France, portrait socialÉdition 2010

Insee Références
Paru le : 17/11/2010
Consulter

Les inégalités face au coût du logement se sont creusées entre 1996 et 2006

Pierrette Briant

En 2006, les ménages consacrent une part plus importante de leurs ressources aux dépenses de logement (loyers, remboursements d’emprunt, charges) que 10 ans auparavant. La hausse a été plus forte pour les ménages à faibles ressources (les 30 % des ménages les plus modestes) que pour ceux plus aisés. C’est le cas pour tous les statuts d’occupation (propriétaire, accédant à la propriété, locataire du parc privé ou du parc social), mais plus particulièrement pour les locataires du parc privé. Pour les locataires du privé, la hausse plus rapide des loyers des ménages à faibles ressources s’explique en partie par la légère augmentation de la surface de leurs logements. Au m2, leurs loyers ont augmenté à un rythme proche de celui des autres locataires (33 % pour les ménages à faibles ressources, 31 % pour les autres). L’amélioration de la qualité des logements n’explique qu’une petite partie de cette progression des loyers au m2. L’essentiel est expliqué par la hausse générale des prix des loyers.

Insee Références
Paru le : 17/11/2010