Insee
Insee Focus · Janvier 2021 · n° 222
Insee FocusForte hausse des bénéficiaires de la prime d’activité en 2019

Claire Formont (Insee), Laurent Jacquemin (Cnaf)

En décembre 2019, la moitié de la population bénéficie d’au moins une prestation légale versée par les caisses d’allocations familiales (CAF). Le nombre de foyers allocataires augmente de 6,5 % sur un an, notamment du fait de la très forte progression du nombre de bénéficiaires de la prime d’activité (+ 43 %), à la suite de l’élargissement en janvier 2019 des conditions d’éligibilité.

Cette progression du nombre de bénéficiaires de la prime d’activité est limitée à 24 % dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Néanmoins, la part de la population couverte par la prime d’activité reste nettement plus élevée dans ces quartiers (25 %, contre 13 % sur l’ensemble du territoire).

Insee Focus
No 222
Paru le : Paru le 15/01/2021

La moitié de la population bénéficie d’au moins une prestation CAF

En France métropolitaine et à La Réunion, 13,5 millions de foyers ont reçu au moins une prestation légale versée par les caisses d’allocations familiales (CAF) au titre du mois de décembre 2019 (sources). Ces foyers, composés d’un allocataire principal et, le cas échéant, de son conjoint, ses enfants et d’autres personnes à charge, regroupent 32,5 millions de personnes (figure 1).

Figure 1 – Foyers allocataires bénéficiant d’au moins une prestation légale au 31 décembre 2019

Figure 1 – Foyers allocataires bénéficiant d’au moins une prestation légale au 31 décembre 2019 - Lecture : 1 639 800 foyers résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) bénéficient d’au moins une prestation légale versée par les CAF au titre du mois de décembre 2019. Ces foyers regroupent 3 745 400 personnes, soit 74,6 % de la population de ces quartiers.
Foyers allocataires Population couverte
Effectif Évolution annuelle (en %) Effectif Évolution annuelle (en %) Part dans la population (en %)
Quartiers prioritaires de la politique de la ville 1 639 800 3,1 3 745 400 1,1 74,6
Catégorie de commune de résidence
Communes-centres 4 911 500 5,6 9 864 600 2,8 54,0
Autres communes en pôle 3 269 600 6,5 8 213 900 2,9 54,2
Communes des couronnes 4 657 400 7,5 12 720 500 2,8 46,0
Communes hors attraction des villes 665 800 6,9 1 679 700 2,3 38,2
Ensemble 13 504 200 6,5 32 478 700 2,8 49,6
  • Lecture : 1 639 800 foyers résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) bénéficient d’au moins une prestation légale versée par les CAF au titre du mois de décembre 2019. Ces foyers regroupent 3 745 400 personnes, soit 74,6 % de la population de ces quartiers.
  • Champ : France métropolitaine et La Réunion.
  • Sources : Cnaf, fichier Allstat Fr6 décembre 2019 et décembre 2018, traitement : Cnaf, Insee ; Insee, recensement de la population 2017 (2013 pour les QPV).

1,6 million de foyers allocataires des CAF, soit 3,7 millions de personnes, vivent dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Ces quartiers, qui rassemblent un peu plus de 5 millions d’habitants, sont principalement situés dans les pôles des aires d’attraction des villes (92 % de la population résidant dans un QPV vit dans un pôle). Les trois quarts des résidents en QPV bénéficient d’au moins une prestation CAF, contre la moitié des habitants sur l’ensemble du territoire. Les quartiers prioritaires, définis dans la loi par un critère de concentration de population à bas revenus, abritent par construction des populations en plus grande difficulté financière.

La part de la population couverte par les CAF diminue lorsqu’on s’éloigne des pôles : de 54 % dans les communes des pôles, elle passe à 46 % dans les communes des couronnes et à 38 % dans les communes hors attraction des villes.

La hausse du nombre d’allocataires est portée par la revalorisation de la prime d’activité

En décembre 2019, le nombre de foyers allocataires est en forte augmentation par rapport à l’année précédente (+ 6,5 %). La hausse est portée par le domaine de la solidarité et de l’insertion, notamment par le nombre de bénéficiaires de la prime d’activité qui bondit de 43,1 % (figure 2). Les effectifs des bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) et ceux de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) augmentent également, respectivement de 0,7 % et 2,3 %. À l’inverse, le nombre de foyers bénéficiant de prestations liées à l’enfance et à la jeunesse se stabilise (– 0,3 % entre décembre 2018 et 2019), tandis que le nombre de foyers bénéficiant d’une aide au logement enregistre une légère baisse (– 0,9 %).

Figure 2 – Foyers allocataires percevant la prime d’activité au 31 décembre 2019

Figure 2 – Foyers allocataires percevant la prime d’activité au 31 décembre 2019 - Lecture : 521 200 foyers résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) perçoivent la prime d’activité. Ce nombre augmente de 24,2 % entre décembre 2018 et décembre 2019. Ces foyers regroupent 1 227 900 personnes, représentant 24,5 % de la population de ces quartiers.
Foyers allocataires Population couverte
Effectif Évolution annuelle
(en %)
Effectif Part dans la population
(en %)
Quartiers prioritaires de la politique de la ville 521 200 24,2 1 227 900 24,5
Catégorie de commune de résidence
Communes-centres 1 526 500 36,9 2 821 400 15,4
Autres communes en pôle 999 900 41,7 2 060 300 13,6
Communes des couronnes 1 523 200 50,2 3 065 200 11,1
Communes hors attraction des villes 227 800 46,9 462 200 10,5
Ensemble 4 277 400 43,1 8 409 200 12,8
  • Lecture : 521 200 foyers résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) perçoivent la prime d’activité. Ce nombre augmente de 24,2 % entre décembre 2018 et décembre 2019. Ces foyers regroupent 1 227 900 personnes, représentant 24,5 % de la population de ces quartiers.
  • Champ : France métropolitaine et La Réunion.
  • Sources : Cnaf, fichier Allstat Fr6 décembre 2019 et décembre 2018, traitement : Cnaf, Insee ; Insee, recensement de la population 2017 (2013 pour les QPV).

Après une rapide montée en charge lors de la mise en place du dispositif en janvier 2016, la hausse du nombre de foyers bénéficiaires de la prime d’activité observée en 2017 s’est intensifiée en 2018. Avec l’élargissement de l’éligibilité à la prime d’activité en janvier 2019 (encadré), 1,3 million de foyers supplémentaires perçoivent cette prestation, portant le nombre de foyers bénéficiaires à 4,3 millions en décembre 2019. Le montant de l’aide atteint en moyenne 185 euros par mois et par foyer, soit une augmentation de 12 euros par rapport à 2018. Cette hausse recouvre toutefois de fortes disparités. En effet, pour près de la moitié des foyers qui bénéficiaient déjà de la prime d’activité en 2018, le montant de leur aide diminue en raison de l’amélioration de leur situation financière. Parmi les foyers dont le montant de la prime a augmenté, la hausse moyenne est de 77 euros, sous l’effet conjoint de l’évolution de leur situation et de la revalorisation de la prime d’activité.

La hausse des bénéficiaires de la prime d’activité est moins marquée dans les QPV que dans les couronnes des pôles urbains

Le nombre de bénéficiaires de la prime d’activité augmente fortement dans tous les territoires, mais avec une intensité variable. Dans les QPV, où 521 000 foyers perçoivent la prime d’activité en décembre 2019, la hausse importante (+ 24,2 % en un an) est cependant inférieure de 20 points à l’augmentation nationale. La hausse du nombre de foyers bénéficiaires de la prime d’activité s’accroît lorsque l’on s’éloigne des centres urbains : de 36,9 % dans les communes-centres, la hausse est de 41,7 % dans les autres communes des pôles et culmine à 50,2 % dans les communes des couronnes. Bien qu’un peu inférieure, la hausse reste forte dans les communes hors attraction des villes (+ 46,9 %).

La part de la population résidant dans un foyer bénéficiaire de la prime d’activité reste néanmoins deux fois plus élevée dans les QPV que sur l’ensemble du territoire (25 %, contre 13 %). Le taux d’activité est plus faible dans les QPV mais les personnes en emploi y occupent plus souvent des emplois précaires. Le montant de la prime d’activité s’élève en moyenne à 205 euros par mois et par foyer dans les QPV, soit 20 euros de plus que le montant national. En outre, 20 % de la population des QPV vit dans un foyer bénéficiant du revenu de solidarité active, soit quatre fois plus que sur l’ensemble du territoire, le taux de chômage étant trois fois plus élevé dans les QPV.

Plus de jeunes et de personnes seules parmi les bénéficiaires de la prime d’activité

Les allocataires bénéficiant de la prime d’activité sont globalement plus jeunes : 17 % ont moins de 25 ans et 60 % ont moins de 40 ans, soit deux fois plus que sur l’ensemble des foyers (figure 3). À l’inverse, seulement 18 % ont entre 50 et 64 ans, contre 27 % sur l’ensemble des foyers. Une des conditions pour percevoir la prime d’activité étant d’exercer une activité professionnelle, une infime part des bénéficiaires de la prime d’activité a 65 ans ou plus.

Parmi les foyers percevant la prime d’activité, les personnes vivant seules sont majoritaires : 54 %, contre 41 % de l’ensemble des foyers. Les familles monoparentales représentent 19 % des foyers bénéficiaires de la prime, contre 9 % de l’ensemble des foyers. À l’inverse, les couples sont sous-représentés, notamment les couples sans enfant qui constituent 7 % des foyers percevant la prime d’activité, contre 25 % de l’ensemble des foyers.

Figure 3 - Caractéristiques des allocataires de la prime d’activité au 31 décembre 2019

en %
Figure 3 - Caractéristiques des allocataires de la prime d’activité au 31 décembre 2019 (en %) - Lecture : 54,4 % des foyers allocataires de la prime d’activité sont constitués d'une personne seule alors que les personnes seules représentent 40,6 % de l’ensemble des foyers.
Foyers allocataires de la prime d’activité Ensemble des foyers
De 15 à 24 ans 17,4 6,0
De 25 à 39 ans 43,0 21,5
De 40 à 49 ans 21,2 17,8
De 50 à 64 ans 18,0 27,2
65 ans ou plus 0,3 27,6
Personnes seules 54,4 40,6
Couples sans enfant 6,8 25,3
Couples avec enfants 19,7 24,7
Familles monoparentales 19,1 9,4
  • Note : les caractéristiques sont celles de l’allocataire principal pour les foyers allocataires de la prime d'activité et de la personne de référence du foyer pour l'ensemble des foyers.
  • Lecture : 54,4 % des foyers allocataires de la prime d’activité sont constitués d'une personne seule alors que les personnes seules représentent 40,6 % de l’ensemble des foyers.
  • Champ : France métropolitaine et La Réunion, population de 15 ans ou plus.
  • Sources : Cnaf, fichier Allstat Fr6 décembre 2019, traitement : Cnaf, Insee ; Insee, recensement de la population 2017.

Figure 3 - Caractéristiques des allocataires de la prime d’activité au 31 décembre 2019

  • Note : les caractéristiques sont celles de l’allocataire principal pour les foyers allocataires de la prime d'activité et de la personne de référence du foyer pour l'ensemble des foyers.
  • Lecture : 54,4 % des foyers allocataires de la prime d’activité sont constitués d'une personne seule alors que les personnes seules représentent 40,6 % de l’ensemble des foyers.
  • Champ : France métropolitaine et La Réunion, population de 15 ans ou plus.
  • Sources : Cnaf, fichier Allstat Fr6 décembre 2019, traitement : Cnaf, Insee ; Insee, recensement de la population 2017.

Encadré - La prime d’activité

La prime d’activité est un complément de revenu entré en vigueur le 1ᵉʳ janvier 2016. Cette aide aux travailleurs aux revenus modestes remplace la prime pour l’emploi et le RSA activité. Elle est accordée sous conditions de revenus aux salariés et aux indépendants majeurs ainsi qu’à certains étudiants salariés et apprentis.

En réponse à « l’état d’urgence économique et social » de décembre 2018, une revalorisation exceptionnelle de la prime d’activité, associée à l’élargissement des conditions d’éligibilité à cette prestation, a été mise en œuvre à compter du 1ᵉʳ janvier 2019. D’une part, le montant de la prime d’activité versée à ceux qui la percevaient déjà est augmenté, notamment via la revalorisation du montant maximal de la bonification individuelle. Cette bonification est versée à chaque membre du foyer dont les revenus sont supérieurs à 0,5 Smic, dans la limite d’un plafond qui dépend de la composition et des revenus de la famille. D’autre part, la prime d’activité est élargie à de nouveaux bénéficiaires, du fait de la hausse des plafonds de ressources, variables selon la composition du foyer.

Auteur(s) : Claire Formont (Insee), Laurent Jacquemin (Cnaf)

Sources

Cette étude exploite les données sur les allocataires CAF, provenant des fichiers des caisses d’allocations familiales (Cnaf). Le champ est celui de l’ensemble des foyers allocataires ayant un droit versable à au moins une prestation légale au cours du mois de décembre 2019 ou à une prestation versée en une seule fois au cours de l’année. Il existe d’autres types de prestations sociales gérées par d’autres organismes publics (par exemple l’allocation de soutien aux personnes âgées), qui ne sont pas analysées dans cette étude.

La qualité de la géolocalisation de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Guyane étant en phase d’expertise, l’étude des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) se limite à la métropole et à La Réunion. Par souci de comparaison, le reste de l’étude a été restreint à ce champ.

Pour des raisons méthodologiques, les chiffres de cette publication peuvent légèrement différer de ceux diffusés sur Cafdata (impact des corrections issues du processus de géolocalisation des adresses, nécessaire à l’exploitation à un niveau infra-communal) ou sur insee.fr (prise en compte des foyers allocataires rattachés à une adresse administrative).

Définitions


Les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) sont des territoires d’intervention du ministère de la Ville, définis par la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014.


Le pôle de l’aire d’attraction d’une ville est l’ensemble de communes contiguës déterminé principalement à partir de critères de densité et de population totale, suivant une méthodologie cohérente avec celle de la grille communale de densité. Un seuil d’emplois est ajouté de façon à éviter que des communes essentiellement résidentielles, comportant peu d’emplois, soient considérées comme des pôles.


La commune-centre est la commune la plus peuplée du pôle de l’aire d’attraction d’une ville.


La couronne de l’aire d’attraction d’une ville est l’ensemble des communes de l’aire d’attraction d’une ville à l’exclusion de son pôle. Ce sont des communes dont au moins 15 % des actifs résidents travaillent dans le pôle de l’aire et qui ne sont pas déjà attirées par un pôle de niveau plus élevé d’une autre aire.


Une commune hors attraction des villes est une commune située hors des pôles et hors des couronnes des aires d’attraction des villes.


Les prestations de solidarité et d’insertion incluent le revenu de solidarité active (RSA), la prime d’activité (PPA) et l’allocation adulte handicapé (AAH).


Les prestations liées à l’enfance et à la jeunesse prises en compte dans cette étude sont les allocations familiales (AF), le complément familial (CF), l’allocation de rentrée scolaire (ARS), la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje), l’allocation de soutien familial (ASF), l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) et l’allocation journalière de présence parentale (AJPP).


Les prestations d’aide au logement incluent l’aide personnalisée au logement (APL), l’allocation de logement familial (ALF) et l’allocation de logement social (ALS). Ces trois prestations ne sont pas cumulables entre elles.


L’ensemble des foyers est défini à partir du recensement de la population comme l’ensemble des familles (couples avec ou sans enfants ou familles monoparentales) et des personnes vivant seules (incluant les personnes hors familles vivant dans un ménage de plusieurs personnes). Les caractéristiques sont celles de la personne de référence du ménage, qui est déterminée à partir de la structure familiale du ménage et des caractéristiques des individus qui le composent. Il s’agit le plus souvent de l'actif le plus âgé. Pour les foyers allocataires de la prime d’activité, les caractéristiques sont celles de l’allocataire principal (responsable du dossier).

Pour en savoir plus

Données sur les quartiers de la politique de la ville, Chiffres détaillés, Insee, décembre 2020.

« La prime d'activité fin juin 2020 », Prime d’activité Conjoncture n° 18, Cnaf-Dser, octobre 2020.

« Le revenu de solidarité active fin juin 2020 », RSA Conjoncture n° 31, Cnaf-Dser, octobre 2020.

Formont C., Debras B., « Politique de la ville : 1,6 million de foyers allocataires CAF dans les quartiers en décembre 2018 », Insee Focus n° 175, décembre 2019.

Guide des prestations de la CAF 2019.

Renaud A., Sémécurbe F., « Les habitants des quartiers de la politique de la ville : la pauvreté côtoie d’autres fragilités », Insee Première n° 1593, mai 2016.