Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées : une fonction publique en pleine mutation dans une nouvelle région

Ludivine Barnaud - Damien Dotta, Insee

Le territoire de la nouvelle grande région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées compte 471 000 agents de la fonction publique tous versants confondus (État, territorial et hospitalier) au 31 décembre 2012. Dans un contexte de rigueur budgétaire et de vieillissement des agents, ces emplois vont connaître de nombreuses mutations dans les prochaines années. Des implantations territoriales différenciées selon les versants, des redéploiements suite aux départs en retraite ou encore de potentielles passerelles d’emplois entre versants constituent autant de leviers d’actions afin de continuer à garantir un service public de qualité à la population.

Insee Analyses Languedoc-Roussillon
No 20
Paru le : 27/10/2015

Avec plus de 471 000 agents au 31 décembre 2012, l’emploi dans la fonction publique représente un salarié sur quatre en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, part plus importante qu’en France métropolitaine hors Île-de-France (figure 1). Au regard de la population résidante, la fonction publique est aussi surreprésentée dans la nouvelle région : le taux d’administration, soit le nombre de postes de travail salariés des trois fonctions publiques (État, territoriale et hospitalière) rapporté au nombre d’habitants, est de 83,7 pour 1 000 habitants, contre 82,2 ‰ en moyenne en province.

Avec 200 000 agents dans la nouvelle région, l’État est le principal employeur public : il regroupe 42 % des effectifs publics des trois versants. La fonction publique territoriale, soit les collectivités locales, suit de près, avec 182 000 agents publics territoriaux, ce qui correspond au tiers du total des effectifs. La fonction publique territoriale est davantage représentée par rapport à la moyenne de France de province, elle compte 32,3 agents pour 1 000 habitants (contre 28,6 ‰). Les communes et les conseils départementaux y sont plus fortement administrés : les proportions d’agents communaux et départementaux sont respectivement de 15,9 agents et de 5,5 agents pour 1 000 habitants (soit + 1,2 point et + 0,9 point par rapport au taux d’administration de la province).

Avec 90 000 postes, la fonction publique hospitalière compte deux fois moins de postes que les deux autres versants de la fonction publique. Son taux d’administration est inférieur à celui de la province, de plus de 2 postes pour 1 000 habitants. Avec une forte représentation du secteur privé dans le système de santé, le paysage sanitaire de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est atypique comparé à l’échelon national hors Île-de-France.

Figure 1 – Plus de 471 000 agents de la fonction publique en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées - Taux d'administration et part des agents de la fonction publique dans l'emploi salarié

Plus de 471 000 agents de la fonction publique en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées - Taux d'administration et part des agents de la fonction publique dans l'emploi salarié
Population Emploi salarié total Nombre d'agents Taux d'administration (‰ habitants) Part dans l'emploi salarié total %
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées 5 626 900 1 876 400
Fonction publique d'État 199 500 35,5 10,6
Fonction publique territoriale 181 600 32,3 9,7
Fonction publique hospitalière 89 900 16,0 4,8
Ensemble fonction publique 471 000 83,7 25,1
France de province* 51 477 500 18 126 700
Fonction publique d'État 1 812 600 35,2 10,0
Fonction publique territoriale 1 470 800 28,6 8,1
Fonction publique hospitalière 945 700 18,4 5,2
Ensemble fonction publique 4 229 100 82,2 23,3
  • (*) France métropolitaine hors Ile-de-France
  • Lecture : en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (nouvelle région au 01/01/2016), la fonction publique emploie 471 000 agents au 31 décembre 2012, ce qui représente 83,7 agents pour 1 000 habitants
  • Champ : postes principaux au 31 décembre 2012, y compris bénéficiaires de contrats aidés
  • Sources : Insee, Recensement de la population 2012, Siasp 2012, Estimations d'emploi au 31 décembre 2012

De fortes disparités territoriales

La répartition territoriale des emplois publics répond à un objectif global de réponses aux besoins de la population à travers la mise en œuvre d’un service public de qualité. Plus précisément, leur organisation territoriale obéit à une logique différente selon le versant. D’une part, l’implantation de la fonction publique d’État (FPE) est fortement liée au découpage politique et administratif. Les zones d’emploi de Montpellier et de Toulouse abritant les chefs-lieux de région présentent des taux d’administration de la FPE les plus élevés de la région avec respectivement 46,3 ‰ et 39,1 ‰ hors militaires. D’autre part, les localisations des fonctions publiques territoriale et hospitalière répondent davantage à des logiques de proximité avec la population. Tous versants confondus, dans la zone d’emploi de Carcassonne, le taux d’administration hors militaires est le plus élevé de la nouvelle région, en raison notamment d’un emploi territorial marqué (52,4 ‰). Les emplois publics hospitaliers sont quant à eux très présents dans la zone d’emploi de Saint-Girons au regard de la population résidente, près de 39 emplois pour 1 000 habitants (figure 2).

Figure 2 – De fortes disparités territoriales pour l'emploi public - Taux d'administration de la fonction publique selon le versant par zone d'emploi - Figure 2a - Fonction publique  d'État (hors militaires)

  • Sources : Insee, recensement de la population, Siasp 2012

Figure_2b – Fonction publique hospitalière

  • Sources : Insee, recensement de la population, Siasp 2012

Figure_2c – Fonction publique territoriale

  • Sources : Insee, recensement de la population, Siasp 2012

Un agent public sur six proche de la retraite

En 2012, avec 77 000 agents publics hors militaires âgés de 55 ans ou plus, soit 17,6 %, la nouvelle région devra faire face à de très nombreux départs en retraite dans les prochaines années. Ceux-ci affecteront les trois versants de la fonction publique (figure 3). Plus particulièrement, 18,5 % des agents de la fonction publique territoriale pourraient partir à la retraite dans les dix prochaines années. Dans ce versant, c’est même plus d’un agent de catégorie A sur quatre (26,0 %) qui est âgé de plus de 55 ans, ce qui soulève la question du remplacement voire de la réorganisation des fonctions d’encadrement.

Dans les trois fonctions publiques réunies, les agents de catégorie C sont les plus nombreux parmi les salariés les plus âgés et près de la moitié des départs en retraite potentiels (37 000) devraient concerner cette catégorie. Par ailleurs, même si l’ensemble des territoires seront touchés par de nombreux départs à la retraite des agents, les zones d’emploi de Limoux (19,8 % d’agents âgés de 55 ans ou plus hors militaires), d’Auch (19,0 %), de Saint-Girons (18,6 %), de Montpellier (18,3 %) ou encore d’Alès (18,1 %) seront les plus impactées. Ainsi, d’autres enjeux tels que la transmission des compétences et l’accompagnement des agents en fin de carrière deviennent de plus en plus prégnants.

Figure 3a – Plus de la moitié des agents de catégorie A dans la fonction publique d'État

Plus de la moitié des agents de catégorie A dans la fonction publique d'État
catégorie A Catégorie B Catégorie C
15 0 0 0
16 0 0 0
17 0 0 10
18 0 0 160
19 10 20 510
20 30 110 990
21 80 180 1390
22 140 320 1620
23 470 470 1790
24 880 590 1690
25 1120 600 1510
26 1260 660 1380
27 1410 740 1230
28 1530 850 1100
29 1690 820 1060
30 1850 890 930
31 2160 910 990
32 2440 1050 920
33 2640 1030 870
34 2840 1130 1060
35 3110 1240 1010
36 3130 1200 990
37 3240 1340 990
38 3590 1380 980
39 3540 1540 1040
40 3790 1520 1130
41 3800 1600 1100
42 3600 1550 1150
43 3620 1460 1040
44 3340 1410 1040
45 3320 1390 1060
46 3310 1240 1100
47 3090 1340 1030
48 3160 1350 1040
49 2990 1310 1080
50 2800 1370 1140
51 2940 1410 1270
52 2900 1420 1190
53 2970 1280 1260
54 3010 1190 1230
55 2920 1020 1210
56 2590 990 1160
57 2310 900 1140
58 2290 900 1080
59 2170 850 1020
60 2100 770 820
61 1190 440 350
62 880 280 270
63 650 190 160
64 440 100 130
65 180 30 30
66 90 10 20
67 50 10 10
68 20 0 10
69 10 0 10
70 0 0 0
  • Source : Insee, SIASP 2012

Figure 3a – Plus de la moitié des agents de catégorie A dans la fonction publique d'ÉtatEffectifs d'agents de la fonction publique par versant, âge et catégorie fin 2012 : Fonction publique d'État

Figure 3b – Plus de la moitié des agents de catégorie A dans la fonction publique d'État

Plus de la moitié des agents de catégorie A dans la fonction publique d'État
catégorie A Catégorie B Catégorie C
15 0 0 10
16 0 0 40
17 10 0 130
18 20 10 280
19 20 10 540
20 10 20 860
21 20 30 1000
22 20 60 1200
23 40 120 1290
24 50 170 1500
25 80 220 1620
26 120 240 1800
27 130 290 1850
28 160 320 1970
29 170 360 1950
30 210 410 2160
31 250 470 2460
32 290 540 2610
33 270 520 2680
34 340 580 2670
35 350 550 2990
36 310 600 2950
37 390 570 3180
38 400 700 3660
39 440 730 4060
40 460 740 4190
41 490 670 4380
42 440 680 4420
43 370 670 4630
44 380 680 4720
45 380 660 4790
46 430 690 4930
47 400 710 5060
48 430 770 5300
49 460 740 5130
50 430 720 4950
51 530 760 4970
52 480 690 4740
53 530 710 4670
54 520 700 4450
55 570 660 4240
56 510 670 3960
57 520 580 3760
58 510 580 3650
59 480 550 3240
60 450 450 2560
61 300 240 1240
62 200 180 900
63 140 130 680
64 110 80 430
65 40 20 210
66 20 20 110
67 10 10 40
68 10 0 20
69 0 0 10
70 0 0 10
  • Source : Insee, SIASP2012

Figure 3b – Plus de la moitié des agents de catégorie A dans la fonction publique d'ÉtatEffectifs d'agents de la fonction publique par versant, âge et catégorie fin 2012 : Fonction publique territoriale

Figure 3c – Plus de la moitié des agents de catégorie A dans la fonction publique d'État

Plus de la moitié des agents de catégorie A dans la fonction publique d'État
catégorie A Catégorie B Catégorie C
15 0 0 0
16 0 0 0
17 0 0 0
18 0 0 60
19 0 0 220
20 0 10 320
21 60 30 420
22 270 90 550
23 530 150 660
24 970 210 710
25 1220 230 750
26 1250 250 760
27 1220 290 820
28 960 260 840
29 860 310 840
30 900 320 960
31 900 380 980
32 860 410 970
33 780 360 930
34 750 370 970
35 740 370 1030
36 720 380 980
37 670 410 1030
38 690 460 1170
39 740 470 1220
40 650 530 1420
41 600 480 1460
42 640 490 1500
43 580 520 1490
44 540 520 1450
45 540 520 1510
46 560 540 1600
47 570 550 1580
48 550 520 1570
49 580 550 1530
50 540 570 1540
51 460 630 1490
52 530 560 1440
53 540 670 1380
54 510 680 1390
55 510 740 1330
56 500 620 1080
57 490 580 870
58 420 490 830
59 380 430 670
60 350 330 490
61 270 120 190
62 220 70 100
63 210 40 60
64 150 20 40
65 90 10 10
66 40 10 10
67 40 0 10
68 20 0 10
69 20 0 0
70 10 0 0
  • Source : Insee, SIASP 2012

Figure 3c – Plus de la moitié des agents de catégorie A dans la fonction publique d'ÉtatEffectifs d'agents de la fonction publique par versant, âge et catégorie fin 2012 : Fonction publique hospitalière

Figure 4 – Certaines zones d’emploi davantage concernées par l’enjeu du renouvellement des agents publics

  • Sources : Insee, recensement de la population, Siasp 2012

Des passerelles d’un versant à l’autre de la fonction publique

Face aux mutations de l’emploi public à venir et dans un objectif d’équilibre et d’égalité entre les territoires en matière de service public, les métiers transversaux de la fonction publique constituent également un levier d’action en matière de gestion des ressources humaines. En effet, offrir aux agents la possibilité d’effectuer une mobilité inter-fonction publique permettrait une gestion globalisée des ressources humaines de la fonction publique.

En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, un agent public sur trois occupe un métier identifié comme transversal (encadré) , ce qui représente 163 000 emplois fin 2012. Parmi eux, les professions administratives peuvent faire l’objet de nombreuses possibilités de passerelles potentielles, en particulier entre les fonctions publiques d’État et territoriale, et ce quel que soit le niveau de responsabilité du poste. Ces basculements entre versants pourraient d’autant plus être mis en œuvre que plus de 20 000 agents qui occupent ces postes sont âgés de 55 ans ou plus (figure 5). De même, les agents de service, les techniciens des travaux publics ou encore les professions liées à l’intervention sociale et éducative (assistants de service social, éducateur, moniteur, animateur, formateur…) présentent des opportunités de mobilités fonctionnelles au sein de la nouvelle région. Les puéricultrices, plutôt jeunes et quasi-exclusivement féminines, peuvent également prétendre à ces mobilités puisqu’elles sont présentes à la fois dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière. Enfin, les ingénieurs publics (hors recherche et aviation) ont, de par le caractère généraliste de leurs postes, des possibilités de mobilité inter-fonction publique. Dans ce cadre, la mise en place d’outils de formation et de réorientation professionnelle adaptés constitue un enjeu important afin de permettre aux agents d’acquérir les savoir-faire et les compétences requises pour le poste visé. Concernant les métiers plus spécifiques comme les enseignants, les militaires ou le personnel soignant, ces mobilités fonctionnelles seront beaucoup plus limitées.

Figure 5 – En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, plus d'un emploi public sur trois est transversal - Répartition des postes de la fonction publique selon leurs spécificités et transversalités

En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, plus d'un emploi public sur trois est transversal - Répartition des postes de la fonction publique selon leurs spécificités et transversalités
Effectifs Part des agents âgés de 55 ans ou plus (%)
Fonction publique territoriale Fonction publique d'État Fonction publique hospitalière Fonction publique territoriale Fonction publique d'État Fonction publique hospitalière
Métiers spécifiques de la fonction publique 91 500 151 900 64 600 20,1 14,1 13,6
Enseignants 0 78 200 0 0,0 15,2 0,0
Professions de la santé (hors puéricultrices) 4 600 1 700 56 600 20,8 21,6 12,9
Professions de l'action sociale 10 400 0 0 26,9 0,0 0,0
Professions de la sécurité et de la surveillance 5 200 34 700 0 8,4 2,0 0,0
dont militaires 0 24 000 0 0,0 1,4 0,0
Ouvriers des travaux publics 64 500 1 000 7 600 19,2 24,3 18,5
Autres professions spécifiques 6 800 36 300 <1000 26,1 22,8 ns
Métiers transversaux de la fonction publique 90 100 47 600 25 300 17,3 22,6 16,0
Professions administratives (*) 55 600 41 600 9 300 16,6 22,4 22,4
dont postes de niveau cadre 7 200 3 000 700 25,3 28,8 35,3
dont postes de niveau profession intermédiaire 7 900 8 200 4 000 25,1 28,2 23,6
dont postes de niveau employé 40 500 30 400 4 600 13,3 20,3 19,3
Professions d'ingénieur (hors recherche et aviation) 2 700 2 800 600 20,9 20,0 18,6
Professions de l'intervention sociale et éducative 7 800 1 500 1 900 14,2 20,4 18,5
Professions de puéricultrice 3 000 0 1 800 12,5 0,0 10,2
Agents de service 16 100 600 11 700 21,3 30,1 11,3
Techniciens des travaux publics 4 900 1 100 0 20,2 35,6 0,0
Total fonction publique 181 600 199 500 89 900 18,7 16,2 14,3
  • ns : non significatif
  • (*) Professions administratives hors enseignement, impôts, trésor et douanes
  • Champ : postes princiapux au 31 décembre 2012ns : non significatif
  • Source : Insee, Siasp 2012

Encadré

Nomenclature des métiers identifiés comme transversaux dans les trois versants de la fonction publique

Avec l’objectif d’appréhender les possibilités de passerelles inter-fonction publique, l’Insee a établi une nomenclature ad hoc qui permet d’identifier les métiers transversaux aux trois versants de la fonction publique avec l’appui de la plateforme régionale des Ressources Humaines du Sgar Midi-Pyrénées. Ce travail a été réalisé à partir de la profession détaillée sur 4 positions (PCS) dans la source Siasp 2012. Dans cette approche, un métier est considéré comme transversal à au moins deux des trois versants de la fonction publique s’il présente un intitulé similaire de la PCS détaillée sur quatre positions, s’il compte des volumes d’emplois publics « suffisants» dans chacun de ces versants (au moins 1 000 emplois) et si ces volumes sont « équilibrés » (au moins 20 % de l’effectif du métier). En effet, une mobilité inter-fonction publique entre versants sera d’autant plus réaliste que les emplois concernés seront nombreux et bien répartis entre les versants.

Sources

Le système d’information sur les agents des services publics (Siasp), produit par l’Insee à partir de 2009, recense les données sur l’emploi et les rémunérations des agents des trois versants de la fonction publique. Dans le cadre de cette étude, seuls les postes principaux finaux au 31 décembre 2012 au lieu de travail sont retenus, c’est-à-dire les postes à la fois actifs et non annexes (volume de travail suffisant en termes de rémunération, de nombre d’heures et de durée d’emploi).

Définitions

Le périmètre de la fonction publique renvoie aux personnes morales et organismes soumis au droit administratif dans lesquels le recrutement est effectué sur la base du droit public. Sont ainsi compris les opérateurs d’État de droit public, les contrats aidés, les militaires.

La fonction publique se décompose en trois versants : la fonction publique d’État (FPE), la fonction publique territoriale (FPT) et la fonction publique hospitalière (FPH). Le périmètre de chacun des versants s’appuie essentiellement sur la catégorie juridique de l’employeur.

Le taux d’administration est le nombre d’agents de la fonction publique pour 1 000 habitants (‰). Ce calcul est réalisé sur le champ des emplois principaux de la fonction publique.

Pour en savoir plus

Sénigout E., « L’emploi dans la fonction publique en 2013 », Insee Première n°1544, avril 2015

Baradji E., Dorothée O., « L’emploi dans les trois versants de la fonction publique en 2012 », Rapport annuel sur l’état de la fonction publique, DGAFP, édition 2014

Dotta D., « Les ressources de l’emploi public face aux mutations », Insee Analyses Midi-Pyrénées n°27, octobre 2015

Barnaud L., « Départs en retraite massifs dans la fonction publique à l'horizon 2022 », Insee Analyses Languedoc-Roussillon n°19, octobre 2015