Insee
Informations rapides · 29 janvier 2021 · n° 026
Informations rapidesLe PIB se replie au quatrième trimestre (–1,3 %), marqué par le deuxième confinement ; sur l’année 2020, il recule de 8,3 %Comptes nationaux trimestriels - première estimation (PIB) - quatrième trimestre 2020

Au quatrième trimestre 2020, le produit intérieur brut (PIB) recule à nouveau : –1.3 % après +18,5 % au troisième trimestre 2020. La perte d’activité ce trimestre est marquée par le confinement en vigueur de fin octobre jusqu’à mi-décembre et par les couvre-feux mis en place au cours des mois d’octobre et décembre. Elle est néanmoins bien plus modérée que celle constatée lors du premier confinement de mars-mai 2020 : au quatrième trimestre 2020, le PIB est inférieur de 5,0 % à son niveau un an auparavant (glissement annuel) alors que le recul sur un an s’élevait à 18,8 % au deuxième trimestre. En moyenne sur l'année 2020, le PIB a fortement baissé (–8,3 %, après +1,5 % en 2019. Cette première estimation de la baisse annuelle d’activité et des autres agrégats annuels par somme des quatre trimestres sera consolidée lors de la publication du compte annuel provisoire 2020 fin mai 2021.

L’effet du deuxième confinement se traduit principalement dans les dépenses de consommation des ménages, qui baissent à nouveau fortement (–5,4 % au quatrième trimestre après +18,2 % au trimestre précédent). En revanche, la formation brute de capital fixe (FBCF) poursuit sa reprise (+2,4 % après +24,0 %). Au total, la demande intérieure finale (hors stocks) baisse à nouveau : elle contribue à l’évolution du PIB à hauteur de –2,7 points après +19,4 points au trimestre précédent.

Le commerce extérieur poursuit son redressement. Pour le second trimestre consécutif, les exportations augmentent davantage que les importations (+4,8 % après +21,9 % pour les exportations, et +1,3 % après +16,2 % pour les importations). Au total, le commerce extérieur contribue positivement à la croissance du PIB ce trimestre : +0,9 point, après +0,8 point au trimestre précédent. Enfin, les variations de stocks contribuent positivement à l’évolution du PIB (+0,4 point après –1,7 point).

Informations rapides
No 026
Paru le : Paru le 29/01/2021
Prochaine parution le : 30/04/2021 à 07h30 - premier trimestre 2021
Avertissement

La Première estimation des comptes nationaux du quatrième trimestre 2020 poursuit les modifications méthodologiques mises en œuvre lors des précédentes publications pour prendre en compte les effets de la crise sanitaire et économique actuelle, ainsi que les mesures de politique économique mises en place pour les contenir. Ces modifications méthodologiques sont détaillées dans la note jointe à cette publication. Étant donné les fortes évolutions des derniers trimestres, les glissements annuels rendent mieux compte de l’activité. Les tableaux ont été dédoublés pour présenter à la fois les évolutions trimestrielles (T/T-1) et les glissements annuels (T/T-4).

Au quatrième trimestre 2020, le produit intérieur brut (PIB) recule à nouveau : –1.3 % après +18,5 % au troisième trimestre 2020. La perte d’activité ce trimestre est marquée par le confinement en vigueur de fin octobre jusqu’à mi-décembre et par les couvre-feux mis en place au cours des mois d’octobre et décembre. Elle est néanmoins bien plus modérée que celle constatée lors du premier confinement de mars-mai 2020 : au quatrième trimestre 2020, le PIB est inférieur de 5,0 % à son niveau un an auparavant (glissement annuel) alors que le recul sur un an s’élevait à 18,8 % au deuxième trimestre. En moyenne sur l'année 2020, le PIB a fortement baissé (–8,3 %, après +1,5 % en 2019. Cette première estimation de la baisse annuelle d’activité et des autres agrégats annuels par somme des quatre trimestres sera consolidée lors de la publication du compte annuel provisoire 2020 fin mai 2021.

L’effet du deuxième confinement se traduit principalement dans les dépenses de consommation des ménages, qui baissent à nouveau fortement (–5,4 % au quatrième trimestre après +18,2 % au trimestre précédent). En revanche, la formation brute de capital fixe (FBCF) poursuit sa reprise (+2,4 % après +24,0 %). Au total, la demande intérieure finale (hors stocks) baisse à nouveau : elle contribue à l’évolution du PIB à hauteur de –2,7 points après +19,4 points au trimestre précédent.

Le commerce extérieur poursuit son redressement. Pour le second trimestre consécutif, les exportations augmentent davantage que les importations (+4,8 % après +21,9 % pour les exportations, et +1,3 % après +16,2 % pour les importations). Au total, le commerce extérieur contribue positivement à la croissance du PIB ce trimestre : +0,9 point, après +0,8 point au trimestre précédent. Enfin, les variations de stocks contribuent positivement à l’évolution du PIB (+0,4 point après –1,7 point).

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO ()
PIB
2005-T1 492309
2005-T2 493200
2005-T3 495710
2005-T4 499422
2006-T1 503294
2006-T2 508405
2006-T3 508422
2006-T4 512527
2007-T1 516248
2007-T2 520307
2007-T3 522033
2007-T4 523204
2008-T1 525542
2008-T2 523095
2008-T3 521452
2008-T4 514163
2009-T1 505606
2009-T2 505100
2009-T3 505896
2009-T4 509568
2010-T1 511492
2010-T2 514144
2010-T3 517166
2010-T4 520764
2011-T1 526140
2011-T2 526387
2011-T3 527913
2011-T4 529134
2012-T1 529710
2012-T2 528731
2012-T3 529765
2012-T4 529329
2013-T1 529168
2013-T2 532775
2013-T3 532892
2013-T4 535549
2014-T1 535964
2014-T2 536544
2014-T3 539107
2014-T4 539746
2015-T1 542471
2015-T2 542230
2015-T3 544126
2015-T4 544692
2016-T1 548509
2016-T2 547236
2016-T3 548517
2016-T4 551626
2017-T1 556057
2017-T2 560175
2017-T3 564121
2017-T4 568801
2018-T1 569481
2018-T2 570755
2018-T3 572912
2018-T4 576639
2019-T1 579566
2019-T2 581218
2019-T3 582073
2019-T4 580985
2020-T1 546673
2020-T2 472044
2020-T3 559418
2020-T4 551875

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO

  • Source : Insee

Le PIB et ses composantes en volumes chaînés

variations en %, données CVS-CJO
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés (variations en %, données CVS-CJO)
2020 T1 2020 T2 2020 T3 2020 T4 2019 2020
PIB -5,9 -13,7 18,5 -1,3 1,5 -8,3
Importations -5,8 -17,0 16,2 1,3 2,6 -11,6
Dép. conso. ménages -5,7 -11,6 18,2 -5,4 1,5 -7,1
Dép. conso. APU* -2,8 -10,0 14,6 -0,4 1,7 -3,1
FBCF -10,6 -14,7 24,0 2,4 4,3 -9,8
Exportations -6,9 -25,2 21,9 4,8 1,8 -16,7
Contributions :
Demande intérieure finale hors stocks -6,3 -12,2 19,4 -2,7 2,2 -7,0
Variations de stocks 0,7 0,8 -1,7 0,4 -0,4 0,2
Commerce extérieur -0,3 -2,3 0,8 0,9 -0,3 -1,5
  • * APU : administrations publiques
  • ** ENF : entreprises non financières
  • Les volumes sont mesurés aux prix de l'année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).
  • Source : Insee

Le PIB et ses composantes en volumes chaînés – glissements annuels

glissements annuels en %, données CVS-CJO
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés – glissements annuels (glissements annuels en %, données CVS-CJO)
2020 T1 2020 T2 2020 T3 2020 T4
PIB -5,7 -18,8 -3,9 -5,0
Importations -6,1 -22,2 -10,0 -8,1
Dép. conso. ménages -4,7 -16,0 -1,1 -6,8
Dép. conso. APU* -1,4 -11,7 0,7 0,0
FBCF -8,2 -22,7 -5,3 -3,2
Exportations -8,6 -31,3 -15,9 -11,0
Contributions :
Demande intérieure finale hors stocks -4,8 -16,9 -1,8 -4,6
Variations de stocks -0,1 0,9 -0,4 0,4
Commerce extérieur -0,8 -2,7 -1,7 -0,8
  • * APU : administrations publiques
  • ** ENF : entreprises non financières
  • Les volumes sont mesurés aux prix de l'année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).
  • Source : Insee

La production totale ne se replie que modérément (–0,7 %), en raison de la hausse de la production de biens (+2,3 %)

La production totale (biens et services) diminue de 0,7 %, après le rebond de +18,0 % au troisième trimestre. Néanmoins, la production de biens poursuit sa hausse ce trimestre (+2,3 % après +19,0 %), portée notamment par l’industrie manufacturière qui semble peu affectée par le deuxième confinement. La production de gaz et d’électricité reste également dynamique (+3,1 % après +10,7 %). Par ailleurs, la construction est quasiment stable (+0,2 % après +36,0 %). À l’inverse, et en raison notamment des fermetures de lieux accueillant du public, la production baisse nettement dans les services marchands (–2,2 % après +15,6 %). La production diminue également, mais de manière plus modérée, dans les services non marchands (–0,5 % après +17,4 %). In fine, la production de biens poursuit ce trimestre son rapprochement vers son niveau d’avant-crise (–4,6 % en glissement annuel après –8,2 % au troisième trimestre), tandis que les services s’en éloignent à nouveau (–5,0 % en glissement annuel, après –3,4 % au troisième trimestre).

Production, consommation et FBCF : principales composantes

variations en %, données CVS-CJO
Production, consommation et FBCF : principales composantes (variations en %, données CVS-CJO)
2020 T1 2020 T2 2020 T3 2020 T4 2019 2020
Production branche -5,6 -14,0 18,0 -0,7 1,5 -8,6
Biens -5,8 -16,8 19,0 2,3 -0,3 -11,2
Ind. manufacturière -6,8 -20,3 23,9 2,3 -0,2 -13,1
Construction -13,2 -19,7 36,0 0,2 2,6 -13,2
Services marchands -5,1 -12,9 15,6 -2,2 2,2 -8,2
Services non marchands -3,2 -10,8 17,4 -0,5 1,2 -3,1
Consommation des ménages -5,7 -11,6 18,2 -5,4 1,5 -7,1
Alimentaire 2,9 -0,5 -3,3 1,1 -1,3 1,0
Énergie -4,2 -11,5 15,9 -3,9 -0,1 -7,4
Biens fabriqués -15,6 -11,4 39,3 -8,5 1,7 -8,9
Services -5,6 -16,5 21,0 -7,4 2,0 -10,3
FBCF -10,6 -14,7 24,0 2,4 4,3 -9,8
Produits manufacturés -13,3 -17,3 34,1 -1,1 4,0 -12,4
Construction -15,1 -20,9 39,2 0,2 3,7 -14,7
Services marchands -3,8 -6,7 5,7 7,1 5,3 -2,4
  • Source : Insee

Production, consommation et FBCF : principales composantes – glissements annuels

glissements annuels en %, données CVS-CJO
Production, consommation et FBCF : principales composantes – glissements annuels (glissements annuels en %, données CVS-CJO)
2020 T1 2020 T2 2020 T3 2020 T4
Production branche -5,7 -19,1 -4,6 -4,9
Biens -8,2 -23,4 -8,2 -4,6
Ind. manufacturière -9,4 -27,4 -9,5 -5,8
Construction -12,3 -30,2 -5,4 -5,0
Services marchands -4,6 -17,2 -4,6 -6,6
Services non marchands -2,1 -13,0 1,7 0,9
Consommation des ménages -4,7 -16,0 -1,1 -6,8
Alimentaire 2,7 1,9 -0,8 0,1
Énergie -4,5 -17,0 -2,5 -5,5
Biens fabriqués -13,6 -23,0 5,4 -4,7
Services -4,5 -20,6 -4,4 -11,8
FBCF -8,2 -22,7 -5,3 -3,2
Produits manufacturés -12,1 -28,0 -4,5 -5,0
Construction -13,4 -32,4 -6,7 -6,3
Services marchands 0,5 -7,8 -4,1 1,6
  • Source : Insee

La consommation des ménages se replie plus nettement (–5,4 %) que la production totale

Les dépenses de consommation des ménages baissent fortement en raison des nombreuses fermetures de commerces : –5,4 % au quatrième trimestre (après le rebond de +18,2 % au troisième trimestre). Si la consommation de biens alimentaires repart légèrement à la hausse (+1,1 % au quatrième trimestre après –3,3 % au troisième), elle se replie fortement dans les biens fabriqués (–8,5 % après +39,3 %) et dans les services (–7,4 % après +21,0 %). La baisse est également marquée dans l’énergie (–3,9 % après 15,9 %), en raison notamment du recul de la consommation de carburants, lié à la diminution des déplacements. In fine, la consommation des ménages s’éloigne nettement de son niveau d’avant-crise (–6,8 % en glissement annuel), alors qu’elle l’avait presque rattrapé au trimestre précédent (–1,1 % en glissement annuel).

Sur l’ensemble de l’année 2020, la consommation des ménages diminue de 7,1 %, après +1,5 % en 2019

À l’inverse du premier confinement, l’investissement progresse au quatrième trimestre (+2,4 %)

Au quatrième trimestre 2020, la FBCF poursuit sa hausse (+2,4 % ce trimestre, après +24,0 % au troisième). La FBCF ne semble pas véritablement affectée par le deuxième confinement, à la différence notable du premier. Ainsi, la FBCF en services marchands est très dynamique (+7,1 % après +5,7 %), portée notamment par un nombre particulièrement élevé de transactions immobilières, probablement en raison d’un effet de rattrapage des trimestres précédents. Enfin, la FBCF en construction se maintient ce trimestre (+0,2 %) : bien que largement en deçà de son niveau d’avant-crise (–6,3 % en glissement annuel), elle ne s’effondre pas, contrairement ce qui avait été constaté au premier confinement (–32,4 % en glissement annuel au deuxième trimestre).

Sur l’ensemble de l’année 2020, la FBCF totale se replie nettement (–9,8 % après +4,3 % en 2019).

Le commerce extérieur apparaît moins affecté par le deuxième confinement et le déficit des échanges extérieurs se resserre

Pour le second trimestre consécutif, les exportations augmentent davantage que les importations (respectivement +4,8 % après +21,9 %, contre +1,3 % après +16,2 %). En effet, les secteurs porteurs pour les exportations françaises (matériels de transport, pharmacie, etc.) poursuivent leur progression – à l’exception notable du tourisme international. En outre le confinement, en limitant les déplacements, a contribué à diminuer les imports de pétrole. Le commerce extérieur contribue ainsi positivement à la croissance du PIB ce trimestre : +0,9 point, après +0,8 point au trimestre précédent. Le déficit du solde extérieur se resserre : en euros courants, il est ainsi réduit de moitié au quatrième trimestre par rapport à son point bas observé au deuxième (–9,4 Md€ ce trimestre, contre –18,8 Md€ au deuxième). Néanmoins, les échanges extérieurs demeurent largement inférieurs à leur niveau d’avant-crise : –11,0 % en glissement annuel en volume pour les exportations ce trimestre, –8,1 % pour les importations.

Sur l’ensemble de l’année 2020, la contribution du commerce extérieur à l’évolution du PIB est largement négative (–1,5 point).

Les variations de stocks contribuent légèrement au PIB

En raison d’un impact différencié du confinement, plus marqué sur la demande que sur les capacités de production, les variations de stocks contribuent pour +0,4 point à la croissance du PIB ce trimestre, contre –1,7 point au troisième trimestre.

Sur l’année 2020, les variations de stocks contribuent pour +0,2 point à l’évolution du PIB.

Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages

variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages (variations t/t-1, en %, données CVS-CJO)
2020 T1 2020 T2 2020 T3 2020 T4 2019
RDB -0,5 -2,5 3,6 3,1
RDB (pouvoir d'achat) -0,6 -2,3 3,4 2,1
RDB par uc* (pouvoir d'achat) -0,8 -2,4 3,3 1,5
RDB ajusté (pouvoir d'achat) -1,5 -4,9 6,9 2,0
Taux d'épargne (niveau) 19,3 26,9 16,5 14,9
Taux d'épargne financière (niveau) 10,2 19,2 6,7 4,6
  • * uc : unité de consommation
  • Source : Insee

Ratios des comptes des sociétés non financières

niveaux en %, données CVS-CJO
Ratios des comptes des sociétés non financières (niveaux en %, données CVS-CJO)
2020 T1 2020 T2 2020 T3 2020 T4 2019
Taux de marge 29,2 27,4 29,9 33,2
Taux d'investissement 24,3 25,6 25,0 24,5
Taux d'épargne 19,7 16,4 20,9 23,2
Taux d'autofinancement 81,0 64,2 83,5 94,7
  • Source : Insee

Dépenses, recettes et besoin de financement des administrations publiques

niveaux, données CVS-CJO
Dépenses, recettes et besoin de financement des administrations publiques (niveaux, données CVS-CJO)
2020 T1 2020 T2 2020 T3 2020 T4 2019
En milliards d'euros
Dépenses totales 338,6 343,8 339,9 1348,1
Recettes totales 308,1 281,1 312,7 1275,0
Capacité (+) ou besoin (–) de financement -30,5 -62,8 -27,3 -73,1
En % de PIB
Capacité (+) ou besoin (–) de financement -5,3 -12,2 -4,6 -3,0
  • Source : Insee

Révisions

L’estimation de la croissance du PIB au troisième trimestre 2020 est révisée à la baisse de 0,2 point et s’établit à +18,5 %. Cette révision tient à l’intégration de nouvelles données, à des ajustements méthodologiques, et à la révision des indicateurs existants.

Pour en savoir plus

Prochaine publication : le 26 février 2021 à 08h45

Prochaine publication : le 26 février 2021 à 08h45


: bureau-de-presse@insee.fr
: