Au quatrième trimestre 2014, l’intérim permet à l’emploi de se stabiliser

Delamare Julien (Insee)

Au quatrième trimestre 2014, l’emploi salarié haut-normand se stabilise après un recul au trimestre précédent. La hausse des emplois intérimaires compense la baisse de l’emploi dans les secteurs du commerce, de l’industrie et de la construction. Cette baisse est cependant moins accentuée qu’au trimestre précédent. L’industrie euroise connaît même un léger regain d’emplois. Seul l’emploi tertiaire baisse un peu plus vite qu’au troisième trimestre, a contrario de la tendance nationale.

Insee Flash Haute-Normandie
No 22
Paru le : 04/05/2015

L’emploi salarié haut-normand dans les secteurs principalement marchands est stable au quatrième trimestre 2014 (figure 1). L’emploi métropolitain quant à lui augmente légérement (+ 0,1 %). Cette stabilisation fait suite à une baisse au troisième trimestre. Les deux départements s’équilibrent. La Seine-Maritime gagne 160 emplois (+ 0,1 %), tandis que l’Eure en perd autant (- 0,1 %). Sur un an, l’emploi haut normand a perdu 2 500 emplois (- 0,6 %), une perte plus prononcée qu’au niveau national (- 0,3 %).

Figure_1 – L’emploi reste stable dans la région

  • Base 100 : 4e trimestre 2010
  • Source : Insee, estimations d’emploi

L’intérim repart à la hausse en Seine-Maritime

Après une baisse momentanée au troisième trimestre 2014, l’intérim haut-normand (figure 2) repart à la hausse au quatrième trimestre (+ 3,6 %). Il suit la tendance nationale (+ 4,6 %), mais à un rythme plus faible. La situation est contrastée selon le département. Tandis que l’intérim augmente fortement de 900 emplois en Seine-Maritime (+ 6,3 %), il diminue dans l’Eure de 130 emplois (- 1,9 %). Hors intérim, l’emploi dans l’Eure est stable, tandis qu’il diminue en Seine-Maritime (- 0,3 %).

Figure_2 – L’intérim augmente de 900 emplois en Seine-Maritime

  • Base 100 : 4e trimestre 2010
  • Source : Insee, estimations d’emploi

Emploi en baisse dans tous les secteurs

La baisse de l’emploi régional dans la construction (- 0,2 %) est moins accentuée (figure 3) qu’au trimestre précédent (- 1,2 %). Les deux départements sont concernés par la baisse, mais la perte d’emplois est plus limitée en Seine-Maritime (- 0,1 %) que dans l’Eure (- 0,6 %). Pour la première fois depuis fin 2012, la région fait mieux qu’au niveau national (- 1 %).

La perte d’emplois industriels dans la région s’est également ralentie (- 0,2 % contre - 0,6 %). Comme au niveau national, l’emploi dans l’énergie et l’agro-alimentaire progresse, tandis qu’il diminue dans la fabrication de matériels de transports. Alors qu’il baisse de 0,4 % en Seine-Maritime, l’emploi industriel dans l’Eure augmente de 0,1 %, grâce à l’énergie (+ 1,8 %) et à la fabrication d’équipements (+ 0,6 %).

Comme pour les deux précédents secteurs, la perte d’emplois dans le commerce (- 0,1 %) est moins forte dans la région qu’au trimestre précédent (- 0,4 %). C’est l’emploi commercial seino-marin qui baisse de 0,2 % tandis qu’il est stable dans l’Eure. L’évolution régionale reste un peu plus en-deçà du niveau national.

Figure_3 – Le rythme des pertes d’emplois industriels ralentit

  • Base 100 : 4e trimestre 2010
  • Source : Insee, estimations d’emploi

A contrario, la perte d’emplois dans les services est un peu plus forte (- 0,2 %) qu’au trimestre précédent (- 0,1 %), alors qu’au niveau national ce secteur enregistre un gain d’emplois (+ 0,3 %). L’emploi tertiaire dans l’Eure est stable. Les gains d’emplois dans l’immobilier, la finance et le transport compensent les autres secteurs, notamment information et communications (- 2,7 %). La perte d’emplois (- 340 emplois) est ainsi due exclusivement à la Seine-Maritime. Tous les secteurs, mis à part les autres activités de services, perdent des emplois, en particulier l’information et communication (- 1,6 %) et l’immobilier (- 1,2 %).

Sur un an, très forte croissance de l’intérim en Seine-Maritime

Sur l’année en glissement, l’emploi haut-normand baisse de 0,6 %, soit plus vite qu’au niveau national (- 0,3 %). La perte d’emplois est plus forte dans l’Eure (- 1,2 %) qu’en Seine-Maritime (- 0,4 %). Cependant, alors qu’au niveau national l’intérim augmente peu (+ 0,1 %), il connaît une vive croissance en Haute-Normandie (+ 10,8 %). L’intérim haut-normand est porté uniquement par la Seine-Maritime (+ 19 %), soit un gain de 2 400 emplois en un an. En effet, il diminue dans l’Eure (- 3,7 %). L’emploi dans les autres secteurs haut-normands, mis à part la construction, baisse plus qu’au niveau national. Alors que l’emploi tertiaire augmente sur un an de 0,6 % au niveau national, il diminue de 0,6 % dans la région.

Définitions

Les estimations trimestrielles d’emploi portent sur l’emploi salarié des secteurs principalement marchands : secteurs DE à MN et secteur RU hors activité des ménages en tant qu'employeurs.

Trois sources sont à la base de ces estimations : les bordereaux récapitulatifs de cotisations sociales, l’interrogation directe des grandes entreprises nationales (La Poste, France Télécom, EDF, GDF-Suez et la SNCF) et l’estimation du nombre d’intérimaires par la Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques (Dares).

Les estimations sont corrigées des variations saisonnières et révisées ponctuellement. Deux estimations sont diffusées chaque trimestre avec vingt jours d’écart : la première au niveau national et la seconde au niveau départemental.

Pour en savoir plus

« L’emploi marchand recule au troisième trimestre 2014 » / Insee - In : Informations rapides N° 281 (2014, décembre), 2p

« Le chômage repart à la hausse au troisième trimestre 2014 » / Insee Haute-Normandie ; Jean-Philippe Caritg - In : Insee Conjoncture Haute-Normandie N° 3 (2015, janvier), 4p

« Hausse généralisée du taux de chômage dans les zones d’emploi de Haute-Normandie au troisième trimestre 2014 » / Insee Haute-Normandie ; Catherine Sueur - In : Insee Flash Haute-Normandie N° 18 (2015, janvier), 2p