Insee
Insee Flash Réunion · Décembre 2022 · n° 241
Insee Flash RéunionLes entreprises réunionnaises créent 7,5 milliards d’euros de valeur ajoutée en 2020 Élaboration des statistiques annuelles d’entreprises 2020

Ludovic Besson, Insee

En 2020, les entreprises réunionnaises marchandes, hors secteurs agricoles et financiers, créent 7,5 milliards d’euros de valeur ajoutée, pour un chiffre d’affaires de 25,5 milliards d’euros. Leur investissement s’élève à 2 milliards d’euros. Il est très fortement concentré : 5 % des entreprises réalisent 93 % de l’investissement.

Insee Flash Réunion
No 241
Paru le : Paru le 01/12/2022

Cette publication est basée sur la définition juridique de l’entreprise (l’unité légale) comme les années précédentes. Sont fournis en complément des résultats selon la définition économique de l’entreprise, au sens de la loi de modernisation de l’économie (LME) de 2008 (encadré).

En 2020, 46 400 entreprises composent les secteurs principalement marchands non agricoles et non financiers à La Réunion (figure 1). Elles créent une de 7,5 milliards d’euros (0,7 % de la valeur ajoutée des entreprises françaises hors Mayotte), pour un chiffre d’affaires de 25,5 milliards d’euros.

Quatre secteurs contribuent fortement à la création de cette valeur ajoutée : l’enseignement, la santé humaine et l’action sociale (hors secteur public), les différents services aux entreprises, le commerce de détail et la construction.

Les deux tiers des entreprises n’emploient aucun salarié. Les autres, au nombre de 14 370, emploient 117 000 personnes au 31 décembre 2020. Elles sont très majoritairement de petite taille : 11 870 entreprises emploient entre 1 et 9 salariés, 2 460 entre 10 et 249 salariés, et 34 plus de 250 salariés.

Figure 1Principales caractéristiques des entreprises réunionnaises en 2020 par secteur d’activité

Principales caractéristiques des entreprises réunionnaises en 2020 par secteur d’activité
Secteurs Entreprises Chiffre d'affaires Valeur ajoutée (VA) Investissement Part de la VA Taux de marge
nombre en millions d’euros en %
Total 46 382 25 453 7 475 1 988 100,0 26,7
Extraction, énergie, environnement 1 451 905 391 126 5,2 52,3
Fabrication d'aliments, tabac 871 1 623 479 90 6,4 25,9
Autre industrie manufacturière 1 916 1 220 376 64 5,0 21,2
Construction 5 531 2 373 764 117 10,2 5,5
Commerce et réparation de véhicules 1 270 1 614 257 28 3,4 26,7
Commerce de gros hors véhicules 1 918 4 269 534 53 7,1 33,3
Commerce de détail hors véhicules 5 841 6 160 969 115 13,0 29,4
Transports et entreposage 1 572 1 243 408 92 5,5 8,1
Hébergement et restauration 2 909 669 239 102 3,2 13,7
Information et communication 934 746 282 70 3,8 55,2
Activités immobilières 2 012 867 483 822 6,5 61,6
Activités scientifiq. et techniq. ; services administratifs et de soutien 8 137 1 761 1 008 244 13,5 14,0
Enseignement, santé humaine et action sociale 9 062 1 717 1 166 43 15,6 34,3
Autres activités de services 2 958 286 120 21 1,6 25,2
  • Note : le taux de marge ne concerne que les entreprises ayant au moins un salarié.
  • Champ : entreprises réunionnaises des secteurs principalement marchands hors secteurs agricoles et financiers .
  • Source : Insee, Ésane 2020 (données individuelles).

Un investissement porté par les activités immobilières

Les entreprises réunionnaises investissent 2,0 milliards d’euros en 2020.

Les entreprises du secteur immobilier réalisent 41 % de ces investissements qu’elles financent très largement par des subventions d’investissement (1,2 milliard d’euros de subventions perçu au titre des investissements réalisés en 2019).

L’investissement, et la valeur ajoutée dans une moindre mesure, sont concentrés sur une faible part des entreprises

L’investissement est extrêmement concentré. Hors micro-entrepreneurs et micro-entreprises au sens fiscal, 93 % de l’investissement total est réalisé par 5 % des entreprises réunionnaises, soit 1 800 entreprises (figure 2). À l’inverse, 60 % des entreprises réunionnaises ne réalisent aucun investissement en 2020.

La valeur ajoutée est un peu moins concentrée : 64 % de la valeur ajoutée est créée par 5 % des entreprises. L’économie réunionnaise est cependant moins concentrée qu’au niveau national où 5 % des entreprises réalisent 80 % de la valeur ajoutée.

Figure 2Concentration des principaux agrégats économiques parmi les entreprises réunionnaises en 2020

(en %)
Concentration des principaux agrégats économiques parmi les entreprises réunionnaises en 2020 ((en %)) - Lecture : les 50 premières entreprises ayant le plus investi en 2020 concentrent 58 % de l’investissement total, les 500 premières 81 % , les 1 800 premières 93 %.
50 premières entreprises 500 premières entreprises 1 800 premières entreprises 36 000 entreprises
Investissement 58 81 93 100
Chiffres d’affaires 25 54 73 100
Valeur ajoutée 21 46 64 100
Salariés au 31 décembre 16 42 64 100
  • Lecture : les 50 premières entreprises ayant le plus investi en 2020 concentrent 58 % de l’investissement total, les 500 premières 81 % , les 1 800 premières 93 %.
  • Champ : entreprises des secteurs principalement marchands non agricoles et non financiers, hors entrepreneurs individuels sous le régime du micro-entrepreneur et régime fiscal de la micro-entreprise.
  • Source : Insee, Esane 2020.

Figure 2Concentration des principaux agrégats économiques parmi les entreprises réunionnaises en 2020

  • Lecture : les 50 premières entreprises ayant le plus investi en 2020 concentrent 58 % de l’investissement total, les 500 premières 81 % , les 1 800 premières 93 %.
  • Champ : entreprises des secteurs principalement marchands non agricoles et non financiers, hors entrepreneurs individuels sous le régime du micro-entrepreneur et régime fiscal de la micro-entreprise.
  • Source : Insee, Esane 2020.

Encadré – La définition économique de l’entreprise

La notion d’« entreprise » au sens de la loi de modernisation de l’économie (LME) de 2008 permet de dépasser la notion strictement juridique de l’entreprise, l’unité légale, en prenant en compte notamment le développement croissant de l’organisation en groupes. L’entreprise est définie comme « la plus petite combinaison d’unités légales qui constitue une unité organisationnelle de production de biens et de services jouissant d’une certaine autonomie de décision, notamment pour l’affectation de ses ressources courantes. »

Ce passage d’une définition purement juridique à une définition économique de l’entreprise modifie profondément la description du tissu productif réunionnais hors secteurs agricole et financier.

Ainsi, selon la définition économique de l’entreprise, le tissu économique réunionnais en 2020 se compose de :

  • 42 929 entreprises avec une seule unité légale ;
  • 802 entreprises regroupant 2 633 unités légales ayant leur siège social à La Réunion ;
  • 220 unités légales localisées hors de La Réunion.

Par ailleurs, 820 unités légales ayant leurs sièges sociaux à La Réunion appartiennent à des entreprises n’ayant pas leur siège sur l’île. Leur activité n’est donc plus comptabilisée dans l’approche économique des entreprises à La Réunion.

Ainsi, en appliquant cette définition économique, la valeur ajoutée des entreprises réunionnaises s’élève à 5,9 milliards d’euros contre 7,5 milliards selon l’approche juridique.

Cet écart de 21 % est presque totalement imputable aux 820 unités légales faisant partie d’entreprises dont le siège n’est pas localisé à La Réunion. Elles génèrent en effet 1,8 milliard d’euros de valeur ajoutée contre 0,2 milliard d’euros pour les 220 unités légales non localisées à La Réunion mais appartenant à une entreprise réunionnaise.

C’est dans l’industrie que cet écart est le plus élevé (44 %) et dans les services qu’il est le plus faible (18 %).

Publication rédigée par : Ludovic Besson, Insee

Pour comprendre

Le dispositif Ésane combine des données administratives et des données obtenues à partir d'entreprises enquêtées. Il couvre les entreprises principalement marchandes dont le siège est implanté à La Réunion, hors secteurs financier et agricole. La valeur ajoutée mesurée par Ésane couvre environ 40 % du produit intérieur brut de La Réunion.

Les 10 000 micro-entreprises au sens fiscal et micro-entrepreneurs sont exclus d’une partie de l’analyse. Pour ceux-ci, on ne dispose que de peu d’informations comptables. Cela n’impacte pas les résultats car, bien que nombreux, ils ne représentent que 0,4 % du chiffre d’affaires et 0,6 % de la valeur ajoutée du secteur marchand.

Définitions

La valeur ajoutée (VA) est égale à la valeur de la production diminuée des consommations intermédiaires. La valeur ajoutée aux coûts des facteurs (VACF) est égale à la valeur ajoutée de laquelle on déduit les impôts sur la production et à laquelle on ajoute les subventions d’exploitation.

L’EBE est égal à la VACF de laquelle sont déduits les frais de personnel.

Le taux de marge est la proportion de la valeur ajoutée au coût des facteurs qui reste à l’entreprise une fois ses frais de personnels réglés : excédent brut d’exploitation (EBE) / valeur ajoutée au coût des facteurs (VACF).