Indice des prix d'achat des moyens de production agricolesIpampa

Sources
Paru le : Paru le 19/11/2019
Consulter

Traitement statistique

Données sources

Au cours d’une campagne mensuelle de production d’indices, quatre sources principales sont mobilisées (liste non exhaustive) :
• pour l’essentiel, l’Enquête sur l’observation des prix des consommations intermédiaires (enquête PCIA), données du Service de la prospective et de l’évaluation (SSP) du Ministère de l’Agriculture ;
• les indices de prix à la production dans l’industrie et les services et les Index bâtiment, travaux publics et divers réalisés par l’Insee ;
• les indices de prix à la consommation pour le suivi des évolutions des prix de l’énergie ;
• le prix mensuel du fioul domestique disponible sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Fréquence de collecte des données

Mensuelle

Collecte des données

Enquête PCIA et sites Internet pour l'essentiel.

Élaboration des données

Si la méthode est uniforme pour calculer les indices agrégés, les prix moyens servant à calculer les indices élémentaires sont obtenus différemment selon que les biens et services consommés peuvent être considérés comme homogènes ou hétérogènes.
Au niveau élémentaire de calcul des résultats de l’enquête PCIA, on observe une grande dispersion des prix d’un même poste. En particulier, les prix des produits phytosanitaires sont beaucoup plus variables en comparaison de ceux des aliments ou des engrais. Cette dispersion s’explique à l’hétérogénéité des articles et de leur conditionnement ou de leur composition. De plus, s’agissant de produits du commerce dont le marché évolue en permanence, rien ne garantit de connaître la part de chaque article dans le chiffre d’affaires de l’entreprise enquêtée même si a priori ces informations étaient connues en théorie lors de la mise en place de la base de calcul.
Le calcul direct d’un indice de prix (moyen) se heurte ainsi à deux obstacles principaux : en l’absence de coefficients de pondérations exprimant les quantités vendues des différents articles, on pondère implicitement les variations de prix de chaque article par son prix relatif, pour l’établissement des comptes nationaux de l’agriculture ; l’évaluation des variations de prix est beaucoup plus sensible aux ruptures de séries qui risquent d’entraîner des problèmes de gestion de l’échantillon au niveau des prix comme des pondérations.
La solution retenue consiste à mesurer les évolutions des prix d’un poste en fonction non de son prix moyen, mais de l’évolution moyenne des prix des séries qui composent l’indice. On convertit ainsi les éléments constitutifs des indices en une unité commune (taux de variation du prix) en éliminant des prix leurs « niveaux » particuliers.
Il reste à calculer pour chaque poste, l’évolution moyenne géométrique des prix. Dans le cas de la mesure d’évolution moyenne de prix, la moyenne arithmétique n’est pas adaptée car elle ne satisfait pas la propriété d’identité des évolutions et serait à l’origine d’une dérive des indices.
Les indices des prix d’achat des moyens de production agricole sont des indices de Laspeyres à base fixe définie sur une période de temps donnée (i.e. les pondérations sont inchangées tout au long d’une base). Ces coefficients sont issus des comptes semi-définitifs de l’agriculture de 2015.
Les indices des prix d’achat des moyens de production agricole en base 2015 sont recalculés en utilisant les pondérations de la nouvelle base depuis janvier 2013. Pour les rétropolations sur les périodes antérieures, les évolutions des indices ont été raccordées, lorsque cela a été possible, aux évolutions des indices retenues pour les séries de la base précédente de calcul (2010).

Ajustement

D’après le « Manuel de la statistique de l’UE relatif aux prix agricoles », les dépenses réalisées par les agriculteurs au cours de la période de base pour l’achat de leurs moyens de production, y compris les achats de produits végétaux d’autres unités agricoles au titre des consommations intermédiaires, constituent la valeur de départ pour le calcul des coefficients de pondération de l’indice.
Ces dépenses sont exprimées elles aussi hors TVA (déductible ou remboursable). Les moyens de production doivent être évalués au prix d’achat, c’est-à-dire au prix que l’acheteur paie effectivement pour le produit. Ce prix englobe les impôts moins les subventions sur les produits (mais ne comprend pas les taxes déductibles, telle que la TVA déductible).
On pose, par convention, que les engrais et les aliments pour animaux achetés sont consommés dans la même période de production et qu’il n’y a pas de stocks à la ferme.
Les pondérations de l’indice des biens et services contribuant aux investissements agricoles représentent les dépenses réalisées par les agriculteurs au cours de la période de base pour l’achat de biens et de services de ce type.