Insee Conjoncture Pays de la Loire3ᵉ et 4ᵉ trimestres 2020 - L’emploi rebondit fortement au 3ᵉ trimestreNote de conjoncture régionale - 3ᵉ trimestre 2020

Charles Battesti, Guillaume Coutard, Christelle Manceau, Yohann Rivillon (Insee)

Dans un contexte de sortie de confinement de la population et de reprise d’activité, l’emploi salarié rebondit dans les Pays de la Loire au 3e trimestre 2020 : + 1,4 % après deux baisses successives aux trimestres précédents. Tous les secteurs sont concernés sauf l’industrie. La hausse dans l’intérim s’amplifie après la chute inédite du 1er trimestre. Le recours à l’activité partielle se stabilise mais reste légèrement supérieur à son niveau d’avant la crise. Dans la construction, les mises en chantier de logements commencés se redressent. La fréquentation hôtelière reprend plus rapidement qu’au niveau national. Les créations d’entreprises repartent fortement à la hausse tandis que la baisse des défaillances se poursuit. Suite à l’aggravation de la situation sanitaire au deuxième confinement du 30 octobre, l’activité économique, en nette amélioration au 3e trimestre, se dégrade à nouveau. La consommation électrique fléchit. Les transactions bancaires, en net rebond après le premier confinement, chutent en novembre mais moins fortement qu’au mois de mars.

Insee Conjoncture Pays de la Loire
No 32
Paru le : Paru le 08/01/2021
Charles Battesti, Guillaume Coutard, Christelle Manceau, Yohann Rivillon (Insee)
Insee Conjoncture Pays de la Loire  No 32 - Janvier 2021

L’emploi rebondit après deux baisses successives

Au 3e trimestre 2020, dans les Pays de la Loire, l’emploi salarié rebondit (+ 1,4 %) après deux baisses successives aux trimestres précédents (- 2,1 % et - 0,4 %). La région compte ainsi 1,45 million d’emplois salariés soit une création nette de 20 760 emplois. Cette hausse est légèrement inférieure à celle observée en France (+ 1,6 %). Sur un an, l’emploi recule moins dans la région (- 0,5 %) qu’en France (- 0,8 %).

L’emploi augmente dans tous les départements. La hausse la plus élevée concerne la Sarthe (+ 1,8 %). Viennent ensuite le Maine-et-Loire (+ 1,5 %), la Vendée (+ 1,4 %), la Loire-Atlantique (+ 1,3 %) et la Mayenne (+ 1,2 %). La région bénéficie à la fois de la croissance de l’emploi privé (+ 1,5 %) et de l’emploi public (+ 1,3 %).

Sur un an, l’emploi privé recule de 0,9 % dans la région et de 1,2 % en France. L’emploi public augmente plus fortement qu’au niveau national (+ 1,2 % contre + 0,5 %).

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Emploi salarié total - Pays de la Loire Emploi salarié total - France hors Mayotte Emploi salarié privé - Pays de la Loire Emploi salarié privé - France hors Mayotte
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 100,36 100,2 100,44 100,27
T2 2011 100,55 100,31 100,56 100,41
T3 2011 100,58 100,25 100,76 100,41
T4 2011 100,5 100,3 100,6 100,42
T1 2012 100,63 100,32 100,79 100,4
T2 2012 100,69 100,29 100,74 100,33
T3 2012 100,58 100,14 100,49 100,06
T4 2012 100,69 100,03 100,64 99,94
T1 2013 100,7 100,04 100,63 99,91
T2 2013 100,35 99,93 100,19 99,66
T3 2013 100,74 100,09 100,52 99,81
T4 2013 101,1 100,37 100,81 99,95
T1 2014 101,01 100,41 100,67 99,9
T2 2014 101,32 100,44 100,97 99,94
T3 2014 101,2 100,33 100,75 99,76
T4 2014 101,14 100,43 100,64 99,82
T1 2015 101,15 100,38 100,7 99,78
T2 2015 101,56 100,61 101,17 99,99
T3 2015 101,84 100,69 101,54 100,11
T4 2015 102,14 100,88 101,91 100,34
T1 2016 102,62 101,06 102,49 100,55
T2 2016 103,04 101,32 102,97 100,84
T3 2016 103,42 101,59 103,28 101,15
T4 2016 103,78 101,7 103,71 101,29
T1 2017 104,33 102,09 104,38 101,78
T2 2017 104,83 102,4 104,98 102,17
T3 2017 105,58 102,69 105,95 102,62
T4 2017 106,22 103,09 106,67 103,2
T1 2018 106,38 103,23 106,86 103,36
T2 2018 106,44 103,3 106,98 103,51
T3 2018 106,75 103,45 107,35 103,72
T4 2018 107,04 103,76 107,64 104,09
T1 2019 107,44 104,16 108,1 104,57
T2 2019 107,79 104,41 108,41 104,82
T3 2019 107,89 104,58 108,6 105,04
T4 2019 108,49 104,94 109,27 105,51
T1 2020 106,2 102,92 106,37 102,91
T2 2020 105,8 102,08 106,03 102,12
T3 2020 107,34 103,72 107,6 103,79
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Le tertiaire marchand repart à la hausse, l’intérim bondit à nouveau

Dans le secteur tertiaire marchand hors intérim, l’emploi salarié repart à la hausse (+ 1,0 % soit une création nette de 5 920 emplois), après deux trimestres de baisse (- 0,7 % et - 1,3 %). En France, la reprise est plus marquée (+ 1,3 %). Le secteur de l’hébergement-restauration connaît le plus fort rebond : + 4,4 %, soit un tiers des emplois créés dans le tertiaire marchand hors intérim.

Le secteur des autres activités de service contribue aussi fortement à la hausse d’emplois observée (+ 2,9 %). L’emploi est stable dans les activités financières et d’assurance, et les activités immobilières et augmente plus modérément dans les autres secteurs. La reprise est plus forte dans le Maine-et-Loire (+ 1,3 %) et en Vendée (+ 1,3 %) que dans les autres départements (entre + 0,6 % et + 0,9 %). Sur un an, l’emploi dans le tertiaire marchand hors intérim recule moins dans la région (- 0,4 %) qu’en France (- 1,2 %).

Figure 2Évolution de l'emploi salarié par secteur - Pays de la Loire

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié par secteur - Pays de la Loire (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim Tertiaire non marchand
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 100,1 100 100,82 100,15
T2 2011 100,18 100,11 100,97 100,38
T3 2011 99,78 100,4 101,22 100
T4 2011 99,58 100,48 101,19 100,14
T1 2012 99,49 100,47 101,75 100,09
T2 2012 98,54 100,74 102,02 100,65
T3 2012 98,36 100,83 102,23 101,02
T4 2012 97,66 100,51 102,34 101,09
T1 2013 97,58 100,2 102,3 101,07
T2 2013 96,64 100 101,85 101,05
T3 2013 96,07 100,23 102,17 101,64
T4 2013 94,57 99,94 102,64 102,27
T1 2014 93,87 100,13 102,5 102,33
T2 2014 93,35 99,97 102,65 102,67
T3 2014 92,27 99,55 102,84 102,88
T4 2014 90,99 99,28 103,19 103,09
T1 2015 89,71 99,02 103,37 103,11
T2 2015 89,11 98,8 103,86 103,44
T3 2015 88,74 98,66 104,09 103,53
T4 2015 88,28 98,63 104,61 103,65
T1 2016 88,42 98,74 105,45 103,75
T2 2016 88,62 98,71 106,03 104,08
T3 2016 88,32 98,77 106,58 104,44
T4 2016 88,29 99,19 106,72 104,51
T1 2017 88,52 99,28 107,32 104,65
T2 2017 88,89 99,88 107,76 104,65
T3 2017 89,22 100,36 108,63 104,58
T4 2017 90,36 100,74 109,29 104,67
T1 2018 90,34 101,08 109,6 104,69
T2 2018 90,63 101,33 110,32 104,43
T3 2018 90,95 101,92 110,76 104,6
T4 2018 91,37 102,39 111,2 104,76
T1 2019 91,66 102,99 111,76 104,83
T2 2019 91,88 102,79 112,38 105,05
T3 2019 92,42 103,2 112,66 104,7
T4 2019 92,87 103,55 113,41 105,1
T1 2020 92,71 103,4 112,61 104,93
T2 2020 92,94 102,79 111,12 104,28
T3 2020 93,36 102,3 112,24 105,54
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 2Évolution de l'emploi salarié par secteur - Pays de la Loire

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Le nombre d’intérimaires, comptabilisés dans le secteur tertiaire quel que soit le secteur dans lequel ils effectuent leur mission est en forte augmentation (+ 23,3 %, + 10 880 emplois) après un premier rebond au trimestre précédent (+ 16,4 %). En France, la hausse est équivalente (+ 22,8 %). Elle est plus forte dans la Sarthe (+ 38,7 %), dans le Maine-et-Loire (+ 34,6 %) et en Mayenne (+ 30,3 %). Elle est plus modérée en Vendée (+ 20,8 %) et surtout en Loire-Atlantique (+ 14,5 %). Sur un an, l’emploi intérimaire recule fortement dans la région (- 9,9 %) comme en France (- 10,3 %).

Figure 3Évolution de l'emploi intérimaire

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi intérimaire (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Pays de la Loire France hors Mayotte
T4 2010 100 100
T1 2011 99,86 101,11
T2 2011 99,32 101,55
T3 2011 98,59 100,12
T4 2011 98,43 99,38
T1 2012 95,11 94,99
T2 2012 90,45 91,98
T3 2012 85,37 88,02
T4 2012 84,17 85,4
T1 2013 86,17 88,18
T2 2013 85,05 87,16
T3 2013 87,17 89,79
T4 2013 89,81 90,3
T1 2014 86,59 89,35
T2 2014 91,81 91,19
T3 2014 89,05 88,9
T4 2014 88,41 90,14
T1 2015 90,32 89,77
T2 2015 94,19 93,42
T3 2015 99,21 96,99
T4 2015 104,99 99,63
T1 2016 108,38 99,29
T2 2016 111,35 102,21
T3 2016 114,44 105,52
T4 2016 118,4 110,83
T1 2017 123,09 115,43
T2 2017 129,31 120,29
T3 2017 137,91 124,32
T4 2017 145,67 130,84
T1 2018 143,47 129,6
T2 2018 139,32 127,86
T3 2018 139,71 127,77
T4 2018 137,43 126,56
T1 2019 138,18 127,41
T2 2019 139,3 126,93
T3 2019 138,98 126,51
T4 2019 141,33 126,11
T1 2020 87,22 75,21
T2 2020 101,56 92,47
T3 2020 125,22 113,53
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 3Évolution de l'emploi intérimaire

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.
Avertissement

L’introduction de la Déclaration sociale nominative (DSN) en remplacement du bordereau récapitulatif de cotisations (BRC) peut transitoirement affecter les comportements déclaratifs des entreprises. Durant la phase de montée en charge de la DSN, des adaptations sont réalisées dans la chaîne de traitement statistique des estimations d’emploi afin de tenir compte de ces changements. Ces modifications sont susceptibles de générer des révisions accrues sur les données. Par ailleurs, depuis le premier trimestre 2017, les données sont établies en coproduction avec l'Acoss (champ hors intérim) et la Dares (sur l’intérim).

Nouveau recul dans l’industrie, la reprise se confirme dans la construction

L’emploi industriel régional recule à nouveau au 3e trimestre (- 0,5 % après - 0,6 %). En France, la baisse est plus modérée (- 0,2 %). Il décroît plus fortement en Maine-et-Loire (- 0,8 %) et en Mayenne (- 0,8 %) que dans les autres départements où la baisse varie entre 0,2 % et 0,5 %. Le secteur de cokéfaction et raffinage est le seul où l’emploi augmente (+ 0,4 %). L’emploi est stable dans le secteur de fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac. Il diminue dans les secteurs de fabrication d’équipements électriques, électroniques, informatiques (- 1,0 %), de fabrication de matériel de transport (- 0,8 %) et de fabrication d’autres produits industriels (- 0,6 %). Sur un an, l’emploi industriel ligérien diminue moins fortement qu’en France (respectivement - 0,9 % et - 1,4 %). Dans la construction, la hausse de l’emploi se poursuit (+ 0,5 % après + 0,2 %) mais reste inférieure au niveau national (+ 1,3 %). L’emploi progresse de 0,9 % en Vendée, de 0,6 % en Mayenne et dans la Sarthe et de 0,5 % en Loire-Atlantique alors qu’il baisse de 0,3 % dans le Maine-et-Loire. Sur un an l’emploi dans la construction augmente de 1,0 % dans la région. En France, la hausse est plus dynamique (+ 2,1 %).

Le recours au chômage partiel se stabilise

Après avoir concerné, en moyenne, un salarié sur quatre pendant la période du premier confinement, et jusqu’à un salarié sur trois dans la construction, le recours à l’activité partielle est en forte baisse depuis le premier déconfinement. Fin mai, il ne concernait plus qu’un salarié sur dix. Fin juin, 5,0 % des salariés sont encore concernés. Sur l’ensemble du troisième trimestre, il se stabilise aux alentours de 2,0 % mais reste plus élevé qu’avant le début de la crise (moins de 0,4 %). Les secteurs du tertiaire non marchand et de la construction sont les seuls à revenir à des niveaux proches de leur situation normale.

Le taux de chômage augmente de 1,3 point

Au 3e trimestre 2020, le taux de chômage augmente de 1,3 point dans les Pays de la Loire et s’établit à 7,9 % de la population active, son plus haut niveau depuis le 3e trimestre 2017. En France, il augmente de 1,9 point pour s’établir à 9,0 %. Au 2e trimestre, le chômage avait fortement reculé, un grand nombre de personnes basculant du chômage vers le « halo du chômage ». Avec la fin du confinement et la reprise d’un comportement habituel de recherche d’emploi, le taux de chômage rebondit donc nettement au 3e trimestre. Les Pays de la Loire font partie des trois régions ayant le plus faible taux de chômage, à égalité avec l’Auvergne Rhône-Alpes. Ils sont devancés par la Bretagne et la Bourgogne-Franche-Comté. Ce taux augmente de 1,0 point en Vendée et de 1,1 point en Mayenne. La hausse est plus forte en Loire-Atlantique (+ 1,3 point), en Maine-et-Loire (+ 1,4 point) et surtout dans la Sarthe (+ 1,7 point). Sur un an, le taux de chômage augmente de 0,9 point dans la région, plus qu’en France (+ 0,6 point). En Maine-et-Loire et en Vendée, le taux de chômage augmente de 0,8 point sur un an. En Sarthe et en Loire-Atlantique il est en hausse de 0,9 point et en Mayenne de 1,0 point. Le taux de chômage augmente dans toutes les zones d’emploi. Néanmoins, avec 5,0 %, la zone d’emploi des Herbiers-Montaigu affiche le deuxième taux le plus faible des zones d’emploi françaises. Sur un an, il augmente dans toutes les zones d’emploi. Après avoir bondi entre mars et avril 2020, le nombre de demandeurs d’emplois de catégorie A baisse tendanciellement. Ainsi, sur l’ensemble du troisième trimestre, il recule de 8,5 % par rapport au deuxième trimestre. En octobre, 179 890 demandeurs d’emplois de catégorie A sont inscrits à Pôle emploi.

Figure 4Taux de chômage

en %
Taux de chômage (en %)
Pays de la Loire France hors Mayotte
T4 2010 7,6 9,2
T1 2011 7,5 9,1
T2 2011 7,4 9,1
T3 2011 7,5 9,2
T4 2011 7,6 9,4
T1 2012 7,7 9,5
T2 2012 7,9 9,7
T3 2012 8,1 9,7
T4 2012 8,4 10,1
T1 2013 8,6 10,3
T2 2013 8,8 10,5
T3 2013 8,7 10,3
T4 2013 8,6 10,1
T1 2014 8,6 10,2
T2 2014 8,6 10,2
T3 2014 8,7 10,3
T4 2014 9 10,4
T1 2015 8,9 10,3
T2 2015 9,1 10,5
T3 2015 8,9 10,4
T4 2015 8,8 10,2
T1 2016 8,8 10,3
T2 2016 8,5 10
T3 2016 8,3 9,9
T4 2016 8,3 10
T1 2017 8 9,6
T2 2017 7,9 9,5
T3 2017 7,9 9,5
T4 2017 7,3 9
T1 2018 7,5 9,3
T2 2018 7,4 9,1
T3 2018 7,4 9
T4 2018 7,1 8,7
T1 2019 7,2 8,7
T2 2019 7 8,4
T3 2019 7 8,4
T4 2019 6,8 8,1
T1 2020 6,7 7,9
T2 2020 6,6 7,1
T3 2020 7,9 9
  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 4Taux de chômage

  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.
Avertissement - Baisse du taux de chômage au 2ᵉ trimestre 2020 : un marché du travail sous l’influence du confinement

Au troisième trimestre 2020, le taux de chômage au sens du BIT rebondit fortement après une baisse « en trompe-l’oeil » sur les deux premiers trimestres de l’année. En effet, pour être considéré comme chômeur, il faut être sans emploi, disponible pour travailler et avoir fait des démarches actives de recherche d’emploi. Au cours des deux premiers trimestres de l’année 2020, la période de confinement a fortement affecté les comportements de recherche active d’emploi (en particulier pour les personnes sans emploi dont le secteur d’activité était à l’arrêt), ainsi que la disponibilité des personnes (contrainte de garde d’enfant par exemple). Au total, la nette baisse du chômage au sens du BIT début 2020 ne traduisait pas une amélioration du marché du travail mais un effet de confinement des personnes sans emploi.

L’activité économique se dégrade en novembre avant une reprise timide en décembre

Depuis la fin du premier confinement, la situation s’était largement améliorée ; ainsi dans la région, la perte d’activité variait entre - 2,8 % et - 4,8 % entre juillet et octobre. Suite à la mise en place du deuxième confinement, la perte d’activité est estimée à - 12 % en novembre et à - 8 % en décembre dans la région, comme en France. L’industrie pèse de manière plus importante qu’en France sur la baisse d’activité. En revanche, dans les Pays de la Loire, la contribution des services marchands à la baisse d’activité est de - 5,0 %, soit 0,6 point de plus qu’en France notamment en raison du moindre poids des activités scientifiques et techniques et de l’hébergement-restauration.

La consommation électrique est le reflet de l’activité des ménages et des entreprises pendant les deux périodes de confinement et dans les mois qui suivent la reprise. Dans les Pays de la Loire comme en France, la reprise est progressive sur l’ensemble des deuxième et troisième trimestres dans le secteur tertiaire comme dans l’industrie. Cependant, suite au deuxième confinement, la consommation des entreprises chute à nouveau. Ainsi, mi-novembre, elle est inférieure de 7 % à son niveau moyen pour les compteurs « forte puissance » et de 14 % pour les compteurs « faible puissance ». C’est cependant nettement moins qu’au premier confinement (25 % fin mars).

Figure 5L’activité économique se dégrade en novembre, reprend légèrement en décembreContribution des secteurs à la baisse de l’activité économique

en %
L’activité économique se dégrade en novembre, reprend légèrement en décembre (en %)
Agriculture, sylviculture et pêche Industrie Construction Services marchands Services non marchands Ensemble
juillet 0,0 -1,0 -0,5 -3,1 -0,2 -4,8
août -0,1 -1,2 0,0 -1,7 0,3 -2,8
septembre 0,0 -1,0 -0,5 -2,3 0,3 -3,5
octobre 0,0 -0,4 -0,4 -2,3 0,0 -3,1
novembre -0,1 -1,9 -0,9 -7,6 -1,4 -11,8
décembre 0,0 -1,2 -0,6 -5,4 -0,7 -7,9
  • Source : calculs Insee à partir de sources diverses.

Figure 5L’activité économique se dégrade en novembre, reprend légèrement en décembreContribution des secteurs à la baisse de l’activité économique

  • Source : calculs Insee à partir de sources diverses.

Chute des transactions bancaires en novembre

De juillet à octobre, les transactions bancaires sont supérieures aux semaines équivalentes de 2019 (entre + 3 % et + 14 % selon les semaines, le pic est atteint fin-juillet début-août) dans les Pays de la Loire. Le rebond en France est également important. Suite au deuxième confinement (semaine 45), les transactions chutent de 29 % en moyenne sur le mois de novembre, comme en France, soit une baisse moins forte qu’au premier confinement.

Figure 6Les transactions bancaires chutent lors du deuxième confinementÉvolution des montants de transactions par rapport à la même semaine de l’année précédente

en %
Les transactions bancaires chutent lors du deuxième confinement (en %)
Semaine Pays de la Loire France entière
23 7,1 2,5
24 10,6 4,3
25 9,9 7,2
26 -0,6 -4,1
27 -0,1 -1,5
28 7,7 6,0
29 10,6 8,7
30 13,5 12,1
31 7,2 5,8
32 14,4 15,5
33 8,9 12,4
34 10,5 11,0
35 7,8 4,9
36 6,9 6,0
37 6,2 5,4
38 4,8 4,6
39 3,7 0,8
40 2,9 0,9
41 5,3 2,5
42 9,2 7,3
43 5,9 2,1
44 2,7 -2,3
45 -33,2 -33,3
46 -29,5 -29,6
47 -27,0 -28,3
48 -27,0 -26,9
  • Source : Cartes bancaires CB - Calculs Insee.

Figure 6Les transactions bancaires chutent lors du deuxième confinementÉvolution des montants de transactions par rapport à la même semaine de l’année précédente

  • Source : Cartes bancaires CB - Calculs Insee.
Avertissement - Précisions concernant les données sur les transactions bancaires

Elles proviennent de Cartes Bancaires CB et couvrent l’essentiel des transactions par cartes bancaires. Elles sont tirées d’une extraction de transactions anonymisées et agrégées à l’échelle départementale afin de respecter les exigences de confidentialité. Les données utilisées concernent tout détenteur de carte bancaire CB sur le territoire français, ce qui, outre les ménages, peut recouvrir aussi des entreprises. Ces données ne recouvrent pas les transactions réalisées par d’autres moyens de paiement (espèces, chèque, ticket restaurant, etc.). À l’inverse des données utilisées à l’échelle nationale, les données départementales intègrent certaines transactions non assimilables à de la consommation (dons à des associations, etc.). Les transactions à distance (notamment celles sur internet) ne sont pas prises en compte.

Léger rebond des logements commencés

Fin septembre 2020, 25 800 logements sont commencés (mis en chantier) en cumul sur un an dans les Pays de la Loire. Au 3e trimestre, les logements commencés dans la région se redressent (+ 2,1 %, après - 5,9 % au trimestre précédent). Ils augmentent légèrement au plan national (+ 1,1 %).

Les logements commencés progressent légèrement pour le parc collectif et pour les logements individuels (respectivement + 1,7 % et + 3,0 %). Les mises en chantier augmentent nettement dans le Maine-et-Loire et en Mayenne (respectivement + 10,7 % et + 22,6 %) et de manière moins marquée en Vendée (+ 2,5 %). Elles reculent en Loire-Atlantique et dans la Sarthe (respectivement - 1,8 % et - 1,7 %). Sur un an, les mises en chantier progressent dans la région (+ 1,7 %) tandis qu’elles diminuent de 6,0 % au niveau national.

Figure 7Évolution du nombre de logements commencés

indice base 100 en décembre 2010
Évolution du nombre de logements commencés (indice base 100 en décembre 2010)
Pays de la Loire France hors Mayotte
déc. 2010 100 100
janv. 2011 100,32 101,4
févr. 2011 102,27 102,35
mars 2011 104,22 103,44
avril 2011 102,92 103,85
mai 2011 103,57 105,01
juin 2011 101,62 103,78
juil. 2011 101,62 103,37
août 2011 101,3 102,86
sept. 2011 100 102,32
oct. 2011 99,35 101,28
nov. 2011 100 102,81
déc. 2011 98,05 104,14
janv. 2012 97,73 103,66
févr. 2012 96,1 103,49
mars 2012 94,16 103,78
avril 2012 91,88 102,2
mai 2012 90,26 99,81
juin 2012 89,29 100
juil. 2012 88,31 99,44
août 2012 88,31 98,77
sept. 2012 85,06 96,76
oct. 2012 83,44 96,13
nov. 2012 78,9 92,64
déc. 2012 78,57 92,59
janv. 2013 79,55 92,28
févr. 2013 79,87 92,49
mars 2013 80,52 91,43
avril 2013 82,14 92,42
mai 2013 81,82 92,71
juin 2013 81,49 92,59
juil. 2013 78,9 92,32
août 2013 77,92 91,89
sept. 2013 76,95 91,91
oct. 2013 76,95 90,48
nov. 2013 76,95 89,37
déc. 2013 73,05 86,59
janv. 2014 70,45 86,22
févr. 2014 69,81 84,65
mars 2014 68,51 83,37
avril 2014 66,88 83,08
mai 2014 66,56 82,42
juin 2014 66,88 81,6
juil. 2014 66,56 81,67
août 2014 66,56 81,28
sept. 2014 67,53 81,4
oct. 2014 67,21 81,26
nov. 2014 64,94 81,31
déc. 2014 66,23 81,4
janv. 2015 66,88 80,75
févr. 2015 65,91 80,9
mars 2015 66,88 80,82
avril 2015 67,86 80,02
mai 2015 68,18 79,47
juin 2015 68,18 80,12
juil. 2015 68,18 79,64
août 2015 67,53 80,12
sept. 2015 67,53 80,48
oct. 2015 66,88 80,65
nov. 2015 72,4 81,72
déc. 2015 75,32 82,98
janv. 2016 75,65 83,29
févr. 2016 76,3 84,53
mars 2016 74,35 84
avril 2016 73,05 84,96
mai 2016 74,35 87,17
juin 2016 72,4 87,43
juil. 2016 75 87,72
août 2016 75,32 87,92
sept. 2016 77,6 88,18
oct. 2016 79,87 89,32
nov. 2016 77,27 90,12
déc. 2016 76,62 90,8
janv. 2017 76,95 92,37
févr. 2017 77,92 92,78
mars 2017 79,87 95,13
avril 2017 84,09 95,88
mai 2017 83,12 95,88
juin 2017 85,06 96,85
juil. 2017 84,09 98,52
août 2017 84,74 99,1
sept. 2017 83,77 99,73
oct. 2017 83,77 100,29
nov. 2017 85,39 101,48
déc. 2017 86,36 103,9
janv. 2018 86,04 103,87
févr. 2018 86,69 103,8
mars 2018 87,01 103,22
avril 2018 86,69 103,08
mai 2018 87,99 103
juin 2018 87,01 103,17
juil. 2018 86,69 102,49
août 2018 86,69 102,06
sept. 2018 85,06 101,72
oct. 2018 86,04 102,03
nov. 2018 84,09 101,33
déc. 2018 82,47 99,69
janv. 2019 82,79 99,56
févr. 2019 81,82 99,47
mars 2019 80,52 99,13
avril 2019 79,55 99,15
mai 2019 79,55 98,89
juin 2019 80,19 98,16
juil. 2019 79,55 98,55
août 2019 80,19 98,35
sept. 2019 82,47 98,69
oct. 2019 81,49 98,21
nov. 2019 84,42 98,33
déc. 2019 84,74 98,38
janv. 2020 85,71 98,86
févr. 2020 87,01 98,79
mars 2020 87,01 96,66
avril 2020 82,47 92,49
mai 2020 80,84 91,28
juin 2020 81,82 91,74
juil. 2020 83,77 91,96
août 2020 84,74 92,98
sept. 2020 83,77 92,74
oct. 2020 83,12 93,17
nov. 2020 81,17 92,47
  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 7Évolution du nombre de logements commencés

  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Une reprise de la fréquentation hôtelière plus rapide dans la région qu’au niveau national

Avec 2,1 millions de nuitées enregistrées dans les hôtels ligériens au 3e trimestre 2020, la fréquentation baisse de 14 % par rapport au même trimestre de l’année précédente. Cette baisse de fréquentation est néanmoins très nettement inférieure à celle de la France métropolitaine (- 34 %). En effet, durant la saison estivale, les touristes ont davantage privilégié les régions du littoral ouest. La baisse de fréquentation est plus forte en juillet (- 15 %) qu’en août (- 8 %). En France métropolitaine, elle est de respectivement - 36 % et - 24 %. En septembre, les nuitées chutent de nouveau (- 20 % contre - 42 % au niveau national).

Fort rebond des créations d’entreprises, la baisse des défaillances se poursuit

Dans les Pays de la Loire, les créations d’entreprises rebondissent très fortement au 3e trimestre 2020 (+ 40,3 %, après - 14,4 % au 2e trimestre 2020, soit 9 360 entreprises créées dans la région). Il s’agit de la plus forte progression depuis le 1er trimestre 2009, année d’instauration du régime de micro-entrepreneur. La hausse des créations d’entreprises est particulièrement forte dans le commerce, les transports, l’hébergement et la restauration (+ 78,6 %). Mais elle est également remarquable dans l’industrie et la construction. Sur un an, les créations d’entreprises progressent de 14,5 % dans les Pays de la Loire, et de 20,0 % en France.

Figure 8Créations d'entreprises

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Créations d'entreprises (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Pays de la Loire y compris micro-entrepreneurs France entière y compris micro-entrepreneurs
T4 2010 100 100
T1 2011 91,05 91,9
T2 2011 92,01 92,54
T3 2011 93,8 92,91
T4 2011 89,9 92,89
T1 2012 97,9 95,04
T2 2012 94,99 92,63
T3 2012 90,3 92,83
T4 2012 91,32 90,51
T1 2013 91,73 90,78
T2 2013 89,31 91,2
T3 2013 89,33 90,61
T4 2013 93,93 92,05
T1 2014 90,82 92,54
T2 2014 90,77 92,83
T3 2014 100,34 93,84
T4 2014 97,11 93,84
T1 2015 86,16 88,01
T2 2015 88,54 88,08
T3 2015 88,48 88,63
T4 2015 91,38 90
T1 2016 92,99 91,39
T2 2016 91,69 96,24
T3 2016 86,77 92,94
T4 2016 88,94 92,53
T1 2017 91,92 95,45
T2 2017 91,99 96,06
T3 2017 96,82 100,13
T4 2017 99,24 107,54
T1 2018 102,61 111,76
T2 2018 113,84 117,62
T3 2018 109,54 116,31
T4 2018 113,62 121,95
T1 2019 131,34 132,45
T2 2019 130,88 136,55
T3 2019 134,27 138,07
T4 2019 147,73 145,1
T1 2020 127,97 128,91
T2 2020 109,57 111,27
T3 2020 153,71 165,69
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 8Créations d'entreprises

  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Fin septembre 2020, 1 480 défaillances d’entreprises sont enregistrées sur les douze derniers mois dans les Pays de la Loire, après 1 685 défaillances fin juin. Le recul se poursuit au 3e trimestre 2020 (- 12,2 %, après - 16,4 % au trimestre précédent) du fait des reports des dossiers et des mesures de préservation mises en place. Les défaillances diminuent également en France (- 15,1 %).

Figure 9Défaillances d'entreprises

indice base 100 en décembre 2010
Défaillances d'entreprises (indice base 100 en décembre 2010)
Pays de la Loire France entière
déc. 2010 100 100
janv. 2011 100,29 100,05
févr. 2011 99,82 100,01
mars 2011 98,05 99,36
avril 2011 98,63 98,97
mai 2011 98,81 100,3
juin 2011 97,84 99,27
juil. 2011 99,64 98,66
août 2011 100,25 98,73
sept. 2011 98,02 98,35
oct. 2011 98,27 98,49
nov. 2011 100,47 98,79
déc. 2011 100,25 98,61
janv. 2012 99,17 99,39
févr. 2012 100,47 99,42
mars 2012 100,22 98,69
avril 2012 99,28 98,95
mai 2012 97,95 97,57
juin 2012 97,12 97,65
juil. 2012 97,66 99
août 2012 97,44 98,83
sept. 2012 98,23 98,38
oct. 2012 99,46 99,98
nov. 2012 100,22 100,13
déc. 2012 102,05 101,27
janv. 2013 105,58 101,04
févr. 2013 105,87 100,84
mars 2013 106,3 100,65
avril 2013 109,83 101,76
mai 2013 110,73 102,02
juin 2013 110,88 102,37
juil. 2013 113,08 103,12
août 2013 112,5 103,02
sept. 2013 112,39 103,82
oct. 2013 113,08 103,76
nov. 2013 111,89 103,59
déc. 2013 112,25 103,65
janv. 2014 110,52 103,82
févr. 2014 111,53 104,8
mars 2014 110,7 104,77
avril 2014 109,8 104,96
mai 2014 109,87 104,53
juin 2014 109,33 104,7
juil. 2014 109,01 104,7
août 2014 108,75 104,71
sept. 2014 109,37 105
oct. 2014 110,16 104,8
nov. 2014 110,52 104,87
déc. 2014 107,93 103,43
janv. 2015 109,65 103,92
févr. 2015 108,83 103,76
mars 2015 109,8 105,63
avril 2015 110,66 105,72
mai 2015 108,93 103,53
juin 2015 111,49 104,99
juil. 2015 111,64 104,53
août 2015 111,38 104,12
sept. 2015 113,26 104,29
oct. 2015 111,06 102,87
nov. 2015 109,91 103,15
déc. 2015 112,07 104,44
janv. 2016 109,15 103,2
févr. 2016 106,59 102,56
mars 2016 107,31 101,22
avril 2016 104,25 100,17
mai 2016 104,68 102,61
juin 2016 103,64 101,2
juil. 2016 100,54 99,75
août 2016 100,68 99,61
sept. 2016 98,16 98,56
oct. 2016 96,87 98,25
nov. 2016 97,33 97,8
déc. 2016 95,82 96,21
janv. 2017 94,85 95,95
févr. 2017 94,42 95,01
mars 2017 93,8 94,82
avril 2017 93,8 93,56
mai 2017 94,92 93,54
juin 2017 92,69 92,43
juil. 2017 93,95 92,05
août 2017 92,94 92,12
sept. 2017 92,04 91,03
oct. 2017 90,81 90,71
nov. 2017 89,63 90,09
déc. 2017 88,72 90,29
janv. 2018 87,93 89,49
févr. 2018 88,36 89
mars 2018 85,01 87,94
avril 2018 84,65 88,15
mai 2018 83,32 87,27
juin 2018 84,37 87,32
juil. 2018 83,11 87,72
août 2018 83,18 88,19
sept. 2018 82,89 88,49
oct. 2018 85,37 89,38
nov. 2018 85,05 89,33
déc. 2018 85,91 89,47
janv. 2019 86,17 90,17
févr. 2019 85,34 90,11
mars 2019 85,95 89,78
avril 2019 85,84 90,02
mai 2019 86,13 89,81
juin 2019 84,08 89,03
juil. 2019 84,47 89,02
août 2019 83,86 87,94
sept. 2019 83,86 87,34
oct. 2019 81,3 86,36
nov. 2019 80,22 85,61
déc. 2019 79,9 85,17
janv. 2020 78,21 83,04
févr. 2020 76,44 81,74
mars 2020 72,62 78,4
avril 2020 67,65 73,26
mai 2020 63,58 68,96
juin 2020 60,7 66,75
juil. 2020 57,6 64,07
août 2020 57,78 63,23
sept. 2020 53,31 60,21
  • Notes : données mensuelles brutes au 02 novembre 2020, en date de jugement.
  • Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : Fiben, Banque de France.

Figure 9Défaillances d'entreprises

  • Notes : données mensuelles brutes au 02 novembre 2020, en date de jugement.
  • Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : Fiben, Banque de France.

Encadré 1 - Contexte international – La fin d’année 2020 reste sous le signe de la crise sanitaire

Après le rebond du troisième trimestre 2020, la résurgence de l’épidémie a conduit à durcir les mesures de restrictions, pesant sur l'activité économique du quatrième trimestre en Europe et notamment sur la consommation des ménages. Les services sont a priori davantage affectés par ces mesures que l’industrie. La situation diffère cependant selon les pays, dépendant en Europe de la mise en place de confinements d’intensité variable, tandis qu’aux États-Unis la consommation des ménages aurait été moins affectée. De son côté, la Chine, épargnée par cette deuxième vague épidémique, poursuit sa reprise entamée au printemps 2020.

Encadré 2 - Contexte national – Un deuxième confinement moins pesant que le premier sur l’activité

Après le point bas atteint au deuxième trimestre, l’activité a rebondi de manière très vive au troisième trimestre (+ 18,7 % par rapport au trimestre précédent) et la consommation a quasiment retrouvé son niveau d’avant-crise. Par la suite, le renforcement des mesures de restrictions en octobre puis le confinement instauré en novembre auraient entraîné un nouveau recul de l’activité, de l’ordre de 4 % au quatrième trimestre par rapport au troisième. L’impact aurait cependant été moins fort qu’au printemps. Les secteurs les plus pénalisés auraient été ceux directement soumis aux mesures de restriction (services de transport, hébergement et restauration, activités de loisirs…) tandis que les autres secteurs, tirant parti de l’expérience acquise lors du premier confinement, auraient davantage maintenu leur activité (industrie et construction notamment).

Après une contraction du PIB d’environ 9 % en 2020, le début de l’année 2021 reste marqué par de forts aléas, liés à l’évolution à court terme de la situation sanitaire.

Pour en savoir plus

Bilan de saison touristique 2020 Pays de la Loire, À paraître en février 2021.

Note de conjoncture, Insee Conjoncture, décembre 2020.

Canonero B., La fréquentation touristique se dégrade en septembre, après avoir repris quelques couleurs en juillet-août, Insee Focus, n° 215, novembre 2020.

Des indicateurs conjoncturels régionaux sont disponibles dans le Tableau de bord conjoncturel sur insee.fr.