Economie et Statistique n°414

Démographie médicale et carrières des médecins généralistes - La prise en compte des revenus du patrimoine dans la mesure des inégalités - Organisation du travail dans la semaine des individus et des couples actifs

Economie et Statistique
Paru le : 01/01/2009
Consulter

Organisation du travail dans la semaine des individus et des couples actifs : le poids des déterminants économiques et sociaux

Laurent Lesnard et Thibaut de Saint Pol

Le recueil d’un semainier dans lequel les personnes actives ont noté leurs heures de travail pendant une semaine lors de l’enquête Emploi du temps, menée par l’Insee en 1999, permet d’analyser le rythme hebdomadaire du travail en France au regard de la position sociale et des caractéristiques sociodémographiques, individuelles et familiales. Une typologie des semaines de travail est construite en appliquant en deux étapes une méthode d’appariement optimal, d’abord sur les jours travaillés, puis sur les semaines simplifiées à l’aide des types de journées. Les journées contenues dans les semainiers sont de cinq types : des journées de travail standard, décalées, longues, fragmentées et des journées de repos. Les journées apparaissent fortement différenciées selon la catégorie socioprofessionnelle, le type d’emploi, le secteur d’activité, mais aussi le genre. De fortes régularités apparaissent également à l’échelle de la semaine. Aux semaines standard, composées de journées de travail standard, s’opposent les longues semaines de travail faites de longues journées de travail, et les semaines décalées et fragmentées constituées respectivement de journées décalées et fragmentées. On retrouve dans l’organisation de la semaine la forte structuration exercée par la position des actifs en emploi dans le système économique, qui s’exerce également au niveau des journées. D’une manière générale, meilleure est la position dans le système économique, plus l’autonomie temporelle est grande et plus les semaines de travail sont standard, voire longues. Les salariés les moins qualifiés ont au contraire des semaines en moyenne plus courtes mais avec des horaires décalés et fragmentés et un très faible degré de contrôle de leur temps de travail. La plus faible autonomie temporelle de ces salariés entraîne au niveau du couple une plus forte désynchronisation des horaires de travail des deux conjoints et crée ainsi de nouvelles inégalités entre les ménages.

Economie et Statistique
No 414
Paru le : 01/01/2009