Insee
Informations Rapides · 28 février 2023 · n° 51
Informations rapidesAu quatrième trimestre 2022, le PIB ralentit (+0,1 %) tandis que le pouvoir d’achat du RDB des ménages par unité de consommation reste dynamique (+0,8 %)  Comptes nationaux trimestriels - résultats détaillés - quatrième trimestre 2022

Au quatrième trimestre 2022, l’évolution du PIB en volume est confirmée à +0,1 %.

Le pouvoir d’achat du revenu disponible brut des ménages par unité de consommation augmente de 0,8 % au quatrième trimestre 2022 (après +0,7 % au T3). Le taux d’épargne des ménages augmente fortement ce trimestre : il s’établit à 17,8 %, après 16,1 % au troisième trimestre 2022.

Le taux de marge des sociétés non financières (SNF) augmente de 0,5 point : il s’établit à 32,4 %, après 31,9 %.

Informations rapides
No 51
Paru le :Paru le28/02/2023
Prochaine parution le : 31/05/2024 à 08h45 - premier trimestre 2024
Avertissement

Comme les années précédentes, le compte des administrations publiques pour le quatrième trimestre 2022 et l’ensemble de l’année 2022 n’est pas diffusé avec ces Résultats détaillés. L’estimation du déficit public pour l’année 2022, utilisant la méthodologie des comptes nationaux annuels, sera diffusée le 28 mars prochain.

Au quatrième trimestre 2022, l’évolution du PIB en volume est confirmée à +0,1 %.

Le pouvoir d’achat du revenu disponible brut des ménages par unité de consommation augmente de 0,8 % au quatrième trimestre 2022 (après +0,7 % au T3). Le taux d’épargne des ménages augmente fortement ce trimestre : il s’établit à 17,8 %, après 16,1 % au troisième trimestre 2022.

Le taux de marge des sociétés non financières (SNF) augmente de 0,5 point : il s’établit à 32,4 %, après 31,9 %.

L’évolution du PIB au quatrième trimestre 2022 est confirmée à +0,1 %

Au quatrième trimestre 2022, le PIB en volume* ralentit de nouveau (+0,1 % en variation trimestrielle, après +0,2 % au T3 2022 et +0,5 % au T2). La consommation des ménages décroît (‑1,2 % après +0,4 %), tirée vers le bas par la consommation en biens. La formation brute de capital fixe (FBCF) ralentit quant à elle (+0,3 % après +2,3 %). Au total, la demande intérieure finale hors stocks contribue négativement, à hauteur de ‑0,4 point, à l’évolution du PIB (après +0,8 point au trimestre précédent).

Les importations fléchissent (‑0,4 % après +4,2 %), du fait de la baisse des importations énergétiques, et les exportations ralentissent (+0,5 % après +1,0 %), du fait des produits manufacturés, mais progressent encore. La contribution du commerce extérieur à l’évolution du PIB est donc positive (+0,3 point après ‑1,1 point).

Enfin, la contribution des variations de stocks à l’évolution du PIB est positive ce trimestre (+0,2 point après +0,4 point au troisième trimestre 2022).

* Les volumes sont mesurés aux prix de l’année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).

Le produit intérieur brut et ses composantes

Le produit intérieur brut et ses composantes
Variations de stocks Commerce extérieur Consommation PIB Investissement
2022-T4 0.15 0.31 -0.45 0.1 0.06
2022-T3 0.43 -1.08 0.27 0.2 0.54
2022-T2 0.26 -0.14 0.32 0.5 0.06
2022-T1 0.01 0.16 -0.46 -0.2 0.07
2021-T4 0.86 -0.73 0.52 0.6 -0.07
2021-T3 -0.74 0.36 3.6 3.3 0.12
2021-T2 -0.44 0.25 0.76 1.1 0.5
2021-T1 0.29 -0.51 0.14 0.1 0.14

Le produit intérieur brut et ses composantes

  • Source : Insee

Le PIB et ses composantes en volumes chaînés

variations en %, données CVS-CJO
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés (variations en %, données CVS-CJO)
2022T1 2022T2 2022T3 2022T4 2021 2022
PIB -0,2 0,5 0,2 0,1 6,8 2,6
Importations 1,3 1,1 4,2 -0,4 7,8 9,1
Dép. conso. ménages -1,0 0,6 0,4 -1,2 5,2 2,7
Dép. conso. APU* 0,3 0,0 0,3 0,6 6,4 2,7
FBCF totale 0,3 0,3 2,3 0,3 11,4 2,3
dont ENF** 0,1 0,5 3,8 0,6 11,4 3,3
dont Ménages 0,0 -0,1 -0,7 -0,9 17,0 0,3
dont APU* 1,1 -0,1 1,0 0,5 2,7 0,6
Exportations 1,9 0,7 1,0 0,5 8,6 7,1
Contributions :
Demande intérieure finale hors stocks -0,4 0,4 0,8 -0,4 7,0 2,7
Variations de stocks 0,0 0,3 0,4 0,2 -0,3 0,6
Commerce extérieur 0,2 -0,1 -1,1 0,3 0,1 -0,7
  • * APU : administrations publiques
  • ** ENF : entreprises non financières
  • Les volumes sont mesurés aux prix de l'année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).
  • Source : Insee

Production, consommation et FBCF : principales composantes

variations en %, données CVS-CJO
Production, consommation et FBCF : principales composantes (variations en %, données CVS-CJO)
2022T1 2022T2 2022T3 2022T4 2021 2022
Production branche 0,2 0,7 0,4 0,1 7,2 3,4
Biens 0,2 -0,1 0,0 0,0 5,7 0,1
Ind. manufacturière 1,0 0,5 0,6 -0,4 6,4 1,5
Construction 0,5 -0,5 -0,1 -0,2 12,8 0,4
Services marchands 0,2 1,5 0,7 0,2 7,3 5,9
Services non marchands 0,2 -0,1 0,2 0,3 6,7 1,5
Consommation des ménages -1,0 0,6 0,4 -1,2 5,2 2,7
Alimentaire -1,4 -2,1 -1,2 -2,9 -0,8 -4,7
Énergie -3,6 -1,7 0,4 -6,2 8,1 -4,0
Biens fabriqués -1,7 -0,3 0,0 0,3 6,9 -1,1
Services 0,0 2,6 0,3 0,4 6,6 9,2
FBCF 0,3 0,3 2,3 0,3 11,4 2,3
Produits manufacturés -1,6 -0,6 6,7 1,2 10,7 1,0
Construction 0,7 -1,1 0,0 0,1 14,2 -0,1
Services marchands 0,9 2,2 2,4 0,0 8,9 5,5
  • Source : Insee

Le pouvoir d’achat des ménages reste dynamique au quatrième trimestre 2022

Le revenu disponible brut (RDB) des ménages en euros courants accélère au quatrième trimestre 2022 (+2,9 % après +2,5 %). Il est notamment porté par un net recul des prélèvements fiscaux (‑3,3 % après +3,0 %), en raison de la suppression de la contribution à l’audiovisuel public et de la poursuite de la baisse de la taxe d’habitation (deuxième dégrèvement pour les 20 % de ménages les plus aisés). La masse salariale reçue par les ménages reste très dynamique (+1,7 %, comme au trimestre précédent) : l’emploi salarié ralentit légèrement (+0,2 % après +0,3 %) mais le salaire moyen par tête accélère un peu (+1,5 % après +1,4 %) sous l’effet notamment de versements de primes de partage de la valeur (PPV) particulièrement élevés ce trimestre. En revanche, les prestations sociales en espèces ralentissent nettement (+0,7 % après +3,2 %) après les fortes revalorisations du trimestre précédent.

Dans le même temps, le déflateur de la consommation des ménages accélère de nouveau (+2,0 % après +1,7 %). Il reste très dynamique mais moins que le RDB en euros courants. Ainsi, le pouvoir d’achat du RDB des ménages demeure en hausse (+0,9 % après +0,8 %). Sur l’ensemble de l’année, il ralentit fortement (+0,2 % après +2,3 % en 2021), du fait de la vive accélération des prix de la consommation (+5,3 % en 2022 après +1,6 %). Mesuré par unité de consommation pour être ramené à un niveau individuel, le pouvoir d’achat du RDB des ménages augmente de 0,8 % au quatrième trimestre (après +0,7 % au T3). Sur l’ensemble de l’année, il recule de 0,2 %.

Compte tenu de la baisse de la consommation malgré la progression du pouvoir d’achat du RDB en fin d’année, le taux d’épargne des ménages augmente fortement au quatrième trimestre 2022 : il s’établit à 17,8 %, après 16,1 % au troisième trimestre 2022.

En moyenne sur l’année 2022, le taux d’épargne s’établit à 16,6 %. Il recule de 2 points par rapport à 2021, mais reste bien supérieur à son niveau d’avant la crise sanitaire (+1,6 point par rapport à 2019).

Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages

variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages (variations t/t-1, en %, données CVS-CJO)
2022T1 2022T2 2022T3 2022T4 2021 2022
RDB -0,1 1,3 2,5 2,9 4,0 5,5
RDB (pouvoir d'achat) -1,4 -0,7 0,8 0,9 2,3 0,2
RDB par uc* (pouvoir d'achat) -1,5 -0,8 0,7 0,8 1,9 -0,2
RDB ajusté (pouvoir d'achat) -1,0 -0,5 0,7 0,9 3,7 1,2
Taux d'épargne (niveau) 16,9 15,8 16,1 17,8 18,7 16,6
Taux d'épargne financière (niveau) 5,5 4,5 4,8 6,9 7,7 5,4
  • * uc : unité de consommation
  • Source : Insee

Les heures travaillées accélèrent un peu

Le nombre total d’heures travaillées augmente de 0,4 % au quatrième trimestre 2022 (après +0,3 %). L’emploi total ralentit légèrement (+0,3 % après +0,4 %) mais le nombre d’heures par emploi augmente un peu, du fait de la baisse du nombre d’arrêts maladie ce trimestre.

Le taux de marge des sociétés non financières augmente

Au quatrième trimestre 2022, le taux de marge des sociétés non financières (SNF) augmente de 0,5 point : il s’établit à 32,4 %, après 31,9 %. La hausse du taux de marge provient notamment de l’amélioration des termes de l’échange intérieur, le prix de la valeur ajoutée des SNF étant plus dynamique que le prix de la consommation ce trimestre. La productivité par tête baisse ce trimestre, mais cette baisse est compensée par le recul des salaires réels et du taux apparent des cotisations patronales (les versements importants de primes de partage de la valeur n’étant pas soumis à cotisations sociales). Le taux de marge augmente notamment dans les branches énergétiques, tandis qu’il se replie un peu dans les services de transport, tout en restant élevé dans cette branche.

En moyenne sur l’année 2022, le taux de marge des SNF s’établit à 32,0 % (après 34,2 % en 2021). Après avoir atteint un niveau historiquement haut en 2021, il recule de 2,2 points en 2022, en raison essentiellement de la fin des mesures de soutien liées à la crise sanitaire. Il reste néanmoins supérieur de 0,5 point à son niveau moyen de 2018.

Ratios des comptes des sociétés non financières

niveaux en %, données CVS-CJO
Ratios des comptes des sociétés non financières (niveaux en %, données CVS-CJO)
2022T1 2022T2 2022T3 2022T4 2021 2022
Taux de marge 31,7 32,1 31,9 32,4 34,2 32,0
Taux d'investissement 25,2 25,2 26,2 25,9 25,6 25,6
Taux d'épargne 24,1 23,0 23,7 24,6 26,8 23,8
Taux d'autofinancement 95,4 91,4 90,5 94,7 105,0 93,0
  • Source : Insee

Révisions

L’évolution du PIB au quatrième trimestre 2022 est confirmée à +0,1 %, comme publié à la première estimation. Depuis la précédente publication, de nouvelles informations ont été intégrées et les coefficients de correction des variations saisonnières (CVS) et de correction des effets des jours ouvrables (CJO) ont été actualisés, mais ces révisions se compensent globalement sur l’estimation de la croissance du PIB. Les exportations et les importations sont notamment revues nettement à la hausse.

Pour en savoir plus

Prochaine publication : le 28 avril 2023, à 7h30.

Pour en savoir plus

Prochaine publication : le 28 avril 2023, à 7h30.

: bureau-de-presse@insee.fr
: