Economie et Statistique n°410

Accès à l'enseignement supérieur en France : une démocratisation réelle mais de faible ampleur - Éducation et mobilité sociale : la situation paradoxale des générations nées dans les années 1960 - La qualité de l'emploi en Europe : approche comparative.

Economie et Statistique
Paru le : 01/08/2008
Consulter

Éducation et mobilité sociale : la situation paradoxale des générations nées dans les années 1960

Camille Peugny

Les difficultés rencontrées par les générations nées dans les années 1960 ont été illustrées par de nombreux travaux qui soulignent notamment l’existence d’inégalités entre les générations, en termes de salaire ou de mobilité en cours de carrière. De telles inégalités, au détriment des générations nées au tournant des années 1960, apparaissent également lorsque l’on mesure l’évolution des flux de mobilité intergénérationnelle au fil des cohortes de naissance successives. En effet, si la part des individus qui parviennent à s’élever au-dessus de la condition de leurs parents demeure toujours supérieure à celle des déclassés, l’écart entre les deux flux diminue considérablement : en 2003, parmi les 35-39 ans, les ascendants ne sont plus que 1,4 fois plus nombreux que les descendants. Cette dégradation des perspectives de mobilité sociale est généralisée aux enfants de toutes les origines sociales. Pour les individus issus des classes populaires, les trajectoires ascendantes sont plus rares, et pour ceux nés dans des milieux sociaux plus favorisés, les trajectoires descendantes se multiplient. Cette dégradation s’explique par des raisons structurelles (sous l’effet des difficultés économiques, la structure sociale s’élève moins rapidement vers le haut). Pour autant, elle est paradoxale car le niveau d’éducation de ces générations est sans précédent. Ces deux évolutions contradictoires amènent à questionner l’évolution au fil des générations du poids du diplôme dans le statut social atteint. L’affaiblissement du lien entre diplôme et position sociale est mis en évidence, ce qui remet en cause l’idée de l’avènement progressif d’une société plus méritocratique.

Economie et Statistique
No 410
Paru le : 01/08/2008