Insee
Informations Rapides · 31 octobre 2023 · n° 275
Informations rapidesLe PIB progresse modestement au troisième trimestre 2023 (+0,1 % après +0,6 %) Comptes nationaux trimestriels - première estimation - troisième trimestre 2023

Le produit intérieur brut (PIB) ralentit au troisième trimestre 2023 : il progresse de +0,1 % en volume*, après +0,6 % au trimestre précédent.

La demande intérieure finale (hors stocks) accélère et contribue positivement à la croissance du PIB ce trimestre (+0,7 point après +0,2 point au deuxième trimestre 2023), du fait de la hausse conjointe de la consommation des ménages (+0,7 % après 0,0 %) et de la formation brute de capital fixe (FBCF) (+1,0 % après +0,5 %).

À l’inverse, le commerce extérieur se contracte au troisième trimestre 2023 : les exportations se replient nettement après un deuxième trimestre dynamique (-1,4 % après +2,4 %), tout comme, dans une moindre mesure, les importations (-0,5 % après +2,5 %). Dans ce contexte, le commerce extérieur contribue négativement à la croissance du PIB ce trimestre (-0,3 point après -0,1 point).

Enfin, la contribution des variations de stocks à l’évolution du PIB est négative ce trimestre. Elle s’établit à -0,3 point, après +0,5 point au deuxième trimestre 2023.

Informations rapides
No 275
Paru le :Paru le31/10/2023
Prochaine parution le : 30/01/2024 à 07h30 - quatrième trimestre 2023

Le produit intérieur brut (PIB) ralentit au troisième trimestre 2023 : il progresse de +0,1 % en volume*, après +0,6 % au trimestre précédent.

La demande intérieure finale (hors stocks) accélère et contribue positivement à la croissance du PIB ce trimestre (+0,7 point après +0,2 point au deuxième trimestre 2023), du fait de la hausse conjointe de la consommation des ménages (+0,7 % après 0,0 %) et de la formation brute de capital fixe (FBCF) (+1,0 % après +0,5 %).

À l’inverse, le commerce extérieur se contracte au troisième trimestre 2023 : les exportations se replient nettement après un deuxième trimestre dynamique (-1,4 % après +2,4 %), tout comme, dans une moindre mesure, les importations (-0,5 % après +2,5 %). Dans ce contexte, le commerce extérieur contribue négativement à la croissance du PIB ce trimestre (-0,3 point après -0,1 point).

Enfin, la contribution des variations de stocks à l’évolution du PIB est négative ce trimestre. Elle s’établit à -0,3 point, après +0,5 point au deuxième trimestre 2023.

* Les volumes sont mesurés aux prix de l’année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO
PIB
2023-T3 593869
2023-T2 593312
2023-T1 589958
2022-T4 589545
2022-T3 589751
2022-T2 586762
2022-T1 584275
2021-T4 585019
2021-T3 582361
2021-T2 564973
2021-T1 560042
2020-T4 559802
2020-T3 563612
2020-T2 479541
2020-T1 552280
2019-T4 583084
2019-T3 585494
2019-T2 584906
2019-T1 581024
2018-T4 577020
2018-T3 574000
2018-T2 571435
2018-T1 568800
2017-T4 568875
2017-T3 565437
2017-T2 560467
2017-T1 555564
2016-T4 552112
2016-T3 548749
2016-T2 546709
2016-T1 548738
2015-T4 545351
2015-T3 544246
2015-T2 543073
2015-T1 542251
2014-T4 539388
2014-T3 539820
2014-T2 536805
2014-T1 536349
2013-T4 536645
2013-T3 532649
2013-T2 533148
2013-T1 529387
2012-T4 529191
2012-T3 530016
2012-T2 528695
2012-T1 529155
2011-T4 529504
2011-T3 528169
2011-T2 525774
2011-T1 525955
2010-T4 520393
2010-T3 517273
2010-T2 514169
2010-T1 511539
2009-T4 510206
2009-T3 505849
2009-T2 505519
2009-T1 505317
2008-T4 514227
2008-T3 522099
2008-T2 522754
2008-T1 525852
2007-T4 523290
2007-T3 522229
2007-T2 519967
2007-T1 516447
2006-T4 512413
2006-T3 509294
2006-T2 508519
2006-T1 503296
2005-T4 499541
2005-T3 496385
2005-T2 493062
2005-T1 491948

Produit intérieur brut - Volume aux prix de l'année précédente chaînés - Série CVS-CJO

  • Source : Insee

Le PIB et ses composantes en volumes chaînés

variations en %, données CVS-CJO
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés (variations en %, données CVS-CJO)
2022T4 2023T1 2023T2 2023T3 2022 2023 (acquis)
PIB 0,0 0,1 0,6 0,1 2,5 0,9
Importations -0,8 -3,1 2,5 -0,5 8,8 0,2
Dép. conso. ménages -0,6 0,4 0,0 0,7 2,1 0,7
Dép. conso. APU* 0,7 -0,3 0,2 0,4 2,6 0,6
FBCF totale 0,2 -0,3 0,5 1,0 2,3 2,1
dont ENF** 0,6 0,2 0,9 1,5 3,8 4,2
dont Ménages -1,1 -1,6 -0,8 0,1 -1,2 -3,2
dont APU* 0,6 0,1 1,0 0,0 1,5 2,2
Exportations 0,8 -1,8 2,4 -1,4 7,4 1,1
Contributions :
Demande intérieure finale hors stocks -0,1 0,0 0,2 0,7 2,4 1,0
Variations de stocks -0,5 -0,5 0,5 -0,3 0,7 -0,4
Commerce extérieur 0,5 0,6 -0,1 -0,3 -0,6 0,3
  • * APU : administrations publiques
  • ** ENF : entreprises non financières
  • Les volumes sont mesurés aux prix de l'année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).
  • Source : Insee

La production totale ralentit au troisième trimestre 2023 (+0,2 % après +0,8 %)

La production totale (biens et services) décélère au troisième trimestre 2023 (+0,2 % après +0,8 % au trimestre précédent).

La production de l’industrie manufacturière se contracte légèrement (-0,3 % après +1,1 %), tirée à la baisse par des replis dans les matériels de transport (-1,7 % après +3,7 %), l’agro-alimentaire (-1,3 % après +0,7 %) et les « autres produits manufacturés » (-0,3 % après +0,4 %) et malgré la forte accélération de l’activité dans les raffineries (+7,0 % après +1,6 %). Par ailleurs, la production d’« énergie-eaux-déchets » ralentit nettement ce trimestre : elle croît de +0,9 % après +3,1 %.

La production de services marchands ralentit quant à elle ce trimestre (+0,3 % après +0,7 %) du fait notamment de la baisse de la production dans les services de transport (-1,2 % après 0,0 %) et dans l’hébergement-restauration (-0,3 % après +1,1 %) alors que l’activité dans l’information-communication reste dynamique (+1,5 % après +1,8 %).

Le produit intérieur brut et ses composantes

Le produit intérieur brut et ses composantes
Variations de stocks Commerce extérieur Consommation PIB Investissement
2023-T3 -0.34 -0.29 0.48 0.1 0.24
2023-T2 0.49 -0.09 0.05 0.6 0.12
2023-T1 -0.55 0.57 0.1 0.1 -0.06
2022-T4 -0.47 0.51 -0.13 0.0 0.05
2022-T3 0.26 -0.63 0.33 0.5 0.56
2022-T2 0.48 -0.5 0.3 0.4 0.14
2022-T1 0.3 0.0 -0.51 -0.1 0.09
2021-T4 0.64 -0.35 0.24 0.5 -0.07
2021-T3 -0.81 0.58 3.29 3.1 0.02
2021-T2 -0.11 -0.16 0.75 0.9 0.4
2021-T1 0.16 -0.49 0.26 0.0 0.11

Le produit intérieur brut et ses composantes

  • Source : Insee

Production, consommation et FBCF : principales composantes

variations en %, données CVS-CJO
Production, consommation et FBCF : principales composantes (variations en %, données CVS-CJO)
2022T4 2023T1 2023T2 2023T3 2022 2023 (acquis)
Production branche 0,0 0,4 0,8 0,2 3,7 1,7
Biens 0,0 1,8 1,6 0,1 0,5 3,1
Ind. manufacturière -0,8 0,9 1,1 -0,3 1,7 1,5
Construction 0,0 -0,4 -0,1 0,0 -0,7 -0,5
Services marchands 0,0 -0,1 0,7 0,3 6,6 1,5
Services non marchands 0,2 0,2 0,4 0,4 1,1 0,8
Consommation des ménages -0,6 0,4 0,0 0,7 2,1 0,7
Alimentaire -2,2 -1,6 -1,8 0,7 -3,6 -4,3
Énergie -8,1 5,9 0,1 0,2 -4,1 -0,4
Biens fabriqués 0,2 0,0 0,0 1,2 -1,1 0,7
Services 0,6 0,4 0,8 0,4 8,5 2,4
FBCF 0,2 -0,3 0,5 1,0 2,3 2,1
Produits manufacturés 1,3 0,0 0,3 2,6 3,5 5,5
Construction -0,1 -0,5 0,0 0,0 -0,9 -0,5
Services marchands -0,1 -0,1 1,1 1,1 5,4 3,0
  • Source : Insee

La consommation des ménages retrouve de l’allant au troisième trimestre 2023 (+0,7 % après 0,0 %)

La consommation des ménages accélère au troisième trimestre 2023 (+0,7 % après 0,0 %) sous l’effet du rebond des achats de biens par les ménages (+0,8 % après -0,6 %). En particulier, la consommation alimentaire repart à la hausse (+0,7 %), après huit trimestres consécutifs de baisse (méthodologie révisée, cf. la publication mensuelle Dépenses de consommation des ménages en biens - septembre 2023). De même, les achats de biens d’équipement rebondissent ce trimestre (+3,2 % après -0,8 %) tandis que les dépenses en matériels de transport accélèrent (+2,3 % après +1,4 %).

À l'inverse, la consommation des ménages en services ralentit (+0,4 %, après +0,8 % au deuxième trimestre). En particulier, la consommation en services de transport décélère nettement ce trimestre (+0,3 % après +2,8 %) tandis que les dépenses en hébergement et restauration se replient légèrement (-0,1 % après +1,9 %).

La FBCF accélère au troisième trimestre 2023 (+1,0 % après +0,5 %)

La FBCF totale accélère au troisième trimestre 2023 (+1,0 % après +0,5 %), portée essentiellement par le dynamisme de la FBCF en produits manufacturés (+2,6 % après +0,3 %) : l’investissement en biens d’équipement rebondit (+1,5 % après ‑1,3 %) tandis que l’investissement en matériels de transport accélère après un deuxième trimestre déjà dynamique (+5,9 % après +4,3 %). Par ailleurs, la FBCF en services marchands demeure bien orientée : elle progresse de +1,1 %, comme au trimestre précédent, en raison du dynamisme de l’investissement en information-communication (+2,5 % après +2,8 %) et malgré la poursuite de la baisse de l’investissement en services liés aux transactions immobilières (-6,9 % après ‑3,9 %). L’investissement en construction reste quant à lui stable.

Par secteur institutionnel, la croissance de la FBCF est portée par les investissements des entreprises non financières (+1,5 % après +0,9 %). La FBCF des ménages et celle des administrations publiques (APU) sont quasi stables sur le trimestre.

Le commerce extérieur contribue négativement à la croissance du PIB (-0,3 point)

La contribution du commerce extérieur à la croissance du PIB est de nouveau négative au troisième trimestre 2023 (-0,3 point, après -0,1 point au trimestre précédent), du fait d’une baisse des exportations plus forte que celle des importations.

Les exportations se contractent sensiblement au troisième trimestre 2023 (-1,4 % après +2,4 %). Elles sont notamment tirées à la baisse par les exportations de matériels de transport (-5,5 % après +9,9 %), de biens d’équipement (-1,9 % après +2,3 %), de produits agricoles (-2,8 % après +5,1 %) et d’« autres produits manufacturés » (-0,5 % après +1,9 %). Les exportations de services diminuent de nouveau (-1,1 % après -1,5 %), en lien avec la nouvelle baisse des exportations de services de transport (-3,0 % après -5,0 %).

Les importations se replient également ce trimestre (-0,5 % après +2,5 %), mais dans une moindre mesure que les exportations. Elles sont surtout pénalisées par la contraction des importations de produits manufacturés (-2,6 % après +2,6 %), en particulier les importations de pétrole raffiné (-9,2 % après +11,4 %), de biens d’équipement (-4,0 % après +1,6 %) et d’« autres produits manufacturés » (-2,6 % après +2,8 %). À l’inverse, les importations de services accélèrent (+2,0 % après +0,3 %), notamment dans les services de transport (+4,8 % après +0,6 %) et l’information-communication (+2,7 % après +0,6 %).

La contribution des variations de stocks à l’évolution du PIB est négative au troisième trimestre 2023 (‑0,3 point)

Les variations de stocks contribuent négativement à la croissance du PIB ce trimestre : -0,3 point, après +0,5 point au deuxième trimestre 2023. Les contributions négatives sont particulièrement marquées pour les produits agroalimentaires, les biens d’équipement et les « autres produits manufacturés ».

Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages

variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages (variations t/t-1, en %, données CVS-CJO)
2022T4 2023T1 2023T2 2023T3 2022 2023 (acquis)
RDB 3,4 1,6 1,5 nd 5,1 6,8
RDB (pouvoir d'achat) 1,5 -0,4 0,1 nd 0,2 1,0
RDB par uc* (pouvoir d'achat) 1,4 -0,5 0,0 nd -0,4 0,6
RDB ajusté (pouvoir d'achat) 1,4 -0,3 0,2 nd 1,1 1,0
Taux d'épargne (niveau) 18,6 18,0 18,1 nd 17,5 nd
Taux d'épargne financière (niveau) 7,5 7,0 7,3 nd 6,2 nd
  • * uc : unité de consommation
  • nd : non disponible à la première estimation
  • Source : Insee

Ratios des comptes des sociétés non financières

niveaux en %, données CVS-CJO
Ratios des comptes des sociétés non financières (niveaux en %, données CVS-CJO)
2022T4 2023T1 2023T2 2023T3 2022
Taux de marge 31,4 31,6 33,0 nd 31,7
Taux d'investissement 26,3 26,1 25,7 nd 25,9
Taux d'épargne 22,0 21,2 22,3 nd 22,2
Taux d'autofinancement 83,7 80,9 86,8 nd 85,8
  • nd : non disponible à la première estimation
  • Source : Insee

Dépenses, recettes et besoin de financement des administrations publiques

niveaux, données CVS-CJO
Dépenses, recettes et besoin de financement des administrations publiques (niveaux, données CVS-CJO)
2022T4 2023T1 2023T2 2023T3 2022
En milliards d'euros
Dépenses totales 394,3 393,2 392,8 nd 1538,8
Recettes totales 354,7 361,0 360,7 nd 1412,0
Capacité (+) ou besoin (–) de financement -39,6 -32,2 -32,1 nd -126,8
En % de PIB
Capacité (+) ou besoin (–) de financement -5,9 -4,7 -4,6 nd -4,8
  • nd : non disponible à la première estimation
  • Source : Insee

Révisions

La croissance du PIB a été révisée à la hausse de 0,1 point (après arrondi) au deuxième trimestre 2023 ; elle s’établit donc à +0,6 %. En particulier, la FBCF (notamment la construction) ainsi que la consommation des ménages (notamment la correction liée aux dépenses des touristes résidents et non-résidents) ont été revues à la hausse, si bien que la contribution de la demande intérieure finale à la croissance est corrigée à la hausse de 0,4 point, à +0,2 point (contre -0,2 point dans la précédente publication). Par ailleurs, les importations ont été sensiblement revues à la hausse et les exportations légèrement à la baisse : la contribution du commerce extérieur est ainsi revue à la baisse de 0,4 point, à -0,1 point contre +0,3 point dans la précédente publication.

Depuis la précédente publication, de nouvelles informations ont été intégrées et les coefficients de correction des variations saisonnières (CVS) et de correction des effets des jours ouvrables (CJO) ont été actualisés.

De plus, une nouvelle méthode d’estimation de la consommation de produits alimentaires à partir d’indicateurs construits à partir des données de caisses (pour les achats en grande surface) et des indices de chiffre d’affaires (pour les achats dans les commerces spécialisés) a été mise en œuvre pour les données à partir de 2020. Ce changement conduit à réviser significativement à la hausse la consommation de produits alimentaires sur les trimestres les plus récents. Le diagnostic d’une baisse inédite de la consommation alimentaire n’est pas remis en cause, mais l’ampleur de cette baisse depuis la mi-2021 est diminuée d’environ un tiers. Cette révision a un faible effet positif sur la croissance du PIB via les marges de commerces et la TVA, l’essentiel de la contrepartie se faisant par de moindres variations de stocks.

Pour en savoir plus

Prochaine publication : le 30 novembre 2023, à 8h45.

Pour en savoir plus

Prochaine publication : le 30 novembre 2023, à 8h45.

: bureau-de-presse@insee.fr
: