Naissances dans les Pays de la Loire : de plus en plus de mères après 40 ans

Antoine Le Graët, Insee

En 2015, 42 049 bébés sont nés dans les Pays de la Loire. Le nombre de naissances baisse pour la cinquième année consécutive. Ceci est principalement dû au fléchissement de la fécondité, notamment à l’approche de la trentaine. Si la Mayenne connaît une baisse marquée, elle n’en demeure pas moins le 9e département de France métropolitaine le plus fécond. Les naissances sont de plus en plus tardives : en 2014, les mères ont en moyenne 30,3 ans. Dans la région, 4 % des nouveau-nés ont une mère quadragénaire.

Au cours de l’année 2015, 42 049 bébés sont nés dans les Pays de la Loire, soit 1 622 de moins qu’un an auparavant. La baisse est plus marquée qu’au niveau national (3,7 % contre 2,7 %) (figure 1). Depuis le pic de 2010, le nombre de naissances diminue, plus particulièrement dans les régions de la moitié nord du pays. Entre 2010 et 2015, il chute de 5,3 % en France métropolitaine et de 8,5 % dans les Pays de la Loire.

Cette baisse est plus ou moins forte selon les départements ligériens. Sur les cinq dernières années, la natalité fléchit en Mayenne de 15,7 % (soit 621 naissances de moins), en Vendée de 11,6 % (soit 878 naissances), et dans la Sarthe de 10,4 % (soit 725 naissances). En Loire-Atlantique, le nombre de naissances ne diminue que de 4,7 %. Le Maine-et-Loire se situe dans la moyenne régionale.

Figure 1 – Moins de naissances depuis cinq ans

Moins de naissances depuis cinq ans
France métropolitaine Pays de la Loire Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée
1995 100 100 100 100 100 100 100
1996 100,67 101,88 100,83 101,56 103,62 101,66 104,12
1997 99,64 101,48 101,97 100,72 98,84 101,38 103,22
1998 101,15 102,64 102,72 102,51 104,52 102,23 101,95
1999 102,10 104,85 105,55 103,06 107,38 102,38 107,16
2000 106,20 113,16 113,07 113,20 118,43 107,91 115,91
2001 105,66 111,13 111,51 109,97 110,80 108,50 115,17
2002 104,39 110,49 112,85 106,62 111,14 104,89 116,70
2003 104,37 111,53 112,60 108,96 108,71 107,80 118,87
2004 105,27 113,07 113,98 109,69 111,14 108,80 122,12
2005 106,15 114,35 116,21 110,38 112,52 106,21 126,21
2006 109,23 117,99 117,84 114,73 116,39 111,91 131,23
2007 107,75 116,10 118,80 111,24 108,39 106,81 132,23
2008 109,12 116,87 119,51 111,70 110,57 108,39 131,92
2009 108,76 116,93 119,53 110,56 110,15 109,15 133,46
2010 109,97 118,11 122,29 112,12 111,98 108,85 131,42
2011 108,69 115,77 119,39 112,25 105,51 106,84 128,69
2012 108,31 115,05 119,92 109,43 105,99 105,16 128,58
2013 107,11 113,84 119,93 108,94 103,34 104,25 123,88
2014 107,03 112,22 119,06 106,38 97,68 104,55 122,25
2015 104,16 108,05 116,53 102,55 94,43 97,47 116,24
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 1 – Moins de naissances depuis cinq ansÉvolution du nombre de naissances entre 1995 et 2015 dans les Pays de la Loire (base 100 en 1995)

Les Pays de la Loire conservent toutefois une forte fécondité. La région est au 3e rang après le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et la Provence-Alpes-Côte d’Azur en termes d’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) (définitions). En outre, la fécondité française se maintient à un niveau élevé par rapport aux autres pays européens, la France est le pays le plus fécond avec l’Irlande.

Une baisse des naissances liée au fléchissement de la fécondité

La natalité dépend de deux facteurs : le nombre de femmes en âge d’avoir des enfants et leur fécondité (méthodologie). Dans les Pays de la Loire, la diminution des taux de fécondité explique 85 % de la baisse du nombre de naissances des cinq dernières années (figure 2).

Figure 2 – Un fléchissement de la fécondité qui se poursuit depuis 2011

Un fléchissement de la fécondité qui se poursuit depuis 2011
Effet démographique Effet taux de fécondité
2005 -153 578
2006 -56 1459
2007 1 -663
2008 -174 372
2009 15 63
2010 -86 559
2011 -106 -797
2012 -102 -172
2013 -98 -336
2014 -130 -498
2015 -131 -1491
  • Lecture : en 2015, le nombre de naissances diminue de 1 622 dont 1 491 dû à l'effet taux de fécondité.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 2 – Un fléchissement de la fécondité qui se poursuit depuis 2011Évolution annuelle du nombre de naissances dans les Pays de la Loire, décomposée en effet démographique et taux de fécondité

L’ICF passe de 2,13 enfants par femme en 2010 à 2,04 en 2014. Il diminue plus fortement qu’au niveau national (2,02 en 2010 et 1,98 en 2014) mais il reste cependant plus élevé. La Mayenne connaît une baisse marquée de la fécondité : son ICF passe de 2,35 à 2,14 sur la même période. À l’inverse, la Sarthe ne perd que 0,04 point pour atteindre 2,13 en 2014. La Mayenne demeure toutefois le département ligérien le plus fécond et le 9e au niveau national.

La baisse du nombre de femmes en âge de procréer explique les 15 % restants de la diminution de la natalité dans les Pays de la Loire depuis 2010. En particulier, en 2015, dans la région, 326 700 femmes sont âgées de 25 à 39 ans, tranche d’âge la plus féconde, soit 7 500 de moins qu’en 2010 (– 2,2 %). Ce ralentissement est semblable à celui observé au niveau national (– 2,1 %). Il se retrouve dans quatre des cinq départements, notamment en Mayenne qui enregistre la plus forte baisse (– 6,8 % chez les 25-39 ans). La Loire-Atlantique fait figure d’exception avec une hausse de 0,5 % du nombre de femmes âgées de 25 à 39 ans.

Entre 2010 et 2015, toutes les régions de France métropolitaine enregistrent une baisse de la natalité en lien avec les deux composantes : diminution du nombre de femmes en âge de procréer (sauf en Corse) et recul de la fécondité (à l’exception de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur).

Des naissances plus tardives

Comme en France métropolitaine, l’âge moyen des mères à l’accouchement ne cesse d’augmenter. Il atteint 30,3 ans en 2014. De 1975 à 1995, la baisse des taux de fécondité s’est accompagnée d’un décalage du calendrier des naissances (figure 3). L’âge moyen à l’accouchement augmente fortement, passant de 25,9 ans en 1975 à 28,8 ans en 1995. Entre 1995 et 2005, un rebond de la fécondité s’opère chez les femmes âgées de 28 à 40 ans. Les taux de fécondité marquent ensuite le pas avant de chuter depuis 2010. Les femmes de 25 à 31 ans ont moins d’enfants sans qu’il y ait de report notable vers les âges plus élevés.

Figure 3 – Report progressif des naissances jusque dans les années 1990

Report progressif des naissances jusque dans les années 1990
1975 1985 1995 2005 2014
15 0,00074827 0,00044403 0,0002533 0,00032277 0,00047633
16 0,00476132 0,00171499 0,00079011 0,00094706 0,00138184
17 0,0138935 0,00500105 0,00303545 0,0029797 0,00368432
18 0,03692346 0,01151631 0,00625265 0,00747647 0,00640327
19 0,07738367 0,02803423 0,01446334 0,01621415 0,01481822
20 0,11323809 0,04963497 0,02283513 0,02735817 0,02468892
21 0,14604323 0,07864541 0,03479224 0,03754363 0,0331657
22 0,1706041 0,11832722 0,04597455 0,0497388 0,04675082
23 0,18390857 0,14421898 0,06878352 0,06637514 0,06146175
24 0,18244976 0,16590069 0,09535836 0,08416733 0,08561328
25 0,1749065 0,17544755 0,12245457 0,11393226 0,10343163
26 0,16853907 0,17410248 0,14780936 0,13756405 0,12100757
27 0,15201911 0,16005416 0,16833687 0,15995695 0,14480961
28 0,13266105 0,14357076 0,16214768 0,17518947 0,16076274
29 0,11751867 0,12436008 0,15813867 0,17432436 0,16599482
30 0,1023761 0,10715396 0,14276132 0,17624802 0,16709172
31 0,08727474 0,09620102 0,11935262 0,15656947 0,15128484
32 0,07151583 0,07454632 0,10171073 0,13591191 0,14320718
33 0,05879996 0,06238824 0,08062675 0,12047992 0,12339122
34 0,05571753 0,04873866 0,07023781 0,09885043 0,10823599
35 0,04837245 0,04045723 0,05639189 0,08525091 0,09200188
36 0,04144562 0,03554293 0,04442727 0,06240802 0,07465214
37 0,03395947 0,0232837 0,03187128 0,05191103 0,05707013
38 0,02585292 0,0183221 0,02304277 0,03741871 0,04654143
39 0,02283148 0,01076451 0,0176007 0,02720357 0,03546653
40 0,01876506 0,00967036 0,01253699 0,02086891 0,02563891
41 0,01252264 0,0048576 0,00742678 0,01241678 0,01856085
42 0,00906635 0,00409666 0,00513672 0,0089011 0,01131493
43 0,00626473 0,00205754 0,00276667 0,00464377 0,00742353
44 0,00278248 0,00191182 0,00122654 0,00259494 0,00395834
45 0,00190147 0,00081605 0,00042892 0,00128633 0,00162734
46 0,00153313 0,00032586 0,0001701 0,00053817 0,00111757
47 0,00041786 0,00019089 0,00012918 0,0002141 0,00041474
48 0,00018329 6,348E-05 0,00017629 0,00012752 0,00040171
49 0,00018203 0,00025096 0 8,5333E-05 0,00033146
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 3 – Report progressif des naissances jusque dans les années 1990Taux de fécondité par âge dans les Pays de la Loire (en nombre d’enfants par femme)

Moins de mères après 40 ans qu’au niveau national

Les naissances étant plus tardives, la part des mères de 40 ans et plus augmente (figure 4). En 2015, dans les Pays de la Loire, 4,0 % des nouveau-nés ont une mère quadragénaire, soit 1 674 enfants. Les mères ont cependant rarement des enfants à 45 ans et plus (5 % des enfants dont la mère a 40 ans et plus).

La part des mères quadragénaires a augmenté de 1,2 point depuis 2006 mais reste en retrait par rapport au niveau national (5,1 %). Les mères de 40 ans et plus sont plus nombreuses en Loire-Atlantique (4,4 % en 2015) et il s’agit également de la plus forte hausse sur la période (+ 1,3 point). Dans les quatre autres départements, la part est inférieure au niveau régional (de 3,2 % pour la Mayenne à 3,9 % pour la Sarthe en 2015).

En 2015, 25 % des naissances de mères quadragénaires sont un premier enfant. Cette part s’élève à 33 % en Loire-Atlantique contre 9 % dans le Maine-et-Loire.

Figure 4 – Avoir un enfant après 40 ans : moins fréquent dans la région

Avoir un enfant après 40 ans : moins fréquent dans la région
France métropolitaine Pays de la Loire Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée
2004 3,72 2,87 3,16 2,74 2,37 2,86 2,7
2005 3,89 2,8 3,09 2,75 2,49 2,94 2,32
2006 3,94 2,76 3 2,76 2,4 2,97 2,23
2007 4,08 2,88 3,14 3,01 2,82 2,67 2,35
2008 4,18 3,06 3,5 2,9 3,07 3,08 2,25
2009 4,22 3,22 3,55 2,82 2,8 3,42 3,08
2010 4,39 3,3 3,54 3,15 3,33 3,43 2,79
2011 4,64 3,44 3,75 3,16 3,35 3,51 3,1
2012 4,76 3,58 4 3,58 3,04 4,01 2,49
2013 4,95 3,79 4,07 3,68 3,47 3,84 3,39
2014 5,11 4,06 4,38 3,77 3,65 4,41 3,61
2015 5,07 3,98 4,43 3,81 3,23 3,85 3,63
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 4 – Avoir un enfant après 40 ans : moins fréquent dans la régionPart des mères de 40 ans et plus dans les Pays de la Loire (en %)

Sources

Les statistiques de l’état-civil sur les naissances sont issues d’une exploitation des informations transmises par les mairies à l’Insee. Ici, les naissances sont comptabilisées au lieu de domicile de la mère.

L'évolution annuelle du nombre de naissances se décompose en deux facteurs. D’une part, l’évolution du nombre de femmes en âge d’avoir des enfants (15 à 49 ans) pondérée par les taux de fécondité maintenus constants mesure l'impact de la démographie. D’autre part, l’évolution des taux de fécondité multipliée par le nombre de femmes maintenu constant mesure le rôle de la fécondité. Cette décomposition est réalisée par âge détaillé.

Définitions

L’indicateur conjoncturel de fécondité mesure le nombre d’enfants qu’aurait une femme tout au long de sa vie si les taux de fécondité par âge observés l’année considérée demeuraient inchangés. Il ne préjuge pas de la descendance finale des femmes d’une génération.

L’âge de la mère à la naissance de l’enfant est ici l’âge atteint dans l’année, i.e. la différence entre l’année de naissance de l’enfant et celle de la mère.

Pour en savoir plus

Bellamy V., En 2015, un nouveau-né sur vingt a une mère de 40 ans ou plus, comme en 1948, Insee Focus, n° 64, septembre 2016.

Aguer O. et Goin A., Une démographie dynamique malgré un léger ralentissement, Insee Analyses Pays de la Loire, n° 27, janvier 2016.

Bellamy V., Beaumel C., Bilan démographique 2015. Le nombre de décès au plus haut depuis l'après-guerre, Insee Première, n° 1581, janvier 2016.