La croissance de l'emploi reste faible en regard de la démographie

Nora Eliot, Nicolas Kempf (Insee)

Depuis dix ans, le nombre d’emplois augmente significativement en Guyane, mais moins rapidement que la population en âge de travailler. Ces hausses d’emplois sont inégalement réparties sur le territoire guyanais. La Communauté d’Agglomération du Centre Littoral (CACL) reste l’espace le plus dynamique de la Guyane. L’emploi dans les communautés de communes de l’Ouest (CCOG), des Savanes (CCDS) et de l’Est (CCEG) progresse principalement dans la sphère présentielle. Du fait des distances, les actifs en emploi travaillent majoritairement dans leur intercommunalité de résidence.

Nora Eliot, Nicolas Kempf (Insee)
Insee Flash Guyane  No 115 - septembre 2019

La croissance démographique des dix dernières années stimule l’économie guyanaise. Entre 2006 et 2016, la population en âge de travailler augmente en moyenne de 2,3 % par an, tandis que l’emploi ne croît que de 1,7 % par an (figure 1).

Figure 1La population active et l’emploi progressent de concertPopulation en âge de travailler et emplois par EPCI en Guyane (en nombre et en % par an)

La population active et l’emploi progressent de concert
Population en âge de travailler Emplois
Nombre Evolution annuelle Nombre Evolution annuelle
2016 2006 – 2016 2016 2006 – 2016
Guyane 152 110 2,3 65 600 1,7
CA du Centre Littoral 89 410 2,2 44 500 2,2
CC de l'Ouest Guyanais 39 230 3,3 9 900 0,4
CC des Savanes 19 540 0,8 10 100 1,2
CC de l'Est Guyanais 3 930 2,4 1 100 3,4
  • Champ : Guyane hors Maripasoula et Papaïchton.
  • Sources : Insee, recensements de la population 2006 et 2016.

L’économie guyanaise est caractérisée par la prédominance de l’emploi présentiel : en 2016, 78 % des emplois sont issus d’activités mises en œuvre localement visant à satisfaire les besoins des personnes résidentes. Depuis 2006, ce type d’emploi progresse à un rythme soutenu (2,1 % par an). Les emplois de la sphère productive augmentent quant à eux de 0,6 % par an, notamment dans le domaine de la construction. Ils s’articulent autour de secteurs traditionnels (bois, pêche, bâtiment, travaux publics, or) et du secteur industriel de pointe qu’est la filière spatiale.

La CACL concentre la croissance de l’emploi

La Communauté d’Agglomération du Centre Littoral (CACL) est le poumon économique de la Guyane. Elle concentre 70 % des emplois du territoire guyanais et deux tiers de la population en âge de travailler. C’est l’intercommunalité la plus dynamique, à la fois en termes d’emploi et de population. Depuis dix ans, le nombre d’emplois progresse en moyenne de 2,2 % par an.

Les emplois créés appartiennent principalement à la sphère présentielle. Depuis 2006, la croissance de l’emploi présentiel s’élève à 2 % par an, soit 6 200 emplois créés sur la période. Le dynamisme de la CACL se traduit par ailleurs par une augmentation des emplois de la sphère productive à un rythme élevé (2,9 % par an, soit 2 400 emplois créés sur la période).

À l’intérieur de la CACL, les flux domicile-travail entre les différentes communes sont intenses et en forte augmentation depuis dix ans. Si Cayenne accueille une majorité des travailleurs en provenance de Rémire-Montjoly et de Matoury, la croissance la plus importante concerne le flux des travailleurs résidant à Macouria (figure 2).

Figure 2Les flux de navetteurs s’intensifient dans la CACLLes 12 principaux flux de navetteur par commune en Guyane

Les flux de navetteurs s’intensifient dans la CACL - Lecture : etre 2006 et 2016, l’emploi dans la commune de Remire-Montjoly progresse à un rythme supérieur à 5 % par an. Sur la même période, les flux de navetteurs au départ comme à l’arrivée sont en augmentation. En 2016, 5 580 Montjoliens travaillent à Cayenne.
com_lieu_residence com_lieu_travail actocc16 fluxtvar0616
97309 97302 5 576,82 2,81
97307 97302 4 108,78 0,99
97305 97302 1 913,58 4,64
97302 97309 1 689,69 3,69
97302 97307 1 490,30 4,48
97309 97307 1 106,52 8,44
97307 97309 924,32 4,65
97305 97307 417,55 8,45
97304 97302 400,17 1,51
97310 97302 383,85 3,92
97305 97304 332,95 8,61
97305 97309 304,08 9,74
97313 97302 276,23 0,46
  • Lecture : etre 2006 et 2016, l’emploi dans la commune de Remire-Montjoly progresse à un rythme supérieur à 5 % par an. Sur la même période, les flux de navetteurs au départ comme à l’arrivée sont en augmentation. En 2016, 5 580 Montjoliens travaillent à Cayenne.
  • Sources : Insee, recensements de la population 2016 et 2006.

Figure 2Les flux de navetteurs s’intensifient dans la CACLLes 12 principaux flux de navetteurs et taux d’évolution de l’emploi par commune en Guyane en 2016

  • Lecture : etre 2006 et 2016, l’emploi dans la commune de Remire-Montjoly progresse à un rythme supérieur à 5 % par an. Sur la même période, les flux de navetteurs au départ comme à l’arrivée sont en augmentation. En 2016, 5 580 Montjoliens travaillent à Cayenne.
  • Sources : Insee, recensements de la population 2016 et 2006.

Cayenne concentre à elle seule 28 000 emplois, soit 42 % des emplois du département. Le nombre d’emplois y progresse depuis 2006 de 1 % par an. Au sein de la CACL, les villes les plus dynamiques en matière d’emplois sont Rémire-Montjoly et Matoury, avec respectivement + 5,5 % et + 4,4 % de croissance des emplois en moyenne par an entre 2006 et 2016.

La croissance de l’emploi dans la CCOG reste faible

Depuis 2006, la croissance de l’emploi dans la Communauté de Communes de l’Ouest Guyanais (CCOG), hors Maripasoula et Papaïchton (méthodologie), s’établit à 0,4 % en moyenne par an, soit une croissance faible par rapport à l’augmentation de la population en âge de travailler (+ 3,3 % par an). Ici aussi, cette augmentation concerne principalement la sphère présentielle : 3 % par an sur la période, soit 2 100 emplois créés. À l’inverse, l’emploi dans la sphère productive diminue significativement de 6,4 % par an. Cette diminution est le reflet des difficultés sur le marché du travail dans l’Ouest, de la prédominance des emplois publics, ainsi que d’un emploi informel développé.

Dans la Communauté de Communes des Savanes (CCDS), l’emploi progresse plus vite que la population depuis dix ans (respectivement + 1,2 % et + 0,8 % par an). Cette hausse provient essentiellement de la sphère présentielle : + 1,8 % en moyenne par an sur la période 2006-2016. Sur la même période, le nombre d’emplois dans la sphère productive stagne.

Peu de flux de navetteurs entre les intercommunalités

Malgré le dynamisme économique, les flux de navetteurs entre les intercommunalités restent faibles en raison des distances à parcourir trop importantes. Ces déplacements, réguliers entre le domicile et le travail, se font principalement entre la CACL et la CCDS. Depuis dix ans, le flux Kourou – Cayenne, soit 400 personnes en 2016, augmente légèrement (1,5 % en moyenne par an), alors qu’il est stable dans l’autre sens. A Macouria, située à la frontière de la CCDS, 20 % des navetteurs se déplacent vers Kourou. Depuis 2006, ce flux est en forte augmentation soit 8,5 % en moyenne par an en lien avec l’explosion démographique de la ville.

Au sein des communautés de communes, les flux domicile-travail sont également faibles. Les actifs occupés guyanais travaillent majoritairement dans leur commune de résidence : ce sont les actifs stables. Seule la commune d’Awala-Yalimapo se distingue avec un taux d’actifs stables de 41 %, faible par rapport aux autres communes. Ses actifs travaillent principalement dans la commune de Mana. Dans la CCOG, les principaux échanges de travailleurs s’effectuent entre les communes de Saint-Laurent du Maroni et de Mana, et sont en augmentation.

Pour comprendre

Méthodologie

Dans cette étude, les communes de Maripasoula et de Papaïchton ne sont pas comptabilisées dans les évolutions d’emplois et de navetteurs en raison de différences de codage dans le recensement de la population concernant les orpailleurs en 2009 et 2014. Plus de précisions dans l’Insee Dossier Guyane n° 7, encadré 3.

L’écart entre le nombre d’emplois mesuré à partir du recensement de la population et celui comptabilisé dans les sources administratives a augmenté à partir de l’enquête annuelle de recensement de 2015, prise en compte pour l’établissement des résultats du recensement des années 2013 et postérieures. Cet accroissement est concomitant avec l’introduction de la réponse par Internet dans le recensement. Les évolutions du nombre d’emplois sont donc à interpréter avec prudence. Pour en savoir plus, se référer à la fiche conseils « Activité - Emploi - Chômage ».

Définitions

Navetteurs : les navetteurs sont les personnes qui changent d’intercommunalité entre leur lieu de résidence et leur lieu de travail.

Taux de stabilité : rapport entre le nombre d'actifs habitant et travaillant dans un territoiresur l'ensemble des actifs occupés du territoire.

Sphère présentielle : activités mises en œuvre localement visant à satisfaire les besoins des personnes résidentes et des touristes. Elle est le complément de la sphère productive qui regroupe les activités visant la production de biens majoritairement consommés hors de la zone et activités de services tournées principalement vers les entreprises de cette sphère.

Pour en savoir plus