Les seniors du Centre-Val de Loire plus autonomes face à leur vie quotidienne

Auteurs : Ludovic Raïs, Martine Blouin

Avec près de 700 000 seniors, la population du Centre-Val de Loire a une part plus importante de personnes de 60 ans ou plus qu’en moyenne nationale. Parmi ceux vivant à domicile, 26,4 % déclarent éprouver des difficultés à accomplir leurs tâches quotidiennes et 5,1 % sont en situation de perte d’autonomie. Ces proportions sont inférieures au niveau national et ont pour conséquence un moindre recours à l’aide de l’entourage. Les femmes, les seniors vivant seuls et les plus âgés doivent faire face à davantage de difficultés.

Insee Analyses Centre-Val de Loire
No 45
Paru le : 13/06/2018

En 2014, près de 700 000 personnes âgées de 60 ans ou plus (désignées dans cette étude par le terme « seniors ») résident en Centre-Val de Loire. Elles représentent 27,1 % de la population régionale, soit 2,2 points de plus que la proportion nationale hors Mayotte. À l’instar de la France, les femmes sont majoritaires chez les seniors de la région (55,7 %). Leur espérance de vie à 60 ans est de 27,7 années (23,0 chez les hommes) et ne diffère pas de la moyenne nationale.

Le taux de mortalité standardisé chez les 65 ans ou plus résidant en Centre-Val de Loire (36,8 %) est similaire à celui de l’ensemble du pays hors Mayotte.

Dans la région, 95,3 % des seniors résident à leur domicile. Parmi eux, trois sur dix habitent seuls dans leur logement. Cet isolement s’accentue avec l’âge. Ainsi, un peu plus de deux personnes sur cinq ayant 75 ans ou plus vivent seules à leur domicile, soit deux fois plus que les seniors âgés de 60 à 74 ans.

Concernant leur état général de santé (figure 1), la majorité des seniors du Centre-Val de Loire s’estime être bien portant (88,2 %). Seuls 11,8 % d’entre eux révèlent se sentir en mauvais ou très mauvais état de santé (13,3 % en France hors Mayotte). Les personnes vivant seules indiquent plus souvent être dans cette situation que les autres (respectivement 14,4 % et 10,8 %). Bien qu’en moyenne plus âgées d’un an et cinq mois, les seniors femmes de la région se déclarent autant en assez bon, bon ou très bon état de santé que leurs homologues masculins.

Figure 1État de santé déclaré des 60 ans et plus de la région vivant à domicile

%
État de santé déclaré des 60 ans et plus de la région vivant à domicile (%)
Centre-Val de Loire France hors Mayotte
Femmes Hommes Ensemble Femmes Hommes Ensemble
60 à 74 ans Bonne santé 62 61 62 60 61 61
Assez bonne santé 31 30 30 31 30 30
Mauvaise santé 7 9 8 9 9 9
75 ans ou plus Bonne santé 34 36 35 31 35 33
Assez bonne santé 47 45 47 47 44 46
Mauvaise santé 19 19 19 22 20 21
Ensemble Bonne santé 51 53 52 49 53 51
Assez bonne santé 37 35 36 37 34 36
Mauvaise santé 12 12 12 14 13 13
  • Source : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS) 2014

Un senior sur quatre touché par des problèmes fonctionnels

L’enquête Vie Quotidienne et Santé (source) permet de mesurer l’état de santé des seniors, et d’aborder les principaux problèmes fonctionnels auxquels ils sont confrontés. Ces problèmes sont classés en trois catégories : les difficultés sensorielles (perte d’audition, difficultés visuelles), les difficultés motrices/physiques (marcher, usage des mains…) et les difficultés cognitives (se concentrer, faire appel à sa mémoire…). En Centre-Val de Loire, un peu plus d’un senior sur quatre déclare avoir au moins l’un de ces trois problèmes fonctionnels (figures 2 et3). Cette proportion est similaire à celle de la France hors Mayotte.

Avec près d’un individu sur cinq concerné, les difficultés motrices/physiques sont celles qui, comme au niveau national, touchent le plus les seniors de la région. Ces derniers sont parmi les moins atteints par des difficultés cognitives (6,6 %).

L’âge est un facteur important dans l’apparition de problèmes fonctionnels. 16,3 % des seniors de la région âgés de 60 à 74 ans vivant à leur domicile déclarent en souffrir d'au moins un quand ils sont 36,1 % chez les 75-84 ans et 61,8 % chez les 85 ans ou plus.

Les femmes étant en moyenne plus âgées dans la région, elles sont plus nombreuses à ressentir au moins un problème fonctionnel (27,6 % contre 24,9 % pour les hommes).

Avec la prise d’âge, les personnes peuvent éprouver plus de difficultés à effectuer les activités du quotidien (se laver, faire ses courses…). Ainsi, plus du tiers des seniors du Centre-Val de Loire affirment être un peu ou fortement limités dans leurs tâches journalières.

Les seniors souffrant de problèmes fonctionnels ont plus de difficultés à accomplir leurs activités habituelles : trois sur quatre sont touchés. Cependant, parmi ceux ne déclarant pas avoir de problèmes fonctionnels, un senior sur cinq se dit quand même concerné par une restriction d’activité. Ces proportions sont comparables au niveau national.

Figure 2Part des seniors limités du Centre-Val de Loire dans leurs activités

%
Part des seniors limités du Centre-Val de Loire dans leurs activités (%)
limités dans leurs activités non limités dans leurs activités
Part de seniors n’ayant pas de problème fonctionnel 14,72 58,88
Part de seniors avec au moins un problème fonctionnel 20,14 6,26
  • Source : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS) 2014

Figure 2Part des seniors limités du Centre-Val de Loire dans leurs activités

  • Source : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS) 2014

Figure 3Difficultés fonctionnelles des seniors

%
Difficultés fonctionnelles des seniors (%)
Centre-Val de Loire France hors Mayotte
Part de seniors ayant au moins un typeDe problème fonctionnel 26,4 26,5
Part de seniors ayant un problème fonctionnelde type moteur / physique 19,5 20
Part de seniors ayant un problème fonctionnelDe type cognitif 6,6 7,5
Part de seniors ayant un problème fonctionnelDe type sensoriel 11,7 11,6
  • Source : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS) 2014

Figure 3Difficultés fonctionnelles des seniors

  • Source : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS) 2014

Les seniors de la région sont moins touchés par la perte d’autonomie…

Si certains seniors peuvent ressentir des difficultés à accomplir seuls diverses activités, d’autres se voient dans l’impossibilité d’effectuer par eux-mêmes divers actes de la vie courante. En Centre-Val de Loire, plus de 35 000 seniors sont en situation de perte d’autonomie, soit 5,1 % des personnes de 60 ans ou plus (figure 4). Cette proportion est moindre que pour l’ensemble des seniors français (6,3 %) et parmi les moins élevées des régions. À structure de population en âge et en sexe équivalente, le Centre-Val de Loire est même la région où les seniors sont les moins touchés par la perte d’autonomie.

L’incapacité à réaliser des actions quotidiennes en toute autonomie augmente avec l’âge (figure 5). En effet, si seulement 1,5 % des 60-74 ans de la région vivant à leur domicile sont en perte d’autonomie, la part s’élève à 6,3 % pour les 75-84 ans et atteint 23,2 % au-delà.

Les seniors vivant seuls à leur domicile se retrouvent plus souvent en situation de perte d’autonomie (7,7 %) que ceux résidant avec au moins une autre personne (4,7 %). En vivant seuls, les tâches du quotidien (ménage, courses, administratif…) reposent uniquement sur une personne et peuvent engendrer davantage de fatigue physique et mentale. Cela peut favoriser à terme l’apparition de difficultés et entraîner une perte d’autonomie.

Dans la région, les femmes sont plus touchées par la perte d’autonomie, et ce quelle que soit leur tranche d’âge. L’écart avec les hommes augmente avec le vieillissement. Ainsi, 24,2 % des femmes ayant 85 ans ou plus sont en situation de perte d’autonomie, soit près de quatre points de plus que leurs homologues masculins. Néanmoins, cette proportion est la plus faible de France (la moyenne nationale s’établissant à 30,6 %).

La part relativement faible des personnes de la région de 85 ans ou plus vivant à leur domicile (78,3 % contre 79,6 % nationalement) peut constituer un élément d’explication. Malgré une offre régionale de places comparable à la moyenne française, les seniors subissant une perte d’autonomie sont plus souvent logés en hébergements pour personnes âgées dépendantes. Les taux de pauvreté (définitions) des 60-74 ans (7,6 %) et des 75 ans ou plus (6,9 %) de la région, parmi les plus bas de France, expliquent en partie le fait que les seniors puissent emménager dans ces établissements.

Figure 45,1 % des seniors en perte d'autonomie dans le Centre-Val de Loire

5,1 % des seniors en perte d'autonomie dans le Centre-Val de Loire
Région Volume seniors en perte d’autonomie Part de seniors en perte d'autonomie
Île-de-France 128 500 5,6
Centre-Val de Loire 35 300 5,1
Bourgogne-Franche-Comté 48 900 6,3
Normandie 49 400 5,8
Hauts-de-France 99 700 7,5
Grand Est 86 400 6,4
Pays de la Loire 45 500 4,9
Bretagne 42 800 4,9
Nouvelle Aquitaine 107 300 6,3
Occitanie 110 800 7,1
Auvergne-Rhône-Alpes 120 800 6,3
Provence-Alpes-Côte d'Azur 94 800 6,8
Corse 6 700 7,4
  • Note de lecture : en 2014, 35 000 seniors sont en situation de perte d'autonomie en Centre-Val de Loire, soit 5,1 % des seniors régionaux.
  • Source : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS), 2014

Figure 45,1 % des seniors en perte d'autonomie dans le Centre-Val de Loire

  • Note de lecture : en 2014, 35 000 seniors sont en situation de perte d'autonomie en Centre-Val de Loire, soit 5,1 % des seniors régionaux.
  • Source : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS), 2014

Figure 5Perte d’autonomie par tranche d’âge et par sexe

%
Perte d’autonomie par tranche d’âge et par sexe (%)
Centre-Val de Loire France hors Mayotte
Hommes Femmes Hommes Femmes
60 à 74 ans 1,3 1,5 2 2,1
75 à 84 ans 5,4 7,4 7,1 9,4
85 ans ou plus 19,3 24,2 21,7 30,6
  • Source : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS) 2014

Figure 5Perte d’autonomie par tranche d’âge et par sexe

  • Source : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS) 2014

… et sollicitent peu l’aide de leur entourage

Les seniors du Centre-Val de Loire résidant à leur domicile étant moins impactés par la perte d’autonomie, ils sont parmi ceux qui sollicitent le moins l’aide de leur entourage. En effet, 80,3 % d’entre eux n’y ont pas recours (78,7 % en France hors Mayotte).

Trois seniors habitant seuls à domicile sur dix font appel à leurs proches pour les aider dans leur quotidien. Cette proportion est deux fois plus importante que pour les seniors vivant accompagnés.

Même lorsqu’ils connaissent une perte d’autonomie, les seniors régionaux font moins appel à leurs proches qu’ailleurs sur le territoire : 82,0 % le font, soit 4 points de moins qu’au niveau national.

Concernant, les autres types d’aides (de la part d’un professionnel, logement aménagé, aide technique comme un fauteuil roulant ou un déambulateur), un quart des seniors du Centre-Val de Loire, comme des français, font appel à au moins l’une d’entre elles. Plus de la moitié des seniors déjà accompagnés par leur entourage mobilisent également une aide professionnelle ou technique. Les professionnels, comme les infirmiers ou les aide-ménagères, sont le plus souvent sollicités (16,2 %). Les seniors régionaux font partie de ceux qui ont le moins recours à un aménagement de leur logement (9,4 %).

Là aussi, les personnes seules sollicitent plus souvent ces types d’aides que celles vivant avec au moins une personne.

Encadrés

Quelques résultats départementaux

L’échantillon de l’enquête VQS est conçu de façon à permettre une exploitation départementale. Les effectifs enquêtés à ce niveau, très faibles, ne permettent pas d'obtenir des résultats aussi détaillés qu’au niveau régional.

La publication « Enquête Vie Quotidienne et Santé 2014. Résultats départementaux d’une enquête auprès des seniors » – Rapport Drees, rassemble des données complémentaires.

Figure 6Quelques résultats départementaux

Quelques résultats départementaux
Cher Eure-et-Loir Indre Indre-et-Loire Loir-et-Cher Loiret Centre-Val de Loire France
60 à 74 ans Bonne santé 62 63 59 61 59 64 62 61
Assez bonne santé 29 28 33 33 31 29 30 30
Mauvaise santé 10 8 8 6 9 7 8 9
75 ans ou plus Bonne santé 30 40 33 34 34 37 35 33
Assez bonne santé 47 44 49 46 48 47 47 46
Mauvaise santé 23 17 18 20 18 16 19 21
Ensemble Bonne santé 50 55 49 51 50 54 52 51
Assez bonne santé 35 34 39 38 38 35 36 36
Mauvaise santé 15 11 12 11 13 10 12 13
Limités dans les activités quotidiennes 60 à 74 ans 26 27 23 24 27 24 25 26
75 ans ou plus 56 50 50 55 50 49 52 53
Aide de l’entourage 60 à 74 ans 10 11 8 9 11 8 9 10
75 ans ou plus 41 37 42 35 37 37 38 41
  • Note : la somme des arrondis peut différer de 100 %.
  • Champ : France hors mayotte.
  • Source : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS 2014) – Rapport Drees

Évolution des incapacités et de la perte d’autonomie à domicile entre 2007 et 2014 en France hors Mayotte

En France, avec l’arrivée des générations nombreuses des baby-boomers aux âges élevés et l’accroissement de l’espérance de vie, la population âgée vieillit et ne cesse d’augmenter. La plus grande longévité des femmes les expose à davantage d’années de vie avec des limitations fonctionnelles et à un risque plus grand de devenir dépendantes.

L’enquête VQS 2014 met en évidence une moindre perte d’autonomie et une diminution des incapacités chez les seniors vivant à domicile depuis la précédente enquête menée en 2007. Pour les quelques indicateurs où le nombre des personnes concernées augmente, cela n’est dû qu’à la hausse de la population âgée et non à une dégradation de la situation.

Chez les 60-74 ans, les inégalités entre les sexes se sont réduites là où elles sont au désavantage des femmes, et creusées dans les situations où elles sont à leur avantage. Pour les 75 ans ou plus, les tendances sont moins marquées et la situation semble rester toujours défavorable pour les femmes, pour partie à cause de leur longévité.

Figure 7Évolution des incapacités et de la perte d’autonomie des femmes entre 2007 et 2014 en France hors mayotte

Évolution des incapacités et de la perte d’autonomie des femmes entre 2007 et 2014 en France hors mayotte - Note de lecture : en 2014, 864900 femmes de 60-74 ans ont déclaré des limitations fonctionnelles. Ce nombre est en baisse de 8,6 % par apport à 2007. Mais leur proportion a baissé dans la population. Elle représente 16,3 % des femmes de 60-74 ans en 2014 contre 11,4 % en 2007, soit 4,9 points de moins.
Femmes 60-74 ans Femmes 75 ans ou plus
2014 (nombre) Écart 2007-2014 (%) 2014 (%) Écart 2007-2014 (en point) 2014 (nombre) Écart 2007-2014 (%) 2014 (%) Écart 2007-2014 (en point)
En perte d’autonomie 162 600 -12,4 3,1 -1,1 773 600 -0,3 23,5 -0,5
Limitations fonctionnelles 864 900 -8,6 16,3 -4,9 1 577 700 -1,9 48,0 -1,5
Limitations physiques 665 400 -5,1 12,5 -3,1 1 297 500 -0,9 39,5 -0,8
Limitations sensorielles 274 900 -19,5 5,2 -2,5 702 000 -6,2 21,3 -1,7
Limitations cognitives 163 700 -25,6 3,1 -1,8 542 600 -4,8 16,5 -1,0
Très mauvaise santé 55 100 0,7 1,0 -0,2 101 300 -2,1 3,1 -0,1
  • Note de lecture : en 2014, 864900 femmes de 60-74 ans ont déclaré des limitations fonctionnelles. Ce nombre est en baisse de 8,6 % par apport à 2007. Mais leur proportion a baissé dans la population. Elle représente 16,3 % des femmes de 60-74 ans en 2014 contre 11,4 % en 2007, soit 4,9 points de moins.
  • Sources : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS 2014 et 2007 ) ; Les dossiers de la Drees n° 13, Mars 2017

Figure 8Évolution des incapacités et de la perte d’autonomie des hommes entre 2007 et 2014 en France hors mayotte

Évolution des incapacités et de la perte d’autonomie des hommes entre 2007 et 2014 en France hors mayotte
Hommes 60-74 ans Hommes 75 ans ou plus
2014 (nombre) Écart 2007-2014 (%) 2014 (%) Écart 2007-2014 (en point) 2014 (nombre) Écart 2007-2014 (%) 2014 (%) Écart 2007-2014 (en point)
En perte d’autonomie 122 000 16,8 2,6 -0,1 319 700 1,5 14,9 -0,8
Limitations fonctionnelles 782 900 3,2 16,5 -2,7 879 400 2,0 40,9 -1,6
Limitations physiques 500 800 10,1 10,6 -1,0 632 000 2,6 29,4 -1,0
Limitations sensorielles 352 000 -3,8 7,4 -1,8 458 800 -3,0 21,3 -2,0
Limitations cognitives 161 200 -5,5 3,4 -0,9 293 600 1,3 13,7 -0,6
Très mauvaise santé 54 900 8,4 1,2 -0,1 65 000 3,9 3,0 -0,1
  • Sources : Enquête Vie Quotidienne et Santé (VQS 2014 et 2007 ) ; Les dossiers de la Drees n° 13, Mars 2017

Pour comprendre

L’enquête « Vie quotidienne et santé » (VQS) est le premier volet d’un dispositif d’enquêtes dénommé « Care » pour « Capacités, Aides et Ressources des seniors », conçu par la DREES, service statistique du ministère chargé des affaires sociales et de la santé.

Réalisée par l’Insee de août 2014 à fin janvier 2015, elle est représentative de la population des 60 ans ou plus vivant à domicile, désignée par le terme « seniors » dans l’étude. Les personnes vivant en institution (maisons de retraite, foyers…) ne sont pas concernées par cette enquête.

L’enquête vise à décrire, au travers d’un court questionnaire, les difficultés rencontrées par les personnes pour réaliser les actes de la vie quotidienne à domicile, sous trois aspects :

  • les trois questions liées à l’état de santé : état de santé déclaré, problème de santé chronique, limitation dans les activités quotidiennes ;
  • les restrictions sur les activités de la vie quotidienne : difficultés pour entendre, se laver, marcher, se faire comprendre, se concentrer, etc. ;
  • les aides demandées : aide de l’entourage, aide de professionnels, aides techniques à la mobilité et aménagement des logements.

L’objectif de l’enquête était double :

  • fournir une estimation du nombre de personnes rencontrant des difficultés dans la vie quotidienne ;
  • repérer des personnes de 60 ans ou plus en difficulté afin de tirer un échantillon optimal pour l’enquête Capacités, Aides et Ressources des seniors (CARE-Ménages) réalisée en 2015 en collaboration avec l’Insee. Cette enquête plus approfondie sur l‘état de santé et les conditions de vie a pour objectif de mieux cibler les politiques d’aide à destination des personnes ou familles dans le besoin. Elle précise le reste à charge pour se soigner et le type d’aides apportées par les proches qui sont interrogés en complément des seniors de l’échantillon.

Enfin, l’enquête « Care-Institutions », menée par TNS-Sofres pour la Drees à l’automne 2016 auprès des personnes et de leurs aidants, compléte le champ pour décrire l’ensemble de la population de 60 ans ou plus.

Définitions

Espérance de vie à 60 ans : représente le nombre moyen d’années restant à vivre pour une génération fictive âgée de 60 ans. Elle caractérise la mortalité indépendamment de la structure par âge.

Taux de mortalité standardisé : rapporte le nombre de décès durant l’année à la population totale moyenne de l’année. Le calcul est standardisé (répartition par sexe et âge équivalente de la population régionale et nationale) afin de pouvoir comparer la mortalité régionale à la mortalité nationale.

Perte d’autonomie : L’enquête VQS ne permet pas d’estimer la dépendance selon la grille AGGIR utilisée pour accorder l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), ni selon d’autres grilles comme celles de Katz ou de Colvez. Elle est approchée par un score calculé à partir des différentes questions posées dans VQS. Les seniors obtenant un score élevé sont classés dans le groupe IV et considérés en situation de perte d’autonomie dans cette étude.

Taux de pauvreté : correspond à la proportion d’individus (ou de ménages) dont le niveau de vie est inférieur pour une année donnée à un seuil, dénommé seuil de pauvreté (exprimé en euros). Le seuil de pauvreté est déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l’ensemble de la population. On privilégie en Europe le seuil de 60 % du niveau de vie médian

Pour en savoir plus

La part de seniors à domicile en situation de perte d'autonomie varie d'une région à l'autre, Insee Focus n°115 , juin 2018.

Les bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie dans les départements, Insee Focus n°771, décembre 2016.

Enquête Vie Quotidienne et Santé 2014. Résultats départementaux d’une enquête auprès des seniors – Rapport Drees, octobre 2016.

Incapacités et perte d’autonomie des personnes âgées en France : une évolution favorable entre 2007 et 2014 – Premiers résultats de l’enquête vie quotidienne et santé 2014, Les dossiers de la Drees n° 13, mars 2017