Loire-Atlantique : un dynamisme démographique soutenu

Amandine Rodrigues, Insee

Avec 1 328 620 habitants au 1er janvier 2013, la Loire-Atlantique est le département le plus peuplé des Pays de la Loire. Entre 2008 et 2013, elle gagne chaque année 14 550 habitants. Sa croissance démographique est soutenue : + 1,1 %, soit deux fois plus qu’en moyenne nationale. La très grande majorité des communes de la Loire-Atlantique sont dans une dynamique positive. Nantes Métropole gagne 5 670 habitants par an en moyenne entre 2008 et 2013. Les communes de la grande couronne nantaise connaissent un dynamisme démographique particulièrement marqué. Seules 18 communes perdent des habitants au cours des cinq dernières années.

Au 1er janvier 2013, la Loire-Atlantique compte 1 328 620 habitants, soit 36 % des habitants des Pays de la Loire. La Loire-Atlantique a gagné 72 750 habitants entre 2008 et 2013, soit 14 550 de plus chaque année. Seuls le Rhône, la Gironde et la Haute-Garonne ont gagné plus d’habitants au cours des cinq dernières années. En Loire-Atlantique, l’excédent des arrivées dans le département sur les départs (solde migratoire) et l’excédent des naissances sur les décès (solde naturel) expliquent chacun la moitié de la croissance démographique.

Si la Loire-Atlantique rassemble 36 % des résidents de la région, elle contribue à hauteur de 48 % à l’augmentation de la population régionale. Depuis 2008, la population de la Loire-Atlantique progresse de 1,1 % chaque année. Ce rythme est plus important que la moyenne régionale (+ 0,8 %) et plus de deux fois supérieur à la moyenne nationale (+ 0,5 %). Cette croissance situe la Loire-Atlantique au 2e rang des départements de la région, juste derrière la Vendée (+ 1,2 % chaque année) et au 11e rang au niveau national, derrière la Gironde, et devant l’Ille-et-Vilaine.

Figure 1 – Loire-Atlantique : 19 communes de plus de 10 000 habitants - Nombre d’habitants des communes de Loire-Atlantique en 2013

  • Source : Insee, Recensement de la population (RP) 2013.

Figure 2 – Une croissance positive pour la majorité des communes - Évolution annuelle moyenne de la population des communes de Loire-Atlantique entre 2008 et 2013 (en %)

  • Source : Insee, RP 2008 et 2013.

La très grande majorité des communes du département connaissent une dynamique positive. À Nantes, la population s’est accrue de 9 430 habitants entre 2008 et 2013. Au sein de Nantes Métropole, 8 des 23 autres communes ont vu leur population croître de plus de 1 000 habitants en cinq ans : Sainte-Luce-sur-Loire (+ 2 470), Bouguenais (+ 1 870), Couëron (+ 1 710), Rezé (+ 1 660), Vertou (+ 1 400), la Chapelle-sur-Erdre (+ 1 380), Thouaré-sur-Loire (+ 1 250) et Carquefou (+ 1 230). Exception faite de Rezé, ces communes ont un rythme de croissance plus fort que la moyenne du département. Au total, Nantes Métropole gagne 28 360 habitants entre 2008 et 2013.

Le dynamisme démographique est également particulièrement important dans les communes de la grande couronne nantaise. Certaines communes gagnent plus de 1 000 habitants entre 2008 et 2013 : Le Loroux-Bottereau (+ 1 550), Nort-sur-Erdre (+ 1 020) et Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (+ 1 000).

Le Loroux-Bottereau se démarque par un rythme de croissance très soutenu de + 4,5 % par an en moyenne. Quatre autres communes plus éloignées de Nantes connaissent des taux de croissance supérieurs à 4 % par an : Cheix-en-Retz, Jans, Le Gâvre et Dréfféac.

Sur la côte, la population de Saint-Nazaire, augmente avec 1 600 habitants de plus en cinq ans. L’EPCI de la Carene (regroupement de communes autour de Saint Nazaire) gagne 4 590 habitants, c’est la 3e plus forte hausse des EPCI du département. Cependant, certaines communes côtières situées au nord de la Loire perdent des habitants. Tel est le cas de La Baule-Escoublac (– 1 275), du Pouliguen (– 440), de Batz-sur-Mer (– 120) et de Piriac-sur-Mer (– 100).

La baisse concerne aussi quelques communes du nord du département , notamment Châteaubriant, qui perd 380 habitants entre 2008 et 2013. Au total, sur les 221 communes de la Loire-Atlantique, 18 voient leur population diminuer entre 2008 et 2013.

Figure 3 – Une dynamique de la population positive dans l’ensemble des EPCI - Population et évolution annuelle moyenne des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) de Loire-Atlantique entre 2008 et 2013

Une dynamique de la population positive dans l’ensemble des EPCI - Population et évolution annuelle moyenne des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) de Loire-Atlantique entre 2008 et 2013
Population 2013 Population 2008 Évolution annuelle moyenne (en %)
CC du Pays de Pontchâteau St Gildas des Bois 33 734 30 395 2,1
CC du Pays de Redon 21 062 19 361 1,7
Nantes Métropole 609 197 580 840 1,0
CC de la Région de Machecoul 19 655 18 372 1,4
CC de Grand Lieu 37 266 34 540 1,5
CC de la Vallée de Clisson 38 069 35 335 1,5
CC de la Région de Blain 15 787 14 452 1,8
CC du Castelbriantais 33 112 32 805 0,2
CC du Secteur de Derval 10 840 9 768 2,1
CC d'Erdre et Gesvres 57 776 52 494 1,9
CC Loire Divatte 25 460 23 385 1,7
CC de la Loire Atlantique Méridionale 8 951 8 036 2,2
CC de la Région de Nozay 15 219 13 972 1,7
CC Coeur Pays de Retz 18 810 16 441 2,7
CC du Pays d'Ancenis 62 120 57 748 1,5
CC de Vallet 20 275 18 619 1,7
CC du Sud Estuaire 28 831 26 991 1,3
CA de la Presqu'île de Guérande Atlantique (Cap Atlantique) 66 558 66 157 0,1
CA de la Région Nazairienne et de l'Estuaire (Carene) 120 519 115 932 0,8
CC Sèvre Maine et Goulaine 14 108 13 676 0,6
CC de Pornic 34 787 32 954 1,1
CC Loire et Sillon 24 553 22 302 1,9
CC Coeur d'Estuaire 11 931 11 297 1,1
  • Note : les données des EPCI qui n’appartiennent pas strictement au contour du département correspondent aux communes situées à l’intérieur du département.
  • Source : Insee, RP 2008 et 2013.

Sources

Pourquoi l’Insee publie en 2015 les chiffres de 2013 ?

Depuis 2008, la nouvelle méthode de recensement fondée sur des enquêtes de recensement annuelles permet de calculer chaque année des populations légales actualisées.

Les populations publiées fin 2015 sont millésimées 2013 car elles sont calculées à partir des informations collectées lors des enquêtes de recensement de 2011 à 2015 et ramenées à une même date : celle du milieu de la période. L'égalité de traitement entre les communes est ainsi assurée.

Dans quelle géographie administrative les chiffres sont-ils publiés ?

Les chiffres de population sont authentifiés par décret pour entrer en vigueur au 1er janvier 2016. Ils sont publiés dans les périmètres géographiques existant au 1er janvier 2015.

Des données sur les nouvelles régions figurent dans l’ouvrage « La France et ses territoires ».

Pour en savoir plus

Rodrigues A., Maine-et-Loire : une croissance démographique assez marquée, Insee Flash Pays de la Loire, n° 34, décembre 2015.

Rodrigues A., Mayenne : une croissance démographique modérée, Insee Flash Pays de la Loire, n° 35, décembre 2015.

Rodrigues A., Sarthe : une croissance démographique modérée, Insee Flash Pays de la Loire, n° 36, décembre 2015.

Rodrigues A., Vendée : une croissance démographique forte, Insee Flash Pays de la Loire, n° 37, décembre 2015.

Rodrigues A., Pays de la Loire : un fort dynamisme démographique, Insee Flash Pays de la Loire, n° 38, décembre 2015.

La France et ses territoires, Insee Références, Édition 2015, avril 2015.