Insee Flash Grand EstLa culture dans le Grand EstUn secteur vulnérable en période de crise sanitaire

Audrey Eichwald, Karina Mom (Insee)

En 2017, près de 35 000 personnes travaillent dans la culture dans le Grand Est. L’édition écrite et le spectacle vivant en rassemblent chacun 7 000. La publicité et le patrimoine sont des domaines d’activités plus présents dans la région qu’ailleurs. Comme à l’échelle nationale, la culture a plus de poids dans les territoires plus densément peuplés, avec des spécificités territoriales marquées.

Insee Flash Grand Est
No 41
Paru le : Paru le 23/10/2020
Audrey Eichwald, Karina Mom (Insee)
Insee Flash Grand Est  No 41 - Octobre 2020

L’épidémie de Covid-19 menace de nombreux secteurs économiques et celui de la culture est tout particulièrement affecté. Le ministère de la Culture estimait début juillet qu’elle « se traduira par une baisse moyenne de chiffre d’affaires de 25 % en 2020 par rapport à 2019. L’effet sera le plus important sur le secteur du spectacle vivant (- 72 %), du patrimoine (- 36 %), des arts visuels (- 31 %) et de l’architecture (- 28 %) ».

Près de 35 000 emplois dans la culture

Au 1er janvier 2017, 34 820 personnes déclarent travailler dans un établissement du Grand Est dont l’activité principale est culturelle. Les activités culturelles rassemblent ainsi 1,7 % des emplois dans la région, contre 1,9 % en moyenne en France de province (France métropolitaine hors Île-de-France). Véritable spécificité du secteur, les emplois non salariés sont très nombreux : 28 % des emplois culturels, contre 11 % dans l’ensemble de l’économie. Cette proportion est pourtant la plus faible des régions de province, inférieure de 6 points à la moyenne (figure 1). Elle est très variable d’un domaine culturel à l’autre : plus de trois quarts des emplois des arts visuels sont non salariés, mais presque aucun dans les activités liées au patrimoine. Seuls 55 % des emplois culturels sont des emplois sans limite de durée (CDI, fonctionnaires), soit 20 points de moins que dans l’ensemble de l’économie. En cette période de crise sanitaire, le secteur de la culture est ainsi particulièrement vulnérable, notamment dans les arts visuels et le spectacle vivant.

Figure 1Près de trois emplois non salariés sur dix

Près de trois emplois non salariés sur dix
Grand Est France de province
Effectifs Répartition (en %) Part de Non-salariés (en %) Part des emplois sans limite de durée (en %) Répartition (en %) Part de Non-salariés (en %) Part des emplois sans limite de durée (en %)
Édition écrite 7 040 20 26 66 21 29 63
Spectacle vivant 7 020 20 16 45 20 22 39
Publicité 4 920 14 19 71 12 22 67
Arts visuels 4 260 12 77 18 14 78 17
Architecture 3 860 11 40 53 12 47 47
Audiovisuel-multimédia 3 190 9 16 69 9 19 59
Patrimoine 2 860 8 (ns) 77 7 2 80
Enseignement artistique amateur 1 670 5 31 48 5 38 46
Ensemble 34 820 100 28 55 100 34 50
  • (ns) : dans le Grand Est, très peu de personnes travaillent dans le domaine du patrimoine en tant que non salariées ; leur proportion est du même ordre de grandeur qu’au niveau national.
  • Source : Insee, recensement de la population 2017, exploitation complémentaire au lieu de travail.

Après l’édition écrite et le spectacle vivant, la publicité est plus développée qu’ailleurs

Deux domaines prédominent dans le secteur de la culture : l’édition écrite et le spectacle vivant. Ils regroupent chacun 20 % des emplois culturels, soit 7 000 dans le Grand Est. À elle seule, l’activité d’édition de journaux rassemble un tiers des emplois de l’édition écrite. Cette activité est surreprésentée dans la région (figure 2), de nombreux quotidiens régionaux y étant diffusés (le Républicain Lorrain, l’Alsace, les Dernières Nouvelles d’Alsace, l’Est Républicain, l’Union). Pour le spectacle vivant, c’est l’activité de gestion de salles de spectacles qui se démarque, plaçant ainsi le Grand Est au deuxième rang des régions pour le poids de cette activité dans le secteur culturel.

La publicité est le troisième domaine d’activités culturelles dans la région, mais seulement le quatrième à l’échelle de la France de province. Avec ses 5 000 emplois, elle regroupe 14 % des emplois culturels dans le Grand Est, contre 12 % en France de province.

Bien que plus restreint, avec moins de 3 000 emplois, le patrimoine est aussi un domaine culturel plus spécifique à la région. L’activité de gestion des bibliothèques et archives y est particulièrement développée, avec près de la moitié des emplois concentrés à la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg et un quart à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Parmi les autres domaines culturels, l’audiovisuel-multimédia rassemble 9 % des emplois culturels du Grand Est comme ailleurs, mais certaines activités sont très spécifiques à la région. L’édition de chaînes généralistes y a ainsi deux fois plus de poids, avec la présence à Strasbourg de la chaîne franco-allemande Arte et le fort ancrage régional de France Télévision. La projection de films cinématographiques et l’édition et la diffusion de programmes radio (Radio France) sont également bien implantées dans le Grand Est.

Figure 2L’édition de journaux porte l’édition écrite dans le Grand EstIndice de spécificité des plus importantes activités culturelles du Grand Est

L’édition de journaux porte l’édition écrite dans le Grand Est
Activités culturelles Domaine Indice de Spécificité
Commerce de détail journaux papeterie en magasin Édition écrite 0,69
Édition de revues et périodiques Édition écrite 0,78
Autre création artistique Arts visuels 0,82
Création artistique relevant des arts plastiques Arts visuels 0,84
Activités de soutien au spectacle vivant Spectacle vivant 0,84
Activités spécialisées de design Arts visuels 0,86
Activités photographiques Arts visuels 0,91
Architecture Autres 0,94
Commerce de détail de livres en magasin spécialisé Édition écrite 0,95
Enseignement artistique amateur Autres 0,96
Arts du spectacle vivant Spectacle vivant 0,97
Gestion des sites et monuments historiques Patrimoine 1,04
Traduction et interprétation Édition écrite 1,06
Publicité Autres 1,16
Édition et diffusion de programmes radio Audiovisuel-multimédia 1,17
Projection de films cinématographiques Audiovisuel-multimédia 1,34
Édition de journaux Édition écrite 1,39
Gestion de salles de spectacles Spectacle vivant 1,48
Gestion des bibliothèques et archives Patrimoine 1,48
Édition de chaînes généralistes Audiovisuel-multimédia 1,79
  • Note : l’indice de spécificité d’une activité correspond à son poids dans l’emploi de la culture du Grand Est rapporté à son poids en moyenne en France de province ; un indice supérieur (resp. inférieur) à 1 signifie que le secteur est surreprésenté (resp. sous-représenté) dans la région.
  • Lecture : en 2017, l’édition de chaînes généralistes rassemble 1,8 fois plus d’emplois de la culture dans le Grand Est qu’en moyenne en France de province.
  • Champ : activités culturelles d’au moins 500 emplois dans le Grand Est (la gestion des musées, l’édition de livres ou la production de films par exemple ne sont ainsi pas représentées).
  • Source : Insee, recensement de la population 2017, exploitation complémentaire au lieu de travail.

Figure 2L’édition de journaux porte l’édition écrite dans le Grand EstIndice de spécificité des plus importantes activités culturelles du Grand Est

  • Note : l’indice de spécificité d’une activité correspond à son poids dans l’emploi de la culture du Grand Est rapporté à son poids en moyenne en France de province ; un indice supérieur (resp. inférieur) à 1 signifie que le secteur est surreprésenté (resp. sous-représenté) dans la région.
  • Lecture : en 2017, l’édition de chaînes généralistes rassemble 1,8 fois plus d’emplois de la culture dans le Grand Est qu’en moyenne en France de province.
  • Champ : activités culturelles d’au moins 500 emplois dans le Grand Est (la gestion des musées, l’édition de livres ou la production de films par exemple ne sont ainsi pas représentées).
  • Source : Insee, recensement de la population 2017, exploitation complémentaire au lieu de travail.

Plus d’emplois culturels dans les grandes villes

La zone d’emploi de Strasbourg concentre un quart des emplois culturels de la région. La culture y a bien plus de poids qu’ailleurs : 2,7 % des emplois de l’ensemble de l’économie sont culturels (figure 3). C’est le territoire où se trouvent le plus de grands établissements (un tiers des établissements de plus de 100 salariés du Grand Est). Avec la présence d’Arte, l’audiovisuel-multimédia représente 13 % des effectifs culturels à Strasbourg.

Comme à l’échelle nationale, la culture est globalement plus présente dans les grandes villes. Les zones d’emploi de Nancy, Metz, Mulhouse et Reims se partagent ainsi 39 % des emplois culturels, pour 33 % des emplois de l’ensemble de l’économie et de la population. Les spécificités territoriales sont fortes. Nancy est plus spécialisée dans l’audiovisuel-multimédia (France Télévision) et le spectacle vivant (Opéra national de Lorraine). Metz et Mulhouse se démarquent dans l’édition écrite. Elles réunissent à elles deux le quart des effectifs régionaux dans ce domaine (avec respectivement l’implantation du Républicain Lorrain et de la Société Alsacienne de Publications - l’Alsace). Quant à Reims, c’est dans le spectacle vivant et la publicité que cette zone d’emploi se distingue.

Les autres zones d’emplois, plus petites, sont complémentaires et jouent un rôle essentiel de relais culturel et de maillage du territoire.

Figure 3Un emploi culturel sur quatre dans la zone d’emploi de Strasbourg

Un emploi culturel sur quatre dans la zone d’emploi de Strasbourg
Code Zone d’emploi Effectifs Poids de l’emploi culturel (en %)
4401 Bar-le-Duc 270 1,0
4402 Châlons-en-Champagne 470 1,0
4403 Charleville-Mezières 580 1,0
4404 Chaumont 640 1,3
4405 Colmar 1 220 1,4
4406 Epernay 440 1,2
4407 Epinal 970 1,4
4408 Forbach 350 1,3
4409 Haguenau 1 140 1,3
4410 Metz 3 650 2,1
4411 Mulhouse 2 770 1,8
4412 Nancy 4 350 2,0
4413 Reims 2 690 2,0
4414 Remiremont 360 1,1
4415 Romilly-sur-Seine 320 1,2
4416 Saint-Avold 380 1,0
4417 Saint-Dié-des-Vosges 240 0,9
4418 Saint-Louis 340 1,2
4419 Sarrebourg 400 0,9
4420 Sarreguemines 530 1,2
4421 Sedan 320 1,0
4422 Sélestat 520 1,5
4423 Strasbourg 8 810 2,7
4424 Thionville 980 1,2
4425 Troyes 1 340 1,4
4426 Verdun 360 1,3
4427 Vitry-le-François Saint-Dizier 400 1,0
  • Source : Insee, recensement de la population 2017, exploitation complémentaire au lieu de travail.

Figure 3Un emploi culturel sur quatre dans la zone d’emploi de Strasbourg

  • Source : Insee, recensement de la population 2017, exploitation complémentaire au lieu de travail.

Définitions


Le champ économique de la culture a été défini par le service statistique du ministère de la Culture, d’après une définition européenne. Dans cette étude, les emplois de la culture correspondent ainsi à tous les emplois exercés dans les établissements ayant une activité principale définie comme culturelle.Trente-quatre activités culturelles sont identifiées, regroupées en huit domaines culturels (le détail est disponible dans la version en ligne sur insee.fr en données complémentaires).

Tous les actifs qui travaillent dans le secteur de la culture n'exercent pas une profession culturelle. Réciproquement, des emplois faisant appel à des compétences de nature culturelle s'exercent dans des secteurs autres que la culture.

Pour en savoir plus

Bisault L., Picard T., « La culture : une activité capitale », Insee Première n° 1644, avril 2017.

Challand C., Villaume S., « Un tiers des architectes du Grand Est exercent à Strasbourg », Insee Analyses Grand Est n° 61, novembre 2017.

« L’impact de la crise du Covid-19 sur les secteurs culturels », Ministère de la Culture, Collection Culture chiffres, juillet 2020.