Insee
Insee Focus · Février 2021 · n° 225
Insee FocusSe marier en été est une habitude récente : 150 ans de saisonnalité des mariages

Sylvain Papon (Insee)

En 2019, 225 000 mariages ont été célébrés en France, dont 60 % pendant la période estivale, entre juin et septembre.

Se marier en été est une habitude récente. Au milieu du 19ᵉ siècle et jusqu’à la Première Guerre mondiale, les mois de mars et décembre étaient évités pour des raisons religieuses (carême et avent) et l’été en raison des travaux agricoles. Les mariages avaient donc lieu davantage en hiver, notamment en février.

À partir de l’entre-deux-guerres, les mariages deviennent de plus en plus nombreux en avril alors qu’ils se raréfient en hiver. Après la Seconde Guerre mondiale, les futurs époux évitent de se marier au mois de mai, « mois de Marie » pour les catholiques, et les mariages durant l’été deviennent plus fréquents avec la démocratisation des congés payés.

À partir du milieu des années 1970, dans une France de plus en plus sécularisée, les mariages sont moins nombreux. Ils deviennent de plus en plus synonymes de fête, davantage qu’une obligation pour entrer dans la vie de couple. Le choix se porte alors davantage sur un mariage à la belle saison, entre juin et septembre.

Il y a cinquante ans, 68 % des mariages avaient lieu le samedi. Ce choix s’est amplifié depuis et atteint 82 % en 2019.

Insee Focus
No 225
Paru le : Paru le 11/02/2021

En 2019, 224 700 mariages ont été célébrés en France

En 2019, 224 700 mariages ont été célébrés en France (figure 1), soit 10 000 de moins qu’en 2018 (– 4,3 %). Pour les seuls mariages de couples de même sexe, la baisse est moindre (– 1,8 %), avec 6 300 mariages en 2019 après 6 400 en 2018. Pour la première fois depuis la promulgation de la loi du 17 mai 2013 autorisant le mariage aux couples de même sexe, le nombre de mariages de couples de femmes (3 200) est supérieur à celui des couples d’hommes (3 100).

Figure 1 – Nombre de mariages en France depuis 1957

Figure 1 – Nombre de mariages en France depuis 1957 -
Mariages entre personnes de sexe différent Ensemble des mariages
1957 315 711 .
1958 316 972 .
1959 326 170 .
1960 325 812 .
1961 320 505 .
1962 322 189 .
1963 345 247 .
1964 353 570 .
1965 352 584 .
1966 345 763 .
1967 351 760 .
1968 362 890 .
1969 387 325 .
1970 400 473 .
1971 412 739 .
1972 422 958 .
1973 407 319 .
1974 401 170 .
1975 393 914 .
1976 380 098 .
1977 374 034 .
1978 360 616 .
1979 346 452 .
1980 340 303 .
1981 320 779 .
1982 318 424 .
1983 306 757 .
1984 287 845 .
1985 275 692 .
1986 272 062 .
1987 271 783 .
1988 278 062 .
1989 287 104 .
1990 294 690 .
1991 287 897 .
1992 279 338 .
1993 262 696 .
1994 260 866 .
1995 261 813 .
1996 287 144 .
1997 291 163 .
1998 278 525 .
1999 293 544 .
2000 305 234 .
2001 295 720 .
2002 286 169 .
2003 282 756 .
2004 278 439 .
2005 283 036 .
2006 273 914 .
2007 273 669 .
2008 265 404 .
2009 251 478 .
2010 251 654 .
2011 236 826 .
2012 245 930 .
2013 231 225 238 592
2014 230 770 241 292
2015 228 565 236 316
2016 225 612 232 725
2017 226 671 233 915
2018 228 349 234 735
2019 218 468 224 740
  • Champ : France hors Mayotte jusqu'en 2013, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 1 – Nombre de mariages en France depuis 1957

  • Champ : France hors Mayotte jusqu'en 2013, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

En 2019, près de 60 % des mariages ont eu lieu entre juin et septembre

En 2019, 42 100 mariages ont été célébrés au mois de juin, qui comportait cinq samedis, soit 19 % du total des mariages de l’année. Plus de 30 000 couples se sont dit « oui » en juillet et autant en août. Le mois d’août comportait alors cinq samedis contre quatre en juillet. Pendant les quatre mois de la saison estivale, entre juin et septembre, 132 200 mariages ont été célébrés, soit 59 % du total de l’année. Le jour le plus choisi a été le 8 juin (figure 2), samedi précédant la Pentecôte, avec 8 800 mariages, soit 3,9 % des mariages de l’année.

Figure 2 - Nombre de mariages en 2019, par jour et par semaine

Figure 2 - Nombre de mariages en 2019, par jour et par semaine - Lecture : 73 mariages ont été célébrés le lundi 2 décembre 2019, et 2 437 durant la semaine du 2 au 8 décembre. S’il y avait eu en 2019 le même nombre de mariages par jour, ce sont 616 mariages qui auraient été célébrés chaque jour et 4 310 par semaine.
Mois Jour Par jour Par semaine
Janvier 1 3 1 463
2 46 1 463
3 76 1 463
4 176 1 463
5 962 1 463
6 5 1 463
7 68 1 524
8 51 1 524
9 40 1 524
10 67 1 524
11 128 1 524
12 1 168 1 524
13 2 1 524
14 55 1 503
15 47 1 503
16 47 1 503
17 54 1 503
18 130 1 503
19 1 165 1 503
20 5 1 503
21 61 1 439
22 37 1 439
23 42 1 439
24 42 1 439
25 149 1 439
26 1 103 1 439
27 5 1 439
28 43 1 314
29 18 1 314
30 43 1 314
31 48 1 314
Février 1 128 1 314
2 1 026 1 314
3 8 1 314
4 36 1 452
5 40 1 452
6 42 1 452
7 43 1 452
8 140 1 452
9 1 149 1 452
10 2 1 452
11 52 2 089
12 37 2 089
13 42 2 089
14 298 2 089
15 201 2 089
16 1 456 2 089
17 3 2 089
18 49 1 923
19 48 1 923
20 61 1 923
21 66 1 923
22 182 1 923
23 1 512 1 923
24 5 1 923
25 73 1 806
26 47 1 806
27 57 1 806
28 69 1 806
Mars 1 184 1 806
2 1 369 1 806
3 7 1 806
4 60 1 756
5 50 1 756
6 45 1 756
7 73 1 756
8 182 1 756
9 1 344 1 756
10 2 1 756
11 70 1 919
12 45 1 919
13 47 1 919
14 56 1 919
15 194 1 919
16 1 500 1 919
17 7 1 919
18 58 2 118
19 57 2 118
20 83 2 118
21 72 2 118
22 211 2 118
23 1 630 2 118
24 7 2 118
25 66 2 310
26 53 2 310
27 55 2 310
28 72 2 310
29 213 2 310
30 1 846 2 310
31 5 2 310
Avril 1 90 3 022
2 58 3 022
3 57 3 022
4 69 3 022
5 276 3 022
6 2 467 3 022
7 5 3 022
8 75 3 409
9 73 3 409
10 67 3 409
11 78 3 409
12 330 3 409
13 2 772 3 409
14 14 3 409
15 113 4 579
16 67 4 579
17 84 4 579
18 115 4 579
19 368 4 579
20 3 818 4 579
21 14 4 579
22 10 4 685
23 89 4 685
24 96 4 685
25 158 4 685
26 511 4 685
27 3 815 4 685
28 6 4 685
29 94 4 294
30 139 4 294
Mai 1 10 4 294
2 129 4 294
3 405 4 294
4 3 502 4 294
5 15 4 294
6 84 3 933
7 97 3 933
8 12 3 933
9 122 3 933
10 372 3 933
11 3 243 3 933
12 3 3 933
13 69 4 398
14 56 4 398
15 87 4 398
16 84 4 398
17 364 4 398
18 3 727 4 398
19 11 4 398
20 76 4 312
21 58 4 312
22 67 4 312
23 130 4 312
24 397 4 312
25 3 576 4 312
26 8 4 312
27 96 7 659
28 88 7 659
29 272 7 659
30 62 7 659
31 1 112 7 659
Juin 1 6 018 7 659
2 11 7 659
3 100 10 026
4 73 10 026
5 90 10 026
6 206 10 026
7 738 10 026
8 8 779 10 026
9 40 10 026
10 9 8 006
11 131 8 006
12 130 8 006
13 180 8 006
14 740 8 006
15 6 799 8 006
16 17 8 006
17 145 8 894
18 82 8 894
19 136 8 894
20 229 8 894
21 857 8 894
22 7 421 8 894
23 24 8 894
24 143 9 152
25 92 9 152
26 142 9 152
27 206 9 152
28 831 9 152
29 7 725 9 152
30 13 9 152
Juillet 1 172 9 211
2 114 9 211
3 155 9 211
4 238 9 211
5 749 9 211
6 7 759 9 211
7 24 9 211
8 139 6 562
9 84 6 562
10 135 6 562
11 231 6 562
12 804 6 562
13 5 159 6 562
14 10 6 562
15 155 7 445
16 88 7 445
17 120 7 445
18 250 7 445
19 708 7 445
20 6 111 7 445
21 13 7 445
22 128 6 818
23 76 6 818
24 110 6 818
25 240 6 818
26 599 6 818
27 5 656 6 818
28 9 6 818
29 102 5 356
30 85 5 356
31 107 5 356
Août 1 230 5 356
2 462 5 356
3 4 359 5 356
4 11 5 356
5 106 5 918
6 95 5 918
7 135 5 918
8 239 5 918
9 584 5 918
10 4 745 5 918
11 14 5 918
12 129 6 333
13 115 6 333
14 352 6 333
15 73 6 333
16 662 6 333
17 4 983 6 333
18 19 6 333
19 124 7 092
20 115 7 092
21 119 7 092
22 244 7 092
23 606 7 092
24 5 871 7 092
25 13 7 092
26 138 6 778
27 91 6 778
28 113 6 778
29 218 6 778
30 694 6 778
31 5 513 6 778
Septembre 1 11 6 778
2 95 7 859
3 54 7 859
4 110 7 859
5 171 7 859
6 675 7 859
7 6 744 7 859
8 10 7 859
9 149 7 987
10 84 7 987
11 81 7 987
12 160 7 987
13 603 7 987
14 6 900 7 987
15 10 7 987
16 98 6 875
17 49 6 875
18 84 6 875
19 205 6 875
20 632 6 875
21 5 796 6 875
22 11 6 875
23 96 5 806
24 56 5 806
25 81 5 806
26 133 5 806
27 500 5 806
28 4 917 5 806
29 23 5 806
30 65 4 305
Octobre 1 46 4 305
2 68 4 305
3 88 4 305
4 417 4 305
5 3 615 4 305
6 6 4 305
7 69 3 712
8 43 3 712
9 49 3 712
10 95 3 712
11 356 3 712
12 3 099 3 712
13 1 3 712
14 66 3 904
15 53 3 904
16 69 3 904
17 79 3 904
18 394 3 904
19 3 233 3 904
20 10 3 904
21 77 3 975
22 53 3 975
23 79 3 975
24 118 3 975
25 473 3 975
26 3 165 3 975
27 10 3 975
28 104 1 881
29 70 1 881
30 93 1 881
31 200 1 881
Novembre 1 15 1 881
2 1 394 1 881
3 5 1 881
4 68 2 563
5 46 2 563
6 60 2 563
7 84 2 563
8 254 2 563
9 2 038 2 563
10 13 2 563
11 5 1 963
12 63 1 963
13 44 1 963
14 71 1 963
15 181 1 963
16 1 596 1 963
17 3 1 963
18 66 1 817
19 35 1 817
20 49 1 817
21 44 1 817
22 159 1 817
23 1 456 1 817
24 8 1 817
25 62 1 769
26 32 1 769
27 52 1 769
28 57 1 769
29 172 1 769
30 1390 1 769
Décembre 1 4 1 769
Décembre 2 73 2 437
3 49 2 437
4 53 2 437
5 87 2 437
6 284 2 437
7 1 888 2 437
8 3 2 437
9 69 2 343
10 60 2 343
11 60 2 343
12 112 2 343
13 239 2 343
14 1 801 2 343
15 2 2 343
16 76 2 756
17 64 2 756
18 108 2 756
19 191 2 756
20 288 2 756
21 2 015 2 756
22 14 2 756
23 237 2 190
24 172 2 190
25 4 2 190
26 177 2 190
27 392 2 190
28 1 204 2 190
29 4 2 190
30 113
31 182
  • Lecture : 73 mariages ont été célébrés le lundi 2 décembre 2019, et 2 437 durant la semaine du 2 au 8 décembre. S’il y avait eu en 2019 le même nombre de mariages par jour, ce sont 616 mariages qui auraient été célébrés chaque jour et 4 310 par semaine.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 2 - Nombre de mariages en 2019, par jour et par semaine

  • Lecture : 73 mariages ont été célébrés le lundi 2 décembre 2019, et 2 437 durant la semaine du 2 au 8 décembre. S’il y avait eu en 2019 le même nombre de mariages par jour, ce sont 616 mariages qui auraient été célébrés chaque jour et 4 310 par semaine.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Seuls 10 % des mariages ont eu lieu durant les trois premiers mois de l’année, et 16 % durant les trois derniers. Les mariages ont été les moins nombreux en janvier (5 900) et en février (6 900), soit moins que durant la seule journée du 8 juin.

Depuis cinquante ans, le mois où l’on se marie le plus est toujours soit le mois de juin, soit le mois de juillet. Pourtant, la préférence des couples pour se marier à la belle saison est récente, les mois d’hiver étaient même privilégiés au 19ᵉ siècle. « Alors que la nature nous impose, tout au moins partiellement, la date d’une naissance ou d’une mort, elle nous permet de choisir celle d’un mariage » [Bourgeois, 1946]. Seule exception, jusqu’au milieu du 20ᵉ siècle, les cas de conceptions prénuptiales pouvaient précipiter un mariage pour que les naissances aient lieu au sein d’un couple marié.

Avant 1914, moins de mariages en mars, en août et en décembre

Du milieu du 19ᵉ siècle à la Première Guerre mondiale, les mariages étaient les moins nombreux en mars, en août et en décembre (figure 3). Le calendrier des unions était alors marqué par les temps religieux et agricoles. En effet, mars correspond en général au mois du carême, période pendant laquelle les mariages religieux catholiques étaient en principe interdits. Le nombre de mariages en mars était alors presque deux fois plus faible que si les mariages étaient uniformément répartis chaque jour de l’année. Décembre correspond à un autre temps religieux, l’avent, période où les mariages religieux catholiques étaient également interdits. Entre 1856 et 1869, le nombre de mariages en décembre était inférieur de 40 % à ce qu’il aurait été s’il y avait eu chaque jour de l’année le même nombre de mariages (répartition uniforme). Puis cette prescription a été de moins en moins suivie et, entre 1900 et 1913, le déficit par rapport à une répartition uniforme n’était plus que de 20 %.

Figure 3 – Saisonnalité des mariages de couples de sexe différent entre 1856 et 2019 : écart de la part des mariages mensuels à une répartition uniforme

en %
Figure 3 – Saisonnalité des mariages de couples de sexe différent entre 1856 et 2019 : écart de la part des mariages mensuels à une répartition uniforme (en %) - Lecture : en moyenne entre 2010 et 2019, les mariages de juillet sont supérieurs de 82,4 % au nombre de mariages attendu si le même nombre de mariages était célébré chaque jour de l’année.
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
1856-1869 27,7 47,4 – 44,8 10,9 – 2,0 15,4 – 5,6 – 27,4 – 8,5 1,7 30,2 – 41,7
1870-1871 – 12,9 28,8 – 48,6 0,3 21,4 42,5 22,0 – 11,7 – 8,4 – 5,1 17,2 – 43,3
1872-1879 20,6 45,4 – 48,9 16,6 2,5 13,9 – 6,7 – 28,0 – 7,7 5,5 29,6 – 39,5
1880-1889 14,2 30,7 – 37,4 12,4 – 0,1 12,1 – 10,2 – 27,6 – 9,6 12,0 32,7 – 27,0
1890-1899 5,9 22,3 – 50,6 35,7 – 3,8 10,2 – 13,8 – 27,5 – 4,7 19,0 38,8 – 28,9
1900-1913 – 0,9 19,4 – 43,4 36,2 – 4,9 9,8 – 15,6 – 25,9 0,7 21,3 29,7 – 24,2
1914-1918 3,8 20,8 – 25,3 18,7 1,5 10,7 3,7 – 7,5 – 10,7 – 2,5 – 6,1 – 6,8
1919-1929 – 12,5 3,5 – 43,0 45,4 – 11,6 11,7 – 12,8 – 15,7 16,3 27,0 11,4 – 18,2
1930-1939 – 16,9 – 1,4 – 38,8 52,7 – 20,8 12,8 – 8,0 – 9,2 15,0 21,1 2,8 – 8,5
1940-1949 – 27,9 – 16,2 – 25,0 49,4 – 29,5 11,7 – 2,7 – 0,7 22,5 26,6 – 6,0 – 2,4
1950-1959 – 35,7 – 24,2 – 32,9 59,7 – 34,5 17,4 19,4 12,6 19,2 18,1 – 19,5 – 0,6
1960-1969 – 45,3 – 32,9 – 27,8 45,4 – 40,3 22,2 53,8 26,7 17,5 6,9 – 31,8 3,4
1970-1979 – 50,3 – 40,2 – 18,0 24,8 – 30,9 47,9 59,3 15,7 34,8 – 1,8 – 39,8 – 3,8
1980-1989 – 60,5 – 49,7 – 37,3 3,6 – 14,9 75,6 59,3 32,8 61,1 – 7,1 – 45,1 – 19,9
1990-1999 – 70,5 – 57,2 – 56,2 – 19,3 – 1,7 111,7 103,0 63,8 55,5 – 27,0 – 57,8 – 47,1
2000-2009 – 71,1 – 60,5 – 58,7 – 25,1 12,1 126,5 106,3 67,4 50,4 – 34,8 – 61,1 – 54,5
2010-2019 – 70,4 – 61,6 – 54,8 – 17,7 21,0 99,3 82,4 60,0 61,8 – 20,0 – 54,3 – 48,9
  • Note : en rouge figurent les mois où le nombre de mariages est inférieur au nombre de mariages attendu si le même nombre de mariages était célébré chaque jour de l’année. En vert figurent les mois où il est supérieur. Les mois en jaune correspondent aux situations intermédiaires. Le dégradé de couleur permet de nuancer ces écarts.
  • Lecture : en moyenne entre 2010 et 2019, les mariages de juillet sont supérieurs de 82,4 % au nombre de mariages attendu si le même nombre de mariages était célébré chaque jour de l’année.
  • Champ : France métropolitaine de la période concernée (sources) ; données manquantes pour 1858 à 1860, 1892, 1903 et 1904 ; pour 1913, les données concernent la France selon les frontières de 1871.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 3 – Saisonnalité des mariages de couples de sexe différent entre 1856 et 2019 : écart de la part des mariages mensuels à une répartition uniforme

  • Note : en rouge figurent les mois où le nombre de mariages est inférieur au nombre de mariages attendu si le même nombre de mariages était célébré chaque jour de l’année. En vert figurent les mois où il est supérieur. Les mois en jaune correspondent aux situations intermédiaires. Le dégradé de couleur permet de nuancer ces écarts.
  • Lecture : en moyenne entre 2010 et 2019, les mariages de juillet sont supérieurs de 82,4 % au nombre de mariages attendu si le même nombre de mariages était célébré chaque jour de l’année.
  • Champ : France métropolitaine de la période concernée (sources) ; données manquantes pour 1858 à 1860, 1892, 1903 et 1904 ; pour 1913, les données concernent la France selon les frontières de 1871.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Dans un pays essentiellement rural, le mois d’août correspondait à une période intense en travaux agricoles (moissons, vendanges…) [Bourgeois, 1946]. Les longues journées de travail, mais aussi la séparation des couples, notamment quand l'un des conjoints était saisonnier, ne laissaient que peu de temps et d’occasions d’organiser un mariage. Les mariages avaient donc davantage lieu les autres mois, principalement durant la période hivernale. Entre 1856 et 1869, le nombre de mariages célébrés en février était supérieur de 50 % à une répartition uniforme. En novembre et janvier, il l’était de 30 %.

Pendant la Première Guerre mondiale, l’éloignement des couples dû à la mobilisation a eu un fort impact sur le nombre de mariages : celui-ci a baissé dès le mois d’août 1914 et n’est revenu à un niveau proche des années précédentes qu’en début d’année 1919. Cette période est marquée par une très faible saisonnalité. En effet, les mariages sont célébrés lorsque les couples se retrouvent, notamment pendant les permissions militaires, qui interviennent relativement uniformément tout au long de l’année.

Entre les deux guerres, l’interdit des mariages durant le carême persiste. La période de l’avent et les deux mois d’été restent des mois où l’on se marie moins, en revanche, le choix des époux pour un mariage hivernal s’estompe, en particulier en février. Les mois les plus plébiscités sont alors les mois d’avril (+ 50 % par rapport à une répartition uniforme) en sortie du carême, de juin (+ 10 %), de septembre et d’octobre (+ 20 %). Le mois de mai, considéré comme le « mois de Marie » et pour cette raison peu choisi pour se marier, est, à partir de cette période, de plus en plus évité.

À partir des années soixante, les couples plébiscitent l’été pour se marier

Durant les années suivant la Seconde Guerre mondiale, les couples évitent de plus en plus de se marier en mai. Dans les années soixante, il s’agit du mois où le moins de mariages sont célébrés, avec un déficit de 40 % par rapport à une répartition mensuelle uniforme. Le mois d’avril constitue encore un choix fréquent, surtout dans les années cinquante. Mais peu à peu, avec la démocratisation des congés payés, les couples optent de plus en plus pour un mariage estival. Cette saison facilite les rassemblements familiaux et donne l’occasion de se marier dans sa région de naissance : les personnes nées en région et habitant la capitale, rentrant chez eux, en profitaient pour se marier en famille, les personnes originaires de la région parisienne allant se marier à la campagne chez les parents ou grands-parents [Lutinier, 1987]. Le mariage devient de plus en plus synonyme de fête, davantage qu’une obligation pour entrer dans la vie de couple. Dans les années soixante, le nombre de mariages en juillet est supérieur de 50 % à une répartition uniforme ; il l’est de 60 % dans les années soixante-dix et quatre-vingt, et de plus de 100 % entre 1990 et 2009. Le mois d’août, évité au siècle précédent, devient également un mois souvent choisi, dépassant de 60 % l’attendu depuis les années quatre-vingt-dix. Si les agricultrices évitaient les mariages en août [Lutinier, 1987], leur part dans la population est bien plus faible qu’auparavant.

Depuis les années quatre-vingt-dix, le nombre de mariages en juin est deux fois plus élevé que celui attendu s’il y avait autant de mariages chaque jour de l’année. D’une part, ce mois permet de se marier à la belle saison sans interrompre les congés d’été et de profiter parfois du long week-end de la Pentecôte, jour férié jusqu’en 2004. D’autre part, de 1983 à 2010, se marier en milieu d’année était le plus intéressant d’un point de vue fiscal pour les époux imposables : en effet, ceux-ci remplissaient deux déclarations séparément jusqu’à la date du mariage, puis une déclaration commune ensuite.

A contrario, depuis les années soixante-dix, les mois d’octobre à mars sont déficitaires par rapport à une répartition uniforme. Le mois d’avril est également déficitaire depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, alors que le mois de mai redevient un mois choisi : en effet, dans une société largement sécularisée, les traditions religieuses n’ont plus la même portée.

Les mariages ont surtout lieu le samedi, mais aussi en semaine

Depuis 1968, première année pour laquelle on dispose des jours de mariages, les couples se marient en très grande majorité le samedi (figure 4). La part des mariages ayant lieu un samedi n’a cessé d’augmenter jusqu’en 2007 (85 %, contre 67 % en 1968). Depuis, ce choix est en légère baisse : 82 % en 2019.

Le vendredi est le deuxième jour le plus choisi. De 1968 à 1988, plus de 10 % des mariages étaient célébrés le vendredi (14 % en 1976). Cette proportion a ensuite décliné, entre 7 et 8 % des mariages de 1997 à 2013, avant de remonter. En 2019, 10 % des mariages ont eu lieu un vendredi.

Plus de 5 % des mariages avaient lieu le lundi entre 1968 et 1975 (9 % en 1968). En effet, les artisans et les commerçants se mariaient beaucoup moins que les autres le samedi ; en revanche, ils choisissaient souvent le lundi, jour de leur repos hebdomadaire [Lutinier, 1987]. Cette part a baissé ensuite pour atteindre 2 % en 2019, soit moins que la journée du jeudi (3 %). Sur l’ensemble de la période, les mariages sont très rarement célébrés le dimanche.

Figure 4 – Répartition des mariages de couples de sexe différent par jour de la semaine depuis 1968

en %
Figure 4 – Répartition des mariages de couples de sexe différent par jour de la semaine depuis 1968 (en %) - Lecture : en 2019, 81,6 % des couples de sexe différent se marient un samedi.
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
1968 8,5 4,4 3,2 5,6 10,7 67,4 0,1
1969 7,8 3,9 3,4 5,7 10,8 68,3 0,1
1970 7,2 3,2 3,0 5,9 11,0 69,7 0,1
1971 7,2 3,2 2,7 5,7 12,1 68,9 0,1
1972 6,1 2,9 2,6 5,2 12,4 70,8 0,1
1973 5,4 2,6 2,6 4,2 12,5 72,5 0,1
1974 5,5 2,6 2,3 3,9 12,5 73,0 0,1
1975 5,0 2,4 2,6 3,8 12,9 73,3 0,1
1976 4,5 2,2 2,3 4,0 13,8 73,0 0,1
1977 4,0 2,1 2,3 3,9 13,5 74,0 0,1
1978 3,7 2,0 2,2 4,0 13,5 74,5 0,1
1979 3,9 1,9 2,0 3,4 13,1 75,6 0,1
1980 3,5 2,0 2,3 3,3 12,8 75,9 0,1
1981 3,5 1,9 2,2 3,5 12,1 76,7 0,1
1982 3,3 1,9 2,1 3,5 13,4 75,6 0,1
1983 3,1 1,9 2,2 3,4 12,7 76,7 0,1
1984 3,5 1,9 2,0 3,1 11,6 77,7 0,1
1985 3,3 2,2 2,0 3,1 11,7 77,6 0,2
1986 3,2 2,0 2,3 3,0 10,9 78,4 0,2
1987 3,2 1,9 2,1 3,5 10,8 78,4 0,2
1988 2,8 1,7 2,0 2,8 10,7 79,7 0,2
1989 2,7 1,9 2,0 2,9 9,7 80,6 0,2
1990 3,2 1,8 2,1 2,8 9,1 80,8 0,2
1991 3,0 2,2 1,9 2,8 9,3 80,6 0,2
1992 2,9 1,9 2,1 3,1 9,3 80,4 0,2
1993 2,6 1,8 2,0 2,8 9,9 80,7 0,2
1994 2,3 1,7 1,9 2,6 9,1 82,3 0,2
1995 2,2 1,7 1,8 2,6 8,1 83,4 0,2
1996 2,5 1,9 2,0 2,3 8,8 82,4 0,1
1997 2,3 1,7 1,9 2,3 8,0 83,7 0,1
1998 2,2 1,5 1,8 2,9 7,6 83,9 0,2
1999 2,1 1,6 1,8 2,8 8,4 83,2 0,2
2000 2,1 1,5 1,8 2,6 7,4 84,5 0,2
2001 2,3 1,5 1,8 2,6 7,7 83,9 0,2
2002 2,2 1,7 1,8 2,8 7,7 83,5 0,2
2003 2,3 1,8 2,1 2,6 7,9 83,1 0,2
2004 2,3 1,7 1,9 2,7 8,3 83,0 0,2
2005 2,2 1,6 1,9 2,6 8,0 83,6 0,2
2006 1,9 1,6 1,8 2,6 7,5 84,5 0,2
2007 2,0 1,3 1,8 2,5 7,7 84,7 0,2
2008 1,8 1,3 1,7 2,5 8,1 84,4 0,2
2009 2,0 1,5 1,9 2,7 7,4 84,4 0,2
2010 2,0 1,6 1,8 2,5 8,3 83,6 0,2
2011 1,9 1,5 1,8 2,4 7,9 84,4 0,2
2012 2,1 1,5 2,0 2,5 8,2 83,7 0,2
2013 2,1 1,6 1,7 2,6 8,2 83,5 0,2
2014 2,1 1,6 2,1 2,5 8,7 82,7 0,2
2015 2,3 1,7 1,9 3,0 8,3 82,7 0,2
2016 2,0 1,6 2,0 2,9 8,9 82,3 0,2
2017 2,0 1,7 2,0 3,0 9,2 81,8 0,2
2018 2,2 1,5 2,1 2,9 9,3 81,7 0,2
2019 2,0 1,6 1,9 3,0 9,5 81,6 0,2
  • Lecture : en 2019, 81,6 % des couples de sexe différent se marient un samedi.
  • Champ : France métropolitaine jusqu’en 1997 ; France hors Mayotte jusqu'en 2013, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 4 – Répartition des mariages de couples de sexe différent par jour de la semaine depuis 1968

  • Lecture : en 2019, 81,6 % des couples de sexe différent se marient un samedi.
  • Champ : France métropolitaine jusqu’en 1997 ; France hors Mayotte jusqu'en 2013, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Encadré - La saisonnalité des mariages des couples de même sexe rejoint celle des couples de sexe différent

La loi sur le mariage pour tous a été promulguée le 17 mai 2013. Cette année-là, 31 % des mariages de couples de même sexe ont été contractés un jour en semaine, contre seulement 16 % des mariages entre conjoints de sexe différent. Cette proportion a rapidement diminué et, dès 2014, première année complète, elle est passée à 23 %. Elle reste légèrement plus élevée que pour les mariages de couples de sexe différent, mais avec un écart faible. Qu’ils soient entre conjoints de même sexe ou entre conjoints de sexe différent, huit mariages sur dix ont lieu un samedi (figure 1) ; sinon, le jour privilégié est le vendredi.

Figure 1 - Répartition des mariages de couples de même sexe par jour de la semaine depuis 2013

en %
Figure 1 - Répartition des mariages de couples de même sexe par jour de la semaine depuis 2013 (en %) - Lecture : en 2019, 78,6 % des couples de même sexe se marient un samedi.
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
2013 6,5 4,2 4,3 4,9 10,7 69,0 0,3
2014 3,9 2,6 3,0 3,0 10,3 77,0 0,3
2015 4,3 2,5 2,5 3,0 8,1 79,3 0,3
2016 3,6 2,8 3,0 3,4 9,4 77,7 0,1
2017 3,6 2,4 2,4 3,2 10,1 78,1 0,2
2018 3,5 2,1 3,1 3,8 10,4 76,9 0,2
2019 3,1 2,0 2,6 3,4 10,0 78,6 0,3
  • Lecture : en 2019, 78,6 % des couples de même sexe se marient un samedi.
  • Champ : France hors Mayotte en 2013 et y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Les mariages entre conjoints de même sexe sont les plus nombreux à la belle saison, entre mai et septembre, comme pour les couples de sexe différent (figure 2a ; figure 2b). Mais ils sont un peu plus étalés sur l’année : en moyenne pour les années 2014 à 2019, 62 % de ces mariages ont eu lieu entre mai et septembre, contre 68 % des mariages de couple de sexe différent.

Figure 2a – Saisonnalité des mariages de couples de sexe différent depuis 2014 : écart de la part des mariages mensuels à une répartition uniforme

en %
Figure 2a – Saisonnalité des mariages de couples de sexe différent depuis 2014 : écart de la part des mariages mensuels à une répartition uniforme (en %) - Lecture : en juillet 2019, les mariages de conjoints de sexe différent sont supérieurs de 60,0 % au nombre de mariages attendu si le même nombre de mariages était célébré chaque jour de l’année. Cet écart est sensible au nombre de samedis du mois concerné.
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
2014 – 71,7 – 58,5 – 49,8 – 27,2 32,3 95,4 63,3 84,4 52,6 – 22,7 – 52,2 – 46,2
2015 – 68,0 – 53,3 – 60,0 – 22,5 45,1 71,1 70,7 70,7 61,5 – 9,6 – 53,8 – 51,9
2016 – 67,2 – 60,2 – 56,1 – 11,5 25,7 64,5 103,7 51,2 53,1 – 6,5 – 55,2 – 46,9
2017 – 67,5 – 57,7 – 57,2 – 5,2 12,9 65,8 105,2 45,3 82,9 – 21,6 – 56,5 – 45,9
2018 – 69,4 – 60,2 – 47,1 – 17,8 20,6 105,4 54,7 55,0 77,4 – 19,7 – 53,5 – 44,4
2019 – 69,9 – 60,7 – 49,4 – 13,1 – 3,2 132,8 60,0 63,7 57,7 – 15,7 – 48,5 – 52,2
2014-2019 – 69,0 – 59,5 – 53,4 – 16,5 22,2 88,6 76,0 61,5 63,9 – 16,2 – 53,4 – 48,0
  • Lecture : en juillet 2019, les mariages de conjoints de sexe différent sont supérieurs de 60,0 % au nombre de mariages attendu si le même nombre de mariages était célébré chaque jour de l’année. Cet écart est sensible au nombre de samedis du mois concerné.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.
Publication rédigée par : Sylvain Papon (Insee)

Sources

Les statistiques d’état civil sur les mariages sont issues d’une exploitation des informations transmises par les mairies à l’Insee. Le Code civil oblige en effet à déclarer tout événement relatif à l’état civil (naissances, mariages, décès, reconnaissances) à un officier d’état civil dans des délais prescrits. Ces informations sont ensuite transmises à l’Insee par les mairies. L’Insee s’assure de l’exhaustivité et de la qualité des données avant de produire les fichiers statistiques d’état civil.

Les données utilisées concernent uniquement les mariages civils. Les mariages religieux, majoritaires au 19ᵉ siècle, étaient obligatoirement précédés d’un mariage civil, qui avait lieu, en général, de façon concomitante.

Les séries historiques de l’Insee

Depuis février 2020, l’Insee diffuse des séries historiques sur les mariages sur très longue période. Ces séries ont été réalisées grâce à des archives de la Statistique générale de la France, antérieures à la création de l’Insee.

Le recul historique se heurte à des différences de champs ne permettant pas toujours une comparaison brute des données. C’est pourquoi les données sont présentées ici en proportion et non en niveau. En effet, le champ de la France métropolitaine, inchangé depuis 1946, a recouvert des territoires différents auparavant :

  • les Alpes-Maritimes, la Savoie et la Haute-Savoie sont exclues jusqu’en 1860 ;
  • la Moselle, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin sont exclus de 1869 à 1919 puis de 1939 à 1945 : ce champ correspond aux frontières de 1871 ;
  • le département de la Seine est exclu en 1870 ;
  • la Corse est exclue en 1943 et 1944 ;
  • de 1914 à 1919, les statistiques ne portent que sur les départements non envahis (77 départements : territoire actuel sans l'Aisne, les Ardennes, la Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Moselle, le Nord, l'Oise, le Pas-de-Calais, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin, la Somme et les Vosges).

En outre, certaines données ont dû être évaluées durant les deux guerres mondiales.

Pour en savoir plus

« Les statistiques sur les mariages en 2019 », Insee Résultats, février 2021.

Papon S., Beaumel C., « Bilan démographique 2020 - Avec la pandémie de Covid-19, nette baisse de l’espérance de vie et chute du nombre de mariages », Insee Première n° 1834, janvier 2021.

Papon S., « En un siècle, le pic des naissances s’est décalé de l’hiver à l’été et s’est atténué », Insee Focus n° 204, septembre 2020.

Papon S., « En 2018, quatre personnes sur dix se marient dans le département où elles sont nées », Insee Focus n° 183, février 2020.

Rault W., Régnier-Loilier A., « La saisonnalité des mariages d’hier et d’aujourd’hui », Population n° 71, 2016.

Lutinier B., « La Saison des mariages », Économie et Statistique n° 204, 1987.

Bourgeois J., « Le mariage, coutume saisonnière », Population n° 1, 1946 et Population n° 71, 2016.