Bilan démographique 2018 : la population normande diminue

Martial Maillard, Pauline Roger (Insee Normandie)

Selon les estimations annuelles de population de l’Insee (sources), la Normandie compte 3 319 000 habitants au 1er janvier 2019 et se situe ainsi au 10e rang des régions françaises. En croissance continue depuis l’après-guerre, la population normande régresse depuis 2015 et perd 7 500 habitants en 2018. Les habitants quittent plus souvent la région qu’ils ne s’y installent et le solde naturel apparaît pour la première fois déficitaire, du fait de la diminution continue des naissances et de la hausse progressive des décès. En 2018, la baisse marquée des naissances dans la région résulte exclusivement du recul du nombre de femmes en âge de procréer, la fécondité restant stable. La hausse des décès est principalement due au vieillissement de la population. En 2019, 21,6 % des Normands sont ainsi âgés de 65 ans ou plus.

Martial Maillard, Pauline Roger (Insee Normandie)
Insee Analyses Normandie  No 64 - septembre 2019

Au 1er janvier 2019, 3 319 000 habitants résident en Normandie, soit 5,1 % de la population de la France métropolitaine. En nombre d’habitants, la Normandie se situe au 10e rang des régions métropolitaines, devant la Bourgogne-Franche-Comté, le Centre-Val de Loire et la Corse.

Avec 1 248 600 habitants, la Seine-Maritime est le département le plus peuplé de la région, devant le Calvados (691 700), l’Eure (606 400), la Manche (492 600) et l’Orne (279 800).

Pour la première fois, un déficit naturel

La croissance de la population normande, qui était continue depuis l’après-guerre, s’est atténuée entre 2010 et 2015 (+ 0,2 % par an), un rythme nettement plus lent qu’en France métropolitaine (+ 0,5 %). Depuis, la population régionale décline, avec une baisse annuelle de 0,2 % entre 2015 et 2019. À l’inverse, la population de la France métropolitaine poursuit sa croissance, à un rythme cependant moins rapide qu’avant 2015 (figures 1 et 2).

En 2018, alors que la France métropolitaine gagne 87 000 habitants (+ 0,1 %), la Normandie en perd 7 500 (– 0,2 %). Cette baisse s’explique à la fois par un déficit migratoire de 7 200 habitants, mais aussi, pour la première fois, par un déficit naturel de 300 personnes.

Figure 1La population normande en baisse depuis 2015Évolution de la population (base 100 en 1990)

La population normande en baisse depuis 2015
Années Calvados Eure Manche Orne Seine-Maritime Normandie France métropolitaine
1990 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
100,6 100,8 100,1 100,0 100,4 100,4 100,5
101,1 101,8 100,0 100,0 100,7 100,8 100,9
101,7 102,4 100,1 100,3 101,0 101,1 101,4
102,1 103,0 100,0 100,4 101,2 101,4 101,7
102,5 103,5 100,2 100,4 101,4 101,7 102,1
103,2 104,1 100,1 100,1 101,4 101,9 102,4
103,8 104,6 100,3 100,1 101,4 102,1 102,7
104,3 105,1 100,4 99,9 101,4 102,3 103,0
104,8 105,3 100,4 99,8 101,4 102,4 103,4
2000 105,4 106,1 100,8 99,8 101,4 102,7 104,0
105,9 106,8 101,1 99,9 101,5 103,0 104,8
106,5 107,5 101,5 100,0 101,6 103,4 105,5
107,0 108,2 101,8 100,0 101,6 103,6 106,2
107,5 108,9 102,1 100,0 101,6 103,9 106,9
108,1 109,7 102,4 100,0 101,7 104,2 107,8
108,6 110,5 102,7 99,9 101,7 104,5 108,5
109,0 111,4 103,2 99,8 101,8 104,8 109,2
109,7 112,4 103,6 99,7 102,1 105,3 109,8
110,2 113,5 103,8 99,7 102,3 105,7 110,4
2010 110,5 114,2 104,0 99,5 102,3 105,9 110,9
110,9 114,5 104,2 99,2 102,4 106,0 111,5
111,3 115,2 104,1 98,9 102,6 106,3 112,0
111,6 115,9 104,2 98,5 102,6 106,4 112,6
111,9 116,5 104,2 98,1 102,9 106,7 113,2
112,2 117,2 104,1 97,8 102,9 106,8 113,7
112,2 117,4 103,9 97,3 102,7 106,7 113,9
112,2 117,8 103,6 96,8 102,6 106,6 114,2
112,1 117,9 103,2 96,1 102,4 106,4 114,4
2019 111,9 118,1 102,7 95,4 102,1 106,1 114,6
  • Source : Insee, estimations de population

Figure 1La population normande en baisse depuis 2015Évolution de la population (base 100 en 1990)

  • Source : Insee, estimations de population

Figure 2 Seule la population de l’Eure progresse sur la période 2015-2019Évolution de la population

Seule la population de l’Eure progresse sur la période 2015-2019
Population Évolution 2018-2019 Évolution annuelle moyenne 2015-2019 (en %)
2019 Totale Due au solde naturel Due au solde apparent des entrées et des sorties Totale Due au solde naturel Due au solde apparent des entrées et des sorties
Calvados 691 676 – 0,1 – 0,1 – 0,1 – 0,1 0,0 – 0,1
Eure 606 419 + 0,1 + 0,2 0,0 + 0,2 + 0,2 0,0
Manche 492 627 – 0,4 – 0,3 – 0,1 – 0,3 – 0,2 – 0,1
Orne 279 755 – 0,7 – 0,4 – 0,4 – 0,6 – 0,3 – 0,3
Seine-Maritime 1 248 590 – 0,2 + 0,1 – 0,4 – 0,2 + 0,2 – 0,4
Normandie 3 319 067 – 0,2 0,0 – 0,2 – 0,2 + 0,1 – 0,2
France métropolitaine 64 812 052 + 0,1 + 0,2 0,0 + 0,2 + 0,2 0,0
  • Source : Insee, estimations de population

L’Eure est le seul département normand dont la population augmente en 2018 (+ 0,1 %), son faible déficit migratoire restant compensé par un excédent naturel (figure 3). À l’opposé, le déclin de la population est marqué dans les départements de la Manche et de l’Orne (respectivement – 0,7 % et – 0,4 % en 2018). Leurs déficits migratoires restent stables, mais leurs déficits naturels continuent de s’aggraver.

Le déclin de la population est moins important en Seine-Maritime et dans le Calvados (respectivement – 0,2 % et – 0,1 % en 2018). Alors que le Calvados cumule de légers déficits migratoire et naturel, la population en Seine-Maritime recule du fait de son important déficit migratoire, malgré son excédent naturel, par ailleurs en baisse régulière.

Figure 3Des déficits migratoires au sein de chaque département normandSoldes naturels et migratoires des départements normands en 2018

Des déficits migratoires au sein de chaque département normand
Solde naturel Solde migratoire
Calvados -350 -637
Eure +927 -120
Manche -1 571 -629
Orne -1 084 -1 013
Seine-Maritime +1766 -4 789
Normandie -312 -7 188
  • Source : Insee, estimations de population

Figure 3Des déficits migratoires au sein de chaque département normandSoldes naturels et migratoires des départements normands en 2018

  • Source : Insee, estimations de population

Toujours moins de naissances

Le solde naturel devient déficitaire en Normandie en 2018. Cette évolution marque une rupture historique. En nette baisse depuis 2011, les naissances ne compensent plus les décès qui sont en hausse (figure 4). En 2018, 34 100 bébés sont nés en Normandie, 400 de moins que l’année précédente (– 1,2 %). Le rythme de ce recul ralentit cependant, il était en moyenne de – 2,5 % par an depuis 2011, et se situe, en 2018, à un niveau légèrement inférieur à celui observé au niveau national (–1,2 % contre – 1,5 %).

Les départements de l’Orne et de l’Eure sont les plus touchés par le recul du nombre de naissances en 2018 (– 3,0 % et – 2,4 %), devant ceux de la Manche et la Seine-Maritime (respectivement – 1,3 % et – 0,8 %). Les naissances sont stables dans le Calvados.

Figure 4En 2018, les naissances ne compensent plus les décès en NormandieÉvolution du solde naturel depuis 1990

En 2018, les naissances ne compensent plus les décès en Normandie
Année Normandie Naissances Normandie Décès France métropolitaine Naissances France métropolitaine Décès
1990 43 001 27 725 760 696 523 569
1991 43 284 27 795 757 403 521 998
1992 42 039 27 919 742 115 518 699
1993 39 724 28 611 710 183 529 715
1994 40 112 27 695 709 638 517 560
1995 41 026 29 066 728 069 529 370
1996 40 876 29 297 732 964 533 806
1997 40 211 29 099 725 423 528 178
1998 41 039 29 170 736 486 531 946
1999 40 786 29 086 743 338 535 670
2000 41 921 29 240 773 253 528 777
2001 41 335 29 273 769 290 529 096
2002 39 935 29 292 760 065 533 111
2003 40 119 30 172 759 937 550 350
2004 39 857 28 544 766 425 507 644
2005 39 983 29 538 772 841 525 680
2006 40 661 28 984 795 314 514 644
2007 40 519 29 508 784 538 519 098
2008 40 510 29 971 794 508 530 286
2009 40 444 30 597 791 855 536 275
2010 40 568 30 639 800 654 538 325
2011 40 223 30 350 791 350 533 040
2012 39 738 31 750 788 603 557 286
2013 38 402 31 884 779 883 556 410
2014 37 628 31 289 779 279 545 029
2015 36 741 32 944 758 344 579 466
2016 35 744 33 074 742 690 578 891
2017 34 532 33 431 728 100 591 372
2018 34 131 34 443 717 123 598 769
  • Source : Insee, estimations de population

Figure 4En 2018, les naissances ne compensent plus les décès en NormandieÉvolution du solde naturel depuis 1990 en Normandie

  • Source : Insee, estimations de population

En 2018, le recul des naissances en Normandie résulte uniquement de la baisse du nombre de femmes en âge de procréer (figure 5). Le nombre de femmes de 14 à 49 ans a ainsi baissé de 0,9 % au cours de cette année, trois fois plus qu’au niveau national. En 20 ans, le nombre de mères potentielles a diminué de 13,4 % dans la région contre seulement – 3,7 % au niveau national. Le déficit migratoire élevé chez les jeunes Normands de 20 à 29 ans contribue particulièrement à l’ampleur de la baisse du nombre de femmes en âge de procréer dans la région.

Figure 5La baisse du nombre de femmes en âge de procréer, seul facteur de diminution du nombre de naissances en 2018Décomposition de l’évolution des naissances en Normandie

La baisse du nombre de femmes en âge de procréer, seul facteur de diminution du nombre de naissances en 2018
Effet démographique Effet taux de fécondité
2000 -517 +1652
-562 -24
2002 -542 -858
-521 +705
2004 -469 +207
-343 +469
2006 -286 +964
-264 +122
2008 -189 +180
-220 +154
2010 -238 +362
-214 -131
2012 -285 -200
-341 -995
2014 -269 -505
-303 -584
2016 -355 -642
-390 -822
2018 -399 -2
  • Source : Insee, estimations de population

Figure 5La baisse du nombre de femmes en âge de procréer, seul facteur de diminution du nombre de naissances en 2018Décomposition de l’évolution des naissances en Normandie

  • Source : Insee, estimations de population

Après avoir constamment décliné depuis 2011, l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) reste stable en Normandie en 2018, alors qu’il poursuit sa diminution au niveau national (figure 6). Avec 1,85 enfant par femme dans la région et 1,84 en France métropolitaine, l’ICF reste nettement inférieur au seuil de renouvellement des générations (2,1). Depuis 2011, la fécondité recule chez les femmes de moins de 35 ans et se stabilise chez les femmes plus âgées. La baisse de la fécondité avant 35 ans s’explique par plusieurs facteurs tels que l’allongement de la durée des études, la croissance du nombre de familles recomposées au sein desquelles de nouveaux enfants arrivent plus tardivement, ou encore la volonté des futurs parents d’obtenir un logement et/ou une stabilité professionnelle avant d’envisager la parentalité. En 2018, les Normandes mettent au monde un enfant à 30 ans et deux mois en moyenne, un âge qui, malgré son élévation au cours des dernières années, reste un peu plus jeune qu’en France métropolitaine (30 ans et 11 mois).

Au niveau départemental, la fécondité est plus faible dans le Calvados (1,73 enfant par femme) et dans la Manche (1,82), deux territoires qui se situent en deçà du niveau national, tandis que l’ICF atteint ou dépasse 1,9 enfant par femme dans les trois autres départements normands.

Figure 6 La fécondité se stabilise en 2018Évolution de l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) par âge

La fécondité se stabilise en 2018
Année ICF Global Normandie ICF Global France métropolitaine ICF 15-24 Normandie ICF 15-24 France métropolitaine ICF 25-34 Normandie ICF 25-34 France métropolitaine ICF 35-49 Normandie ICF 35-49 France métropolitaine
1975 2,08 1,93 0,88 0,76 0,99 0,97 0,21 0,19
1976 1,95 1,83 0,83 0,73 0,95 0,94 0,17 0,16
1977 1,96 1,86 0,83 0,73 0,98 0,97 0,15 0,15
1978 1,93 1,82 0,81 0,70 0,98 0,97 0,14 0,15
1979 1,98 1,85 0,79 0,69 1,05 1,02 0,14 0,15
1980 2,08 1,94 0,81 0,70 1,12 1,09 0,15 0,16
1981 2,09 1,94 0,78 0,67 1,14 1,11 0,16 0,16
1982 2,06 1,91 0,76 0,64 1,14 1,10 0,16 0,16
1983 1,91 1,78 0,70 0,59 1,06 1,04 0,14 0,15
1984 1,94 1,80 0,69 0,57 1,10 1,07 0,15 0,16
1985 1,97 1,81 0,66 0,54 1,14 1,10 0,16 0,17
1986 1,97 1,83 0,63 0,52 1,17 1,13 0,17 0,18
1987 1,94 1,80 0,58 0,48 1,18 1,13 0,18 0,19
1988 1,89 1,80 0,54 0,46 1,16 1,15 0,19 0,20
1989 1,89 1,78 0,53 0,43 1,17 1,14 0,20 0,21
1990 1,84 1,77 0,50 0,42 1,15 1,14 0,19 0,22
1991 1,86 1,77 0,49 0,40 1,18 1,14 0,20 0,22
1992 1,81 1,73 0,45 0,38 1,16 1,13 0,20 0,22
1993 1,72 1,66 0,41 0,34 1,11 1,09 0,20 0,22
1994 1,75 1,66 0,40 0,32 1,15 1,11 0,20 0,23
1995 1,80 1,71 0,39 0,31 1,20 1,16 0,21 0,24
1996 1,81 1,73 0,37 0,31 1,21 1,17 0,23 0,25
1997 1,80 1,73 0,37 0,30 1,20 1,16 0,23 0,26
1998 1,86 1,76 0,37 0,30 1,25 1,19 0,24 0,28
1999 1,87 1,79 0,38 0,31 1,24 1,20 0,25 0,29
2000 1,95 1,87 0,38 0,32 1,30 1,25 0,27 0,31
2001 1,95 1,88 0,40 0,33 1,28 1,24 0,27 0,31
2002 1,90 1,86 0,38 0,32 1,26 1,23 0,27 0,32
2003 1,94 1,87 0,38 0,31 1,28 1,24 0,28 0,32
2004 1,95 1,90 0,37 0,31 1,30 1,25 0,28 0,33
2005 1,97 1,92 0,37 0,31 1,30 1,26 0,29 0,35
2006 2,01 1,98 0,37 0,32 1,34 1,30 0,31 0,37
2007 2,02 1,96 0,37 0,31 1,33 1,28 0,32 0,37
2008 2,03 1,99 0,38 0,31 1,33 1,29 0,32 0,38
2009 2,03 1,99 0,38 0,31 1,33 1,29 0,32 0,39
2010 2,05 2,02 0,37 0,31 1,35 1,31 0,33 0,40
2011 2,05 2,00 0,37 0,30 1,33 1,29 0,35 0,41
2012 2,04 1,99 0,36 0,29 1,33 1,28 0,35 0,42
2013 1,99 1,97 0,34 0,28 1,30 1,27 0,35 0,42
2014 1,96 1,97 0,33 0,27 1,28 1,27 0,36 0,44
2015 1,93 1,93 0,31 0,26 1,27 1,23 0,35 0,44
2016 1,90 1,89 0,29 0,24 1,25 1,21 0,35 0,44
2017 1,85 1,86 0,28 0,23 1,22 1,19 0,36 0,44
2018 1,85 1,84 0,27 0,22 1,22 1,17 0,36 0,44
  • Source : Insee, estimations de population

Figure 6 La fécondité se stabilise en 2018Évolution de l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) par âge

  • Source : Insee, estimations de population

Des décès plus nombreux

En 2018, 34 400 personnes sont décédées en Normandie, 1 000 de plus qu’en 2017 (+ 3,0 %). La hausse régionale des décès est plus marquée qu’en France métropolitaine (+ 1,3 %, figure 7).

Les décès augmentent plus rapidement dans l’Orne, la Manche et la Seine-Maritime (respectivement + 5,9 %, + 4,2 % et + 3,7 %), alors que ces départements avaient connu une stabilité, voire une baisse des décès en 2017. À l’inverse, la hausse des décès est plus contenue dans le Calvados et l’Eure (respectivement + 1,6 % et + 0,4 %), un ralentissement en 2018 qui fait suite au pic de mortalité qu’ont connu ces territoires en 2017 (+ 3,0 %), et qui n’avait pas touché les autres départements normands.

L’augmentation du nombre de décès entre 2017 et 2018 est essentiellement imputable au vieillissement de la population (pour 80 %), lui-même dû, en partie, à l’arrivée des générations du baby-boom à des âges avancés. Mais cette augmentation des décès résulte également d’un effet lié aux taux de mortalité par âge. Alors que celui-ci était stable depuis 2015 (10,0 ‰), il a augmenté en 2018 pour atteindre 10,4 ‰, creusant ainsi davantage l’écart avec le taux national qui, en revanche, reste stable (9,3 ‰). Cette hausse de la mortalité régionale peut s’expliquer, en partie, par l’épidémie de grippe qui, avec une durée de 16 semaines entre début décembre 2017 et fin mars 2018, a été précoce et longue (pour en savoir plus). Elle a été à l’origine de deux pics de mortalité début janvier puis fin février 2018. Par ailleurs, l’épisode caniculaire du 24 juillet au 8 août 2018 a également sensiblement contribué à cette hausse de la mortalité.

Figure 7Une hausse des décès en 2018Évolution des décès depuis 1990

Une hausse des décès en 2018
Année Normandie France métropolitaine
1990 100,0 100,0
1991 100,3 99,7
1992 100,7 99,1
1993 103,2 101,2
1994 99,9 98,9
1995 104,8 101,1
1996 105,7 102,0
1997 105,0 100,9
1998 105,2 101,6
1999 104,9 102,3
2000 105,5 101,0
2001 105,6 101,1
2002 105,7 101,8
2003 108,8 105,1
2004 103,0 97,0
2005 106,5 100,4
2006 104,5 98,3
2007 106,4 99,1
2008 108,1 101,3
2009 110,4 102,4
2010 110,5 102,8
2011 109,5 101,8
2012 114,5 106,4
2013 115,0 106,3
2014 112,9 104,1
2015 118,8 110,7
2016 119,3 110,6
2017 120,6 113,0
2018 124,2 114,4
  • Source : Insee, estimations de population

Figure 7Une hausse des décès en 2018Évolution des décès depuis 1990

  • Source : Insee, estimations de population

La population vieillit

En 2019, les personnes âgées de 65 ans ou plus représentent 21,6 % de la population normande, une part supérieure de 1,3 point à celle de la France métropolitaine (figure 8). En Normandie, la part de ces séniors s’accroît d’année en année, et ce, de façon plus rapide qu’au niveau national. Ainsi, en 2010, la part des séniors au sein de la population normande était de 17 % et l’écart avec le niveau national était beaucoup plus restreint (+ 0,3 point). Au sein de la région, la Manche et l’Orne accueillent proportionnellement davantage de séniors (une personne sur quatre).

La part des moins de 20 ans (23,9 %), est similaire à celle du niveau national (23,8 %). Mais cette proportion s’effrite progressivement, et plus rapidement en Normandie. Ainsi, en 2010, la population normande comptait 25,0 % de jeunes, soit 0,5 point de plus que la part de jeunes en France métropolitaine. L’Eure (25,5 %) et la Seine-Maritime (24,6 %) restent les départements les plus jeunes de la région.

Figure 8Les séniors, toujours plus nombreux en NormandieÉvolution de la structure de la population par âge

Les séniors, toujours plus nombreux en Normandie
Âge Hommes 2000 Femmes 2000 Hommes 2010 Femmes 2010 Hommes 2019 Femmes 2019
0 20 657 19 759 19 974 19 342 16 365 15 901
1 20 515 20 217 20 678 19 465 16 886 16 420
2 20 427 19 267 20 712 19 966 17 595 16 935
3 20 923 19 688 20 947 19 882 18 321 17 431
4 20 716 19 932 21 090 19 772 18 479 18 288
5 20 548 19 393 21 211 19 737 19 588 18 449
6 20 071 19 260 20 968 19 994 20 427 19 952
7 21 216 20 493 21 288 20 490 20 778 19 873
8 21 874 21 055 21 660 21 249 21 210 20 404
9 22 173 20 812 22 285 21 067 21 399 20 246
10 22 717 21 699 21 154 20 398 21 655 20 405
11 22 608 21 716 20 970 20 770 21 547 20 166
12 23 261 22 303 21 190 20 005 22 011 20 535
13 23 613 22 664 21 235 20 257 20 963 20 176
14 23 593 22 485 21 147 20 449 21 662 20 039
15 23 021 22 290 20 823 19 790 21 850 20 146
16 22 456 21 778 20 320 19 703 21 685 20 260
17 23 824 23 288 21 888 20 496 21 962 20 853
18 24 208 22 948 21 812 21 296 21 740 20 521
19 23 410 22 446 21 582 20 643 20 496 18 990
20 21 439 20 369 21 532 20 672 19 059 18 464
21 19 978 19 448 20 707 20 111 18 388 17 519
22 19 726 18 976 20 255 19 681 18 048 17 356
23 18 829 18 521 19 959 19 414 16 916 16 915
24 19 348 19 070 19 570 19 169 16 859 15 916
25 20 684 20 591 18 932 19 442 16 090 15 888
26 21 780 21 918 18 539 18 838 16 768 16 476
27 22 455 22 447 19 690 20 193 16 845 17 331
28 22 654 22 490 19 840 20 140 17 342 17 480
29 22 156 21 838 19 848 20 082 17 699 18 727
30 22 241 22 131 18 853 18 968 17 658 18 449
31 22 034 21 991 18 115 18 343 18 196 18 937
32 21 979 22 204 18 520 18 749 18 562 19 410
33 22 922 22 821 17 896 18 527 19 042 19 516
34 22 741 22 907 19 168 19 489 18 596 19 615
35 23 097 23 608 20 697 20 974 18 412 19 334
36 23 531 23 412 21 733 22 289 19 506 20 617
37 22 438 23 065 22 501 22 905 20 258 20 757
38 23 347 23 581 22 839 22 825 20 308 21 067
39 23 087 23 306 22 290 22 094 19 348 19 623
40 23 674 23 829 22 235 22 154 18 405 19 288
41 22 941 23 485 21 860 22 292 18 778 19 014
42 23 653 23 531 21 921 22 338 18 513 18 953
43 23 210 23 416 22 385 22 892 19 120 19 645
44 23 418 23 616 22 614 22 636 20 370 21 118
45 23 736 23 539 22 579 23 260 21 692 22 379
46 22 930 23 135 23 173 23 134 22 418 22 881
47 23 485 23 545 21 974 23 093 22 236 22 642
48 22 941 22 914 22 451 23 229 22 115 21 932
49 23 700 22 999 22 446 22 785 21 518 22 230
50 23 520 23 479 22 771 23 438 21 215 21 873
51 23 068 22 912 22 097 22 948 21 355 22 221
52 22 726 22 205 22 735 23 244 21 943 22 282
53 21 563 21 493 22 178 23 185 22 131 22 622
54 15 872 15 746 22 393 23 297 21 940 22 891
55 15 166 15 474 22 578 22 984 22 270 22 999
56 14 755 14 998 22 053 22 592 21 311 22 629
57 13 324 13 614 22 194 23 280 21 532 22 875
58 12 233 12 526 21 614 22 718 21 633 22 656
59 13 031 13 770 22 455 23 149 21 443 22 958
60 13 809 15 457 22 088 23 408 20 972 22 629
61 13 858 15 421 21 891 22 936 21 456 22 723
62 14 177 15 586 21 169 22 224 21 140 22 933
63 14 080 15 689 20 222 21 532 20 809 22 984
64 13 584 15 997 14 813 15 982 20 955 23 012
65 14 317 16 557 14 098 15 234 20 333 22 217
66 13 380 15 871 13 460 14 832 20 659 22 969
67 13 627 16 664 12 077 13 527 19 827 22 209
68 13 410 16 823 10 639 12 278 20 533 22 495
69 13 348 16 389 11 397 13 545 19 826 22 538
70 12 361 15 508 11 890 15 135 19 601 22 336
71 11 837 15 407 11 772 14 723 18 806 21 362
72 11 481 15 050 11 820 14 660 17 724 20 243
73 11 182 14 936 11 642 14 749 12 736 14 648
74 10 625 14 610 11 000 14 896 11 986 14 498
75 9 963 14 338 11 298 15 061 11 197 13 844
76 9 426 13 802 10 200 14 413 9 910 12 266
77 8 755 13 277 10 059 15 258 8 480 11 252
78 8 618 13 302 9 642 14 946 8 964 12 076
79 8 309 13 379 9 365 14 153 9 353 13 158
80 4 649 8 007 8 373 13 164 8 863 12 727
81 3 668 6 860 7 598 12 670 8 726 12 374
82 2 977 5 734 6 995 11 951 8 113 12 142
83 2 419 4 912 6 555 11 611 7 046 11 843
84 2 460 5 309 5 819 10 807 7 077 11 712
85 3 271 7 626 5 022 9 907 6 025 10 329
86 2 927 6 947 4 439 9 308 5 618 10 664
87 2 446 6 394 3 666 7 989 5 069 9 850
88 2 019 5 178 3 307 7 726 4 342 9 030
89 1 602 4 640 2 713 6 926 3 449 7 597
90 1 292 3 943 1 217 3 606 2 794 6 737
91 961 3 203 993 2 785 2 326 5 691
92 700 2 614 622 2 138 1 809 4 898
93 491 2 037 467 1 584 1 366 4 174
94 397 1 581 334 1 473 1 125 3 314
95 232 1 150 453 1 843 724 2 758
96 154 923 250 1 352 444 1 968
97 119 563 229 1 003 373 1 361
98 87 431 118 619 237 1 050
99 97 617 196 1 138 304 1 427
  • Source : Insee, estimations de population

Figure 8Les séniors, toujours plus nombreux en NormandieÉvolution de la structure de la population par âge

  • Source : Insee, estimations de population

Les migrations interviennent aussi dans le vieillissement de la population régionale. Le déficit migratoire est marqué parmi les jeunes de 18 à 29 ans, actifs comme étudiants. Ce déficit résulte d’un manque d’attractivité de la Normandie pour les jeunes des autres régions, mais aussi, à l’inverse, de la forte attractivité de l’Île-de-France auprès des jeunes Normands. Couplée à un excédent migratoire parmi les 60 ans ou plus, cette situation accentue le repli de la part des jeunes, et donc le vieillissement de la population normande.

L’âge moyen des Normands continue de progresser et atteint 41,9 ans en 2019, soit huit mois de plus que l’âge moyen en France métropolitaine. De 1975 à 2005, les Normands étaient pourtant en moyenne plus jeunes qu’à l’échelle nationale, le dépassement intervenant en 2006. L’âge moyen est plus élevé dans l’Orne et la Manche (respectivement 44 ans et 10 mois et 44 ans et 4 mois). Il se situe en dessous de la moyenne nationale en Seine-Maritime (40 ans et 10 mois) et dans l’Eure (40 ans et 8 mois).

Une baisse de l’espérance de vie en 2018

En 2018, l’espérance de vie à la naissance est de 78,1 ans pour les hommes et de 84,7 ans pour les femmes en Normandie, des niveaux inférieurs à ceux de la France métropolitaine (79,5 ans et 85,4 ans). Elle recule de 0,2 an en 2018, pour les hommes comme pour les femmes, et revient ainsi aux niveaux de 2016 (figure 9). L’épidémie de grippe de 2018 pourrait expliquer la surmortalité et la diminution de l’espérance de vie au cours de cette année.

Sur les dix dernières années, la tendance reste néanmoins positive, avec un gain de 1,4 an pour les hommes et 0,9 an pour les femmes, contre + 1,9 an et + 1,0 an au niveau national. Localement, l’espérance de vie à la naissance reste plus faible en Seine-Maritime que dans les autres départements normands.

Figure 9L’espérance de vie reste plus faible en Normandie qu’en France métropolitaineEspérance de vie à la naissance

L’espérance de vie reste plus faible en Normandie qu’en France métropolitaine
Année France métropolitaine Hommes France métropolitaine Femmes Normandie Hommes Normandie Femmes
1999 75,0 82,5 74,3 82,3
2000 75,3 82,8 74,6 82,6
2001 75,5 82,9 74,8 82,5
2002 75,8 83,1 74,8 82,8
2003 75,9 83,0 75,0 82,8
2004 76,7 83,9 75,7 83,5
2005 76,8 83,9 75,9 83,4
2006 77,2 84,2 76,3 83,6
2007 77,4 84,4 76,3 83,9
2008 77,6 84,4 76,7 83,8
2009 77,8 84,5 76,4 84,0
2010 78,0 84,7 76,9 84,2
2011 78,4 85,0 77,4 84,4
2012 78,5 84,8 77,3 84,2
2013 78,8 85,0 77,6 84,5
2014 79,3 85,4 78,0 84,6
2015 79,0 85,1 77,8 84,7
2016 79,3 85,3 78,1 84,8
2017 79,4 85,3 78,3 84,9
2018 79,5 85,4 78,1 84,7
  • Source : Insee, estimations de population

Figure 9L’espérance de vie reste plus faible en Normandie qu’en France métropolitaineEspérance de vie à la naissance

  • Source : Insee, estimations de population

Sur un an, deux fois plus de mariages de même sexe en Normandie

Après un tassement en 2016, le nombre de mariages repart à la hausse en Normandie (figure 10). En 2017, 12 500 mariages sont ainsi célébrés dans la région. Cette hausse de la nuptialité régionale est 10 fois plus dynamique qu’en France métropolitaine (+ 4,7 % contre + 0,5 %).

Cette augmentation des mariages provient essentiellement de la forte progression du nombre de mariages de même sexe avec 680 unions célébrées dans la région en 2017, deux fois plus que l’année précédente. Ces mariages représentent désormais 5,5 % de l’ensemble des unions, une part nettement supérieure à celle observée en France métropolitaine (3,2 %).

A contrario et après une augmentation en 2016, le nombre de divorces diminue fortement en 2017 (4 290 divorces prononcés en Normandie en 2017). Ce niveau historiquement bas correspond à une baisse de 29,9 % en un an, comme au niveau national (– 29,4 %).

Figure 10Le nombre de divorces au plus bas depuis 2000Unions et ruptures en Normandie

Le nombre de divorces au plus bas depuis 2000
Année Mariages Divorces PACS Rupture PACS
2000 17 661 6 198 1 017 20
16 936 6 034 912 76
15 679 5 601 1 234 140
15 357 6 533 1 630 243
2004 15 634 6 389 1 863 295
15 142 7 387 2 911 345
15 463 6 764 3 816 419
15 289 6 694 5 166 1 044
2008 14 485 6 330 7 929 1 320
13 528 6 436 8 811 1 681
13 678 6 657 9 551 2 199
13 413 6 721 8 078 2 658
2012 13 334 6 267 7 298 3 193
12 493 5 981 8 352 3 401
12 615 5 652 8 896 3 724
12 482 5 640 9 530 3 956
2016 11 942 6 124 9 362 4 298
12 501 4 292 nd nd
  • Note : les nombres de Pacs et de ruptures de Pacs ne sont pas disponibles pour l’année 2017.
  • Sources : Insee, Statistiques de l’état civil (mariages) et Ministère de la Justice (divorces, Pacs)

Figure 10Le nombre de divorces au plus bas depuis 2000Unions et ruptures en Normandie

  • Note : les nombres de Pacs et de ruptures de Pacs ne sont pas disponibles pour l’année 2017.
  • Sources : Insee, Statistiques de l’état civil (mariages) et Ministère de la Justice (divorces, Pacs)

Sources

Le recensement de la population sert de base aux estimations annuelles de population. Il en fixe les niveaux de référence pour les années où il est disponible (c’est-à-dire jusqu’à 2016). Pour les années 2017 et suivantes, les estimations de population sont provisoires. Elles sont réalisées en actualisant la population de 2016 grâce à des estimations du solde naturel et du solde migratoire et la prise en compte d’un ajustement. Un ajustement a en effet été introduit pour tenir compte de la rénovation du questionnaire du recensement et estimer les évolutions de population à questionnement inchangé. Le nouveau questionnaire permet de mieux appréhender les liens familiaux qui unissent les personnes habitant un même logement et améliore la connaissance des lieux d’habitation des personnes ayant plusieurs résidences, notamment s’agissant des enfants de parents séparés.

Les statistiques d’état civil sur les naissances, les mariages et les décès sont issues d’une exploitation des informations transmises par les mairies à l’Insee.

Définitions

Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d’une période. Un solde positif correspond à un excédent naturel. Il est calculé à partir des statistiques d’état civil transmises par les mairies. Pour 2018, il s’agit d’une estimation provisoire.

Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours d’une période. Il est mesuré indirectement par différence entre l’évolution de la population, mesurée à deux recensements successifs, et le solde naturel de l’année déduit de l’état civil. Le dernier recensement disponible étant celui du 1/1/2016, le solde migratoire de 2016 est estimé par la moyenne des trois derniers soldes connus (2013, 2014 et 2015). Ce solde est reporté pour 2017 et 2018, de façon provisoire.

Le taux de fécondité à un âge donné (ou pour une tranche d’âges) est le nombre d’enfants nés vivants des femmes de cet âge au cours de l’année, rapporté à la population moyenne de l’année des femmes de même âge.

L’indicateur conjoncturel de fécondité, ou somme des naissances réduites, mesure le nombre d’enfants qu’aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés l’année considérée à chaque âge demeuraient inchangés.

Le taux de mortalité est le rapport du nombre de décès de l’année à la population totale moyenne de l’année.

L’espérance de vie à la naissance est égale à la durée de vie moyenne d’une génération fictive qui connaîtrait tout au long de son existence les conditions de mortalité par âge de l’année considérée. C’est un indicateur synthétique des taux de mortalité par âge de l’année considérée.

Les données des mariages et des divorces de l’année 2018 ne sont pas disponibles à ce jour.

Pour en savoir plus

Brunet L., Le Graët A., Maillard M., « Un vieillissement démographique plus rapide en Normandie », Insee Analyses Normandie, n° 49, juin 2018

Papon S., Beaumel C. « Bilan démographique 2018 : la fécondité baisse depuis quatre ans », Insee Première, n° 1730, janvier 2019

Roger, P. « Bilan démographique 2017 : la population normande stoppe sa progression », Insee Analyses Normandie, n° 50, septembre 2018