Insee
Insee Flash Hauts-de-France · Avril 2021 · n° 119
Insee Flash Hauts-de-FrancePlus d’un demi-million de personnes proches du seuil de pauvreté

Mickaël Bréfort, Cyril Gicquiaux (Insee)

En 2018, 9,4 % de la population des Hauts‑de‑France, soit environ 540 600 personnes, ont un niveau de vie mensuel proche du seuil de pauvreté (entre 1 086 € et 1 267 €). Cette proportion est la plus forte des régions métropolitaines. Par comparaison aux ménages en situation de pauvreté, cette population comporte des ménages plus âgés, mais moins de familles nombreuses et monoparentales. Le niveau de vie de ces ménages repose davantage sur des revenus d’activité que des prestations sociales. À l’exception de la Métropole européenne de Lille et d’Amiens Métropole, ces populations sont surreprésentées dans les territoires les plus exposés à la pauvreté monétaire.

Insee Flash Hauts-de-France
No 119
Paru le : Paru le 13/04/2021

9,4 % de la population vit dans le « halo de la pauvreté »

Avec 18,0 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté en 2018, soit plus d’un million d’habitants, les Hauts‑de‑France sont la région de France métropolitaine la plus exposée à la pauvreté après la Corse (18,5 %). Par construction, la mesure de la pauvreté monétaire exclut des ménages aux revenus modestes dont le niveau de vie est proche du seuil de pauvreté. C’est le cas des ménages dont le niveau de vie est compris entre 1 086 € et 1 267 € nets par mois (60 % et 70 % du niveau de vie médian métropolitain), ce qui les situe dans un « halo de la pauvreté ».

Dans les Hauts‑de‑France, 540 600 personnes vivent dans ce halo en 2018. Cela représente 9,4 % de la population régionale, proportion la plus élevée des régions françaises (figure 1) et supérieure de 1,7 point à la moyenne nationale (7,7 %). La Corse occupe la 2ᵉ position avec une proportion de 8,8 %. À l’autre extrême, avec 6,7 %, le halo en Île-de-France est le plus faible de France métropolitaine.

Figure 1Taux de pauvreté et halo de la pauvreté par région en 2018

Taux de pauvreté et halo de la pauvreté par région en 2018 - Lecture : dans les Hauts‑de‑France, la part de la population dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté (60 % du niveau de vie médian métropolitain) est de 18,0 %. Le halo de la pauvreté recouvre les personnes vivant dans des ménages dont le niveau de vie est situé entre les seuils de 60 et 70 % de ce niveau de vie médian. Il regroupe 9,4 % de la population régionale en 2018.
Part de la population sous le seuil de pauvreté (en %) Part de la population dans le halo de la pauvreté (en %)
Hauts‑de‑France 18,0 9,4
Corse 18,5 8,8
Occitanie 17,2 8,5
Provence-Alpes-Côte d'Azur 17,3 7,9
Grand Est 14,8 7,7
France métropolitaine 14,6 7,7
Île-de-France 15,6 6,7
Nouvelle-Aquitaine 13,6 8,0
Normandie 13,5 8,0
Bourgogne-Franche-Comté 12,9 7,9
Centre-Val de Loire 13,1 7,5
Auvergne-Rhône-Alpes 12,7 7,1
Bretagne 10,9 7,2
Pays de la Loire 10,8 7,2
  • Lecture : dans les Hauts‑de‑France, la part de la population dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté (60 % du niveau de vie médian métropolitain) est de 18,0 %. Le halo de la pauvreté recouvre les personnes vivant dans des ménages dont le niveau de vie est situé entre les seuils de 60 et 70 % de ce niveau de vie médian. Il regroupe 9,4 % de la population régionale en 2018.
  • Sources : Insee; DGFiP; Cnaf; Cnav; CCMSA; Fichier localisé social et fiscal (FiLoSofi) 2018.

Figure 1Taux de pauvreté et halo de la pauvreté par région en 2018

  • Lecture : dans les Hauts‑de‑France, la part de la population dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté (60 % du niveau de vie médian métropolitain) est de 18,0 %. Le halo de la pauvreté recouvre les personnes vivant dans des ménages dont le niveau de vie est situé entre les seuils de 60 et 70 % de ce niveau de vie médian. Il regroupe 9,4 % de la population régionale en 2018.
  • Sources : Insee; DGFiP; Cnaf; Cnav; CCMSA; Fichier localisé social et fiscal (FiLoSofi) 2018.

Moins de familles monoparentales et nombreuses dans le halo

Dans les Hauts‑de‑France, comme au niveau national, le profil des ménages du halo diffère sensiblement de celui des ménages vivant sous le seuil de pauvreté (figure 2). Les familles monoparentales, fortement surreprésentées parmi ces ménages (26 %), sont ainsi moins présentes dans le halo (17 %). Ces proportions sont respectivement de 24 % et 19 % au niveau national. Les personnes vivant dans un ménage de cinq personnes ou plus sont également moins représentées dans le halo : plus d’une sur quatre sont dans le halo contre une sur trois en situation de pauvreté. Les ménages dans le halo sont par ailleurs plus âgés que ceux en situation de pauvreté : 28 % vivent dans un ménage dont le référent fiscal a 60 ans ou plus, contre 18 % des ménages pauvres (respectivement 29 % et 21 % au niveau national). Enfin, le halo compte proportionnellement plus de ménages propriétaires de leur logement : 40 % contre 25 % des ménages vivant sous le seuil de pauvreté.

Figure 2Comparaison du profil de la population du halo avec celle vivant sous le seuil de pauvreté

Comparaison du profil de la population du halo avec celle vivant sous le seuil de pauvreté - Lecture : dans les Hauts‑de‑France, les personnes vivant en famille monoparentale représentent 17 % de la population du halo (19 % en France métropolitaine), contre 26 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté.
Population sous le seuil de pauvreté en Hauts‑de‑France (en %) Population du halo en Hauts‑de‑France (en %) Population des Hauts‑de‑France (en %)
Famille monoparentale 25,6 17,0 12,4
Propriétaire 25,0 39,8 61,2
5 personnes ou plus 32,2 26,9 18,3
Plus de 60 ans 18,1 27,5 28,3
Moins de 30 ans 11,4 8,3 7,1
Couple sans enfant 7,9 13,8 20,3
  • Lecture : dans les Hauts‑de‑France, les personnes vivant en famille monoparentale représentent 17 % de la population du halo (19 % en France métropolitaine), contre 26 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté.
  • Sources : Insee; DGFiP; Cnaf; Cnav; CCMSA; Fichier localisé social et fiscal (FiLoSofi) 2018.

Figure 2Comparaison du profil de la population du halo avec celle vivant sous le seuil de pauvreté

  • Lecture : dans les Hauts‑de‑France, les personnes vivant en famille monoparentale représentent 17 % de la population du halo (19 % en France métropolitaine), contre 26 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté.
  • Sources : Insee; DGFiP; Cnaf; Cnav; CCMSA; Fichier localisé social et fiscal (FiLoSofi) 2018.

Davantage de salaires dans les revenus des ménages du halo

Plus le niveau de vie est élevé, plus le poids des salaires dans le revenu disponible des ménages augmente. Ce constat se vérifie pour les ménages vivant dans le halo de la pauvreté. Près de la moitié de leur revenu disponible est ainsi issu de leurs salaires contre seulement un tiers pour les ménages vivant sous le seuil de pauvreté. À l’inverse, le poids des prestations sociales dans leur revenu disponible y est moindre : 21 % contre 42 % pour les ménages pauvres. Lors de la survenue d’évènements professionnels défavorables (chômage partiel, non-renouvellement de contrat…), les ménages du halo sont potentiellement plus touchés que ceux en situation de pauvreté pour lesquels les prestations sociales peuvent assurer un filet de sécurité.

Encadré - Une population du halo surreprésentée dans les territoires les plus exposés à la pauvreté, exceptée dans la MEL et Amiens Métropole

D’une manière générale, les ménages dans le halo de la pauvreté se concentrent dans les territoires où la proportion de la population en situation de pauvreté est élevée. C’est le cas notamment dans les grands EPCI situés sur le littoral et le bassin minier, mais aussi dans ceux de plus petite taille du nord de l’Aisne (figure 3). Dans les communautés d’agglomérations (CA) de Lens-Liévin, Maubeuge ou Creil, 12 % des ménages vivent ainsi dans le halo de la pauvreté, ces territoires concentrant par ailleurs les plus fortes proportions de population vivant sous le seuil de pauvreté observées en Hauts‑de‑France (25 % ou plus).

Dans la Métropole européenne de Lille (MEL) et à Amiens Métropole où 19,2 % et 20,1 % de la population vit en situation de pauvreté, le halo en regroupe seulement 8,5 % et 8,7 %. Dans ces territoires, la moindre corrélation entre la part de ménages pauvres et dans le halo peut s’expliquer par des inégalités de revenus plus marquées qu’en moyenne régionale. En effet, ces grandes agglomérations abritent une part importante de ménages exposés aux fragilités sociales et aux revenus relativement confortables. Le poids de la population du halo, dont le niveau de vie est proche du seuil de pauvreté, y est ainsi moindre.

Figure 3Part de la population du halo par EPCI dans les Hauts‑de‑France en 2018

Part de la population du halo par EPCI dans les Hauts‑de‑France en 2018 - Lecture : dans la Métropole européenne de Lille (MEL), 8,5 % de la population vit dans le « halo de la pauvreté » soit un point de moins qu’au niveau régional (9,4 %).
EPCI Libellé EPCI Taux de pauvreté (en %) Part de la population dans le halo (en %)
200018083 CC de Desvres-Samer 14,4 9,7
200030633 CA du Caudrésis et du Catésis 22,7 11,1
200033579 CU d'Arras 15,7 7,8
200035442 CC du Sud-Artois 13,8 9,6
200037059 CC de la Haute-Somme 17,7 10,0
200040426 CC du Val de l'Oise 14,2 9,2
200040947 CC de Flandre Intérieure 11,0 7,8
200040954 CC des Hauts de Flandre 11,1 7,6
200041960 CC Pévèle-Carembault 7,4 5,4
200042190 CA de la Porte du Hainaut 23,0 11,7
200043263 CC Coeur de l'Avesnois 20,2 10,0
200043321 CC du Pays de Mormal 14,3 8,7
200043396 CA Maubeuge Val de Sambre 27,5 12,0
200043404 CC du Sud Avesnois 28,7 12,1
200043495 CA du Pays de Laon 21,7 9,5
200044030 CC des Sept Vallées 19,4 10,2
200044048 CC Osartis Marquion 10,4 8,0
200044618 CA du Douaisis (C.A.D.) 20,2 10,5
200066975 CC Senlis Sud Oise 7,2 4,6
200067965 CA de la Région de Compiègne et de la Basse Automne 14,5 7,7
200067973 CC Thelloise 7,0 5,4
200067999 CA du Beauvaisis 17,1 8,1
200068005 CC de l'Oise Picarde 13,0 9,3
200068047 CA Creil Sud Oise 29,3 12,0
200068500 CA de Cambrai 17,1 9,7
200069029 CA des Deux Baies en Montreuillois 14,4 9,2
200069037 CA du Pays de Saint-Omer 17,9 10,6
200069235 CC du Haut Pays du Montreuillois 18,7 11,0
200069482 CC des Campagnes de l'Artois 10,7 7,8
200069672 CC du Ternois 19,5 11,0
200070928 CC Terre de Picardie 15,9 10,1
200070936 CC Ponthieu-Marquenterre 15,0 9,6
200070944 CC du Vimeu 13,6 10,5
200070951 CC du Territoire Nord Picardie 14,2 9,1
200070969 CC Avre Luce Noye 9,5 6,6
200070977 CC du Grand Roye 15,9 9,4
200070985 CC de l'Est de la Somme 18,9 10,0
200070993 CA de la Baie de Somme 18,8 9,8
200071181 CC Somme Sud-Ouest 13,3 8,0
200071223 CC Nièvre et Somme 12,5 9,0
200071769 CC Picardie des Châteaux 13,9 9,7
200071785 CA Chauny-Tergnier-La Fère 20,5 10,2
200071892 CA du Saint-Quentinois 22,6 10,4
200071983 CC Thiérache Sambre et Oise 24,4 11,2
200071991 CC Retz-en-Valois 11,6 8,2
200072031 CA de la Région de Château-Thierry 15,2 8,4
200072460 CA de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane 19,6 10,9
200072478 CC Pays d'Opale 15,2 10,1
240200444 CC de la Thiérache du Centre 19,6 11,1
240200469 CC du Pays de la Serre 15,9 10,1
240200477 CA Grand Soissons Agglomération 21,1 9,7
240200493 CC du Pays du Vermandois 18,3 10,1
240200501 CC du Val de l'Aisne 11,2 8,5
240200519 CC du Canton d'Oulchy-le-Château 10,5 7,3
240200576 CC de la Champagne Picarde 11,4 9,1
240200584 CC du Canton de Charly-sur-Marne 10,9 7,3
240200592 CC du Chemin des Dames 13,5 9,2
240200600 CC des Trois Rivières 26,0 11,8
240200634 CC des Portes de la Thiérache 23,0 11,5
245900410 Métropole européenne de Lille 19,2 8,5
245900428 CU de Dunkerque 18,9 10,5
245900758 CC Flandre Lys 10,9 7,8
245901038 CC du Pays Solesmois 16,3 9,9
245901061 CC de la Haute-Deûle 10,5 7,0
245901152 CC Coeur d'Ostrevent 20,1 11,5
245901160 CA Valenciennes Métropole 23,2 10,8
246000129 CC du Liancourtois 10,3 7,0
246000376 CC du Clermontois 9,5 6,4
246000566 CC du Plateau Picard 10,9 7,8
246000582 CC des Sablons 11,4 7,0
246000707 CC du Vexin-Thelle 6,4 5,3
246000749 CC des Lisières de l'Oise 8,3 6,2
246000756 CC du Pays Noyonnais 18,3 10,2
246000764 CC de l'Aire Cantilienne 6,1 3,7
246000772 CC des Deux Vallées 10,5 6,8
246000848 CC de la Picardie Verte 13,1 8,9
246000855 CC du Pays des Sources 8,8 6,7
246000871 CC du Pays de Valois 7,1 5,3
246000897 CC de la Plaine d'Estrées 6,3 4,9
246000913 CC du Pays de Bray 10,0 7,0
246000921 CC des Pays d'Oise et d'Halatte 9,9 6,0
246200299 CA d'Hénin-Carvin 22,2 11,9
246200364 CA de Lens - Liévin 25,0 12,4
246200380 CC de la Terre des Deux Caps 15,2 10,0
246200729 CA du Boulonnais 20,7 11,1
246200844 CC de la Région d'Audruicq 13,0 9,0
246201016 CC du Pays de Lumbres 13,7 10,4
246201149 CA du Calaisis 24,5 11,1
248000499 CC du Val de Somme 9,3 7,0
248000531 CA Amiens Métropole 20,1 8,7
248000747 CC du Pays du Coquelicot 14,7 8,6
247600588 CC des Villes Soeurs 14,6 9,8
200069722 CC Interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle 15,0 8,8
  • Lecture : dans la Métropole européenne de Lille (MEL), 8,5 % de la population vit dans le « halo de la pauvreté » soit un point de moins qu’au niveau régional (9,4 %).
  • Sources : Insee; DGFiP; Cnaf; Cnav; CCMSA; Fichier localisé social et fiscal (FiLoSofi) 2018.

Figure 3Part de la population du halo par EPCI dans les Hauts‑de‑France en 2018

  • Lecture : dans la Métropole européenne de Lille (MEL), 8,5 % de la population vit dans le « halo de la pauvreté » soit un point de moins qu’au niveau régional (9,4 %).
  • Sources : Insee; DGFiP; Cnaf; Cnav; CCMSA; Fichier localisé social et fiscal (FiLoSofi) 2018.
Publication rédigée par : Mickaël Bréfort, Cyril Gicquiaux (Insee)

Sources

Les données, millésimées 2018, sont issues du fichier localisé social et fiscal (FiLoSoFi) rapprochant les données fiscales exhaustives en provenance de la Direction générale des Finances publiques (déclaration de revenus des personnes physiques, taxe d’habitation et fichier d’imposition des personnes physiques) et des données sur les prestations sociales émanant des organismes gestionnaires de ces prestations (CNAF, CNAV, MSA).

Définitions

Le niveau de vie d’un ménage correspond aux revenus du ménage après transferts (impôts et prestations sociales) rapportés au nombre d’unités de consommation du ménage. Les unités de consommation (UC) constituent une échelle préconisée par l’OCDE pour comparer les revenus de ménages de taille et de composition différentes. On compte 1 UC pour le premier adulte du ménage, 0,5 UC pour les autres personnes de 14 ans ou plus, et 0,3 UC pour les enfants de moins de 14 ans. Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d’un ménage.

Le niveau de vie médian partage la distribution nationale des niveaux de vie en deux sous-populations égales. La première moitié de la population perçoit moins que ce niveau de vie médian, et la seconde davantage.

Une personne est considérée comme pauvre au sens monétaire si elle vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. Ce seuil est fixé à 60 % du niveau de vie médian des ménages français. En 2018, il est de 1 086 € par mois pour une personne seule. Avec cette convention utilisée au niveau français et européen, la pauvreté est mesurée de façon relative puisqu’elle dépend de la distribution des niveaux de vie de l’ensemble de la population.

Les EPCI sont les établissements publics de coopération intercommunale qui regroupent les communes françaises pour exercer des compétences en commun. Les limites d’EPCI sont celles en vigueur au 1ᵉʳ janvier 2020. Dans les Hauts‑de‑France, on dénombre 2 communautés urbaines (CU), 23 communautés d’agglomération (CA), 65 communautés de communes (CC) et la Métropole européenne de Lille (MEL).

Pour en savoir plus

« Qui sont les 190 000 travailleurs pauvres des Hauts‑de‑France ? », Insee Flash Hauts‑de‑France n° 109, novembre 2020

« Une pauvreté très élevée, mais moins intense », Insee Analyses Hauts‑de‑France n° 78, mai 2018

« Une région fortement touchée par les différentes formes de fragilités sociales », Insee Analyses Hauts‑de‑France n° 74, mars 2018