Déplacements domicile-travail - Des déplacements domicile-travail en hausse en Guyane

Remi Charrier

En Guyane en 2013, 20 000 actifs quittent quotidiennement leur commune de résidence pour se rendre à leur travail. Le mode de transport pour réaliser ces déplacements reste essentiellement la voiture. Le nombre d’actifs empruntant quotidiennement les routes atteint 18 000 en 2013 contre 11 000 en. La part des navetteurs a augmenté de 4 points depuis 1999, passant de 29 % à 33 %, témoignant de la déconnexion progressive entre lieu de domicile et lieu de travail. La proportion de navetteurs parmi les actifs est la plus importante à Macouria et Rémire-Montjoly.

Plus de 3 actifs sur 10 quittent leur commune de résidence pour se rendre à leur travail

En 2013, 61 300 actifs ont un emploi en Guyane. Parmi ces actifs en emploi, 33 % ne travaillent pas dans leur commune de résidence, soit 20 000 personnes. À Macouria et Remire-Montjoly, la proportion de navetteurs parmi les actifs est la plus importante avec respectivement 73 % et 70 %. Elle est également très élevée à Matoury (61 %). Dans ces trois communes, de très nombreuses personnes vont travailler à Cayenne. À l’inverse, dans les autres communes de Guyane, les taux de navetteurs sont nettement plus faibles, du fait de la très grande superficie des communes et de la proximité des emplois.

Une augmentation des navetteurs en lien avec la périurbanisation de Cayenne

En 2013, la part des navetteurs dans l’ensemble des actifs a augmenté de 4 points par rapport à 1999, passant de 29 % à 33 % (figure 1). Cette augmentation concerne l’en-semble du territoire guyanais et plus largement national.

Différents facteurs comme le type d’emploi occupé, la catégorie socioprofessionnelle, le secteur d’activité ou encore la position professionnelle influent sur la probabilité d’être navetteur. Ainsi, 43 % des ingénieurs et des cadres d’entreprise sont des navetteurs contre seulement 30 % des employés.

Concernant les facteurs liés à la famille, la bi-activité au sein du couple augmente les déplacements : 39 % des personnes appartenant à un ménage comportant deux actifs sont navetteurs contre 31 % lorsque le ménage ne comporte qu’un seul actif.

Les personnes seules ne sont, quant à elles, que 27 % à être navetteurs. Le statut d’occupation de son logement a également une influence : 37 % des propriétaires d’une maison individuelle sont des navetteurs contre 31 % des locataires en logement collectif. L’habitat collectif est en effet concentré à Cayenne, ville qui concentre un aprtie importante des emplois, notamment administratifs. Les maisons individuelles sont plus présentes dans les communes de Macouria, Remire-Montjoly et Matoury où les emplois sont moins nombreux.

Figure 1 – Les navetteurs sont plus souvent des cadres - Part de navetteurs parmi les actifs occupés (en %)

Les navetteurs sont plus souvent des cadres - Part de navetteurs parmi les actifs occupés (en %)
2013 1999
Sexe
Hommes 32,5 27,9
Femmes 34,1 30,2
Catégorie socioprofessionnelle
Agriculteurs exploitants 9,7 3,2
Artisans, commerçants, chefs entreprise 17,2 17,4
Cadres, professions intellectuelles supérieures 43,1 34,3
Professions intermédiaires 37,6 34,7
Employés 30,7 28,0
Ouvriers 35,0 31,9
Âge
Moins de 30 ans 30,6 24,1
De 30 à 34 ans 32,7 29,0
De 35 à 39 ans 31,8 29,6
De 40 à 44 ans 35,1 31,9
supérieur à 45 ans 34,8 30,7
Ensemble 33,2 28,8
  • Source : Insee, recensements 2013 et 1999, exploitations complémentaires.

En 2013, Cayenne reste de loin la principale cible des navetteurs. Cette commune concentre une grande partie des infrastructures de santé, d’éducation, d’admi-nistration. Cette attraction se fait sentir en premier lieu dans les deux communes voisines : 5 000 actifs s’y rendent chaque jour depuis Remire-Montjoly et 4 300 en partant de Matoury. Dans ces deux communes, le nombre de navetteurs est en hausse de respectivement 39 % et 55 % depuis 1999.

Avec la périurbanisation, les échanges avec Cayenne se sont beaucoup développés dans les autres communes de la Communauté d’Agglomération du Centre Littoral. Ainsi, le nombre d’actifs se rendant de Macouria à Cayenne a presque doublé entre 1999 et 2013 pour atteindre 1 600. Depuis Montsinéry-Tonnégrande et Roura, seuls 600 actifs se rendent quotidiennement à Cayenne, mais leur nombre a triplé depuis 1999.

Si Cayenne centralise les déplacements des actifs, des chemins périphériques se développent rapidement. Ainsi, les flux entre Matoury et Rémire-Montjoly se sont intensifiés.

Le nombre de navetteurs dans un sens ou dans l’autre est passé de 750 en 1999 à 2 000 en 2013. De plus, les actifs de Macouria sont de plus en plus nombreux à se rendre dans ces deux communes pour travailler. Ils étaient seulement 200 en 1999, ils sont maintenant 660.

Figure_2 – Cayenne centralise les déplacements - Les flux domicile-travail

  • Sources : Insee, recensements 2013 et 1999, exploitations complémentaires.

Encadré

Navettes domicile-étude

Se rendre sur son lieu de travail est un motif important de déplacement. En Guyane, un autre motif génère d’importants déplacements intercommunaux : se rendre à son école, à son collège à son lycée ou à l’université.

Cayenne est la principale destination des navettes domicile-études. C’est la commune la mieux équipée en infrastructures d’éducation, notamment dans le secondaire et le supérieur. De nombreux élèves s’y rendent, notamment depuis les autres communes de la Communauté d’Agglomération du Centre Littoral. Les trajets vers le lieu d’étude sont souvent faits conjointement avec les navettes domicile-travail. Le lieu d’études des enfants se trouve souvent dans une autre commune, celle du lieu de travail d’un parent.

En 2010, 3 000 élèves de Matoury, 1 500 de Rémire-Montjoly et 1 200 de Macouria se rendent quotidiennement à Cayenne pour étudier. Plus de 60 % des élèves de Montsinéry-Tonnégrande étudient dans une autre commune, souvent à Cayenne ou à Macouria.

Enfin, si les navettes domicile travail sont peu nombreuses sur le Bas-Maroni, les déplacements liés aux études sont plus fréquents. Près des trois quart des élèves d’Awala-Yalimapo vont étudier à Mana. Il y a aussi des échanges importants entre Saint-Laurent-du-Maroni et Mana.

Sources

Sources

Les résultats sont issus des recensements de la population de 1999, 2008 et 2013, exploitations complémentaires.

Méthodes

Le champ est défini par les actifs âgés de 15 à 64 ans résidant en Guyane.

Définitions

Les navetteurs sont les actifs ayant un emploi qui ne travaillent pas dans leur commune de résidence