Économie et Statistique n°415-416 - Disparités territoriales -

Economie et Statistique
Paru le : 01/03/2009
Consulter

Des mobilités résidentielles de début de carrière moins favorables aux femmes

Jean-Jacques Arrighi, Céline Gasquet, et Valérie Roux

40 %des 742 000 jeunes sortis de formation initiale en 1998 ont déménagé et changé de zone d’emploi au cours de leurs sept premières années de vie active. Ils sont même 13 % à avoir connu au moins deux changements. Dans sept cas sur dix, ces changements conduisent les jeunes à changer de département et environ une fois sur deux à s’installer dans une autre région. Dans 15 % des cas, il s’agit d’un retour vers la région qu’ils avaient quittée en cours d’études. L’ancrage territorial apparaît donc faible au sein des nouvelles générations. Si les jeunes sont dans leur grande majorité potentiellement mobiles, tous ne le sont pas dans les faits. Plusieurs facteurs influencent la décision de migration. Certains, souvent cités, sont confirmés : l’âge, le niveau de diplôme, les expériences antérieures de mobilité et la présence d’enfants. D’autres sont mis en évidence, comme le fait d’avoir des parents nés à l’étranger, et la situation d’emploi : relativement aux individus employés avec des contrats de travail instables (CDD, intérim, contrats aidés), les chômeurs sont plus mobiles et les personnes qui ont un emploi à durée indéterminée le sont moins. Par ailleurs, le genre et la situation matrimoniale ne sont pas sans effet. Ainsi, dans les couples, le niveau de diplôme des femmes perd son influence significative sur la propension à migrer quand celui des hommes la conserve. Les mobilités résidentielles et professionnelles sont souvent liées. Les deux tiers des migrations de zone d’emploi s’accompagnent d’un changement professionnel. Mais, pour les migrants vivant en couple, les changements d’emploi concernent beaucoup plus les hommes que les femmes et la différence s’accroît avec le temps. Les femmes sont, elles, davantage touchées par des transitions entre l’emploi et le non-emploi. Les femmes en couples ayant migré sont ainsi en proportion trois fois plus nombreuses (13 %) que les hommes (4 %) à avoir perdu leur emploi.

Economie et Statistique
No 415-416
Paru le : 01/03/2009