RésistanceNote de conjoncture - décembre 2015

Vladimir Passeron - Dorian Roucher - Clément Bortoli - Pierre-Damien Olive
Publications pour expert
Note de conjoncture
Paru le : 17/12/2015
Consulter

Vue d'ensemble : Résistance

D'ici mi-2016, la croissance resterait solide dans les économies avancées. Le rebond du commerce mondial se confirmerait. Dans les pays émergents, l'activité semble se stabiliser, mais le décalage conjoncturel avec les pays avancés reste marqué. Dans la zone euro, la dépréciation de la monnaie unique donne un motif d'optimisme supplémentaire quant au rebond des exportations. La politique accommodante de la Banque centrale européenne a également entraîné une baisse des taux d'intérêt, incitant ménages et entreprises à investir davantage. Enfin, le bas niveau du cours du pétrole renforce le pouvoir d'achat des ménages et la situation financière des entreprises. En France, la croissance augmenterait progressivement d'ici mi-2016. Cependant, les craintes nées des attentats pèseraient sur la consommation en fin d'année le PIB n'augmenterait que de 0,2%. Au premier semestre 2016, ces effets ne pèseraient quasiment plus sur la croissance. En outre, les dépenses d'investissement en logement cesseraient de baisser après plus de deux années de fort recul. Par ailleurs, la situation financière des entreprises, qui s'est déjà fortement redressée en 2015, s'approcherait encore un peu plus de sa moyenne d'avant-crise. L'économie française accélérerait au premier trimestre 2016 (+0,4%), en conservant ce rythme au deuxième trimestre. Avec la reprise de l'activité et le développement des dispositifs visant à enrichir la croissance en emplois, l'emploi marchand continuerait de progresser d'ici juin 2016. En tenant compte des branches non marchandes, l'emploi total progresserait plus vite que la population active et le taux de chômage baisserait, compensant sa hausse récente pour atteindre en France 10,4.% mi-2016, soit son niveau de mi-2015.

Publications pour expert
Paru le : 17/12/2015