Personnes âgées en Haute-Saône d’ici 2030 : Une population qui augmente mais de façon plus modérée pour les 85 ans ou plus

Amandine Ulrich, Régine Bordet-Gaudin, Insee

En Haute-Saône, une personne sur dix est âgée d’au moins 75 ans. La plupart d’entre elles résident à domicile et les plus âgées vivent souvent seules. Leur niveau de vie est inférieur à celui de leurs homologues de Bourgogne-Franche-Comté. Selon les territoires, leurs conditions de vie diffèrent. Elles bénéficient de revenus plus élevés dans les espaces urbains. En milieu rural, elles habitent davantage avec un proche.

Avec l’avancée en âge de la génération du baby-boom, si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, le nombre de personnes de 75 ans ou plus pourrait augmenter sensiblement dans les années à venir. S’agissant des personnes d’au moins 85 ans, leur nombre augmenterait moins rapidement, d’ici 2030, que sur la période récente. Le vieillissement concernerait plus particulièrement les parties Est et Centre du département.

Insee Analyses Bourgogne-Franche-Comté
No 34
Paru le : 26/06/2018

En Haute-Saône, un habitant sur dix a au moins 75 ans, soit 24 000 personnes âgées en 2014. Parmi elles, 7 450 sont très âgées ; elles ont 85 ans ou plus et présentent davantage de risques de dépendance. En 5 ans, de 2009 à 2014, le nombre de personnes d’au moins 75 ans augmente de 1,2 % en moyenne par an, comme en Bourgogne-Franche-Comté.

L’accompagnement à domicile et la prise en charge en établissement des personnes en situation de dépendance croissante avec l’avancée en âge sont ainsi au cœur du Schéma de l’autonomie élaboré par le Conseil départemental pour les prochaines années, en lien avec le Plan régional de santé.

Forte augmentation du nombre de personnes âgées de 60 à 74 ans

La population âgée de 60 à 74 ans progresse fortement, conséquence de l’arrivée à ces âges, des enfants du baby-boom nés après-guerre. Ce phénomène, qui touche toutes les régions métropolitaines, est particulièrement marqué en Haute-Saône : en 5 ans, le nombre de personnes de 60 à 74 ans augmente de 15 % contre 13 % dans la région.

Parallèlement, les habitants de moins de 60 ans sont de moins en moins nombreux. De 2009 à 2014, leur nombre diminue de 4 % en Haute-Saône, plus vite qu’à l’échelle régionale (– 3 %). Cette évolution est liée d’une part, à de nombreux départs de jeunes de 18 à 24 ans qui quittent le département, notamment pour poursuivre des études supérieures. D’autre part, comme dans l’ensemble de la région, les naissances se font plus rares en raison du moindre nombre de femmes en âge de procréer.

Même si, sur cette période, les naissances l’emportent encore sur les décès, la population haut-saônoise commence à décroître. Le département perd désormais des habitants, plus de 800 en 5 ans.

Dans ce contexte, le vieillissement de la population est un enjeu fort pour les acteurs publics en charge des politiques d’accompagnement des personnes âgées dans leur vie quotidienne, qu’elles vivent chez elles ou en établissement d’hébergement. La connaissance de leurs conditions de vie permet d’éclairer les décisions en matière d’offre de services à domicile, comme le portage de repas, l’organisation de transports ou l’intervention d’auxiliaires de vie. Elle peut conduire également à la mise en place d’actions de prévention comme l’adaptation des logements face à des difficultés physiques grandissantes.

Des femmes qui habitent seules à leur domicile

Du fait d’une espérance de vie plus longue, les femmes sont plus nombreuses que les hommes parmi les personnes âgées. En Haute-Saône, une femme de 60 ans peut espérer vivre 27 ans de plus, un homme, 23 ans. Ainsi, les femmes représentent 58 % des personnes de 75 ans ou plus et 68 % des 85 ans ou plus.

Si en Haute-Saône comme en Bourgogne-Franche-Comté, les personnes âgées vivent à domicile dans 9 cas sur 10, elles habitent davantage en maison individuelle, à l’instar des départements ruraux (85 % contre 75 % dans l’ensemble de la région). Près de la moitié vivent en couple, autant vivent seules. Ces dernières, en majorité des femmes seules, probablement en raison de la perte de leur conjoint, sont davantage susceptibles d’avoir recours à des services à domicile pour être accompagnées dans leurs activités quotidiennes. En outre, en cas de perte d’autonomie importante, leur maintien à domicile peut devenir complexe.

Les Haut-Saônois restent cependant plus fréquemment dans leur logement que les personnes du même âge de la région, même lorsqu’ils sont plus vieux. Après 85 ans, seulement 18 % séjournent dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ou une autre structure d’hébergement collectif, contre 23 % en moyenne dans la région.

Niveau de vie des ménages âgés un peu plus faible

En Haute-Saône, hors institutions, les ménages âgés ont un niveau de vie un peu plus faible qu’au niveau régional. Le revenu disponible médian annuel des ménages dont le référent a 75 ans ou plus est de 18 500 € en 2014, inférieur de 1 200 € à celui de leurs homologues de Bourgogne-Franche-Comté. En outre, 10 % des ménages âgés du département vivent sous le seuil de pauvreté, contre 8 % dans la région ; ils ont néanmoins un niveau de vie médian comparable (10 760 €).

Aussi, le recours à l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) est un enjeu important pour les personnes les plus fragilisées, sujettes à de nouvelles dépenses à mesure qu’elles perdent en autonomie. Près de 20 % des Haut-Saônois de 75 ans ou plus perçoivent cette aide afin d’être soutenus financièrement dans leur vie quotidienne à la maison ou dans leur prise en charge en établissement (encadré).

Le niveau de vie des personnes de moins de 60 ans, susceptibles de les aider est également plus faible. Souvent ouvriers dans ce département plutôt industriel, les adultes en activité exercent des emplois moins rémunérateurs qu’en moyenne dans la région. Par ailleurs, la population haut-saônoise est aussi touchée par le chômage. La crise économique a provoqué de fortes réductions d’emplois dans l’industrie et la construction. Compte tenu de ces difficultés économiques et sociales, les générations plus jeunes peuvent être limitées dans leur capacité à aider financièrement leurs parents dépendants. Le soutien apporté à leurs aînés peut cependant prendre d’autres formes, du temps pour les courses ou le ménage, des visites contribuant au maintien de liens sociaux, de l’aide pour se déplacer, surtout s’ils résident à proximité.

Des revenus plus élevés dans les territoires urbains

Les conditions de vie des personnes âgées présentent de fortes disparités territoriales. Au sein du département, l’écart de niveau de vie médian atteint 20 % entre le territoire où il est le plus élevé et le territoire où il est le plus faible.

Les personnes âgées qui résident dans les communautés de communes animées par les cinq pôles urbains de Haute-Saône bénéficient en moyenne de revenus plus élevés qu’ailleurs. Ces territoires concentrent près de la moitié des habitants de 75 ans ou plus du département (figure 1). C’est dans la communauté d’agglomération de Vesoul, principal pôle d’activités du département, que leur niveau de vie est le plus élevé. Plus souvent anciens cadres ou ayant exercé une profession intermédiaire, la moitié des ménages âgés bénéficient d’un revenu annuel supérieur à 20 300 € (figure 2). Dans les communautés de communes du Pays d’Héricourt, de Lure, de Luxeuil et du Val de Gray, les revenus annuels médians des ménages âgés s’échelonnent de 18 700 € à 19 400 €.

Dans ces territoires urbains, les personnes âgées habitent davantage seules (figure 3) ; elles sont toutefois proches des services de la vie quotidienne, comme les commerces ou les médecins ainsi que des associations de loisirs et de culture. Plus fréquemment locataires de leur logement, elles doivent plus souvent s’acquitter d’un loyer.

Certains espaces situés en périphérie des grands pôles d’activités regroupent également des personnes âgées aux revenus plus élevés que dans le reste du département. C’est le cas de la communauté de communes de Rahin et Chérimont, aux portes des agglomérations de Lure, Héricourt, Belfort et Montbéliard, de celles du Val Marnaysien et du Pays Riolais, sous l’influence de Besançon, et de Terres de Saône, à proximité de Vesoul. Dans ces territoires, concentrant 17 % des personnes de 75 ans ou plus du département, les personnes âgées vivent cependant moins souvent seules que dans les territoires urbains, à l’exception du Val ­Marnaysien. En outre, elles disposent d’un accès aux services de proximité plutôt rapide.

Figure 1Une population plus âgée à l’ouest et au nord du départementPart et nombre de personnes âgées de 75 ans ou plus par EPCI

Une population plus âgée à l’ouest et au nord du département
EPCI Nombre d’habitants de 75 ans ou plus Part d’habitants de 75 ans ou plus (%)
CA Vesoul 3 010 9,2
Val de Gray 2 590 12,5
Haute-Comté 2 030 11,1
Pays de Lure 1 870 9,5
Pays d'Héricourt 1 810 8,7
Pays de Luxeuil 1 750 11,2
Quatre Rivières 1 370 14,0
Terres de Saône 1 230 9,2
Hauts du Val de Saône 1 230 14,1
Haute Vallée de l'Ognon 1 070 12,2
Rahin et Cherimont 1 050 8,7
Val Marnaysien 1 030 7,4
Pays de Villersexel 870 11,0
Triangle Vert 840 7,5
Pays Riolais 760 6,2
Combes 750 9,8
Pays de Montbozon et du Chanois 620 9,5
Monts de Gy 530 8,7
  • Note : La Haute-Saône comprend 18 EPCI (Établissements publics de coopération intercommunale) dont 17 communautés de communes et la communauté d’agglomération (CA) de Vesoul.
  • Les communautés de communes du Val Marnaysien, du Pays de Villersexel et du Pays d’Héricourt s’étendent pour partie dans le Doubs.
  • Source : Insee, Recensement de la population 2014

Figure 1Une population plus âgée à l’ouest et au nord du départementPart et nombre de personnes âgées de 75 ans ou plus par EPCI

  • Note : La Haute-Saône comprend 18 EPCI (Établissements publics de coopération intercommunale) dont 17 communautés de communes et la communauté d’agglomération (CA) de Vesoul.
  • Les communautés de communes du Val Marnaysien, du Pays de Villersexel et du Pays d’Héricourt s’étendent pour partie dans le Doubs.
  • Source : Insee, Recensement de la population 2014

Figure 2Un niveau de vie des personnes âgées plus élevé dans les agglomérations de Vesoul et HéricourtNiveau de vie annuel médian des ménages dont le référent fiscal a 75 ans ou plus

Un niveau de vie des personnes âgées plus élevé dans les agglomérations de Vesoul et Héricourt
EPCI Niveau de vie médian des ménages dont le référent fiscal a 75 ans ou plus (€)
CA Vesoul 20 290
Pays d'Héricourt 19 360
Pays de Lure 18 960
Rahin et Cherimont 18 940
Pays de Luxeuil 18 930
Val Marnaysien 18 850
Val de Gray 18 740
Pays Riolais 18 620
Terres de Saône 18 590
Haute-Comté 17 830
Pays de Villersexel 17 690
Quatre Rivières 17 580
Haute Vallée de l'Ognon 17 390
Combes 17 350
Triangle Vert 17 230
Pays de Montbozon et du Chanois 17 210
Hauts du Val de Saône 16 610
Monts de Gy 16 520
  • Source : Insee, Fichier localisé social et fiscal 2014

Figure 2Un niveau de vie des personnes âgées plus élevé dans les agglomérations de Vesoul et HéricourtNiveau de vie annuel médian des ménages dont le référent fiscal a 75 ans ou plus

  • Source : Insee, Fichier localisé social et fiscal 2014

Figure 3Les personnes âgées vivent moins souvent seules dans la Haute Vallée de l’Ognon et le Triangle de VertPart de personnes vivant seules parmi les habitants de 75 ans ou plus vivant à domicile

Les personnes âgées vivent moins souvent seules dans la Haute Vallée de l’Ognon et le Triangle de Vert
EPCI Part de personnes vivant seules parmi les habitants de 75 ans ou plus à domicile (%)
CA Vesoul 47,8
Pays de Lure 45,2
Pays de Luxeuil 44,8
Combes 44,6
Quatre Rivières 44,3
Terres de Saône 43,7
Val de Gray 43,0
Val Marnaysien 42,3
Rahin et Chérimont 42,1
Haute-Comté 41,4
Pays d'Héricourt 41,2
Pays de Villersexel 41,1
Hauts du Val de Saône 41,1
Monts de Gy 39,7
Pays Riolais 39,4
Pays de Montbozon et du Chanois 39,4
Haute Vallée de l'Ognon 36,8
Triangle Vert 34,9
  • Source : Insee, Recensement de la population 2014

Figure 3Les personnes âgées vivent moins souvent seules dans la Haute Vallée de l’Ognon et le Triangle de VertPart de personnes vivant seules parmi les habitants de 75 ans ou plus vivant à domicile

  • Source : Insee, Recensement de la population 2014

Des revenus faibles dans les Monts de Gy et les Hauts du Val de Saône

Dans certains territoires ruraux, les ménages âgés perçoivent des revenus particulièrement faibles, et sont donc davantage susceptibles d’être confrontés à des difficultés financières. Dans la communauté de communes des Monts de Gy au sud-ouest du département, et dans celle des Hauts du Val de Saône au nord-ouest, leur revenu annuel médian est le plus faible, avoisinant les 16 600 €. Dans le Pays de Montbozon et Chanois, le Triangle Vert et les Combes, tous trois situés à proximité de l’agglomération vésulienne, les revenus des personnes âgées sont inférieurs à la moyenne départementale. C’est aussi le cas dans la Haute Vallée de l’Ognon au nord où plus de 16 % des habitants de 75 ans ou plus vivant à domicile bénéficient de l’APA, le plus fort taux du département.

Dans ces territoires ruraux, les personnes âgées vivent dans des petites communes parfois éloignées des commerces et services de proximité ou des structures sociales. Elles sont très majoritairement propriétaires de leur logement, mais celui-ci, souvent ancien, peut engendrer des frais d’entretien ou d’aménagement supplémentaires. En revanche, les personnes âgées habitent plus fréquemment avec un membre de leur famille. C’est particulièrement vrai dans la Haute Vallée de l’Ognon et le Triangle Vert où 64 % des 75 ans ou plus à domicile vivent avec un proche.

Augmentation limitée du nombre de personnes très âgées à partir de 2020

Avec le vieillissement de la population, le nombre de personnes de 75 ans ou plus pourrait augmenter sensiblement à partir de 2020. La Haute-Saône pourrait compter, selon les différentes hypothèses d’espérance de vie et de migrations, entre 32 800 et 35 500 personnes âgées en 2030, soit une augmentation moyenne annuelle de 2 à 2,5 % entre 2014 et 2030 (figure 4).

Toutefois, s’agissant des personnes d’au moins 85 ans, leur nombre a fortement augmenté entre 1999 et 2014 (+ 4,6 % en moyenne par an) ; la hausse serait plus limitée d’ici 2030 (entre 0,8 et 1,7 %) et elle s’amplifierait ensuite avec le vieillissement des générations du baby-boom.

Figure 4Plus de personnes âgées et moins de jeunes en 2030Pyramide des âges de la Haute-Saône en 2014 et projection 2030

Plus de personnes âgées et moins de jeunes en 2030
Âge Hommes 2014 Hommes 2030 Femmes 2014 Femmes 2030
0 1247 986 1287 939
1 1362 992 1199 935
2 1397 995 1275 949
3 1452 1014 1313 975
4 1435 1039 1385 986
5 1503 1073 1439 996
6 1595 1108 1391 1028
7 1563 1144 1416 1060
8 1639 1159 1441 1079
9 1574 1169 1404 1117
10 1512 1197 1475 1137
11 1567 1229 1465 1165
12 1609 1239 1455 1209
13 1592 1272 1472 1244
14 1567 1322 1490 1275
15 1613 1388 1460 1331
16 1459 1406 1445 1354
17 1443 1388 1404 1424
18 1276 1341 1067 1135
19 1116 1233 980 1051
20 1078 1121 826 1003
21 1053 1010 879 918
22 987 948 962 874
23 1072 917 1064 853
24 1091 859 1059 850
25 1134 854 1113 852
26 1178 854 1119 842
27 1136 847 1152 875
28 1179 905 1224 904
29 1291 955 1216 921
30 1286 938 1301 916
31 1357 948 1407 937
32 1394 947 1305 919
33 1386 961 1338 953
34 1326 943 1397 978
35 1320 955 1458 975
36 1366 993 1384 1000
37 1371 1100 1330 1034
38 1397 1162 1406 1120
39 1594 1208 1487 1203
40 1585 1289 1635 1258
41 1629 1318 1597 1303
42 1734 1353 1664 1350
43 1705 1378 1647 1375
44 1626 1398 1673 1362
45 1719 1388 1547 1398
46 1688 1377 1561 1375
47 1695 1456 1642 1480
48 1728 1508 1689 1527
49 1650 1505 1651 1420
50 1724 1412 1672 1386
51 1749 1383 1650 1361
52 1653 1389 1690 1424
53 1686 1375 1716 1373
54 1711 1422 1692 1408
55 1711 1512 1709 1507
56 1617 1669 1764 1581
57 1671 1671 1669 1730
58 1653 1718 1671 1629
59 1618 1746 1694 1642
60 1658 1701 1724 1622
61 1626 1672 1750 1674
62 1711 1689 1783 1592
63 1800 1715 1678 1618
64 1689 1741 1707 1720
65 1670 1750 1727 1781
66 1652 1672 1614 1686
67 1431 1687 1451 1695
68 1313 1638 1391 1674
69 1151 1569 1187 1686
70 965 1547 1071 1678
71 975 1536 1063 1639
72 925 1504 968 1595
73 911 1398 960 1643
74 853 1428 959 1519
75 884 1382 983 1497
76 858 1291 1007 1458
77 802 1253 1060 1491
78 763 1213 1004 1425
79 731 1238 1046 1492
80 648 1207 976 1391
81 624 1106 885 1327
82 615 1016 916 1285
83 505 959 897 1171
84 481 638 860 817
85 427 568 753 783
86 437 481 707 693
87 340 395 667 606
88 285 341 570 532
89 224 304 517 499
90 191 291 441 489
91 152 226 367 431
92 106 187 289 378
93 66 147 228 321
94 44 105 144 289
95 40 78 131 227
96 15 54 71 183
97 15 39 55 135
98 12 28 35 92
99+ 27 51 96 185
  • Sources : Insee, Recensement de la population 2014 et Omphale 2017, scénario central réactualisé

Figure 4Plus de personnes âgées et moins de jeunes en 2030Pyramide des âges de la Haute-Saône en 2014 et projection 2030

  • Sources : Insee, Recensement de la population 2014 et Omphale 2017, scénario central réactualisé

Vieillissement plus important dans l’Est et le Centre du département en 2030

Si les tendances démographiques actuelles se prolongeaient (définition), le nombre de personnes de 85 ans ou plus augmenterait dans tout le département mais de façon différenciée (figure 5). Le Nord resterait le territoire où la part de personnes très âgées serait la plus forte. Il compterait alors 1 900 personnes âgées de 85 ans ou plus en 2030, soit 4,3 % de sa population contre 4 % en moyenne dans les autres territoires. À l’heure actuelle, les personnes d’au moins 60 ans y résidant sont davantage exposées à la pauvreté monétaire, et leurs revenus sont faibles.

C’est dans l’Est et le Centre de la Haute-Saône que l’augmentation du nombre de personnes de 85 ans ou plus serait la plus forte. À l’Est, leur nombre pourrait augmenter de 2,8 % en moyenne par an et serait alors de 2 300 habitants en 2030. Le Centre pourrait compter 2 500 habitants de 85 ans ou plus en 2030, soit une progression de 2 % en moyenne annuelle. Dans cet espace, les revenus des personnes de 60 ans ou plus sont actuellement plus élevés que dans le reste du département.

Le Sud-Ouest de la Haute-Saône pourrait compter 2 600 personnes de 85 ans ou plus en 2030, soit une augmentation d’environ 1 % par an. Les disparités de revenus y sont actuellement fortes : les personnes de 60 ans ou plus bénéficient de revenus plutôt élevés dans le Val Marnaysien, le Pays Riolais, et dans une moindre mesure dans le Val de Gray, tandis que leur niveau de vie est faible dans les autres territoires.

Figure 5D’ici 2030, l’augmentation du nombre de personnes très âgées serait plus forte dans l’Est et le Centre de la Haute-SaôneProjection du nombre d’habitants de 85 ans ou plus dans les territoires de Haute-Saône

  • Source : Insee, Omphale 2017, scenario central réactualisé
Population de 85 ans ou plus
Nombre en 2030 Part de la population en 2030 (%) Évolution 2014 – 2030
Nombre d‘habitants Moyenne annuelle (%)
Sud-Ouest 2 600 3,9 + 400 + 1,0
Centre 2 500 4,1 + 700 + 2,0
Est 2 300 3,8 + 800 + 2,8
Nord 1 900 4,3 + 200 + 0,5
  • Source : Insee, Omphale 2017, scenario central réactualisé

Encadré

Deux tiers des bénéficiaires de l’APA ont 85 ans ou plus

En Haute-Saône, 4 717 personnes âgées de 75 ans ou plus bénéficient de l’allocation personnalisée d’autonomie en mars 2018, soit près de 20 % de la population de cet âge résidant dans le département. Les trois quarts sont des femmes. Versée par le Conseil départemental, l’APA vise à venir en aide aux personnes âgées en perte d’autonomie, en fonction de leur degré de dépendance.

L’APA à domicile concerne les deux tiers des bénéficiaires. Elle permet de leur apporter une aide reconnue nécessaire dans les activités essentielles de la vie courante comme faire sa toilette ou se nourrir ; 16 % d’entre eux sont très dépendants et nécessitent une forte présence d’intervenants pour les actes de la vie quotidienne (Gir 1 et 2).

L’APA en établissement attribuée à des personnes résidant en EHPAD permet de financer une partie de la prise en charge de cette population, en grande partie, plus âgée et très dépendante.

Bénéficiaires de l’APA âgés de 75 ans ou plus en Haute-Saône

Bénéficiaires de l’APA âgés de 75 ans ou plus en Haute-Saône
Nombre de bénéficiaires de 75 ans ou plus Part dans la population des 75 ans ou plus (%) Parmi les bénéficiaires
Part des 85 ans ou plus (%) Part des très dépendants* (%)
APA à domicile 2 988 12,5 62 16
APA en établissement 1 729 7,2 76 60
Ensemble 4 717 19,7 67 32
  • * les personnes très dépendantes correspondent aux Gir 1 et 2
  • Source : Conseil départemental de Haute-Saône – mars 2018

Sources

Les caractéristiques de la population sont issues du recensement de la population 2014 dont les résultats sont produits à partir des cinq enquêtes annuelles de recensement de 2012 à 2016.

Les statistiques de revenu et de niveau de vie sont établies à partir du Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) de 2014. Le champ couvert est celui des ménages ordinaires : il exclut les personnes sans domicile ou vivant en institution (foyer, maison de retraite…).

Définitions

Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage rapporté au nombre d’unités de consommation. Par construction, le niveau de vie est le même pour tous les individus du ménage. Le niveau de vie médian est le niveau de vie au-dessus duquel se situe la moitié de la population, l’autre moitié se situant en-dessous. Le revenu disponible du ménage comprend les revenus d’activité, de patrimoine, les pensions de retraite et rentes, les prestations sociales reçues desquels sont déduits les impôts directs.

Le seuil de pauvreté monétaire correspond à 60 % du niveau de vie médian. Lorsque le niveau de vie du ménage est inférieur au seuil, il est considéré comme pauvre.

Les projections de population à l’horizon 2030 sont réalisées à partir du modèle « Omphale 2017 ». Celui-ci permet de simuler l’évolution de la population par sexe et âge à l’aide de trois composantes : la fécondité, la mortalité et les migrations. Il fait évoluer ces composantes selon divers scénarios. Il ne prend pas en compte les facteurs exogènes comme l’impact des politiques publiques territoriales. Ces projections ne peuvent donc s’assimiler à des prévisions. Pour des contraintes de taille de population nécessaire à la réalisation des projections infra-départementales, les Établissements publics de coopération intercommunale sont regroupés en 4 grands territoires, Est, Nord, Ouest, Sud-Ouest, comptant plus de 50 000 habitants.
Les projections de population réactualisées ont pour point de référence l’année 2013 et prennent en compte l’évolution récente de la population du département jusqu’en 2015. Ces projections sont présentées selon trois scénarios. Le scénario central réactualisé prolonge les tendances les plus récemment observées. Deux variantes l’encadrent en faisant évoluer l’espérance de vie et les migrations.

Les prestations de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) sont délivrées au vu de la grille AGGIR définissant les groupes Gir 1 à 4 selon le degré de dépendance des personnes de 60 ans ou plus. L’APA n’est pas soumise à condition de ressources mais son montant varie selon les revenus des bénéficiaires.

Pour en savoir plus

Blanpain N., « L’espérance de vie par niveau de vie : chez les hommes, 13 ans d’écart entre les plus aisés et les plus modestes », Insee Première n° 1687, février 2018.

Bertrand M., Fournier A., « Portrait des 45-64 ans, maillon fort des solidarités familiales », Insee Analyses Bourgogne-Franche-Comté n° 19, juillet 2017.

Fournier A., Lèbre P., « L’allocation personnalisée d’autonomie aide 64 000 personnes en Bourgogne-Franche-Comté », Insee Flash Bourgogne-Franche-Comté n° 19, décembre 2016.

ORS Bourgogne-Franche-Comté, ARS Bourgogne-Franche-Comté, « Personnes âgées - Éléments saillants en Bourgogne-Franche-Comté », Diagnostic PRS2 – Personnes âgées, 2017.