Insee
Insee Flash Occitanie · Janvier 2022 · n° 115
Insee Flash OccitanieScolarité en milieu rural : des élèves souvent plus éloignés de leur établissement, des études plus courtes

Magali Flachère, Laurent Frénois (Insee)

Plus du tiers des jeunes de 3 à 24 ans vivent dans une commune rurale au 1er janvier 2018. Pour rejoindre leur établissement scolaire, les écoliers, collégiens et lycéens se déplacent plus souvent hors de leur commune de résidence que les élèves urbains. À 18 ans, un jeune sur cinq quitte l’espace rural pour s’installer en ville, principalement pour suivre des études supérieures. Ceux qui restent ne quittent pas pour autant le système scolaire. Ils s’orientent plus souvent que les jeunes urbains vers des cycles courts ou vers l’apprentissage.

Insee Flash Occitanie
No 115
Paru le : Paru le 18/01/2022

Au 1er janvier 2018, 1,5 million de jeunes âgés de 3 à 24 ans résident en Occitanie. Comme en France de province, ils représentent le quart de la population. Parmi eux, 522 000 vivent dans une commune rurale, soit 35 % ; une proportion comparable à celle de la France de province.

Cette proportion varie fortement d’un département à l’autre. Ils sont 21 % dans les départements de l’Hérault et de la Haute-Garonne et jusqu’à 81 % dans le Gers, qui se classe avec la Lozère et le Lot parmi les six départements de province où les jeunes vivent très majoritairement dans l’espace rural (figure 1).

Figure 1Part des 3 à 24 ans vivant dans une commune rurale en 2018

Part des 3 à 24 ans vivant dans une commune rurale en 2018
Numéro du département Nom du département Part des 3 à 24 ans vivant dans une commune rurale (%)
01 Ain 49,5
02 Aisne 56,2
03 Allier 56,9
04 Alpes-de-Haute-Provence 53,6
05 Hautes-Alpes 53,7
06 Alpes-Maritimes 7,2
07 Ardèche 58,4
08 Ardennes 54,1
09 Ariège 57,8
10 Aube 45,0
11 Aude 50,9
12 Aveyron 65,8
13 Bouches-du-Rhône 5,7
14 Calvados 41,5
15 Cantal 69,9
16 Charente 60,1
17 Charente-Maritime 55,7
18 Cher 57,1
19 Corrèze 61,3
21 Côte-d'Or 40,9
22 Côtes-d'Armor 66,0
23 Creuse 87,0
24 Dordogne 77,4
25 Doubs 42,2
26 Drôme 43,3
27 Eure 60,8
28 Eure-et-Loir 51,8
29 Finistère 47,9
2A Corse-du-Sud 44,5
2B Haute-Corse 39,0
30 Gard 32,4
31 Haute-Garonne 21,1
32 Gers 80,6
33 Gironde 26,4
34 Hérault 20,7
35 Ille-et-Vilaine 43,6
36 Indre 61,6
37 Indre-et-Loire 36,3
38 Isère 32,5
39 Jura 65,4
40 Landes 62,2
41 Loir-et-Cher 63,2
42 Loire 28,6
43 Haute-Loire 68,5
44 Loire-Atlantique 31,8
45 Loiret 34,1
46 Lot 77,2
47 Lot-et-Garonne 56,4
48 Lozère 79,8
49 Maine-et-Loire 55,1
50 Manche 66,2
51 Marne 38,2
52 Haute-Marne 65,0
53 Mayenne 64,3
54 Meurthe-et-Moselle 27,7
55 Meuse 73,6
56 Morbihan 57,7
57 Moselle 32,8
58 Nièvre 60,6
59 Nord 13,7
60 Oise 42,9
61 Orne 70,5
62 Pas-de-Calais 25,5
63 Puy-de-Dôme 36,9
64 Pyrénées-Atlantiques 38,0
65 Hautes-Pyrénées 49,9
66 Pyrénées-Orientales 29,9
67 Bas-Rhin 26,7
68 Haut-Rhin 27,3
69 Rhône 9,4
70 Haute-Saône 71,1
71 Saône-et-Loire 55,6
72 Sarthe 54,6
73 Savoie 42,7
74 Haute-Savoie 28,7
75 Paris 0,0
76 Seine-Maritime 32,1
77 Seine-et-Marne 20,9
78 Yvelines 7,4
79 Deux-Sèvres 68,9
80 Somme 50,0
81 Tarn 42,4
82 Tarn-et-Garonne 61,9
83 Var 20,7
84 Vaucluse 27,1
85 Vendée 66,6
86 Vienne 53,2
87 Haute-Vienne 43,5
88 Vosges 65,6
89 Yonne 64,3
90 Territoire de Belfort 29,5
91 Essonne 5,1
92 Hauts-de-Seine 0,0
93 Seine-Saint-Denis 0,0
94 Val-de-Marne 0,0
95 Val-d'Oise 3,9
  • Source : Insee, recensement de la population 2018, exploitation complémentaire.

Figure 1Part des 3 à 24 ans vivant dans une commune rurale en 2018

  • Source : Insee, recensement de la population 2018, exploitation complémentaire.

Quel que soit le département, la part des jeunes vivant en milieu rural baisse fortement à 18 ans. Jusqu’à 17 ans, environ 40 % des jeunes de la région habitent dans l’espace rural ; à 18 ans, ils ne sont plus que 27 % (figure 2). Les jeunes bacheliers doivent en effet déménager pour composer avec une offre d’établissements d’enseignement supérieur qui reste polarisée dans les grandes villes.

Figure 2Distance entre le domicile et le lieu d’étude des 3 à 17 ans vivant en milieu rural et non scolarisés dans leur commune de résidence en 2018 en Occitanie

Distance entre le domicile et le lieu d’étude des 3 à 17 ans vivant en milieu rural et non scolarisés dans leur commune de résidence en 2018 en Occitanie
Rural dont rural très peu dense
Entre 3 et 10 ans
Effectif 66 240 12 390
Part des jeunes scolarisés hors de leur commune de résidence (en %) 33 69
Distance moyenne (en km) 10 10
Durée moyenne du trajet (en min) 12 13
Entre 11 et 14 ans
Effectif 85 970 10 070
Part des jeunes scolarisés hors de leur commune de résidence (en %) 78 96
Distance moyenne (en km) 12 16
Durée moyenne du trajet (en min) 14 19
Entre 15 et 17 ans
Effectif 72 590 7 450
Part des jeunes scolarisés hors de leur commune de résidence (en %) 93 98
Distance moyenne (en km) 24 32
Durée moyenne du trajet (en min) 25 35
  • Note : certaines distances excèdent 100 kilomètres, en particulier chez les jeunes ruraux et les jeunes de 15 à 17 ans. Ces déplacements domicile-études sont supposés ne pas être quotidiens et ont été supprimés des calculs.
  • Sources : Insee, recensement de la population, exploitation complémentaire ; distancier Metric-OSRM, © les contributeurs d’OpenStreetMap et du projet OSRM

Dans le rural, six jeunes sur dix sont scolarisés hors de leur commune de résidence

Entre 3 ans et 17 ans, les enfants et adolescents sont en très grande majorité inscrits dans un établissement scolaire. En milieu rural, le lieu d’étude est souvent plus éloigné du domicile qu’en milieu urbain. De nombreux jeunes sont en effet scolarisés hors de leur commune de résidence en particulier dans l’espace rural très peu dense. Plus la scolarité progresse, plus les chances de trouver un établissement dans la commune du domicile s’amenuisent. C’est également vrai pour les jeunes urbains, mais de manière moins marquée.

Ainsi, en élémentaire, dans les territoires urbains, un élève sur dix se déplace en dehors de sa commune pour rejoindre son école. Ils sont trois fois plus dans l’espace rural, et jusqu’à sept fois plus dans les communes rurales très peu denses. Au collège, trois élèves sur dix sont scolarisés en dehors de leur commune lorsqu’ils résident en milieu urbain, huit sur dix en milieu rural et quasiment tous (96 %) dans les communes rurales très peu denses. Enfin au lycée, les chances d’être scolarisé dans sa commune de résidence se réduisent encore. Si la moitié des lycéens urbains doivent changer de commune, c’est le quotidien de la quasi-totalité des lycéens ruraux.

Dans le rural, les écoles élémentaires et collèges restent relativement accessibles, à une dizaine de kilomètres pour les élèves devant quitter leur commune de résidence (figure 2). En revanche, les trajets doublent lorsqu’il s’agit de rejoindre son lycée (24 kilomètres en moyenne). Le passage au lycée s’accompagne du choix d’une filière d’enseignement (général, technologique ou professionnel) et donc du choix d’un établissement offrant la formation recherchée, ce qui multiplie les risques d’éloignement en particulier dans l’espace rural où le nombre de lycées est plus limité.

Figure 3Part des jeunes scolarisés selon l’âge et le type d’espace en 2018 en Occitanie (en %)

Part des jeunes scolarisés selon l’âge et le type d’espace en 2018 en Occitanie (en %)
Âge Espace rural Espace urbain Ensemble
18 ans 76,1 85,3 82,8
19 ans 57,4 76,9 72,2
20 ans 40,2 68,2 61,8
21 ans 29,4 59,8 52,8
22 ans 21,4 51,2 44,3
23 ans 14,1 38,5 32,6
24 ans 9,4 27,6 22,9
Ensemble 37,2 59,1 53,8
  • Source : Insee, recensement de la population 2018, exploitation complémentaire

Figure 3Part des jeunes scolarisés selon l’âge et le type d’espace en 2018 en Occitanie (en %)

  • Source : Insee, recensement de la population 2018, exploitation complémentaire

Les jeunes restés dans l’espace rural après 18 ans font plutôt des études courtes

Une fois le baccalauréat en poche, les jeunes adultes qui poursuivent des études supérieures dans le cadre d’un cycle long (licence ou master par exemple) partent vers les espaces urbains où l’offre d’établissements est la plus large. À 18 ans, un jeune rural sur cinq a ainsi quitté son territoire pour s’installer dans une commune urbaine. Plus de la moitié a notamment emménagé dans une des communes urbaines denses, à la tête desquelles figurent les grandes villes universitaires que sont Toulouse et Montpellier.

Les jeunes majeurs restant en territoire rural n’arrêtent pas pour autant leurs études. À 18 ans, les trois quarts d’entre eux sont encore inscrits dans un établissement d’enseignement ; ceux qui ne le sont plus se déclarant dans la moitié des cas au chômage. Ils suivent plus souvent des cursus courts, dans des lycées ou des centres de formation d’apprentis (CFA), qui leur permettent notamment d’accéder à des formations professionnalisantes. In fine à 20 ans, six ruraux sur dix sont sortis du système scolaire contre trois urbains sur dix (figure 3).

Les jeunes ruraux s’orientent plus fréquemment que les jeunes urbains vers l’apprentissage. Il concerne 11 % des jeunes ruraux de 16 à 24 ans toujours inscrits dans un établissement d’enseignement, soit 4 points de plus qu’en milieu urbain (figure 4). Ce sont surtout les jeunes qui ont déjà obtenu un diplôme professionnel, à savoir un CAP ou BEP, un Bac Pro, un BTS ou un DUT), qui poursuivent leurs études en apprentissage.

Figure 4Part des 16 à 24 ans en apprentissage selon le type d’espace et le niveau de diplôme déjà atteint en 2018 en Occitanie (en %)

Part des 16 à 24 ans en apprentissage selon le type d’espace et le niveau de diplôme déjà atteint en 2018 en Occitanie (en %) - Lecture : dans l’espace rural, 24 % des 16 à 24 ans scolarisés et détenant un CAP ou BEP poursuivent leurs études en apprentissage.
Au plus le brevet des collèges CAP ou BEP Baccalauréat professionnel Baccalauréat général BTS ou DUT Licence Ensemble
Espace rural 6 24 23 8 26 16 11
Espace urbain 4 19 15 4 16 9 7
  • Lecture : dans l’espace rural, 24 % des 16 à 24 ans scolarisés et détenant un CAP ou BEP poursuivent leurs études en apprentissage.
  • Source : Insee, recensement de la population 2018, exploitation complémentaire
Publication rédigée par : Magali Flachère, Laurent Frénois (Insee)

Pour comprendre

Les distances et durées de trajet sont données à titre indicatif et déterminées grâce au distancier Metric. En particulier, les distances correspondent aux distances routières entre le chef-lieu de la commune du lieu de résidence et le chef-lieu de la commune du lieu d’étude. Les durées de déplacement associées correspondent aux temps théoriques de trajets effectués en voiture en période de faible affluence.

Définitions

En combinant densité de population et degré d’influence d’un pôle d’emploi, la nouvelle définition du rural adoptée en 2020 permet de délimiter quatre catégories d’espaces ruraux. Cette approche permet de définir statistiquement un continuum allant des espaces les plus isolés et peu peuplés jusqu’aux espaces ruraux les plus urbanisés. Ainsi, les communes rurales peuvent être « autonomes très peu denses », « autonomes peu denses », « sous faible influence d’un pôle » ou « sous forte influence d’un pôle ».

Pour en savoir plus

« Entre ville et campagne, les parcours des enfants qui grandissent en zone rurale », Insee Première n° 1888, janvier 2022

«  Portrait de l’espace rural dans les départements d’Occitanie », Insee Dossier Occitanie n° 12, octobre 2021