val-d’Oise, pour le nord des Hauts-de-Seine, le long de l’axe Seine autour de Mantes-la-Ville et des Mureaux dans les Yvelines, le nord de l’Essonne et dans l’établissement public de coopération intercommunale (EPCI) Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart. En Seine-et-Marne, certains EPCI ont été davantage touchés durant la seconde période que durant la première, comme les communautés de communes Val Briard, Coulommiers Pays de Brie ou Val d’Europe Agglomération.

Contrairement à la première vague, la seconde a été plus progressive. Plusieurs hypothèses peuvent être formulées pour expliquer ce moindre surcroît de mortalité dans la seconde vague en Île-de-France : une possible immunité acquise par ceux déjà touchés lors de la première vague, une distanciation physique et des dépistages plus fréquents que lors de la première vague, ou encore une amélioration de la prise en charge des malades du fait d’une meilleure connaissance de la maladie.

Des décès plus nombreux chez les plus âgés lors des deux périodes

L’excès de mortalité s’observe, en Île-de-France comme partout en France, surtout parmi les personnes âgées de 65 ans ou plus : + 96 % lors de la première vague et + 25 % lors de la seconde. Lors de la première vague, ce surcroît était plus fort pour les personnes de 85 ans ou plus (+ 107 %). Durant la seconde vague, ce n’est plus le cas puisque les personnes âgées de 65 à 84 ans ont été les plus touchées.

Les personnes de moins de 65 ans ont, quant à elles, été épargnées lors de la seconde vague (+ 135 décès) (figure 4). Au printemps, le nombre de décès avait progressé de 30 % pour les Franciliens âgés de 25 à 44 ans (530 décès contre 400 en moyenne sur la période 2015-2019) et de 48 % pour ceux de 45 à 64 ans (respectivement 3 180 décès contre 2 140). Les jeunes de moins de 25 ans ont en revanche connu un léger déficit de mortalité pendant les deux périodes, probablement en lien avec le confinement qui a limité les comportements à risques. Ces constats s’observent aussi à l’échelle de la MGP.

Lors des deux vagues, le surcroît de mortalité a davantage concerné les hommes que les femmes. Cet écart pourrait venir de comorbidités plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes (hypertension, diabète).

Figure 4Évolution du nombre de décès domiciliés par âge et par période entre la moyenne 2015-2019 et 2020

en %
Évolution du nombre de décès domiciliés par âge et par période entre la moyenne 2015-2019 et 2020 (en %) - Lecture : pendant la première vague (respectivement la seconde vague), il y a eu 40,7 % (respectivement 4,8 %) de décès en plus parmi les moins de 65 ans en Île-de-France qu’en moyenne entre 2015 et 2019.
Première vague (du 12 mars au 20 mai) Seconde vague (du 8 octobre au 16 décembre) Année 2020 hormis les deux vagues Ensemble de l’année 2020
Paris Moins de 65 ans 22,5 0,4 -2,1 3,1
65 ans ou plus 96,0 12,8 -0,8 19,7
Métropole du Grand Paris Moins de 65 ans 41,9 6,1 -3,8 6,8
65 ans ou plus 104,7 20,9 -1,4 22,7
Île-de-France Moins de 65 ans 40,7 4,8 -3,2 6,6
65 ans ou plus 95,5 25,2 1,4 23,6
  • Lecture : pendant la première vague (respectivement la seconde vague), il y a eu 40,7 % (respectivement 4,8 %) de décès en plus parmi les moins de 65 ans en Île-de-France qu’en moyenne entre 2015 et 2019.
  • Champ : Île-de-France, décès répertoriés à la commune de résidence.
  • Source : Insee, état civil, fichier du 4 février 2021.

Figure 4Évolution du nombre de décès domiciliés par âge et par période entre la moyenne 2015-2019 et 2020

  • Lecture : pendant la première vague (respectivement la seconde vague), il y a eu 40,7 % (respectivement 4,8 %) de décès en plus parmi les moins de 65 ans en Île-de-France qu’en moyenne entre 2015 et 2019.
  • Champ : Île-de-France, décès répertoriés à la commune de résidence.
  • Source : Insee, état civil, fichier du 4 février 2021.

Une très forte augmentation des décès survenus en maison de retraite lors de la première vague

Même si la majorité des décès enregistrés pendant la première vague ont eu lieu dans un hôpital ou dans une clinique (54 %), ce sont les décès survenus en maison de retraite qui ont relativement le plus augmenté. Ils ont triplé par rapport à la même période entre 2015 et 2019 (+ 195 %), contre + 62 % pour les décès à l’hôpital ou en clinique. Les décès à domicile ont également fortement progressé (+ 98 %).

Lors de la seconde vague, le nombre de décès en Île-de-France a augmenté dans les mêmes proportions quel que soit le lieu (domicile, hôpital, etc.). Dans la MGP, le surplus de décès dans les maisons de retraite s’est nettement réduit en passant de + 223 % au printemps à + 14 % à l’automne.

Quelles tendances au début de l’année 2021 ? Si, à l’échelle nationale, le nombre de décès enregistrés entre le 1ᵉʳ janvier et le 15 février 2021 est supérieur à celui observé sur la même période en 2019, l’Île-de-France est à ce stade l’une des trois régions où celui-ci reste inférieur (- 1 %) avec la Corse (- 9 %) et la Bretagne (- 3 %).

Publication rédigée par : Vinciane Bayardin, Emmanuel Mosny (Insee), Émilie Moreau, Sandra Roger (Atelier parisien d'urbanisme)

Pour comprendre

Le surcroît de mortalité (ou excédent des décès) à une période donnée correspond au rapport du nombre de décès sur la période donnée en 2020 rapporté à la moyenne du nombre de décès sur la même période des années 2015 à 2019. La comparaison sur une moyenne quinquennale permet d’avoir des résultats robustes sur des périodes courtes (comme des quinzaines), ou sur des niveaux géographiques fins. Il permet notamment de s’affranchir d’années particulières, où la grippe a été particulièrement virulente par exemple. Toutefois, la population la plus à risque de décéder est plus importante en 2020 qu’en 2015. Comparé uniquement à l’année 2019, le surcroît de mortalité en Île-de-France est de 19 %, soit inférieur d’un point.

L’année 2020 a été découpée en 26 quinzaines (deux semaines consécutives). Les vagues correspondent dans l’étude aux quinzaines de l’année où l’on observe un surcroît de mortalité significatif en Île-de-France. La première vague correspond donc à la période du 12 mars au 20 mai, tandis que la seconde vague correspond à la période du 8 octobre au 16 décembre.

Sources

Cette étude utilise les données de décès enregistrés dans les statistiques d’état civil. Les statistiques diffusées sont provisoires pour l’année 2020. Elles sont issues du fichier en date du 4 février 2021. Les décès sont comptabilisés dans la commune de résidence du défunt.

L’information sur le lieu de décès est déclarative et sa qualité dépend du degré de connaissance du déclarant sur les circonstances du décès ainsi que de sa capacité et de celle de l’officier d’état civil à choisir la modalité appropriée. Elle ne fait l’objet d’aucune vérification ou correction par l’Insee.

Définitions


Le taux de mortalité correspond au nombre de décès, rapporté à la population moyenne de l’année (ratio pour 1 000 habitants).


Le taux de pauvreté correspond à la part d’individus dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. En 2018, le seuil de pauvreté est de 1 063 € par mois pour une personne seule.


Travailleurs-clés : l’Observatoire régional de santé Île-de-France retient parmi les « travailleurs-clés » les personnels de santé, les aides-soignants, les pharmaciens, les ambulanciers, les personnels de la Poste, des forces de l’ordre, des transports publics, les pompiers, les personnes travaillant dans la vente de produits alimentaires, les livreurs, les buralistes et les agents de nettoyage, professions en contact avec le public et qui ont souvent continué à travailler sur site pendant la période de confinement.


Les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) sont des regroupements de communes ayant pour objet l’élaboration de « projets communs de développement au sein de périmètres de solidarité ». Les communautés urbaines, communautés d’agglomération, communautés de communes, syndicats d’agglomération nouvelle, syndicats de communes et syndicats mixtes sont des EPCI. La métropole du Grand Paris (MGP) est composée de Paris et de 11 établissements publics territoriaux (EPT).

Pour en savoir plus

Bayardin V., Jabot D., « Bilan démographique - L’Île-de-France en 2020 : une hausse des décès inédite, une baisse des naissances qui s’accentue », Insee Flash Île-de-France n° 56, avril 2021.

Le Minez S., Roux V., « 2020 : une hausse des décès inédite depuis 70 ans », Insee Première n° 1847, mars 2021.

Faucon F., Gremy I., Pancarte K., Sarron C., Saunal A., Telle-Lamberton M., « 765 000 travailleurs-clés franciliens répondent aux besoins fondamentaux de la population », Insee Analyses Île-de-France n° 128, février 2021.

Bouzemarene M., Wolf M., « Mars - juillet 2020, Paris face à la crise de la Covid-19 - Premiers éléments d’analyse », Apur, Étude, décembre 2020.

Allard T., Bayardin V., Mosny E., « L’Île-de-France, région la plus touchée par le surcroît de mortalité en 2020 », Insee Analyses Île-de-France n° 118, juin 2020.

Roger S., « Évolution des décès journaliers dans le Grand Paris - Comparaison 2019-2020 », Apur, Note n° 176, mai 2020.