Les déplacements en Guadeloupe : prédominance de l'automobile et émissions de CO2 accrues

La Guadeloupe doit faire face à des objectifs ambitieux en matière de maîtrise de la demande énergétique, de réduction des gaz à effet de serre (GES) et de développement des énergies renouvelables en 2020. La croissance de la demande d'énergie (amélioration des conditions de vie, développement économique) a eu pour conséquence de doubler les émissions de CO2 en 20 ans (+ 94 % entre 1990 et 2010) en Guadeloupe. Le dioxyde de carbone est le GES le plus significatif émis en Guadeloupe. Considérant les seules émissions de CO2 (hors autres gaz à effet de serre) liées à la production d'énergie à partir d'énergies fossiles, la contribution globale de la Guadeloupe est très modeste à l'échelle nationale. Cependant, les émissions de CO2 par habitant en Guadeloupe restent très élevées. Elles tiennent en premier lieu à la consommation de carburant dans les transports, suivi de la production d'électricité, représentant respectivement 68 % et 25 % de la consommation d'énergie finale en 2012. En 2013, le contenu carbone du kWh électrique guadeloupéen est de 923 gCO2/kWh, un niveau beaucoup plus important qu'en France métropolitaine (50,6 gCO2/kWh). La limitation des émissions de gaz à effet de serre constitue un enjeu majeur des politiques environnementales en vue de la lutte contre le réchauffement climatique. Le Grenelle de l'environnement vise à réduire de 11 % le CO2 émis par les transports d'ici 2020.

Insee Dossier Guadeloupe
Paru le : 14/08/2015