Insee Flash Auvergne-Rhône-AlpesLes femmes plus nombreuses dans la population, surtout aux âges avancés

Medhy Martin, Aline Ferrante, Insee

À la naissance, 105 garçons voient le jour pour 100 filles. Compte tenu d’une mortalité plus précoce des hommes, le rapport commence à s’inverser vers 25 ans. Les femmes se trouvent ainsi majoritaires dans l’ensemble de la population à hauteur de 95 hommes pour 100 femmes, dans la région comme en France. Aux âges avancés, les femmes, nettement plus nombreuses que les hommes sont aussi davantage centenaires. La présence des femmes est plus marquée dans les milieux très urbanisés et celle des hommes dans les territoires ruraux.

Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes
No 54
Paru le : Paru le 31/01/2019
Medhy Martin, Aline Ferrante, Insee
Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes  No 54 - Janvier 2019

Au 1er janvier 2019, le nombre de femmes en Auvergne-Rhône-Alpes est supérieur à celui des hommes. En effet, 4,1 millions d’entre elles vivent dans la région contre 3,9 millions d’hommes, soit 95 hommes pour 100 femmes. Ce léger déséquilibre existe aussi au niveau France entière où le ratio « hommes/femmes » s’établit à 0,94, avec peu de variations régionales. Dans la région, l’Allier, le Rhône et la Loire ont la proportion d’hommes la plus faible de la région (92 à 93 hommes pour 100 femmes) alors que l’Ain et la Haute-Loire s’approchent de l’équilibre, avec 97 hommes pour 100 femmes (figure 1).

Figure 1Une répartition inégale des hommes et des femmes Ratio hommes/femmes en 2019 par département

Une répartition inégale des hommes et des femmes - Note de lecture : 93 hommes vivent dans le Rhône pour 100 femmes (soit un ratio de 0,93).
Code département Libellé département Population Hommes Femmes RATIO Hommes/Femmes
01 Ain 653 688 321 928 331 760 0,97
02 Aisne 528 016 257 233 270 783 0,95
03 Allier 333 065 159 440 173 625 0,92
04 Alpes-de-Haute-Provence 161 980 79 153 82 827 0,96
05 Hautes-Alpes 141 784 69 488 72 296 0,96
06 Alpes-Maritimes 1 080 899 510 561 570 338 0,9
07 Ardèche 327 011 159 590 167 421 0,95
08 Ardennes 267 409 129 940 137 469 0,95
09 Ariège 152 340 74 961 77 379 0,97
10 Aube 309 117 149 810 159 307 0,94
11 Aude 368 011 176 580 191 431 0,92
12 Aveyron 277 900 136 798 141 102 0,97
13 Bouches-du-Rhône 2 035 410 975 311 1 060 099 0,92
14 Calvados 691 676 331 531 360 145 0,92
15 Cantal 143 627 70 239 73 388 0,96
16 Charente 350 240 169 398 180 842 0,94
17 Charente-Maritime 646 016 308 406 337 610 0,91
18 Cher 300 174 145 938 154 236 0,95
19 Corrèze 240 973 117 093 123 880 0,95
2A Corse-du-Sud 158 800 76 712 82 088 0,93
2B Haute-Corse 180 378 87 314 93 064 0,94
21 Côte-d'Or 532 901 257 036 275 865 0,93
22 Côtes-d'Armor 596 518 287 962 308 556 0,93
23 Creuse 117 340 57 054 60 286 0,95
24 Dordogne 409 548 197 262 212 286 0,93
25 Doubs 539 465 263 776 275 689 0,96
26 Drôme 517 414 251 519 265 895 0,95
27 Eure 606 419 296 099 310 320 0,95
28 Eure-et-Loir 431 437 209 889 221 548 0,95
29 Finistère 905 238 440 439 464 799 0,95
30 Gard 745 756 359 277 386 479 0,93
31 Haute-Garonne 1 390 496 676 337 714 159 0,95
32 Gers 189 326 92 267 97 059 0,95
33 Gironde 1 620 243 779 677 840 566 0,93
34 Hérault 1 165 412 557 769 607 643 0,92
35 Ille-et-Vilaine 1 076 330 525 645 550 685 0,95
36 Indre 217 312 104 362 112 950 0,92
37 Indre-et-Loire 608 387 292 115 316 272 0,92
38 Isère 1 262 108 618 727 643 381 0,96
39 Jura 258 624 125 832 132 792 0,95
40 Landes 409 325 198 229 211 096 0,94
41 Loir-et-Cher 330 727 160 731 169 996 0,95
42 Loire 762 222 368 062 394 160 0,93
43 Haute-Loire 226 835 111 671 115 164 0,97
44 Loire-Atlantique 1 425 592 692 160 733 432 0,94
45 Loiret 678 722 330 182 348 540 0,95
46 Lot 171 770 83 031 88 739 0,94
47 Lot-et-Garonne 330 159 158 879 171 280 0,93
48 Lozère 75 700 37 487 38 213 0,98
49 Maine-et-Loire 815 325 397 316 418 009 0,95
50 Manche 492 627 240 277 252 350 0,95
51 Marne 567 225 275 032 292 193 0,94
52 Haute-Marne 173 041 84 497 88 544 0,95
53 Mayenne 305 021 150 045 154 976 0,97
54 Meurthe-et-Moselle 731 753 355 780 375 973 0,95
55 Meuse 184 474 91 126 93 348 0,98
56 Morbihan 751 309 363 195 388 114 0,94
57 Moselle 1 036 153 506 823 529 330 0,96
58 Nièvre 201 518 97 389 104 129 0,94
59 Nord 2 592 185 1 251 785 1 340 400 0,93
60 Oise 825 207 403 080 422 127 0,95
61 Orne 279 755 136 272 143 483 0,95
62 Pas-de-Calais 1 463 196 710 301 752 895 0,94
63 Puy-de-Dôme 656 643 317 741 338 902 0,94
64 Pyrénées-Atlantiques 679 354 326 337 353 017 0,92
65 Hautes-Pyrénées 225 219 108 073 117 146 0,92
66 Pyrénées-Orientales 481 691 229 096 252 595 0,91
67 Bas-Rhin 1 126 505 547 077 579 428 0,94
68 Haut-Rhin 761 480 372 374 389 106 0,96
69 Rhône 1 882 339 905 273 977 066 0,93
70 Haute-Saône 233 394 114 926 118 468 0,97
71 Saône-et-Loire 549 763 267 002 282 761 0,94
72 Sarthe 561 583 272 815 288 768 0,94
73 Savoie 432 716 211 766 220 950 0,96
74 Haute-Savoie 829 017 406 550 422 467 0,96
75 Paris 2 140 526 1 004 887 1 135 639 0,88
76 Seine-Maritime 1 248 590 599 375 649 215 0,92
77 Seine-et-Marne 1 421 735 691 274 730 461 0,95
78 Yvelines 1 436 581 697 672 738 909 0,94
79 Deux-Sèvres 374 873 182 978 191 895 0,95
80 Somme 569 662 276 371 293 291 0,94
81 Tarn 387 638 186 484 201 154 0,93
82 Tarn-et-Garonne 261 558 127 955 133 603 0,96
83 Var 1 075 649 516 662 558 987 0,92
84 Vaucluse 563 751 270 360 293 391 0,92
85 Vendée 679 024 331 246 347 778 0,95
86 Vienne 437 368 210 778 226 590 0,93
87 Haute-Vienne 371 575 177 211 194 364 0,91
88 Vosges 361 031 175 183 185 848 0,94
89 Yonne 336 532 163 454 173 078 0,94
90 Territoire de Belfort 143 104 71 112 71 992 0,99
91 Essonne 1 314 827 642 462 672 365 0,96
92 Hauts-de-Seine 1 606 088 764 449 841 639 0,91
93 Seine-Saint-Denis 1 654 477 815 501 838 976 0,97
94 Val-de-Marne 1 395 209 670 866 724 343 0,93
95 Val-d'Oise 1 243 921 602 311 641 610 0,94
  • Note de lecture : 93 hommes vivent dans le Rhône pour 100 femmes (soit un ratio de 0,93).
  • Source : Insee, Estimations de population 2019

Figure 1Une répartition inégale des hommes et des femmes Ratio hommes/femmes en 2019 par département

  • Note de lecture : 93 hommes vivent dans le Rhône pour 100 femmes (soit un ratio de 0,93).
  • Source : Insee, Estimations de population 2019

Davantage de garçons que de filles à la naissance

À la naissance, on dénombre davantage de garçons que de filles. Dans la région comme en France, 105 garçons naissent ainsi pour 100 filles chaque année en moyenne.

Ce rapport à la naissance se retrouve dans les pays de l’Union européenne avec peu de nuance. Seuls les ratios des pays faiblement peuplés tels que Malte, Chypre, Luxembourg peuvent fluctuer de façon plus significative d’une année sur l’autre en raison du faible nombre de naissances. En France comme en Europe, la légère surnatalité des garçons réside dans des causes biologiques naturelles. En revanche, dans d’autres pays du globe, le déséquilibre garçons/filles peut être plus prononcé ou inversé pour des raisons culturelles (avortement et infanticide sélectif dans certains pays asiatiques en défaveur des filles), politiques (après un stress lié aux guerres ou des attentats, il naît plus de filles) ou environnementales (l’exposition à la pollution ou les infections pouvant jouer dans les deux sens).

Une mortalité précoce des hommes rétablissant la parité entre 25 et 60 ans

Ainsi, jusqu’à 20 ans, la population est majoritairement masculine en Auvergne-Rhône-Alpes comme dans l’ensemble de la France. Le rapport tend à s’équilibrer à partir de 25 ans jusqu’à la soixantaine, en raison d’un nombre de décès prématurés des hommes plus important.

En effet, même si pendant l’enfance, le nombre de décès reste très faible, celui des garçons est déjà légèrement plus important (1,3 décès de garçon pour 1 décès de fille de moins de 15 ans). À partir de 15 ans, les écarts de décès se creusent car les jeunes hommes ont des comportements davantage à risque et sur plus longue période que les jeunes femmes. La surmortalité de ces derniers âgés de 15 à 29 ans est alors 2,6 fois plus importante, principalement suite à des accidents de transport, mais également en raison de suicides.

Un déséquilibre prononcé aux âges avancés

Aux décès plus précoces des hommes s’ajoute un avantage naturel des femmes en termes de longévité. En 2016, une fille naissant en Auvergne-Rhône-Alpes peut espérer atteindre l’âge de 85,7 ans contre 80,3 ans pour un garçon, légèrement plus que la moyenne française. Si bien que le déséquilibre du ratio « hommes/femmes » s’amplifie avec l’âge. À partir de 65 ans, la baisse est progressive, et elle s’accélère à partir de 75 ans. Après 95 ans, on ne dénombre plus que 27 hommes pour 100 femmes (figure 2).

Figure 2La répartition entre hommes et femmes se déséquilibre avec l’âgeRatio hommes/femmes en Auvergne-Rhône-Alpes par âge quinquennal en 2019

La répartition entre hommes et femmes se déséquilibre avec l’âge - Note de lecture : de 0 à 4 ans, 104 garçons vivent en Auvergne-Rhône-Alpes pour 100 filles (soit un ratio de 1,04).
Tranche d'âge Ratio hommes/femmes
95 ans et plus 0,27
90 à 94 ans 0,40
85 à 89 ans 0,53
80 à 84 ans 0,69
75 à 79 ans 0,82
70 à 74 ans 0,87
65 à 69 ans 0,89
60 à 64 ans 0,92
55 à 59 ans 0,95
50 à 54 ans 0,99
45 à 49 ans 0,99
40 à 44 ans 0,99
35 à 39 ans 0,96
30 à 34 ans 0,97
25 à 29 ans 1,00
20 à 24 ans 1,03
15 à 19 ans 1,05
10 à 14 ans 1,05
5 à 9 ans 1,05
0 à 4 ans 1,04
  • Note de lecture : de 0 à 4 ans, 104 garçons vivent en Auvergne-Rhône-Alpes pour 100 filles (soit un ratio de 1,04).
  • Source : Insee, Estimations de population 2019

Figure 2La répartition entre hommes et femmes se déséquilibre avec l’âgeRatio hommes/femmes en Auvergne-Rhône-Alpes par âge quinquennal en 2019

  • Note de lecture : de 0 à 4 ans, 104 garçons vivent en Auvergne-Rhône-Alpes pour 100 filles (soit un ratio de 1,04).
  • Source : Insee, Estimations de population 2019

Dans la région, 1,5 million de personnes ont ainsi atteint 65 ans et plus et 2 700 sont devenues centenaires en 2015. La région se situe au 3ᵉ rang en nombre de centenaires après l’Île-de-France et la Nouvelle-Aquitaine. Les femmes de 65 ans et plus se révèlent 1,3 fois plus nombreuses que les hommes, et on dénombre 4,7 fois plus de femmes parmi les centenaires. L’effectif de personnes de plus de 65 ans a doublé en quarante ans, celui des personnes de plus de 95 ans est près de 9 fois plus élevé.

Si les tendances démographiques récentes se poursuivaient, la population des personnes de plus de 65 ans serait multipliée par 1,6 d’ici 2050 et par 3,8 pour celle de 95 ans et plus. Pour autant, le déséquilibre entre hommes et femmes aux âges avancés se réduirait. De 63 hommes pour 100 femmes de plus de 65 ans en 1975, il s’établit aujourd’hui à 76 et remonterait à 87 en 2050. En effet, l’écart d’espérance de vie entre les hommes et les femmes tend à se réduire. Alors que celle des femmes stagne (adoption de comportements à risque tels que tabagisme, alcoolisme, etc.), celle des hommes progresse et se rapproche ainsi de celle des femmes.

Les hommes et les femmes inégalement répartis selon le degré d’urbanisation de l’environnement

Si les femmes sont majoritaires dans la population régionale, l’amplitude des déséquilibres s’accentue en fonction du degré d’urbanisation de l’environnement (figure 3). D’une manière générale, les femmes sont plus présentes dans les pôles urbains (92 hommes pour 100 femmes) qu’en périphérie des villes et milieu rural (entre 98 à 103 hommes pour 100 femmes). Dans les communes rurales, l’équilibre entre hommes et femmes s’établit tardivement (à près de 65 ans, contre 25 ans dans l’ensemble de la région). Cet équilibre s’abaisse à 20 ans dans les grands pôles. Les communes rurales souffrent ainsi d’un déficit de femmes entre 25 et 65 ans (notamment dans le Cantal et la Haute-Loire) et les pôles urbains d’un excédent. En effet, les jeunes femmes ont tendance à quitter ces zones rurales pour suivre des études et occuper davantage des postes dans des activités tertiaires, majoritairement présentes dans les pôles urbains. Ainsi, dans les territoires ruraux, les femmes sont moins diplômées et par ailleurs, plus souvent en couple.

Figure 3Davantage de femmes en ville, plus d'hommes dans les espaces périurbains et rurauxRépartition des hommes et des femmes selon le degré d’urbanisation de l’environnement en Auvergne-Rhône-Alpes

Davantage de femmes en ville, plus d'hommes dans les espaces périurbains et ruraux
Type d'aire urbaine Hommes Femmes Ensemble Ratio hommes/femmes
Pôle urbain Commune appartenant à un grand pôle 2 141 400 2 325 100 4 466 500 0,92
Commune appartenant à un moyen pôle 69 400 75 400 144 800 0,92
Commune appartenant à un petit pôle 139 500 149 300 288 900 0,93
Espace périurbain Commune multipolarisée des grandes aires urbaines 185 900 189 800 375 700 0,98
Commune appartenant à la couronne d'un grand pôle 934 500 943 700 1 878 200 0,99
Autre commune multipolarisée 141 500 141 600 283 100 1,00
Commune appartenant à la couronne d'un moyen pôle 22 000 21 500 43 400 1,02
Commune appartenant à la couronne d'un petit pôle 7 800 7 600 15 500 1,03
Commune isolée hors influence des pôles 190 000 191 500 381 600 0,99
Ensemble 3 832 100 4 045 600 7 877 700 0,95
  • Source : Insee, Recensement de la population 2015

Sources

Les estimations de population 2019 permettent en attendant que les données du recensement de l’année d’intérêt soient disponibles, d’estimer la population et sa répartition par sexe et tranche d’âge au niveau des régions et départements. Pour cela, en partant du dernier millésime disponible du recensement, on utilise les données d’état civil et on extrapole les tendances migratoires qui concernent la zone d’intérêt à partir des tendances passées. Pour affiner la répartition des hommes et des femmes sur le territoire ainsi que leur âge, le dernier millésime disponible du recensement de la population (2015) est utilisé. Les projections de population à horizon 2050 sont réalisées à partir du modèle Omphale de l’Insee.

Définitions


Le ratio « hommes/femmes », désigné aussi par le terme « sexe-ratio », est le rapport entre le nombre d’hommes et celui de femmes dans la population. Pour une meilleure compréhension, il peut être rapporté à un indice 100 : 105 garçons naissent pour 100 filles (ratio = 1,05), 95 hommes pour 100 femmes dans la population (ratio = 0,95).

Pour en savoir plus

« Bilan démographique 2018 - La fécondité baisse depuis quatre ans », Insee Première n° 1730, janvier 2019

« Les femmes davantage touchées par la perte d’autonomie », Insee Flash Auvergne-Rhône-Alpes n° 35, juin 2018

« Une faible mortalité régionale mais un nombre de décès en hausse », Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes n° 51, décembre 2017

« 9,5 millions d’habitants à l’horizon 2050 », Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes n° 41, juin 2017