Les nouveaux cantons de la Haute-Garonne

Philippe Duprat, Fabien Batlle

Depuis les élections de mars 2015, le département de la Haute-Garonne comprend 27 cantons au lieu de 53 auparavant. Le conseil départemental compte 54 conseillers départementaux, 27 femmes et 27 hommes. Les nouveaux cantons ont une population comprise entre 33 600 et 55 400 habitants en 2012.

Un nombre de cantons réduit de moitié : 27 au lieu de 53

Suite au nouveau découpage cantonal défini par décret début 2014, la Haute-Garonne se compose de 27 cantons, au lieu de 53 auparavant (figure 1). Les cantons les plus peuplés sont ceux de Toulouse avec une population comprise entre 44 781 (Toulouse-11) et 55 379 habitants (Toulouse-8) (population légale de 2012, en vigueur en 2015). Le canton le moins peuplé est celui de Bagnères-de-Luchon avec 33 631 habitants, c’est également le plus vaste du département : il s’étend sur 1 167 km2. Par le nombre de communes qui le constituent (132 communes), c’est le plus important de la région et le second à l’échelle de la France métropolitaine, après celui du Saulnois dans le département de la-Moselle (135 communes). Cette caractéristique est liée en partie au grand nombre de très petites communes sur le piémont pyrénéen. Le Canton de Cazères avec 91 communes couvertes est également l’un des plus étendus du pays (9e rang en métropole). À l’opposé les cantons les moins étendus sont les cantons urbains de Toulouse dont quatre s’étendent sur moins de 10 km2 (figure 2).

Une majorité de cantons urbains

En Haute-Garonne, un grand nombre de cantons présentent un caractère urbain marqué : les trois quarts des habitants résident dans un pôle (agglomération de plus de 1 500 emplois). Dans un département où la principale unité urbaine regroupe à elle seule 70 % de la population, une vingtaine de cantons sur 27 ont leur territoire en totalité ou partiellement localisés sur l’agglomération toulousaine, dont 11 sur la commune de Toulouse. Dans l’ensemble du département, caractérisé aussi par un espace périurbain très vaste, la majorité des habitants résident en périphérie d’un pôle dans huit cantons. Cette proportion est supérieure à 90 % dans les cantons d’Auterive et de Villemur-sur-Tarn, situés en grande partie dans la couronne périurbaine de Toulouse. À l’inverse seulement 1,3 % de la population du département (16 600 personnes) résident en dehors de l’aire d’influence d’un pôle, dans des communes dites « isolées ». Ils sont localisés principalement dans trois cantons : Bagnères-de-Luchon, Cazères et Saint-Gaudens.

Dans tous les cantons la population augmente

Entre 2007 et 2012, la population du département augmente en moyenne de 1,2 % par an. Elle progresse dans l’ensemble des 27 cantons. Dans sept cantons, la hausse est supérieure à 2 % par an. Il s’agit principalement de cantons localisés en périphérie de l’agglomération toulousaine. Cependant deux d’entre eux sont localisés à l’intérieur même de l’agglomération, recouvrant une partie de la banlieue ouest : Blagnac et Toulouse-7 (comprenant les communes de Brax, Colomiers, Pibrac). Dans ces cantons, la hausse de la population est forte : respectivement + 2,4 % et + 2,3 % par an en moyenne. À l’opposé la population progresse très faiblement dans trois cantons : Bagnères-de-Luchon, Saint-Gaudens et Tournefeuille. La Haute-Garonne est un département jeune. Dans la majorité des cantons, la part des personnes âgées de 65 ans ou plus est relativement faible : 14,8 % dans le département, contre 19,4 % en Midi-Pyrénées.

Figure_1 – 27 nouveaux cantons en Haute-Garonne

Figure2 – Population des nouveaux cantons et caractéristiques de la population

Population des nouveaux cantons et caractéristiques de la population
Cantons de la Haute-Garonne Nb de communes Super- ficie km2 Popula- tion 2012 Densité hab/km2 Évolution annuelle moyenne (2007-2012) (%) Moins de 20 ans (%) 65 ans et plus (%) Répartition de la population dans le canton (%)
Pôle d'emploi Couronne d'un pôle Communes multi- polarisées Communes isolées
Auterive 47 671 49 898 74,3 2,1 26,4 16,1 0,0 98,8 1,0 0,2
Bagnères-de-Luchon 132 1 167 33 631 28,8 0,3 19,5 26,1 17,8 22,1 40,9 19,2
Blagnac 6 73 48 619 670,6 2,4 24,2 13,8 100,0 0,0 0,0 0,0
Castanet-Tolosan 15 93 41 410 447,0 1,6 24,3 17,6 93,4 6,6 0,0 0,0
Castelginest 10 69 50 849 738,4 1,1 24,8 13,2 100,0 0,0 0,0 0,0
Cazères 91 990 42 607 43,0 1,6 24,4 19,7 0,0 77,5 8,6 13,9
Escalquens 35 367 40 022 108,9 2,3 28,2 12,5 29,5 70,5 0,0 0,0
Léguevin 36 451 50 535 112,2 2,5 28,0 12,0 35,2 64,8 0,0 0,0
Muret 9 147 51 372 348,6 1,6 25,0 14,1 79,7 20,3 0,0 0,0
Pechbonnieu 26 271 39 555 146,1 1,5 27,4 13,7 54,0 46,0 0,0 0,0
Plaisance-du-Touch 10 149 45 380 304,0 2,1 28,7 11,8 36,3 63,7 0,0 0,0
Portet-sur-Garonne 12 110 45 980 419,8 1,6 26,1 14,8 79,5 20,5 0,0 0,0
Revel 59 599 38 786 64,8 1,2 25,9 18,0 24,3 69,5 6,2 0,0
Saint-Gaudens 62 573 34 853 60,8 0,5 19,9 26,0 54,5 24,3 9,3 11,9
Toulouse-1 1 9 53 310 5794,6 nd nd nd nd nd nd nd
Toulouse-2 1 9 53 111 6035,3 nd nd nd nd nd nd nd
Toulouse-3 1 4 53 232 12379,5 nd nd nd nd nd nd nd
Toulouse-4 1 4 52 060 11831,8 nd nd nd nd nd nd nd
Toulouse-5 1 13 45 047 3387,0 nd nd nd nd nd nd nd
Toulouse-6 1 23 54 201 2356,6 nd nd nd nd nd nd nd
Toulouse-7 4 61 55 237 899,6 nd nd nd nd nd nd nd
Toulouse-8 2 28 55 379 2006,5 nd nd nd nd nd nd nd
Toulouse-9 3 21 53 593 2564,3 nd nd nd nd nd nd nd
Toulouse-10 10 80 54 515 685,7 nd nd nd nd nd nd nd
Toulouse-11 2 19 44 781 2382,0 nd nd nd nd nd nd nd
Commune de Toulouse* 1 118 453 317 3848,5 0,6 21,8 12,9 100,0 0,0 0,0 0,0
Toulouse-7 hors Toulouse* 3 51 47 674 926,4 2,3 27,1 13,2 100,0 0,0 0,0 0,0
Toulouse-8 hors Toulouse* 1 7 7 469 1056,4 1,5 27,6 11,7 100,0 0,0 0,0 0,0
Toulouse-9 hors Toulouse* 2 13 22 021 1709,7 0,0 22,1 22,2 100,0 0,0 0,0 0,0
Toulouse-10 hors Toulouse* 9 76 31 375 415,1 1,5 25,2 16,4 80,6 19,4 0,0 0,0
Toulouse-11 hors Toulouse* 1 6 12 610 1955,0 1,6 20,5 20,1 100,0 0,0 0,0 0,0
Tournefeuille 3 36 51 510 1419,4 0,6 26,0 14,0 100,0 0,0 0,0 0,0
Villemur-sur-Tarn 19 309 39 876 129,2 2,2 27,3 15,0 8,7 91,3 0,0 0,0
Ensemble du département 589 6 346 1 279 349 201,6 1,2 24,1 14,8 73,5 23,3 1,9 1,3
  • Nd : Non disponible
  • *Certaines communes peuvent faire l’objet d’un découpage en plusieurs cantons. Le canton peut donc comprendre une partie de la commune principale et éventuellement une ou plusieurs communes périphériques. Certaines données n’étant disponibles qu’au niveau des communes entières, l'Insee considère la commune principale, entière, comme un pseudo-canton unique et distinct. Pour la ou les communes périphériques, le pseudo-canton considéré est alors identique au vrai canton amputé de la fraction de la commune principale que comprend le vrai canton. Les chiffres de population totale pour l’ensemble des nouveaux cantons portent sur leur vrai contour. En revanche, les caractéristiques de la population ne sont parfois disponibles qu’au niveau des pseudo-cantons, ce qui explique que certaines lignes du tableau ne soient pas renseignées.
  • Source : Insee, Recensements 2012 pour les populations légales et 2011 pour les caractéristiques de la population (exploitations principale)

Pour comprendre

Le canton est la circonscription électorale dans le cadre de laquelle sont élus les conseillers départementaux.

La loi du 17 mai 2013 instaure un nouveau mode d'élection pour les membres des conseils départementaux, nouvelle appellation des conseils généraux. Lors des élections des 22 et 29 mars 2015, les candidats se présentaient en binôme composé d'un homme et d’une femme, ceci afin de garantir la parité hommes-femmes. Dans chaque canton, un binôme a été élu au scrutin majoritaire à deux tours. Ces modifications s’inscrivent dans le cadre des objectifs définis par le Président de la République lors des États généraux de la démocratie territoriale.

Le nombre d’élus restant inchangé, la carte cantonale de chaque département a été modifiée en conséquence et a conduit à un nombre de cantons deux fois moins élevé.

Définitions

La notion d’unité urbaine correspond à celle de l’agglomération : c’est un ensemble continûment bâti, constitué d’une ville-centre et de sa banlieue. On parle de pôle dès lors qu’il y a au moins 1 500 emplois. Les communes appartenant à une unité urbaine sont dites urbaines, les autres sont considérées comme rurales.

L’aire urbaine est la zone d’influence d’un pôle. Elle est constituée du pôle et de sa couronne, ensemble de communes dont une partie importante de la population résidente (40 %) travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci.

Les communes multipolarisées sont les communes sous l’influence croisée de plusieurs pôles. Les autres communes sont dites isolées, hors influence des pôles.