Les conditions de logement en FranceÉdition 2017

Consommation, patrimoine, vie familiale, relations de voisinage et de quartier : le logement est au centre de la vie de chacun. Riche dans sa description des ménages et de leurs logements, l’enquête Logement est depuis 40 ans le pivot central du dispositif statistique, tandis que la mobilisation des sources administratives permet désormais d’informer à un niveau territorial fin.

C’est cette richesse d’informations, avec le souci de sa mise en cohérence, que cet ouvrage inédit de la collection «  Insee Références  », Les conditions de logement en France restitue.

Une vue d’ensemble permet de situer les enjeux économiques et sociaux du logement.

Quatre dossiers sont ensuite proposés : le premier analyse le statut des locataires. Le deuxième s’intéresse à l’accès à la propriété. Le troisième décrit la mobilité résidentielle et ses déterminants. Le quatrième dossier fait le point sur le logement des ménages immigrés.

Enfin, une quarantaine de fiches, organisées en 10 thèmes et rédigées conjointement par le SOeS et l’Insee, complètent ces analyses.

Insee Références
Paru le : 21/02/2017
Consulter

Être locataire, une situation plus durable dans le secteur social que dans le secteur libre

Nathalie Donzeau et Raphaël Lardeux

En 2013, les locataires du secteur libre comme du secteur social sont plus jeunes, urbains et modestes que les propriétaires. Depuis les années 1970, cette population est aussi devenue plus précaire : le revenu par unité de consommation des ménages locataires a augmenté moins vite que celui des propriétaires, tandis que leurs loyers ont plus fortement progressé que leurs revenus. La hausse des loyers, particulièrement marquée dans le secteur libre, correspond pour partie à une amélioration de la qualité des logements.

Au cours des quarante dernières années, la population logeant dans le secteur social a vieilli plus vite que l’ensemble de la population. Entrés en masse dans le parc social durant son expansion des années 1960 et 1970, les locataires en sont peu sortis par la suite, relativement à la tendance observée dans le secteur libre, freinant ainsi l’entrée de nouvelles générations. Si les locataires du secteur libre accèdent d’autant plus à la propriété que leur revenu est élevé, c’est moins le cas pour les locataires du secteur social, où les plus aisés restent plus longtemps. Les ménages aux revenus les plus élevés tendent à se trouver dans les mêmes zones géographiques. La polarisation spatiale au sein du secteur social est de même ampleur que celle du secteur libre.

Insee Références
Paru le : 21/02/2017

Pour en savoir plus