Economie et Statistique n°343

Les allocations chômage et le retour à l'emploi - Le logement dans l'union Européenne - L'argent de poche des jeunes - Des nouveaux indicateurs de la dépense publique

Economie et Statistique
Paru le : 01/09/2001
Consulter

Une nouvelle partition des dépenses publiques

Jérôme Bascher et Marie Niedergang

Avec l'avènement de l'euro, la coordination des politiques budgétaires est devenue un enjeu européen majeur. L'évolution de la dépense publique revêt une importance particulière qui requiert une approche claire et globale. À cet égard, le système de la comptabilité nationale fournit la référence privilégiée, notamment dans le cadre de la surveillance européenne de l'évolution des finances publiques. Suivies à un niveau global, les finances publiques sont bien décrites d'un point de vue économique dans le compte de l'ensemble des administrations publiques en comptabilité nationale. Pour affiner le constat, il est cependant utile de pouvoir fournir un éclairage par sous-secteurs des administrations publiques afin de mieux analyser les composantes de la dépense publique. Dans le programme pluriannuel de finances publiques déposé à Bruxelles chaque année, les objectifs de dépenses publiques sur trois ans sont d'ailleurs déclinés selon ces sous-secteurs. Ces mesures restent toutefois incomplètes, des imbrications financières croissantes rendant de plus en plus difficile la réponse à des questions fondamentales : qui est à l'origine de la dépense ? quels sont les meilleurs indicateurs de pilotage de la dépense publique ? De nouveaux indicateurs de dépenses pour chaque sous-secteur des administrations publiques permettent par simple addition de retrouver l'indicateur global des dépenses des administrations publiques d'une part, et, d'autre part, sont plus explicatifs et plus « justes » économiquement. Leur définition a ainsi conduit à s'interroger, pour toutes les dépenses de transferts internes aux administrations publiques, sur les véritables centres de décision et « financeurs en premier ressort ». Il faut aussi raisonner à périmètre de compétences constant car d'une année sur l'autre, le législateur peut changer la répartition des tâches dévolues à chaque administration. Cette reconstruction statistique est une opération lourde car elle nécessite d'expertiser...

Economie et Statistique
No 343
Paru le : 01/09/2001