Insee Conjoncture Centre-Val de LoireChute de l’emploi salarié, signe des premiers effets de la crise sanitaire mondialeNote de conjoncture régionale - 1ᵉʳ trimestre 2020

Caroline Chalot (Insee)

Au premier trimestre 2020, l’emploi salarié subit un important recul en Centre-Val de Loire, premières conséquences de la crise sanitaire mondiale. Les effectifs s’écroulent dans le secteur intérimaire. De manière apparemment paradoxale, le taux de chômage continue de diminuer, pour s’établir à un niveau historiquement bas (7,3 %). Parallèlement, le nombre de demandeurs d’emploi accentue son repli. Les autorisations de construction réamorcent une hausse, tandis que les mises en chantier déclinent. Les créations d’entreprises stoppent leur progression, alors que les défaillances poursuivent leur baisse. L’activité économique, après un coup d’arrêt entre mi-mars et mi-mai, reprend sans toutefois rattraper immédiatement les niveaux observés sur la période précédente.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire
No 30
Paru le : Paru le 16/07/2020
Caroline Chalot (Insee)
Insee Conjoncture Centre-Val de Loire  No 30 - Juillet 2020
Avertissement sur la diffusion des données au premier trimestre 2020

Du fait du contexte particulier de la crise sanitaire due à l’épidémie de Covid-19, la note de conjoncture Insee Centre-Val de Loire du premier trimestre 2020 ne comporte pas exactement le contenu habituellement diffusé. Une ouverture sur le deuxième trimestre est proposée, lorsque les données sont disponibles, afin de fournir des indications sur l’ampleur du choc en cours.

Le premier trimestre 2020 subit, dans ses derniers jours, les premiers impacts de la crise sanitaire mondiale due à l’épidémie de Covid-19, épisode imprévisible et inédit. La période de confinement de la population française débutée le 17 mars a mis à l’arrêt une grande partie de l’activité économique, notamment l’hôtellerie-restauration, l’artisanat ou le commerce non alimentaire. La consommation d’électricité reflète, par exemple, la modification des comportements sur cette période - qu’il s’agisse de la baisse de production dans des secteurs intensifs en électricité (hors résidentiel forte puissance), comme les transports et les sites industriels, ou du mode de vie transformé des ménages confinés (résidentiel) (figure 1).

La fin progressive des mesures de confinement, débutée le 11 mai, a permis une certaine reprise, mais sans retour immédiat aux niveaux d’activité économique et d’emploi précédents. Le premier trimestre représente ainsi un point de référence pour l’année 2020, bien que certains indicateurs, comme l’emploi, soient déjà directement impactés sur les deux dernières semaines de mars.

Figure 1Écart de consommation d’électricité selon le type de consommateur

%
Écart de consommation d’électricité selon le type de consommateur (%)
semaine résidentiel hors résidentiel (faible puissance) hors résidentiel (forte puissance)
02 -3,5 -2,7 -1,3
03 -2,3 -4,4 -0,9
04 -0,3 -0,2 2,0
05 -0,8 5,3 0,3
06 -0,6 -0,6 0,5
07 0,6 -0,8 0,8
08 -4,0 -6,3 -2,6
09 -1,7 -5,8 -3,1
10 11,0 10,0 3,2
11 6,3 2,8 -0,3
12 8,3 -24,1 -18,1
13 1,4 -26,8 -26,7
14 10,6 -15,8 -23,0
15 8,8 -19,9 -19,2
16 8,5 -18,4 -13,3
17 15,5 -19,5 -9,2
18 8,1 -16,6 -17,3
19 11,2 -14,5 -15,3
20 -4,3 -15,4 -14,7
21 11,2 -9,4 -7,2
22 16,4 4,4 1,8
  • Note : niveaux de consommation hebdomadaire corrigés des températures, des jours ouvrés et des mois. Écart par rapport au niveau moyen de chaque type de consommateur en Centre-Val de Loire.
  • Source : données Enedis, calculs Insee.

Figure 1Écart de consommation d’électricité selon le type de consommateur

  • Note : niveaux de consommation hebdomadaire corrigés des températures, des jours ouvrés et des mois. Écart par rapport au niveau moyen de chaque type de consommateur en Centre-Val de Loire.
  • Source : données Enedis, calculs Insee.

L’emploi salarié total en net repli

Après être reparti à la hausse au quatrième trimestre 2019 en Centre-Val de Loire (+ 0,4 %), l’emploi salarié total chute au premier trimestre 2020 (- 2,4 %) sous les premiers effets de la crise sanitaire, comme en France hors Mayotte (- 2,0 %). Le nombre de salariés s’établit ainsi à 889 300 dans la région, soit 21 700 de moins par rapport au trimestre dernier.

L’emploi privé est plus lourdement touché que l’emploi public (respectivement - 2,9 % et - 0,6 %) (figure 2). Le repli régional est principalement dû à d’importantes pertes dans l’emploi intérimaire (- 40 %), l’emploi hors intérim se rétractant de 0,8 %. Tous les secteurs accusent des pertes, plus particulièrement celui des services marchands hors intérim (- 1,1 %), avec une activité hébergement et restauration en très net repli (- 3,4 % soit 1 030 emplois en moins). À l’inverse, la construction est le secteur le moins touché (- 0,2 %) au cours de ce premier trimestre (figure 3).

Sur un an, pénalisé par ce premier trimestre 2020, l’emploi salarié total est un peu plus en retrait dans la région (- 2,0 %) qu’au niveau national (- 1,2 %).

Figure 2Évolution de l'emploi salarié

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Emploi salarié total - Centre-Val de Loire Emploi salarié total - France hors Mayotte Emploi salarié privé - Centre-Val de Loire Emploi salarié privé - France hors Mayotte
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 100,03 100,2 99,99 100,27
T2 2011 99,81 100,3 99,76 100,4
T3 2011 99,56 100,25 99,48 100,41
T4 2011 99,49 100,3 99,38 100,43
T1 2012 99,37 100,32 99,12 100,4
T2 2012 99,2 100,29 98,92 100,33
T3 2012 98,95 100,14 98,51 100,07
T4 2012 98,85 100,03 98,39 99,95
T1 2013 98,56 100,04 98,07 99,91
T2 2013 98,35 99,92 97,66 99,66
T3 2013 98,38 100,09 97,81 99,81
T4 2013 98,59 100,37 97,76 99,95
T1 2014 98,52 100,41 97,62 99,9
T2 2014 98,41 100,44 97,53 99,93
T3 2014 98,29 100,34 97,35 99,77
T4 2014 98,14 100,43 97,09 99,83
T1 2015 98,13 100,38 97 99,78
T2 2015 98,29 100,61 97,15 99,99
T3 2015 98,22 100,7 97,11 100,12
T4 2015 98,22 100,89 97,05 100,35
T1 2016 98,4 101,06 97,21 100,54
T2 2016 98,48 101,32 97,3 100,84
T3 2016 98,42 101,6 97,18 101,15
T4 2016 98,68 101,7 97,56 101,29
T1 2017 98,85 102,1 97,77 101,79
T2 2017 99,08 102,44 98,08 102,22
T3 2017 99,13 102,7 98,2 102,63
T4 2017 99,32 103,08 98,61 103,18
T1 2018 99,08 103,27 98,23 103,41
T2 2018 99,13 103,32 98,34 103,56
T3 2018 98,92 103,43 98,07 103,7
T4 2018 98,84 103,73 97,91 104,05
T1 2019 99,07 104,1 98,21 104,51
T2 2019 99,22 104,33 98,29 104,75
T3 2019 99,05 104,52 98,2 104,96
T4 2019 99,42 104,91 98,55 105,48
T1 2020 97,06 102,85 95,65 102,82
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 2Évolution de l'emploi salarié

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 3Évolution de l'emploi salarié par secteur en Centre-Val de Loire

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié par secteur en Centre-Val de Loire (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim Tertiaire non marchand
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 99,43 99,75 99,97 100,05
T2 2011 98,73 99,43 99,62 99,92
T3 2011 98,7 99,24 99,34 100,03
T4 2011 98,51 98,8 99,29 99,95
T1 2012 98,4 98,69 99,31 100,3
T2 2012 98,06 98,35 99,33 100,34
T3 2012 97,51 98,17 99,12 100,76
T4 2012 96,62 97,93 98,85 100,61
T1 2013 95,46 97,37 98,55 100,06
T2 2013 95,2 96,96 98,59 100,13
T3 2013 94,27 96,78 98,66 99,86
T4 2013 93,31 96,8 98,66 100,63
T1 2014 92,6 96,53 98,67 100,67
T2 2014 91,76 96,35 98,72 100,36
T3 2014 90,61 95,95 98,78 100,76
T4 2014 89,29 95,63 98,79 100,75
T1 2015 88,32 95,56 98,73 100,88
T2 2015 86,93 95,3 98,92 100,92
T3 2015 85,68 94,98 98,91 100,82
T4 2015 85,21 94,63 99,24 100,81
T1 2016 84,37 94,27 99,49 101,02
T2 2016 83,82 94,01 99,76 101,07
T3 2016 83,55 93,97 99,83 101,03
T4 2016 83,17 93,49 99,85 100,96
T1 2017 83,16 93,19 100,16 100,95
T2 2017 83,18 92,99 100,3 100,96
T3 2017 83,01 93,03 100,49 100,85
T4 2017 83,46 93,27 100,49 100,39
T1 2018 83,51 92,99 100,38 100,46
T2 2018 83,57 93,06 100,67 100,22
T3 2018 83,67 93,12 100,53 100,05
T4 2018 83,52 93,21 100,6 100,14
T1 2019 84,3 93,39 100,94 100,06
T2 2019 84,53 93,55 100,94 100,23
T3 2019 84,75 93,51 100,96 99,76
T4 2019 85,39 93,55 101,62 100,09
T1 2020 85,23 93,02 100,47 99,48
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 3Évolution de l'emploi salarié par secteur en Centre-Val de Loire

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

L’intérim : premier secteur touché par la crise

Déjà marqués par une tendance à la baisse ces derniers trimestres, les effectifs du secteur intérimaire s’effondrent en Centre-Val de Loire au premier trimestre 2020 (- 40,4 %), comme au niveau national (figure 4). Ce recul (- 14 780 salariés) représente 68 % des destructions d’emplois.

Sur les douze derniers mois, le secteur subit une chute de 41 %, fortement impacté par ce trimestre, autant dans la région qu’au niveau national.

Figure 4Évolution de l'emploi intérimaire

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi intérimaire (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Centre-Val de Loire France hors Mayotte
T4 2010 100 100
T1 2011 102,31 101,1
T2 2011 103,36 101,55
T3 2011 99,11 100,12
T4 2011 100,94 99,38
T1 2012 94,58 94,98
T2 2012 91,64 91,98
T3 2012 88,76 88,02
T4 2012 88,44 85,4
T1 2013 92,12 88,18
T2 2013 87,99 87,16
T3 2013 93,28 89,79
T4 2013 93 90,3
T1 2014 91,98 89,35
T2 2014 92,44 91,19
T3 2014 90,98 88,91
T4 2014 90,4 90,14
T1 2015 92,03 89,76
T2 2015 96,72 93,42
T3 2015 100,29 96,99
T4 2015 100,56 99,62
T1 2016 104,67 99,28
T2 2016 105,96 102,22
T3 2016 105,41 105,53
T4 2016 117,11 110,82
T1 2017 117,74 115,41
T2 2017 124,62 120,31
T3 2017 126,52 124,34
T4 2017 134,06 130,81
T1 2018 129,54 129,56
T2 2018 129,36 127,87
T3 2018 126,34 127,8
T4 2018 122,04 126,52
T1 2019 123,21 127,35
T2 2019 123,14 126,92
T3 2019 122,64 126,54
T4 2019 121,1 126,07
T1 2020 72,63 75,17
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 4Évolution de l'emploi intérimaire

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Des pertes d’emplois dans tous les départements

Tous les départements du Centre-Val de Loire sont concernés par la chute de l’emploi au premier trimestre 2020. Les destructions dans le Loiret, l’Indre et le Loir-et-Cher, en proportions supérieures à celles de la région, s’observent dans tous les secteurs, notamment celui de l’intérim et le tertiaire marchand hors intérim. Avec un recul de 3 %, soit 7 730 emplois en moins, le Loiret est le plus touché. Dans l’Indre, la baisse atteint 2,8 %, avec la contraction des effectifs intérimaires la plus sévère (- 54,3 %).

Dans les trois autres départements, des secteurs restent épargnés. Dans l’Indre-et-Loire (- 2,3 %), la construction comptabilise des effectifs supplémentaires. C’est également le cas pour ce secteur dans le Cher, où l’emploi total régresse plus faiblement. Enfin, l’emploi dans l’Eure-et-Loir est un peu moins impacté (- 1,5 %), car certains secteurs comme l’industrie, notamment pharmaceutique, et le tertiaire non marchand y restent stables (figure 5).

Sur l’année, l’évolution de l’emploi devient négative dans tous les départements, sous l’effet de ce premier trimestre 2020 (de - 1,2 % à - 3,2 %).

Figure 5Évolution de l'emploi salarié total par département

en % par rapport au trimestre précédent
Évolution de l'emploi salarié total par département (en % par rapport au trimestre précédent)
2019T4 2020T1
Cher -0,19 -1,61
Eure-et-Loir 0,34 -1,54
Indre 0,13 -2,84
Indre-et-Loire 0,57 -2,27
Loir-et-Cher 0,68 -2,6
Loiret 0,36 -2,98
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 5Évolution de l'emploi salarié total par département

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Taux de chômage : une baisse en trompe l’œil

Après un niveau historiquement bas au quatrième trimestre 2019 (7,7 %), et dans un contexte particulier au premier trimestre 2020, le taux de chômage provisoire recule de 0,4 point et s’établit à 7,3 % (avertissement).

Le phénomène est identique au niveau de la France hors Mayotte, avec un taux de 7,8 % qui reste cependant supérieur à celui de la région (figure 6).

Tous les départements sont concernés par cette baisse dans une mesure identique à celle de la région (de - 0,3 à - 0,4 point) (figure 7).

Sur les douze derniers mois, le taux de chômage recule de 0,9 point dans la région, ainsi qu’en France hors Mayotte.

Figure 6Taux de chômage

en %
Taux de chômage (en %)
Centre-Val de Loire France hors Mayotte
T4 2010 8,1 9,2
T1 2011 8,1 9,1
T2 2011 8 9,1
T3 2011 8,2 9,2
T4 2011 8,3 9,4
T1 2012 8,5 9,5
T2 2012 8,8 9,7
T3 2012 8,9 9,8
T4 2012 9,2 10,1
T1 2013 9,5 10,3
T2 2013 9,6 10,5
T3 2013 9,4 10,3
T4 2013 9,3 10,1
T1 2014 9,4 10,2
T2 2014 9,4 10,2
T3 2014 9,5 10,3
T4 2014 9,7 10,4
T1 2015 9,6 10,3
T2 2015 9,8 10,5
T3 2015 9,6 10,4
T4 2015 9,6 10,2
T1 2016 9,6 10,2
T2 2016 9,5 10
T3 2016 9,3 9,9
T4 2016 9,4 10
T1 2017 9 9,6
T2 2017 9 9,5
T3 2017 8,9 9,5
T4 2017 8,3 9
T1 2018 8,6 9,2
T2 2018 8,5 9,1
T3 2018 8,4 9
T4 2018 8,2 8,7
T1 2019 8,2 8,7
T2 2019 8 8,4
T3 2019 8 8,4
T4 2019 7,7 8,1
T1 2020 7,3 7,8
  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 6Taux de chômage

  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 7Taux de chômage départementaux

Taux de chômage départementaux
1ᵉʳ trimestre 2020 (%) Variation (point)
sur un trimestre sur un an
Cher 8,1 -0,3 -0,8
Eure-et-Loir 7,3 -0,4 -1,0
Indre 7,5 -0,3 -0,9
Indre-et-Loire 7,0 -0,4 -0,9
Loir-et-Cher 6,4 -0,3 -1,0
Loiret 7,6 -0,3 -1,0
Centre-Val de Loire 7,3 -0,4 -0,9
France hors Mayotte 7,8 -0,3 -0,9
  • Note : données trimestrielles, données provisoires pour le dernier trimestre.
  • Sources : Insee, Taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisés.

Des demandeurs d’emploi moins nombreux sur l’ensemble du trimestre

En moyenne, au premier trimestre 2020, 209 300 demandeurs d’emploi de catégories A, B et C sont inscrits à Pôle emploi en Centre-Val de Loire (figure 8). Le repli entamé au quatrième trimestre 2018 se poursuit en janvier et février 2020 (- 0,9 % sur l’ensemble du premier trimestre). Avec le début du confinement, le nombre de demandeurs d’emploi de catégories A, B et C augmente ensuite très fortement : + 6,7 % entre fin février et fin mai.

Cette situation se retrouve accentuée notamment pour les jeunes âgés de moins de 25 ans, sur la même période (+ 14,6 %).

Figure 8Demandeurs d'emploi (A, B, C) inscrits à Pôle emploi

Demandeurs d'emploi (A, B, C) inscrits à Pôle emploi
1ᵉʳ trimestre 2020 (CVS) Variation (%)
sur un trimestre sur un an
Centre-Val de Loire 209 260 -0,9 -4,4
Moins de 25 ans 29 430 -0,2 -6,7
50 ans ou plus 54 790 -1,3 -2,0
Inscrits depuis plus d'un an 100 300 -2,5 -5,6
France (en milliers) 5 744 0,0 -2,9
  • Note : données corrigées des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables ; Calcul des CVS-CJO : Dares.
  • Chaque année est menée, en même temps qu’au niveau national, une campagne d'actualisation des coefficients de correction des variations saisonnières (CVS), pour tenir compte des données de l'année écoulée. Cette campagne conduit à réviser l'ensemble des séries CVS diffusées.
  • À l’occasion de la campagne d’actualisation de février 2017, les méthodes d’estimation des coefficients CVS des statistiques nationales, régionales et départementales de demandeurs d’emploi ont été harmonisées. Les séries régionales et départementales publiées sont maintenant corrigées des effets des jours ouvrables (CJO), et la cohérence comptable entre niveaux géographiques des statistiques CVS-CJO est désormais systématiquement assurée.
  • Sources : Pôle emploi ; Dares, Statistisques mensuelles du marché du travail.

Les autorisations de construction se relancent

Après un trimestre de légère baisse, les autorisations de construction de logements, mesurées en données cumulées sur douze mois, repartent à la hausse au premier trimestre 2020 (+ 7,7 %), renouant avec trois trimestres de reprise. En France hors Mayotte, elles continuent de progresser pour le deuxième trimestre consécutif.

À l’inverse, après deux trimestres de croissance, les logements commencés fléchissent dans la région (- 5,2 %) et accentuent leur repli entamé le trimestre dernier au niveau national (- 2,8 %). La contraction régionale concerne aussi bien les logements individuels que collectifs (respectivement - 2,2 % et - 8,2 %) (figure 9).

La mise en place du confinement le 17 mars a cependant profondément affecté l’activité de la construction : la baisse d’activité pendant cette période a été de l’ordre de 75 % par rapport à la normale. Fin mai, près de quatre chantiers sur cinq avaient repris une activité, mais seulement la moitié déclarait un niveau d’activité normal.

Figure 9Évolution du nombre de logements commencés

indice base 100 en décembre 2010
Évolution du nombre de logements commencés (indice base 100 en décembre 2010)
Centre-Val de Loire France hors Mayotte
déc. 2010 100 100
janv. 2011 102,92 101,4
févr. 2011 104,38 102,35
mars 2011 103,65 103,46
avril 2011 101,46 103,8
mai 2011 103,65 104,96
juin 2011 102,19 103,75
juil. 2011 100 103,32
août 2011 100,73 102,81
sept. 2011 101,46 102,25
oct. 2011 100 101,21
nov. 2011 100 102,78
déc. 2011 100,73 104,11
janv. 2012 100 103,61
févr. 2012 101,46 103,44
mars 2012 101,46 103,73
avril 2012 101,46 102,2
mai 2012 97,81 99,78
juin 2012 99,27 99,95
juil. 2012 98,54 99,39
août 2012 96,35 98,74
sept. 2012 95,62 96,73
oct. 2012 95,62 96,1
nov. 2012 91,24 92,59
déc. 2012 91,24 92,52
janv. 2013 90,51 92,21
févr. 2013 88,32 92,45
mars 2013 89,05 91,38
avril 2013 91,24 92,38
mai 2013 92,7 92,69
juin 2013 89,78 92,57
juil. 2013 89,78 92,28
août 2013 89,05 91,87
sept. 2013 86,86 91,89
oct. 2013 84,67 90,46
nov. 2013 83,94 89,33
déc. 2013 83,94 86,54
janv. 2014 81,75 86,21
févr. 2014 81,02 84,61
mars 2014 78,83 83,35
avril 2014 76,64 83,06
mai 2014 75,18 82,41
juin 2014 74,45 81,58
juil. 2014 73,72 81,66
août 2014 74,45 81,29
sept. 2014 75,18 81,39
oct. 2014 75,18 81,24
nov. 2014 78,1 81,32
déc. 2014 74,45 81,44
janv. 2015 72,99 80,78
févr. 2015 72,99 80,91
mars 2015 71,53 80,86
avril 2015 70,07 80,06
mai 2015 68,61 79,48
juin 2015 67,88 80,13
juil. 2015 66,42 79,65
août 2015 66,42 80,13
sept. 2015 67,88 80,49
oct. 2015 66,42 80,66
nov. 2015 62,77 81,75
déc. 2015 64,23 83,01
janv. 2016 65,69 83,35
févr. 2016 65,69 84,58
mars 2016 66,42 84,08
avril 2016 65,69 85,12
mai 2016 68,61 87,34
juin 2016 69,34 87,68
juil. 2016 71,53 88,02
août 2016 70,8 88,24
sept. 2016 68,61 88,58
oct. 2016 69,34 89,74
nov. 2016 68,61 90,63
déc. 2016 68,61 91,43
janv. 2017 67,88 92,98
févr. 2017 69,34 93,39
mars 2017 70,07 95,67
avril 2017 70,8 96,37
mai 2017 71,53 96,37
juin 2017 72,26 97,22
juil. 2017 71,53 98,84
août 2017 74,45 99,35
sept. 2017 75,18 99,9
oct. 2017 77,37 100,34
nov. 2017 78,83 101,38
déc. 2017 83,94 103,73
janv. 2018 83,94 103,65
févr. 2018 83,21 103,61
mars 2018 82,48 103,07
avril 2018 83,21 102,95
mai 2018 81,75 102,86
juin 2018 81,02 103,05
juil. 2018 80,29 102,42
août 2018 77,37 102,06
sept. 2018 76,64 101,72
oct. 2018 73,72 102,11
nov. 2018 75,18 101,45
déc. 2018 69,34 99,9
janv. 2019 72,26 99,85
févr. 2019 72,26 99,81
mars 2019 73,72 99,52
avril 2019 72,99 99,56
mai 2019 72,99 99,35
juin 2019 74,45 98,72
juil. 2019 75,18 99,08
août 2019 75,91 98,98
sept. 2019 75,91 99,42
oct. 2019 77,37 99,13
nov. 2019 79,56 99,37
déc. 2019 82,48 99,37
janv. 2020 80,29 99,59
févr. 2020 81,75 99,59
mars 2020 78,1 96,61
avril 2020 75,91 92,01
mai 2020 72,99 89,25
  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 9Évolution du nombre de logements commencés

  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Rupture dans la création d’entreprises

Après dix trimestres de croissance, le nombre de créations d’entreprises en Centre-Val de Loire, y compris micro-entrepreneurs, recule de 4,0 % au premier trimestre 2020, et s’élève à 5 200.

Au niveau de la France entière, le repli est nettement plus marqué, soit - 10,8 % (figure 10).

Tous les secteurs sont concernés par cette baisse. L’industrie et la construction sont les plus touchés (respectivement - 12,7 % et - 12,5 %), alors qu’ils étaient en expansion le trimestre dernier. Le commerce, déjà en repli depuis deux trimestres, poursuit sur cette tendance (- 4,5 %). Enfin, le secteur des services enregistre la baisse la moins forte (- 0,6 %).

Sur un an, l’évolution ralentit, mais reste positive dans la région (+ 5,3 %), contrairement à celle observée au niveau national (- 2,7 %).

Compte tenu du confinement de la population, le nombre de créations d’entreprises, au niveau national, s’écroule de 33,4 % en avril 2020. En mai, les immatriculations rebondissent nettement (+ 59,9 %) sans toutefois retrouver leurs niveaux d’avant la crise sanitaire.

Figure 10Créations d'entreprises

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Créations d'entreprises (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Centre-Val de Loire hors micro-entrepreneurs France entière hors micro-entrepreneurs Centre-Val de Loire y compris micro-entrepreneurs France entière y compris micro-entrepreneurs
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 102,54 99,15 92,8 91,9
T2 2011 105,97 98,35 95,28 92,64
T3 2011 102,25 99,01 92,41 92,89
T4 2011 103,19 99,04 94,37 92,91
T1 2012 100 94,96 94,04 94,92
T2 2012 96,57 91,68 92,5 92,68
T3 2012 96,04 92,21 89,84 92,66
T4 2012 97,34 93,21 93,13 90,41
T1 2013 103,61 100,15 88,48 90,9
T2 2013 104,43 101,22 88,18 90,97
T3 2013 106,62 101,66 89,28 90,42
T4 2013 113,89 104,03 90,84 92,03
T1 2014 108,51 103,69 91,64 92,48
T2 2014 105,91 103,21 90,47 92,58
T3 2014 110,58 101,79 92,2 93,88
T4 2014 105,85 103,51 89,84 93,99
T1 2015 118,74 110,96 83,43 87,86
T2 2015 128,9 115,48 84,04 87,97
T3 2015 132,09 118,16 86,64 88,79
T4 2015 133,57 120,39 85,23 90,06
T1 2016 136,41 122,91 85,54 91,26
T2 2016 139,72 128,19 84,67 96,13
T3 2016 145,21 129,86 82,52 93,12
T4 2016 143,32 126,73 81 92,56
T1 2017 147,81 130,2 84,23 95,39
T2 2017 146,45 130,88 83,2 95,78
T3 2017 148,4 135,3 86,14 100,63
T4 2017 157,33 141,59 94,04 107,41
T1 2018 158,22 144,01 96,1 111,7
T2 2018 168,74 149,38 102,03 116,82
T3 2018 162,65 147,43 103,55 117,62
T4 2018 170,63 150,16 108,04 121,42
T1 2019 173,58 157,8 115,75 132,39
T2 2019 176,65 161,26 121,68 134,75
T3 2019 182,15 168,62 126,1 140,45
T4 2019 187,41 176,5 126,94 144,42
T1 2020 179,73 161 121,89 128,76
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 10Créations d'entreprises

  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Les défaillances poursuivent leur repli

Dans le contexte de crise sanitaire, alors que l’activité économique est soudainement ralentie menaçant un grand nombre d’entreprises, le nombre de défaillance continue de baisser : - 9,7 % en Centre-Val de Loire après - 3,6 % fin 2019 (figure 11). Le confinement a cependant contraint la fermeture des tribunaux de commerce et l’urgence sanitaire a nécessité la mise en place de mesures d’adaptations pour les entreprises en difficulté. Ainsi les défaillances pourraient poursuivre leur repli artificiel jusqu’à la fin du troisième trimestre 2020.

Figure 11Défaillances d'entreprises

indice base 100 en décembre 2010
Défaillances d'entreprises (indice base 100 en décembre 2010)
Centre-Val de Loire France entière
déc. 2010 100 100
janv. 2011 99,81 100,05
févr. 2011 99,33 100,01
mars 2011 99,48 99,36
avril 2011 99,76 98,97
mai 2011 102,14 100,3
juin 2011 102,05 99,27
juil. 2011 102,71 98,66
août 2011 101,86 98,73
sept. 2011 102,95 98,35
oct. 2011 101,57 98,49
nov. 2011 104,76 98,79
déc. 2011 105 98,61
janv. 2012 107,23 99,39
févr. 2012 106 99,42
mars 2012 105,85 98,69
avril 2012 105,05 98,95
mai 2012 103,66 97,57
juin 2012 104,62 97,65
juil. 2012 106,14 99
août 2012 105,24 98,83
sept. 2012 105,33 98,38
oct. 2012 110,23 99,98
nov. 2012 107,47 100,13
déc. 2012 108,9 101,27
janv. 2013 108,47 101,04
févr. 2013 108 100,84
mars 2013 105,38 100,65
avril 2013 107,62 101,76
mai 2013 107,14 102,02
juin 2013 106,09 102,37
juil. 2013 106,24 103,12
août 2013 107,04 103,02
sept. 2013 108,9 103,82
oct. 2013 109,04 103,76
nov. 2013 111,57 103,59
déc. 2013 112,47 103,65
janv. 2014 111,95 103,82
févr. 2014 113,61 104,8
mars 2014 113,76 104,77
avril 2014 112,52 104,96
mai 2014 112,33 104,53
juin 2014 112,52 104,7
juil. 2014 113,56 104,7
août 2014 113,61 104,71
sept. 2014 111,85 105
oct. 2014 109,47 104,8
nov. 2014 105,95 104,87
déc. 2014 103,71 103,43
janv. 2015 104,33 103,92
févr. 2015 106,28 103,76
mars 2015 108,95 105,63
avril 2015 109,09 105,72
mai 2015 107,04 103,53
juin 2015 108,47 104,99
juil. 2015 107 104,53
août 2015 107,14 104,12
sept. 2015 110,14 104,29
oct. 2015 110,14 102,87
nov. 2015 111,28 103,15
déc. 2015 112,18 104,44
janv. 2016 112,9 103,2
févr. 2016 110,42 102,56
mars 2016 108,23 101,22
avril 2016 107,62 100,17
mai 2016 108,71 102,61
juin 2016 107,23 101,2
juil. 2016 105,62 99,75
août 2016 104,43 99,61
sept. 2016 100,52 98,56
oct. 2016 97,57 98,25
nov. 2016 96,34 97,8
déc. 2016 93,72 96,21
janv. 2017 92 95,95
févr. 2017 89,96 95,01
mars 2017 89,96 94,82
avril 2017 88,48 93,56
mai 2017 89,53 93,54
juin 2017 88,91 92,43
juil. 2017 89,34 92,05
août 2017 88,62 92,12
sept. 2017 90 91,03
oct. 2017 90,96 90,71
nov. 2017 90,29 90,09
déc. 2017 90,81 90,29
janv. 2018 89,24 89,49
févr. 2018 87,58 89
mars 2018 87,01 87,94
avril 2018 87,01 88,15
mai 2018 85,67 87,27
juin 2018 85,05 87,32
juil. 2018 85,58 87,73
août 2018 85,96 88,2
sept. 2018 85,77 88,5
oct. 2018 88,29 89,38
nov. 2018 88,81 89,32
déc. 2018 88,62 89,45
janv. 2019 90,24 90,15
févr. 2019 91,96 90,08
mars 2019 91,15 89,75
avril 2019 90,67 89,98
mai 2019 89,15 89,77
juin 2019 88,15 88,96
juil. 2019 88,2 88,92
août 2019 88,2 87,82
sept. 2019 87,34 87,19
oct. 2019 84,63 86,2
nov. 2019 84,29 85,44
déc. 2019 84,15 84,96
janv. 2020 80,68 82,72
févr. 2020 79,63 81,26
mars 2020 76,01 77,62
avril 2020 71,11 72,28
  • Notes : données mensuelles brutes au 26 juin 2020, en date de jugement.
  • Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : Fiben, Banque de France.

Figure 11Défaillances d'entreprises

  • Notes : données mensuelles brutes au 26 juin 2020, en date de jugement.
  • Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : Fiben, Banque de France.
Avertissement sur le marché du travail

Au premier trimestre 2020, le taux de chômage au sens du BIT diminue de 0,3 point en France (hors Mayotte), une baisse en « trompe-l’œil ». Cette baisse du taux de chômage résulte d’un fort recul du nombre de personnes sans emploi se déclarant disponibles ou en recherche active d’emploi pendant le confinement. Cette période a en effet fortement affecté les comportements de recherche active d’emploi (pour les personnes sans emploi dont le secteur d’activité privilégié est à l’arrêt par exemple), ainsi que la disponibilité des personnes (contrainte de garde d’enfant par exemple). Au total, le chômage au sens du BIT est donc plus faible pendant cette période de confinement, sans que cela ne traduise une amélioration du marché du travail. Pour en savoir plus, cf. la note d’éclairage associée à la publication nationale sur la période de confinement. Par ailleurs, sont compris dans l’emploi les salariés qui, avec la crise sanitaire, se sont trouvés en situation de chômage partiel ou d’arrêt-maladie (y compris pour garde d’enfant). Enfin, l’introduction de la déclaration sociale nominative (DSN) en remplacement du bordereau récapitulatif de cotisations (BRC) peut entraîner des révisions accrues sur les données, durant la phase de montée en charge de la DSN.

Encadré 1 - Contexte international – Une récession mondiale soudaine et de grande ampleur

La crise sanitaire a touché la majorité des pays du monde et la quasi-totalité des économies avancées, paralysant l’activité du fait des mesures d’endiguement mises en place. Dans les économies avancées, la chute de l’activité a débuté globalement à la mi-mars pour se prolonger au mois d’avril. Depuis lors, l’activité se rétablit graduellement dans les pays où l’épidémie a pu être maîtrisée, au rythme des calendriers d’allègement des mesures de restriction. L’environnement international reste toutefois très incertain, et ce durablement, d’autant que la menace d’une deuxième vague épidémique continue de planer dans certains pays.

Encadré 2 - Contexte national – Après avoir chuté lourdement pendant la période de confinement, l’activité se rétablit progressivement

Les mesures prises pour endiguer la propagation du Covid-19, notamment le confinement de la population entre le 16 mars et le 11 mai, ont entraîné une brusque chute de l’activité économique : pendant la période de confinement, elle se serait située à environ un tiers en deçà de la normale. La consommation des ménages a chuté dans des proportions similaires.

La sortie graduelle du confinement a permis le rebond de la consommation et le redémarrage plus progressif de l’activité. En juin, la consommation serait « seulement » de 3 % en deçà de son niveau d’avant crise. L’activité resterait plus dégradée, de 12 % inférieure à la normale en juin. La production industrielle, notamment, pâtirait d’une demande internationale en berne et d’importants stocks à écouler. Certains services en revanche auraient vu leur activité se redresser nettement en juin (hébergement-restauration). Au deuxième trimestre, le PIB aurait ainsi diminué de 17 %, après - 5,3 % au premier. La dynamique de reprise amorcée en mai puis juin anticiperait une baisse du PIB d’environ 9 % sur l’année 2020.

Pour en savoir plus

Bilan économique 2019 - Redressement de l’emploi salarié après une année de repli, Insee Conjoncture Centre-Val de Loire n° 29, juin 2020.

L’emploi salarié s’essouffle, Insee Conjoncture Centre-Val de Loire n° 28, janvier 2020.