Insee Conjoncture CorseBilan économique 2019 - Corse

L’activité économique reste bien orientée en 2019

Après le dynamisme constaté en 2018, année marquée notamment par une saison touristique exceptionnelle, l’activité reste bien orientée en 2019 même si le bilan est plus nuancé. La croissance annuelle de l’emploi salarié se poursuit et les déclarations d'embauches augmentent. Le taux de chômage recule pour s'établir à 8,2 % de la population active. Le nombre de demandeurs d’emploi diminue pour la deuxième année consécutive. Les entreprises enquêtées par la Banque de France témoignent d’une hausse de leur chiffre d'affaires (CA) plus modérée qu’en 2018. Il en est de même concernant la croissance des CA et des investissements des entreprises soumises à TVA. Les créations d’entreprises s’accélèrent. Parallèlement, les défaillances d'entreprises se réorientent à la hausse après deux années de repli. Le tertiaire marchand et l’industrie restent dynamiques. À l’inverse, le transport et la fréquentation touristique connaissent un retournement de tendance défavorable. Le bilan est contrasté dans la construction : les autorisations de mises en chantier diminuent tandis que le nombre de logements commencés repart à la hausse. Enfin, l’agriculture pâtit d’un climat difficile et affiche des résultats contrastés.

Insee Conjoncture Corse
No 29
Paru le : Paru le 18/06/2020
Joseph Dornbusch (Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement de Corse)
Insee Conjoncture Corse  No 29 - Juin 2020

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2019 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Cette année, la situation exceptionnelle de la pandémie dans les premiers mois de 2020 introduit une rupture avec la dynamique de 2019 et remet en question les éventuelles prévisions réalisées précédemment. Ainsi, ces bilans rendent également compte de la crise, uniquement sur la période de confinement.

Consulter

Construction - Une année 2019 très contrastéeBilan économique 2019

Joseph Dornbusch (Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement de Corse)

En 2019, les autorisations de construire des logements diminuent beaucoup plus fortement en Corse (- 22,4 %) qu’en France entière (- 2,4 %). Cette baisse est consécutive à deux années de hausse dans la région et touche davantage la Haute-Corse que la Corse-du-Sud. Les mises en chantier sont toutefois très bien orientées (+ 19,2 %).

Les mises en vente de logements neufs atteignent un point historiquement bas passant sous la barre des 1 000 unités. En revanche, les ventes effectives progressent. Ainsi, le stock de logements neufs disponibles en fin d’année est au plus bas depuis le début de la décennie. Sur le marché du logement neuf, les ventes de logements collectifs dominent (96 % des ventes) et leur prix au m² diminue (- 2,8 %). Dans la construction de locaux professionnels, tous les indicateurs sont au vert.

Insee Conjoncture Corse

No 29

Paru le : 18/06/2020

En 2019, la construction de 5 000 nouveaux logements est autorisée en Corse contre 6 400 en 2018. La forte baisse (- 22,4 %) s’inscrit dans une période quinquennale d’évolutions contrastées : après le pic de 2015, le nombre d’autorisations de construire se replie sévèrement en 2016, puis enregistre une hausse de même ampleur en 2017. En 2018, l’évolution reste bien orientée mais ralentit nettement (+ 6,7 %) égalant l’évolution annuelle moyenne sur cinq ans.

En France, la baisse du nombre d’autorisations de construire se poursuit (- 2,4 % en 2019 après - 6,5 % en 2018).

Autorisations de construire : logements individuels et logements collectifs s’équilibrent 

En Corse, les segments du logement collectif (appartements, y.c. résidences) et individuel (maisons) s’équilibrent avec, pour chacun, 2 500 autorisations de construire délivrées en 2019. Les deux segments sont en baisse, mais le nombre des autorisations accordées pour construire des logements individuels décroît moins fortement (- 24,2 % contre - 28,6 %). Sur la décennie, l’évolution du nombre de permis de logements collectifs est beaucoup plus volatile que celle des logements individuels (figure 1).

Figure 1Évolution du nombre de logements autorisés selon le type en Corse

Évolution du nombre de logements autorisés selon le type en Corse
Années Logements collectifs ou en résidence Logements individuels Total
2000 1 000 1 800 2 800
2001 1 200 1 700 2 900
2002 1 300 1 800 3 100
2003 1 900 2 100 4 000
2004 2 100 2 200 4 300
2005 3 000 2 000 5 000
2006 2 900 2 100 5 000
2007 3 400 2 100 5 500
2008 4 800 2 000 6 800
2009 2 500 2 200 4 700
2010 4 100 2 700 6 800
2011 3 300 2 800 6 100
2012 3 200 2 700 5 900
2013 2 000 2 400 4 400
2014 2 000 1 600 3 600
2015 5 600 1 800 7 400
2016 2 200 2 000 4 200
2017 3 400 2 600 6 000
2018 3 200 3 200 6 400
2019 2 500 2 500 5 000
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 27 février 2020.

Figure 1Évolution du nombre de logements autorisés selon le type en Corse

  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 27 février 2020.

Baisse au sein des deux départements

Au niveau infra-régional, la baisse est plus forte en Haute-Corse qu’en Corse-du-Sud.

Au nord de l’île, le nombre de logements autorisés se replie de 31,6 % après trois années de hausse consécutives. Le nombre d’autorisations (2 300) y reste cependant supérieur à la moyenne de ces cinq dernières années (2 260). Au sud de l’île, 2 700 constructions de logements neufs sont autorisés, soit 12,2 % de moins qu’en 2018 (figure 2).

Figure 2Construction autorisée de logements par département

en %
Construction autorisée de logements par département (en %)
Logements en 2019 (nombre) Évolution 2019/2018 Évolution annuelle moyenne 2018/2013¹
Corse-du-Sud 2 700 -12,2 5,7
Haute-Corse 2 300 -31,6 7,8
Corse 5 000 -22,4 6,8
France hors Mayotte 449 400 -2,4 1,5
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Notes : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies. En raison des arrondis, des totaux peuvent légèrement différer de la somme des éléments qui les composent.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 27 février 2020.

Augmentation des mises en chantier

Suite à l’augmentation du nombre d’autorisations de construire en 2017 et 2018, le nombre de logements commencés croît nettement en 2019 (+ 19,2 %) avec 5 100 mises en chantier.

L’évolution est assez parallèle entre les deux départements : le nombre de mises en chantier progresse de 18,0 % en Corse-du-Sud et de 20,5 % en Haute-Corse. Ces deux départements comptent respectivement 2 700 et 2 400 logements commencés en 2019. Au niveau national, le nombre de logements commencés baisse de 0,9 % en un an (figure 3).

Figure 3Évolution de la construction de logements

indice base 100 en décembre 2010
Évolution de la construction de logements (indice base 100 en décembre 2010)
Logements autorisés - Corse Logements commencés - Corse Logements autorisés - France hors Mayotte Logements commencés - France hors Mayotte
2005 73,5 100 115,7 112,5
2006 73,5 107,3 126,3 119,5
2007 80,9 107,3 119,8 118,3
2008 100 87,8 99,9 96,4
2009 69,1 92,7 79,7 83,6
2010 100 100 100 100
2011 89,7 122 108,6 104,1
2012 86,8 119,5 100,9 92,5
2013 64,7 95,1 88,7 86,5
2014 52,9 82,9 79,8 81,5
2015 108,8 68,3 84,9 83,1
2016 61,8 122 97,3 91,4
2017 88,2 92,7 103,2 103,8
2018 94,1 104,9 96,6 100,2
2019 73,5 124,4 94,3 99,3
  • Note : données estimées provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 27 février 2020.

Figure 3Évolution de la construction de logements

  • Note : données estimées provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 27 février 2020.

Net recul des mises en vente mais progression des ventes effectives.

L’année 2019 est marquée par un net recul des mises en vente de logements neufs (- 40,5 %). Leur nombre atteint un niveau historiquement bas, à peine plus de 1 000 unités, ce seuil ayant toujours été dépassé depuis 2005. En revanche, les réservations de logements neufs se réorientent favorablement : + 13,9 % soit 1 700 ventes effectives. Ainsi, le stock de logements neufs disponibles en fin d’année diminue de 25,8 % en un an. Il affiche, avec 1 300 unités, le plus faible volume depuis une dizaine d’années (figure 4).

Figure 4Évolution de la commercialisation de logements neufs - Corse

indice base 100 en 2010
Évolution de la commercialisation de logements neufs - Corse (indice base 100 en 2010)
Logements neufs disponibles en fin d'année Logements neufs mis en vente Logements neufs vendus (réservés)
2005 36,8 77,9 69,9
2006 55,7 125,1 105,3
2007 93,9 138,6 125,5
2008 114,1 114,2 93,3
2009 110,6 128,9 120,4
2010 100 100 100
2011 148,6 171,4 137,9
2012 171,2 114,3 100,1
2013 153,7 106,3 96,9
2014 155 77 74,6
2015 160,7 98,6 90,1
2016 188,9 152,3 122,4
2017 161,4 108,4 112,5
2018 187,1 124,5 98,8
2019 138,9 74,1 112,5
  • Note : données 2019 redressées pour les logements neufs disponibles et mis en vente.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SDES, enquête ECLN.

Figure 4Évolution de la commercialisation de logements neufs - Corse

  • Note : données 2019 redressées pour les logements neufs disponibles et mis en vente.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SDES, enquête ECLN.

Au niveau national, les ventes effectives de logements neufs stagnent à 129 500 en 2019. Dans le même temps, l’offre s’est réduite de 13,3 % avec 110 200 logements mis en vente en 2019. Le stock de logements neufs disponibles en fin d’année diminue de 9,4 % et s’établit à 102 100 logements.

Un marché du logement neuf dominé par les ventes de logements collectifs dont le prix au m² diminue

Sur le marché du neuf, les appartements représentent près de 93 % des mises en vente, 96 % des ventes et plus de 91 % du stock disponible à la vente en fin d’année 2019. Le prix moyen au m² a diminué de 2,8 % passant de 3 600 à 3 500 euros (figure 5) en région. À l’inverse, au niveau national, le prix moyen au m² pour un appartement a augmenté de 4,1 % en un an.

Les maisons neuves représentent 4 % des ventes de logements neufs en 2019 en Corse. Le faible nombre de transactions (moins de 100 par an) et l’hétérogénéité de l’offre empêchent toute comparaison annuelle ou spatiale des prix. Le prix moyen par maison neuve s’élève en Corse à 408 000 euros.

Figure 5Ventes des maisons et des appartements neufs

en %
Ventes des maisons et des appartements neufs (en %)
Corse France métropolitaine
En 2019 (nombre ou prix en euro) Évolution 2019/2018 Évolution annuelle moyenne 2018/2013 ² En 2019 (nombre ou prix en euro) Évolution 2019/2018 Évolution annuelle moyenne 2018/2013 ²
Maisons neuves
Nombre de ventes ¹ 72 0,0 -7,4 8 607 -8,9 2,3
Prix moyen par maison 407 969 14,2 3,1 278 795 4,8 1,7
Appartements neufs
Nombre de ventes ¹ 1 598 14,6 0,9 120 940 0,7 9,4
Prix moyen au m² 3 514 -2,8 0,9 4 250 4,1 1,2
  • ¹ : réservations avec dépôt d'arrhes.
  • ² : taux d'évolution annuel qu'auraient connu le nombre de ventes ou le prix moyen si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SDES, enquête ECLN.

Locaux : indicateurs au vert

De 2018 à 2019, les autorisations de locaux -c'est à dire de construction pour usage professionnel- sont passées en surface de plancher de 192 930 m² à 205 710 m² soit + 6,6 %. En même temps, les surfaces de plancher des locaux commencés ont vu leur volume augmenter de 102 700 m² à 121 400 m² soit + 18,3 %.

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour comprendre

La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES). Les mouvements relatifs à la vie du permis (autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d'ouverture de chantier) sont exploités à des fins statistiques.

Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

En matière de logement, les séries d'estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d'autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l'ensemble des évènements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l'information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d'ouverture de chantier.

Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d'enregistrement de la donnée dans l'application Sit@del2.
Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L'information est restituée selon la date effective de l'autorisation ou de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d'estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

Définitions


Logement autorisé :

un logement autorisé est un logement, non encore réalisé, dont la construction a été autorisée par un permis de construire ou une non-opposition à une déclaration préalable.



Logement commencé :

un logement est considéré comme commencé (ou mis en chantier) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage).

Un chantier est considéré ouvert lorsque les fouilles en rigole ou les fondations sont entreprises pour une partie ou la totalité des constructions autorisées.

Remarque :

Une « fouille en rigole » est un creusement du sol pour permettre la construction à l'emplacement des « semelles » (ces dernières sont les parties basses).


Logement collectif :

un logement collectif (appartement) fait partie d’un bâtiment dans lequel sont superposés plus de deux logements distincts et dont certains ne disposent pas d’un accès privatif.


Logement individuel :

un logement individuel est un logement dans une maison individuelle. Une maison individuelle peut comporter deux logements individuels s'ils ont été construits par le même maître d'ouvrage d'après le code de la construction et de l'habitation.

Définitions


Logement autorisé :

un logement autorisé est un logement, non encore réalisé, dont la construction a été autorisée par un permis de construire ou une non-opposition à une déclaration préalable.



Logement commencé :

un logement est considéré comme commencé (ou mis en chantier) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage).

Un chantier est considéré ouvert lorsque les fouilles en rigole ou les fondations sont entreprises pour une partie ou la totalité des constructions autorisées.

Remarque :

Une « fouille en rigole » est un creusement du sol pour permettre la construction à l'emplacement des « semelles » (ces dernières sont les parties basses).


Logement collectif :

un logement collectif (appartement) fait partie d’un bâtiment dans lequel sont superposés plus de deux logements distincts et dont certains ne disposent pas d’un accès privatif.


Logement individuel :

un logement individuel est un logement dans une maison individuelle. Une maison individuelle peut comporter deux logements individuels s'ils ont été construits par le même maître d'ouvrage d'après le code de la construction et de l'habitation.