Coup de frein sur l’emploi salarié néo-aquitain au 3e trimestre 2018Note de conjoncture régionale – 3ᵉ trimestre 2018

Sébastien Brumaud, Rémi Dumas, Insee

Au 3e trimestre 2018, les incertitudes nationales et internationales pèsent sur la création d’emploi. Cette tendance au ralentissement de l’activité impacte l’emploi salarié néo-aquitain malgré un emploi privé dynamique. L’industrie et la construction résistent mais l’emploi s’essouffle dans les services, notamment les services aux particuliers, et l’emploi public se replie de nouveau. Le chômage se stabilise, l’intérim reprend timidement et la création d’entreprises redevient tonique. Cependant, le nombre de mises en chantier de logement s’infléchit et la fréquentation hôtelière en Nouvelle-Aquitaine recule.

Insee Conjoncture Nouvelle-Aquitaine
No 16
Paru le : 16/01/2019

L’emploi total stagne ce trimestre

Au 3e trimestre 2018, l’emploi salarié total stagne en Nouvelle-Aquitaine, après la décélération du trimestre précédent (figure 1).

La bonne santé de l’emploi privé, avec 2 600 postes supplémentaires, compense de nouveau la forte baisse du secteur public. En France hors Mayotte, l’emploi reste au niveau du trimestre précédent (+ 0,1 %) avec un emploi public encore en recul.

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié (Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
emploi salarié total - Nouvelle-Aquitaine emploi salarié total - France hors Mayotte emploi salarié privé - Nouvelle-Aquitaine emploi salarié privé - France hors Mayotte
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 100,17 100,21 100,11 100,27
T2 2011 100,33 100,3 100,33 100,39
T3 2011 100,64 100,24 100,88 100,42
T4 2011 100,36 100,3 100,38 100,42
T1 2012 100,46 100,31 100,53 100,39
T2 2012 100,43 100,29 100,45 100,33
T3 2012 100,3 100,19 100,18 100,14
T4 2012 100,46 100,03 100,29 99,94
T1 2013 100,51 99,96 100,32 99,83
T2 2013 100,33 99,86 99,89 99,59
T3 2013 100,59 100,02 100,09 99,75
T4 2013 101,02 100,34 100,43 99,91
T1 2014 100,99 100,39 100,33 99,87
T2 2014 101,13 100,42 100,44 99,93
T3 2014 100,89 100,3 100,12 99,74
T4 2014 100,92 100,4 100,13 99,79
T1 2015 100,77 100,35 99,95 99,73
T2 2015 101,05 100,6 100,24 99,98
T3 2015 101,22 100,64 100,49 100,08
T4 2015 101,34 100,86 100,57 100,33
T1 2016 101,44 101,05 100,67 100,55
T2 2016 101,76 101,33 101,11 100,88
T3 2016 102,05 101,63 101,37 101,26
T4 2016 102,32 101,79 101,76 101,42
T1 2017 102,79 102,19 102,29 101,92
T2 2017 103,15 102,56 102,75 102,38
T3 2017 103,41 102,74 103,04 102,63
T4 2017 103,83 103,13 103,6 103,17
T1 2018 104,19 103,33 104,08 103,43
T2 2018 104,28 103,4 104,26 103,56
T3 2018 104,29 103,46 104,43 103,68
  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Sur un an, l’emploi total salarié croît de 0,9 % en Nouvelle-Aquitaine et de 0,7 % en France hors Mayotte.

Dans la région, la Gironde bénéficie d’une excellente dynamique (+ 0,4 % soit environ 2 500 postes). Dans une moindre mesure, les Deux-Sèvres (+ 400 postes) et les Pyrénées-Atlantiques (+ 180 postes) stimulent également l’emploi régional. À l’inverse, la Dordogne et la Corrèze perdent respectivement 550 et 400 emplois.

L’emploi dans l’industrie poursuit sa lente progression

En Nouvelle-Aquitaine, l’emploi industriel se maintient au 3e trimestre 2018 en affichant 0,1 % de progression, correspondant à 400 emplois supplémentaires (figure 2). Ce secteur est stable en France hors Mayotte après quatre trimestres consécutifs de hausse.

Figure 2Évolution de l'emploi salarié par secteur en Nouvelle-Aquitaine

Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié par secteur en Nouvelle-Aquitaine (Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim Tertiaire non marchand
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 99,93 99,86 100,35 100,34
T2 2011 99,62 100,1 100,74 100,44
T3 2011 99,36 100 100,82 100,12
T4 2011 99,06 99,78 100,64 100,37
T1 2012 99,03 99,71 100,85 100,44
T2 2012 98,56 99,34 100,77 100,79
T3 2012 98,37 99,32 100,72 101,04
T4 2012 98,19 99,41 100,71 101,47
T1 2013 97,53 99,15 100,56 101,52
T2 2013 96,81 98,79 100,18 101,91
T3 2013 96,58 98,6 100,52 102,35
T4 2013 96,07 98,61 100,78 103,02
T1 2014 95,88 98,35 100,78 103,12
T2 2014 95,21 98,07 101 103,36
T3 2014 94,07 97,98 100,83 103,51
T4 2014 92,88 97,65 101,03 103,62
T1 2015 91,9 97,58 101,07 103,53
T2 2015 91,27 97,33 101,22 103,71
T3 2015 90,61 97,06 101,48 103,58
T4 2015 90,5 97,05 101,74 103,77
T1 2016 90,09 96,86 102,21 103,96
T2 2016 90 96,66 102,65 104,05
T3 2016 89,89 96,58 103,06 104,29
T4 2016 89,53 96,45 103,32 104,38
T1 2017 89,88 96,3 104,04 104,57
T2 2017 90,32 96,21 104,62 104,61
T3 2017 90,67 96,32 104,83 104,68
T4 2017 91,38 96,61 105,29 104,73
T1 2018 92,04 96,71 105,81 104,74
T2 2018 92,19 96,93 106,16 104,55
T3 2018 92,44 97,07 106,26 104,27
  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 2Évolution de l'emploi salarié par secteur en Nouvelle-Aquitaine

  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

La bonne santé de la fabrication de matériels de transport, en Gironde (+ 1,5 %) et en Charente-Maritime (+ 1,2 %), contribue pour les trois quarts à la progression du secteur industriel. Dans le secteur de la fabrication d’équipements électriques, électroniques, informatiques et de machines, la Vienne enregistre une progression de 3,2 %, compensant les baisses dans les autres départements. Enfin, l’emploi salarié de la fabrication d’autres produits industriels dans le département de la Charente-Maritime est en repli (– 1,7 %).

Sur un an, l’emploi industriel maintient une bonne dynamique à 0,8 % de progression, alors qu’en France hors Mayotte, il ralentit à + 0,1 %.

La construction résiste

Avec 340 emplois supplémentaires créés, soit 0,3 % de progression au 3e trimestre 2018, la construction néo-aquitaine reprend sa dynamique suite à un deuxième trimestre peu tonique. En France hors Mayotte, ce secteur se maintient à 0,4 %. Dans la région, la croissance de l’emploi est soutenue essentiellement par la Gironde et les Pyrénées-Atlantiques alors que la Vienne marque le pas (– 1,2 %).

Sur un an, l’emploi dans la construction reste dynamique dans la région (+ 2,0 %) et au niveau national (+ 2,2 %).

Tertiaire marchand hors intérim, un trimestre morose

Dans le tertiaire marchand hors intérim, l’essoufflement constaté au trimestre précédent se poursuit. L’emploi néo-aquitain augmente de 0,1 %, soit 0,2 point de moins qu’au 2e trimestre 2018. Cela représente une création de 800 emplois supplémentaires dans le secteur. En France hors Mayotte, le tertiaire marchand hors intérim se maintient avec une hausse de 0,2 %.

Le secteur de l’information et communication enregistre une hausse historique (+ 1,9 %), créant ainsi 650 emplois supplémentaires, dont les trois quarts en Gironde. Les services aux entreprises (+ 0,9 %), les activités financières (+ 0,5 %) et le commerce sont les principaux contributeurs à la création d’emploi du secteur. L’hébergement restauration dénote, avec une baisse de 1,1 %, et impacte les résultats trimestriels en Charente-Maritime, Gironde, Dordogne et dans les Landes. Les services aux particuliers perdent un millier d’emplois et, avec une baisse de 0,9 %, confirment l’accélération de la destruction d’emplois débutée au 3e trimestre 2017.

Dans les départements, la Gironde joue son rôle de locomotive régionale en créant près de 1 500 emplois. Les Pyrénées-Atlantiques, la Vienne et la Haute-Vienne maintiennent un rythme soutenu de création d’emplois.

Sur un an, l’emploi dans le secteur tertiaire marchand hors intérim progresse de 1,4 %, comme la tendance nationale (+ 1,2 %).

L’emploi intérimaire néo-aquitain reprend légèrement, avec + 0,3 % au 3e trimestre 2018, après une chute de 1,1 % au 2e trimestre (figure 3), tandis qu’en France hors Mayotte, la baisse se confirme (– 1,2 %). Dans la région, l’intérim augmente dans les Deux-Sèvres, la Vienne et en Gironde, mais recule en Haute-Vienne, Charente, Corrèze et Dordogne. Sur un an, la tendance est à la décélération, tant en Nouvelle-Aquitaine (+ 4,4 %) qu’en France hors Mayotte (+ 2,9 %).

Figure 3Évolution de l'emploi intérimaire

Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi intérimaire (Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Nouvelle-Aquitaine France hors Mayotte
T4 2010 100 100
T1 2011 97,61 101,43
T2 2011 97,9 100,58
T3 2011 100,23 100,37
T4 2011 96,88 99,36
T1 2012 96,93 95,28
T2 2012 94,96 92,59
T3 2012 90,77 88,23
T4 2012 87,32 85,38
T1 2013 91,47 88,52
T2 2013 89,84 87,8
T3 2013 94,05 90,01
T4 2013 95,06 90,35
T1 2014 93,07 89,75
T2 2014 94,57 91,98
T3 2014 90,89 89,12
T4 2014 91,68 90,17
T1 2015 90,09 90,22
T2 2015 96,57 94,37
T3 2015 98,77 97,2
T4 2015 100,94 99,59
T1 2016 99,52 99,9
T2 2016 103,05 102,06
T3 2016 106,92 105,79
T4 2016 111,86 110,53
T1 2017 117,78 116,23
T2 2017 121,56 121,96
T3 2017 124,73 124,7
T4 2017 129,31 130,24
T1 2018 131,26 130,56
T2 2018 129,75 129,81
T3 2018 130,2 128,27
  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 3Évolution de l'emploi intérimaire

  • Note : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Au 3e trimestre 2018, en Nouvelle-Aquitaine, l’emploi du secteur non marchand se replie pour le 2e trimestre consécutif, confirmant à – 0,3 % la tendance observée au 2e trimestre (– 0,2 %). En France hors Mayotte, la baisse de – 0,1% est identique à celle enregistrée précédemment.

Dans la région, hormis en Gironde (+ 0,1 %), tous les autres départements subissent un recul, particulièrement le Lot-et-Garonne, la Vienne et les Pyrénées-Atlantiques.

Ainsi, sur un an, la région perd 0,4 % d’emplois tertiaires non marchands et la France hors Mayotte recule de 0,3 % dans ce secteur.

Avertissement

Auparavant, les estimations trimestrielles d’emploi (ETE) publiées au niveau localisé (région et département) portaient seulement sur les salariés du secteur marchand - hors agriculture et activité des particuliers employeurs - en France métropolitaine. Depuis la publication de juin 2018, le champ des ETE localisé est étendu à l’ensemble de l’emploi salarié et aux départements d’outre-mer (hors Mayotte). Par rapport à la situation antérieure, sont donc ajoutés les salariés de la fonction publique, de l’agriculture et de l’ensemble des particuliers employeurs.

De plus, une distinction des emplois « privé » et « public », établie à partir de la catégorie juridique des employeurs, est disponible au niveau régional. Les niveaux de l’emploi « privé » publiés par les Urssaf et par l’Insee diffèrent du fait d’écarts de champ et de concept, et de légères différences peuvent exister sur les taux d’évolution (effets de composition liés aux écarts de niveaux).

Parallèlement, l'introduction de la déclaration sociale nominative (DSN) en remplacement du bordereau récapitulatif de cotisations (BRC) peut entraîner des révisions accrues sur les données, en particulier durant la phase de montée en charge de la DSN.

Un taux de chômage stable au 3e trimestre

En Nouvelle-Aquitaine, le taux de chômage localisé se stabilise à 8,4 % de la population active (figure 4). Au niveau départemental, il varie de 6,8 % dans les Deux-Sèvres à 9,3 % en Dordogne et en Charente-Maritime. Cet état stationnaire s’observe également ce trimestre au niveau national (9,1 % de la population active).

Sur un an, le taux de chômage régional a baissé de 0,6 point et retrouve le niveau de 2011, comme le taux de chômage national qui diminue de 0,5 point.

Figure 4Taux de chômage

En %
Taux de chômage (En %)
Nouvelle-Aquitaine France hors Mayotte
T4 2010 8,5 9,2
T1 2011 8,5 9,1
T2 2011 8,4 9,1
T3 2011 8,6 9,2
T4 2011 8,8 9,3
T1 2012 8,9 9,5
T2 2012 9,1 9,7
T3 2012 9,2 9,8
T4 2012 9,4 10,1
T1 2013 9,6 10,3
T2 2013 9,7 10,5
T3 2013 9,6 10,3
T4 2013 9,4 10,1
T1 2014 9,4 10,2
T2 2014 9,5 10,2
T3 2014 9,6 10,3
T4 2014 9,8 10,4
T1 2015 9,7 10,3
T2 2015 9,9 10,5
T3 2015 9,8 10,4
T4 2015 9,6 10,2
T1 2016 9,6 10,2
T2 2016 9,5 10
T3 2016 9,4 10
T4 2016 9,4 10
T1 2017 9 9,6
T2 2017 8,8 9,4
T3 2017 9 9,6
T4 2017 8,4 8,9
T1 2018 8,6 9,2
T2 2018 8,4 9,1
T3 2018 8,4 9,1
  • Note : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Figure 4Taux de chômage

  • Note : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

Le nombre de demandeurs d’emploi néo-aquitains repart à la hausse (+ 0,3 point) après le palier du trimestre précédent, il s’établit à 513 310 personnes. En France, la hausse atteint 0,4 point ce trimestre. Cependant, dans la région, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits depuis plus d’un an poursuit son inflexion et progresse de seulement 0,9 % contre 1,4 % au 2e trimestre 2018 ; la hausse est également plus contenue chez les moins de 25 ans (0,4 % contre 1,1 %) et les plus de 50 ans (0,5 % contre 0,7 %). La variation annuelle de demandeurs d’emplois est de 0,7 % en Nouvelle-Aquitaine, une progression identique à celle de la France.

La baisse des mises en chantier s’infléchit

Au 3e trimestre 2018, en Nouvelle-Aquitaine, le recul du nombre de logements commencés ces 12 derniers mois se limite à 0,8 % avec un peu plus de 39 000 mises en chantier (figure 5). Le niveau national observe un repli de 1,1 % des mises en chantier.

Figure 5Évolution du nombre de logements commencés

Indice base 100 en décembre 2010
Évolution du nombre de logements commencés (Indice base 100 en décembre 2010)
Nouvelle-Aquitaine France hors Mayotte
déc. 2010 100 100
janv. 2011 101,57 101,4
févr. 2011 103,13 102,35
mars 2011 105,59 103,43
avril 2011 105,15 103,8
mai 2011 106,49 104,96
juin 2011 104,92 103,75
juil. 2011 105,59 103,34
août 2011 106,49 102,8
sept. 2011 105,15 102,25
oct. 2011 103,8 101,23
nov. 2011 106,04 102,8
déc. 2011 107,38 104,13
janv. 2012 107,16 103,63
févr. 2012 106,49 103,48
mars 2012 105,59 103,75
avril 2012 103,58 102,22
mai 2012 99,78 99,81
juin 2012 97,32 100
juil. 2012 95,97 99,44
août 2012 92,84 98,82
sept. 2012 92,62 96,83
oct. 2012 92,17 96,2
nov. 2012 88,59 92,67
déc. 2012 86,8 92,6
janv. 2013 86,8 92,29
févr. 2013 85,91 92,5
mars 2013 84,34 91,47
avril 2013 86,13 92,48
mai 2013 88,14 92,79
juin 2013 89,71 92,65
juil. 2013 88,59 92,38
août 2013 88,81 91,97
sept. 2013 87,25 91,97
oct. 2013 84,34 90,55
nov. 2013 84,79 89,39
déc. 2013 82,55 86,63
janv. 2014 81,88 86,27
févr. 2014 81,88 84,7
mars 2014 81,21 83,44
avril 2014 81,88 83,1
mai 2014 78,75 82,52
juin 2014 78,3 81,7
juil. 2014 78,75 81,58
août 2014 78,75 81,33
sept. 2014 79,19 81,14
oct. 2014 80,09 80,78
nov. 2014 79,87 80,83
déc. 2014 80,31 80,71
janv. 2015 79,19 79,98
févr. 2015 77,85 80,08
mars 2015 76,96 79,86
avril 2015 76,06 79,09
mai 2015 75,39 78,6
juin 2015 74,27 79,11
juil. 2015 73,15 78,72
août 2015 73,15 79,21
sept. 2015 74,72 79,64
oct. 2015 73,15 80
nov. 2015 73,15 80,49
déc. 2015 73,15 81,29
janv. 2016 75,39 81,7
févr. 2016 76,06 82,52
mars 2016 76,51 82,28
avril 2016 76,51 83,2
mai 2016 78,52 84,91
juin 2016 79,64 85,3
juil. 2016 79,87 85,81
août 2016 79,87 85,78
sept. 2016 78,3 86,27
oct. 2016 81,21 87,28
nov. 2016 82,77 88,18
déc. 2016 83,45 88,97
janv. 2017 83,22 90,59
févr. 2017 85,68 91,47
mars 2017 86,35 93,79
avril 2017 87,7 94,9
mai 2017 87,92 95,36
juin 2017 89,93 96,4
juil. 2017 91,28 97,8
août 2017 91,72 98,45
sept. 2017 92,39 99,2
oct. 2017 92,62 99,81
nov. 2017 93,06 101,04
déc. 2017 93,51 103,7
janv. 2018 92,39 103,7
févr. 2018 90,38 103,75
mars 2018 90,16 103,26
avril 2018 89,71 103,24
mai 2018 89,04 103,34
juin 2018 88,14 103,65
juil. 2018 86,35 103,22
août 2018 87,47 103,02
sept. 2018 87,47 102,49
oct. 2018 89,04 102,37
nov. 2018 87,02 100,46
  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 5Évolution du nombre de logements commencés

  • Note : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Dans les départements de Nouvelle-Aquitaine, la Charente, les Deux-Sèvres, la Vienne, les Landes et le Lot-et-Garonne sont en hausse. En Gironde, Dordogne et Haute-Vienne, la construction de logements recule un peu après une conjoncture favorable les trimestres précédents.

Le nombre de logements autorisés marque le pas en Nouvelle-Aquitaine : au 3e trimestre 2018, moins de 46 000 permis de construire ont été délivrés sur les 12 derniers mois, soit une augmentation d’à peine 0,2 % par rapport à un trimestre précédent dynamique. La tendance nationale, beaucoup plus terne, enregistre quatre trimestres consécutifs de baisse, dont – 2,5 % ce trimestre, un recul inédit depuis fin 2014.

Dans la région, les autorisations de construction augmentent en Charente-Maritime, en Corrèze et dans la Creuse, en Gironde, Dordogne et Lot-et-Garonne. Elles diminuent dans les Deux-Sèvres, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

Nette baisse de la fréquentation hôtelière en juillet

Au 3e trimestre 2018, la fréquentation des hôtels néo-aquitains atteint 5,9 millions de nuitées, en baisse de – 1,9 % par rapport au 3e trimestre 2017. En France métropolitaine, la fréquentation hôtelière reste dynamique (+ 2,2 %) (figure 6).

Dans la région, la diminution des nuitées se concentre sur les mois de juillet (– 5,6 %) et août (– 1,1%), alors qu’en septembre, les nuitées s’apprécient de 1,4 %. La fréquentation de la clientèle résidente reste en retrait (– 4,2 %), alors que celle des clients non résidents est toujours bien orientée (+ 6,2 %).

Dans l’hôtellerie de plein air, la fréquentation, stable au 3e trimestre 2018, assure 21 millions de nuitées. La forte croissance des nuitées en septembre (+ 11,4 %) compense les baisses de juillet (– 3,0 %) et août (– 0,1 %). Sur le littoral, la fréquentation des campings progresse de 0,4 %, tandis qu’elle diminue de 1,7 % à l’intérieur des terres.

Figure 6Évolution de la fréquentation dans les hôtels

Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de la fréquentation dans les hôtels (Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Nouvelle-Aquitaine France entière
T4 2010 100 100
T1 2011 100,42 100,48
T2 2011 102,38 101,34
T3 2011 103,65 102,33
T4 2011 104,2 103,3
T1 2012 104,25 103,74
T2 2012 102,71 103,5
T3 2012 102,22 103,25
T4 2012 102,38 103,29
T1 2013 102,98 103,22
T2 2013 103,13 103,03
T3 2013 103,16 103,05
T4 2013 103,32 102,94
T1 2014 102,65 102,36
T2 2014 102,08 102,1
T3 2014 101,55 101,52
T4 2014 101,24 101,33
T1 2015 101,84 101,79
T2 2015 103,43 102,35
T3 2015 105,3 103,48
T4 2015 106,52 103,27
T1 2016 107,45 103,67
T2 2016 107,37 102,64
T3 2016 108,26 101,27
T4 2016 109,7 102,32
T1 2017 110,23 102,85
T2 2017 111,58 104,6
T3 2017 112,13 106,36
T4 2017 111,97 107,54
T1 2018 112,2 108,62
T2 2018 111,32 109,04
T3 2018 110,51 109,8
  • Note : données trimestrielles brutes. Chaque point représente le cumul des 4 derniers trimestres en base 100 au 4ᵉ trimestre 2010.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.

Figure 6Évolution de la fréquentation dans les hôtels

  • Note : données trimestrielles brutes. Chaque point représente le cumul des 4 derniers trimestres en base 100 au 4ᵉ trimestre 2010.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.

La création d’entreprises repart à la hausse

Au 3e trimestre 2018, 14 800 entreprises ont été créées en Nouvelle-Aquitaine, dont plus d’un tiers sous le statut de micro-entreprise. Cette hausse de 4,7 % succède au recul du trimestre précédent (– 2,0 %) (figure 7).

Après un 2e trimestre difficile (– 9,2 %), les créations de micro-entreprises sont en augmentation de 7,2 % en particulier dans le secteur du « commerce, transports, hébergement-restauration » (+ 16,1 %) et des services (+ 8,3 %). Les autres types de créations d’entreprises reprennent légèrement avec une hausse de 3,3 %, après + 2,7 % ; la progression est en particulier forte dans le secteur de la construction (+ 14,6 %).

En France, comme au trimestre précédent, le rythme des créations ralentit (+ 0,3 %), porté seulement par une hausse des micro-entreprises de 1,5 %. Néanmoins, sur un an, les créations d’entreprises demeurent en hausse en Nouvelle-Aquitaine (+ 18,4 %) comme en France (+ 16,8 %).

Figure 7Créations d'entreprises

Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Créations d'entreprises (Indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Nouvelle-Aquitaine hors micro-entrepreneurs France entière hors micro-entrepreneurs Nouvelle-Aquitaine y compris micro-entrepreneurs France entière y compris micro-entrepreneurs
T4 2010 100 100 100 100
T1 2011 96,21 99,21 93,38 91,3
T2 2011 98,7 98,3 94,81 91,71
T3 2011 98,07 99,06 92,17 91,64
T4 2011 100,46 99,04 95,26 92,67
T1 2012 92,49 94,75 100,13 93,94
T2 2012 87,97 91,7 93,28 91,88
T3 2012 90,83 92,25 95,77 91,37
T4 2012 93,63 93,16 90,66 89,76
T1 2013 105,49 100,22 98,38 90,63
T2 2013 106,98 101,27 95,26 90
T3 2013 107,3 101,66 94,99 89,06
T4 2013 111,12 104,08 100,93 91,42
T1 2014 109,27 103,73 99,12 92,07
T2 2014 107,48 103,23 95,78 91,47
T3 2014 105,89 101,92 99,58 92,85
T4 2014 104,73 103,46 95,47 93,2
T1 2015 114,32 111,02 95,32 87,49
T2 2015 119,51 115,51 90,16 87,1
T3 2015 126,01 118,18 92,93 87,74
T4 2015 126,05 120,42 91,78 89,28
T1 2016 136,52 122,69 95,33 90,9
T2 2016 143,67 128,03 95,89 95,01
T3 2016 146,83 129,95 94,03 91,84
T4 2016 146,83 126,88 93,82 91,83
T1 2017 148,57 130,16 100,71 95,39
T2 2017 152,63 130,88 97,73 94,87
T3 2017 155,89 135,36 102,98 99,13
T4 2017 162,22 142,1 108,88 106,94
T1 2018 167,51 143,99 118,71 111,9
T2 2018 171,99 149,16 116,39 115,46
T3 2018 177,69 148,13 121,9 115,77
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 7Créations d'entreprises

  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Encadrés

La croissance européenne s’essouffle un peu

Les climats des affaires sont globalement en baisse à l’automne 2018, suggérant un ralentissement économique, dans un contexte de tensions commerciales. L’activité des États-Unis résisterait un peu grâce à des dépenses publiques vigoureuses, mais ralentirait tout de même à l’horizon de la prévision (mi-2019). La Chine, comme d’autres pays émergents, présenterait des signes d’essoufflement. Les économies de la zone euro, soumises à des incertitudes persistantes (modalités du Brexit, situation budgétaire italienne, tensions sociales en France), ralentiraient même si les stimuli budgétaires programmés en 2019 soutiendraient la consommation des ménages.

En France, le soutien apporté au pouvoir d’achat des ménages limiterait le ralentissement de l’activité

Au 3e trimestre 2018, l’activité a progressé de 0,3 % en France, après deux trimestres de croissance plus modérée ( + 0,2 % par trimestre). La reprise de la consommation des ménages est principalement à l’origine de ce rebond.

Le contexte international, mais également le mouvement des gilets jaunes, pèserait sur la croissance française en fin d’année 2018. L’activité économique ne progresserait que de + 0,2 % au quatrième trimestre, avant de se redresser au premier semestre 2019 (+ 0,4 % puis + 0,3 % par trimestre). Les gains de pouvoir d’achat des ménages prévus fin 2018 et début 2019 soutiendraient la consommation au premier semestre 2019.

En moyenne annuelle, l’acquis de croissance pour la France en 2019 serait de + 1,0 % à mi-année (après + 1,5 % prévu pour l’ensemble de l’année 2018). L’acquis de croissance du pouvoir d’achat (mesuré au niveau global) serait de + 2,0 % à la mi-2019 (après + 1,4 % sur l’ensemble de l’année 2018).

Pour en savoir plus