Economie et Statistique n°349-350 - Le panel européen : une nouvelle source statistique sur les ménages

Economie et Statistique
Paru le : 01/05/2002
Consulter

Profils sur le marché du travail et caractéristiques familiales des actifs pauvres

Pascale Breuil-Genier, Sophie Ponthieux et Jean-Paul Zoyem

Le nombre de travailleurs pauvres varie sensiblement selon le seuil de pauvreté retenu et la durée de présence sur le marché du travail. Avec un seuil à 60 % du revenu médian par unité de consommation, on dénombrait, en 1994, 3,7 millions d'actifs pauvres (présents sur le marché du travail au moins la moitié de l'année et vivant dans un ménage pauvre). Les quatre premières vagues du Panel européen (1994 à 1997) permettent d'étudier les alternances entre emploi et non-emploi de ces personnes et les liens entre profil d'activité et risque de pauvreté. Sur un horizon de trois ans, les profils des actifs pauvres apparaissent relativement stables : près des deux tiers d'entre eux sont dans la même catégorie (emploi, alternance emploi/non-emploi, non-emploi) en 1994 et en 1997. Cependant, le terme « actifs pauvres » regroupe des personnes très différentes du point de vue des situations et des parcours d'activité suivis : quatre sur dix sont toujours en emploi lors des quatre années observées alors qu'une sur dix ne l'est jamais. L'étude de cinq catégories d'actifs confirme le lien entre profil d'activité et risque de pauvreté. Un même profil d'activité est cependant associé à des risques de pauvreté inégaux selon les configurations familiales. En particulier, quel que soit le nombre d'enfants, un conjoint inactif diminue la probabilité de sortir de la pauvreté. Les facteurs familiaux sembleraient d'ailleurs déterminer les plus fortes différences quant aux probabilités de sortie de la pauvreté.

Economie et Statistique
No 349-350
Paru le : 01/05/2002