Le chômage se stabilise en ALPC au 1er trimestre 2016

Caroline Geindre

Au 1er trimestre 2016 en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, le taux de chômage se stabilise à 9,6 % de la population active. Le chômage se maintient ou baisse dans l'ensemble des départements de la région, à l'exception du Lot-et-Garonne et de la Corrèze où il augmente légèrement. Au niveau national, le taux de chômage est également stable après une baisse marquée en fin d'année 2015.

 

Après une baisse de 0,3 point au 4trimestre 2015, le taux de chômage en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC) se stabilise, comme en France métropolitaine. Il s'établit à 9,6 % fin mars 2016, contre 9,9 % au niveau national.

Sur un an, le taux de chômage régional se replie de 0,2 point, une évolution légèrement plus favorable que nationalement (– 0,1 point).

Au 1er trimestre 2016, le taux de chômage se stabilise dans l'ensemble des régions françaises, à l'exception de Bourgogne-Franche-Comté, Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine et Auvergne-Rhône-Alpes qui affichent une légère baisse de 0,1 point.

Figure 1 – Le chômage diminue ou se stabilise dans les trois quarts des départements

Le chômage diminue ou se stabilise dans les trois quarts des départements
Département Évolution entre le T4 2015 et le T1 2016
Ain 0,0
Aisne 0,0
Allier 0,0
Alpes-de-Haute-Provence 0,1
Hautes-Alpes 0,0
Alpes-Maritimes 0,0
Ardèche 0,0
Ardennes 0,0
Ariège -0,1
Aube 0,0
Aude -0,2
Aveyron 0,0
Bouches-du-Rhône -0,1
Calvados 0,0
Cantal 0,0
Charente 0,0
Charente-Maritime -0,1
Cher 0,0
Corrèze 0,1
Côte-d'Or -0,1
Côtes-d'Armor 0,1
Creuse 0,0
Dordogne 0,0
Doubs 0,0
Drôme -0,1
Eure 0,0
Eure-et-Loir 0,1
Finistère 0,1
Corse-du-Sud 0,1
Haute-Corse 0,0
Gard -0,2
Haute-Garonne -0,1
Gers 0,0
Gironde -0,1
Hérault -0,1
Ille-et-Vilaine 0,0
Indre 0,0
Indre-et-Loire 0,0
Isère 0,0
Jura 0,0
Landes -0,1
Loir-et-Cher 0,0
Loire 0,0
Haute-Loire 0,1
Loire-Atlantique -0,1
Loiret 0,0
Lot 0,1
Lot-et-Garonne 0,1
Lozère 0,0
Maine-et-Loire 0,1
Manche 0,0
Marne -0,1
Haute-Marne 0,0
Mayenne -0,1
Meurthe-et-Moselle -0,1
Meuse 0,1
Morbihan 0,0
Moselle -0,1
Nièvre -0,2
Nord -0,1
Oise 0,0
Orne 0,0
Pas-de-Calais -0,2
Puy-de-Dôme 0,0
Pyrénées-Atlantiques -0,1
Hautes-Pyrénées 0,0
Pyrénées-Orientales 0,1
Bas-Rhin 0,0
Haut-Rhin 0,0
Rhône 0,0
Haute-Saône -0,1
Saône-et-Loire 0,0
Sarthe 0,0
Savoie -0,2
Haute-Savoie 0,1
Paris -0,1
Seine-Maritime 0,2
Seine-et-Marne 0,0
Yvelines 0,1
Deux-Sèvres 0,0
Somme 0,0
Tarn -0,1
Tarn-et-Garonne 0,2
Var -0,1
Vaucluse 0,0
Vendée -0,1
Vienne 0,0
Haute-Vienne 0,0
Vosges -0,2
Yonne -0,1
Territoire de Belfort -0,1
Essonne 0,0
Hauts-de-Seine -0,1
Seine-Saint-Denis 0,0
Val-de-Marne 0,0
Val-d'Oise 0,0
  • France métropolitaine : - 0,1 point
  • Évolution trimestrielle du taux de chômage par département entre le quatrième trimestre 2015 et le premier trimestre 2016 (données provisoires corrigées des variations saisonnières)
  • Source : Insee, taux de chômage localisé

Figure 1 – Le chômage diminue ou se stabilise dans les trois quarts des départements

Sur un an, le taux de chômage diminue dans l'ensemble des régions de métropole à l'exception de la Normandie où il reste stable. Le repli le plus marqué concerne la Corse (– 0,4 point) et Nord-Pas-de-Calais-Picardie (– 0,3 point). En Bourgogne-Franche-Comté, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Pays de la Loire, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et Provence-Alpes-Côte d'Azur, le taux de chômage recule de 0,2 point. Il diminue également en Île-de-France, Centre-Val de Loire, Bretagne et Auvergne-Rhône-Alpes mais dans une moindre mesure (– 0,1 point).

Au final, au 1er trimestre 2016, malgré deux trimestres consécutifs de baisse, le Nord-Pas-de-Calais-Picardie affiche de nouveau le plus fort taux de chômage de métropole (12,3 %), suivi de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et Provence-Alpes-Côte d'Azur (respectivement 11,9 % et 11,4 %). Les régions les moins impactées sont l'Île-de-France, ainsi que les Pays de la Loire, la Bretagne et Auvergne-Rhône-Alpes (8,8 %).

Figure 2 – Les plus forts taux de chômage dans le nord et sur le pourtour méditerranéen

Les plus forts taux de chômage dans le nord et sur le pourtour méditerranéen
Département Taux de chômage au T1 2016
Ain 7,3
Aisne 13,9
Allier 10,7
Alpes-de-Haute-Provence 11,7
Hautes-Alpes 9,3
Alpes-Maritimes 10,6
Ardèche 10,8
Ardennes 12,1
Ariège 12,1
Aube 12,5
Aude 13,5
Aveyron 7,4
Bouches-du-Rhône 11,7
Calvados 9,7
Cantal 6,4
Charente 10,0
Charente-Maritime 10,7
Cher 10,7
Corrèze 8,4
Côte-d'Or 8,6
Côtes-d'Armor 9,2
Creuse 9,6
Dordogne 10,6
Doubs 9,3
Drôme 11,2
Eure 10,5
Eure-et-Loir 9,6
Finistère 9,2
Corse-du-Sud 9,8
Haute-Corse 11,6
Gard 13,7
Haute-Garonne 10,3
Gers 8,2
Gironde 10,0
Hérault 13,9
Ille-et-Vilaine 8,0
Indre 9,7
Indre-et-Loire 9,2
Isère 8,5
Jura 7,7
Landes 9,5
Loir-et-Cher 8,8
Loire 10,1
Haute-Loire 8,4
Loire-Atlantique 8,6
Loiret 9,9
Lot 9,2
Lot-et-Garonne 10,4
Lozère 6,4
Maine-et-Loire 9,5
Manche 8,2
Marne 9,6
Haute-Marne 9,4
Mayenne 6,8
Meurthe-et-Moselle 10,0
Meuse 10,0
Morbihan 9,4
Moselle 10,2
Nièvre 9,3
Nord 12,7
Oise 10,0
Orne 9,5
Pas-de-Calais 12,6
Puy-de-Dôme 8,8
Pyrénées-Atlantiques 8,4
Hautes-Pyrénées 11,3
Pyrénées-Orientales 15,4
Bas-Rhin 8,8
Haut-Rhin 9,9
Rhône 9,1
Haute-Saône 9,3
Saône-et-Loire 9,2
Sarthe 9,9
Savoie 7,6
Haute-Savoie 7,5
Paris 7,9
Seine-Maritime 11,4
Seine-et-Marne 8,1
Yvelines 7,4
Deux-Sèvres 7,8
Somme 12,0
Tarn 10,7
Tarn-et-Garonne 11,8
Var 11,1
Vaucluse 12,9
Vendée 8,2
Vienne 8,4
Haute-Vienne 9,9
Vosges 11,5
Yonne 9,6
Territoire de Belfort 11,1
Essonne 7,8
Hauts-de-Seine 7,7
Seine-Saint-Denis 13,0
Val-de-Marne 8,9
Val-d'Oise 10,1
  • France métropolitaine : 9,9 %
  • Taux de chômage par département au premier trimestre 2016 (données provisoires corrigées des variations saisonnières)
  • Source : Insee, taux de chômage localisé

Figure 2 – Les plus forts taux de chômage dans le nord et sur le pourtour méditerranéen

Au 1er trimestre 2016, le taux de chômage recule ou se stabilise dans l'ensemble des départements de l'ALPC, hormis en Lot-et-Garonne et en Corrèze où il progresse légèrement (+ 0,1 point). La Charente, les Deux-Sèvres, la Vienne, la Dordogne, la Creuse et la Haute-Vienne sont stables comme en France métropolitaine. Dans l'ensemble des départements côtiers, le taux de chômage diminue de 0,1 point.

La Charente-Maritime, la Dordogne et le Lot-et-Garonne restent de nouveau ce trimestre les plus fortement touchées, avec des taux de chômage respectifs de 10,7 %, 10,6 % et 10,4 %.

Figure 3 – En ALPC, le taux de chômage s'établit à 9,6 % au premier trimestre 2016

En ALPC, le taux de chômage s'établit à 9,6 % au premier trimestre 2016
Taux de chômage Variation (en point)
1er trimestre 2015 4e trimestre 2015 1er trimestre 2016 trimestrielle annuelle
Charente 10,2 10,0 10,0 0,0 -0,2
Charente-Maritime 10,8 10,8 10,7 -0,1 -0,1
Deux-Sèvres 8,0 7,8 7,8 0,0 -0,2
Vienne 8,5 8,4 8,4 0,0 -0,1
Dordogne 10,9 10,6 10,6 0,0 -0,3
Gironde 10,2 10,1 10,0 -0,1 -0,2
Landes 9,8 9,6 9,5 -0,1 -0,3
Lot-et-Garonne 10,3 10,3 10,4 0,1 0,1
Pyrénées-Atlantiques 8,7 8,5 8,4 -0,1 -0,3
Corrèze 8,2 8,3 8,4 0,1 0,2
Creuse 9,7 9,6 9,6 0,0 -0,1
Haute-Vienne 9,9 9,9 9,9 0,0 0,0
Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes 9,8 9,6 9,6 0,0 -0,2
France métropolitaine 10,0 9,9 9,9 0,0 -0,1
  • Taux de chômage trimestriel, en % (données corrigées des variations saisonnières)
  • Source : Insee, taux de chômage localisé

À l'inverse, les Deux-Sèvres, la Vienne, la Corrèze et les Pyrénées-Atlantiques affichent les taux de chômage les plus faibles de la région (entre 7,8 % et 8,4 %).

En rythme annuel, le taux de chômage baisse significativement en Dordogne, dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques (– 0,3 point), tandis qu'il fléchit légèrement au niveau national (– 0,1 point). La Charente, les Deux-Sèvres et la Gironde sont également bien orientées (– 0,2 point), de même que la Charente-Maritime, la Vienne et la Creuse mais dans une moindre mesure (– 0,1 point). La Haute-Vienne se stabilise tandis que le taux de chômage s'oriente à la hausse en Corrèze (+ 0,2 point) et en Lot-et-Garonne (+ 0,1 point).

Définitions

En application de la définition internationale adoptée en 1982 par le Bureau international du travail (BIT), un chômeur est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui répond simultanément à trois conditions :

- être sans emploi, c'est-à-dire ne pas avoir travaillé au moins une heure durant une semaine de référence,

- être disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours,

- avoir cherché activement un emploi dans le mois précédent ou en avoir trouvé un qui commence dans moins de trois mois.

Remarque : un chômeur au sens du BIT n'est pas forcément inscrit à Pôle emploi (et inversement).

Pour en savoir plus

Geindre C., « Au 1 er trimestre 2016, toujours plus d'emplois en ALPC », Insee Flash Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes n° 12, juillet 2016

Geindre C., Noury D., Régnier V., « Des signes de reprise tangibles au 1 er trimestre 2016 », Insee Conjoncture Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes n° 4, juillet 2016

Note de conjoncture « La reprise s'auto-entretient dans la zone euro », juin 2016