Insee
Insee Conjoncture Guadeloupe · Janvier 2022 · n° 17
Insee Conjoncture GuadeloupeL’économie reste affectée par la crise sanitaireNote de conjoncture régionale - 3ᵉ trimestre 2021

Eric Mével, Nora Eliot, Antonin Creignou (Insee)

Au cours du troisième trimestre, marqué par la quatrième vague de la Covid–19 et la mise en place de restrictions renforcées, l’emploi salarié en Guadeloupe baisse légèrement. La plupart des pertes sont enregistrées dans le secteur tertiaire marchand (hors intérim). Néanmoins, le nombre de demandeurs d’emploi diminue, l’intérim confirme sa bonne dynamique et les créations d’entreprises repartent à la hausse. Le tourisme subit de nouveau les conséquences de la crise sanitaire.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 17
Paru le : Paru le 13/01/2022
Avertissement :

Face à la flambée des contaminations à la Covid-19 qui engendre une saturation des hôpitaux, de nouvelles restrictions sont mises en place ce trimestre avec un couvre-feu puis des déplacements limités d’abord dans un rayon de 10 km autour du domicile puis 5 km, la fermeture des bars restaurants et commerces non essentiels, le retour de motifs impérieux pour voyager.

Après quatre trimestres de hausse, l’emploi diminue légèrement

En Guadeloupe, le nombre d’emplois salariés s’établit à 117 530 au troisième trimestre 2021. Les effectifs salariés baissent ainsi de 0,2 % par rapport au trimestre précédent, ce qui représente 260 emplois en moins (figure 1). Ce recul intervient après une forte hausse du nombre d’emplois au deuxième trimestre (+ 1,3 %).

Le nombre d’emplois salariés dans le secteur privé baisse de 0,4 %, par rapport au deuxième trimestre, soit 310 salariés en moins. Cette baisse n’est que partiellement compensée par le secteur public, qui crée 50 emplois ce trimestre (+ 0,1 %).

Avec 2 420 créations d’emplois en un an, le niveau de l’emploi salarié est supérieur de 2,1 % à celui du troisième trimestre 2020.

En France (hors Mayotte), l’emploi salarié progresse de 0,4 % au troisième trimestre 2021. Sur un an, les effectifs augmentent de 2,2 %.

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Emploi salarié total - Guadeloupe Emploi salarié total - France hors Mayotte Emploi salarié privé - Guadeloupe Emploi salarié privé - France hors Mayotte
4ᵉ trim. 2010 100,0 100,0 100,0 100,0
1ᵉ trim. 2011 100,1 100,2 99,6 100,3
2ᵉ trim. 2011 100,4 100,3 100,2 100,4
3ᵉ trim. 2011 100,8 100,2 100,7 100,4
4ᵉ trim. 2011 99,8 100,3 99,5 100,4
1ᵉ trim. 2012 99,4 100,3 98,9 100,4
2ᵉ trim. 2012 100,4 100,3 100,2 100,3
3ᵉ trim. 2012 98,6 100,1 97,6 100,1
4ᵉ trim. 2012 99,0 100,0 97,8 99,9
1ᵉ trim. 2013 100,0 100,0 99,3 99,9
2ᵉ trim. 2013 100,0 99,9 98,9 99,7
3ᵉ trim. 2013 97,7 100,1 95,6 99,8
4ᵉ trim. 2013 98,1 100,4 95,3 99,9
1ᵉ trim. 2014 98,7 100,4 95,6 99,9
2ᵉ trim. 2014 98,0 100,4 95,0 99,9
3ᵉ trim. 2014 97,2 100,3 93,9 99,8
4ᵉ trim. 2014 97,8 100,4 94,3 99,8
1ᵉ trim. 2015 97,6 100,4 94,5 99,8
2ᵉ trim. 2015 97,3 100,6 93,7 100,0
3ᵉ trim. 2015 98,3 100,7 94,8 100,1
4ᵉ trim. 2015 98,6 100,9 94,8 100,3
1ᵉ trim. 2016 99,5 101,1 96,2 100,5
2ᵉ trim. 2016 98,7 101,3 95,4 100,8
3ᵉ trim. 2016 98,3 101,6 94,9 101,1
4ᵉ trim. 2016 98,0 101,7 94,6 101,3
1ᵉ trim. 2017 97,6 102,1 93,8 101,8
2ᵉ trim. 2017 97,9 102,4 94,4 102,2
3ᵉ trim. 2017 96,7 102,7 92,7 102,6
4ᵉ trim. 2017 96,7 103,1 93,4 103,2
1ᵉ trim. 2018 97,3 103,2 93,9 103,4
2ᵉ trim. 2018 96,4 103,3 92,9 103,6
3ᵉ trim. 2018 95,9 103,4 93,0 103,8
4ᵉ trim. 2018 95,9 103,7 92,9 104,1
1ᵉ trim. 2019 96,9 104,1 93,8 104,6
2ᵉ trim. 2019 97,2 104,4 94,3 104,9
3ᵉ trim. 2019 98,0 104,5 96,0 105,1
4ᵉ trim. 2019 99,0 104,8 97,1 105,5
1ᵉ trim. 2020 97,2 102,9 94,5 102,9
2ᵉ trim. 2020 95,3 102,0 92,1 102,2
3ᵉ trim. 2020 97,6 103,6 95,2 103,8
4ᵉ trim. 2020 98,2 103,5 95,9 103,6
1ᵉ trim. 2021 98,6 104,2 96,7 104,4
2ᵉ trim. 2021 99,9 105,5 99,1 106,0
3ᵉ trim. 2021 99,7 105,9 98,7 106,5
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 1Évolution de l'emploi salarié

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Dans l’hébergement et la restauration, l’emploi est en nette diminution

Le secteur tertiaire marchand (hors intérim) est le principal contributeur à la mauvaise orientation de l’emploi salarié ce trimestre. Les effectifs salariés y baissent de 1,0 % au troisième trimestre (figure 2). Le nombre de personnes employées dans ce secteur s’élève à 47 250, soit 500 emplois en moins. Avec 230 salariés en moins (– 4,9 %), l’hébergement et la restauration participent à la moitié de la baisse des effectifs.

Deux secteurs contribuent dans une moindre mesure au fléchissement de l’emploi salarié. D’une part, le secteur tertiaire non marchand qui perd 100 emplois (– 0,2 %) et d’autre part, le secteur de la construction qui perd 30 emplois (– 0,4 %). Ils emploient respectivement 51 310 et 6 100 salariés.

Le nombre de salariés dans le secteur de l’industrie augmente de 3,4 % au troisième trimestre. Cette hausse ne suffit pas à compenser la baisse de l’emploi dans les autres secteurs. L’industrie emploie désormais 8 910 salariés, soit 300 de plus qu’au trimestre précédent.

Figure 2Évolution de l'emploi salarié par secteur - Guadeloupe

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié par secteur - Guadeloupe (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim Tertiaire non marchand
4ᵉ trim. 2010 100,0 100,0 100,0 100,0
1ᵉ trim. 2011 101,6 103,0 99,6 100,6
2ᵉ trim. 2011 99,2 102,9 99,8 100,2
3ᵉ trim. 2011 100,6 101,9 100,4 101,0
4ᵉ trim. 2011 99,4 100,5 98,7 100,4
1ᵉ trim. 2012 100,0 102,5 98,3 100,3
2ᵉ trim. 2012 99,1 104,7 99,7 100,5
3ᵉ trim. 2012 95,6 99,8 97,5 99,8
4ᵉ trim. 2012 95,3 100,4 97,5 100,7
1ᵉ trim. 2013 98,2 106,4 98,3 100,4
2ᵉ trim. 2013 100,7 104,1 98,2 101,0
3ᵉ trim. 2013 90,7 98,9 94,9 100,7
4ᵉ trim. 2013 90,4 98,1 94,6 102,1
1ᵉ trim. 2014 91,0 99,6 95,0 102,7
2ᵉ trim. 2014 88,6 99,9 94,6 102,2
3ᵉ trim. 2014 85,3 97,8 93,6 101,8
4ᵉ trim. 2014 84,0 97,6 93,9 103,0
1ᵉ trim. 2015 84,0 101,4 94,0 102,2
2ᵉ trim. 2015 83,5 101,1 92,8 102,4
3ᵉ trim. 2015 83,8 97,9 94,6 103,3
4ᵉ trim. 2015 83,1 98,1 94,6 104,0
1ᵉ trim. 2016 83,0 102,4 95,3 104,0
2ᵉ trim. 2016 83,9 100,5 94,4 103,8
3ᵉ trim. 2016 80,9 97,0 94,0 103,7
4ᵉ trim. 2016 79,6 96,0 94,2 103,3
1ᵉ trim. 2017 75,4 94,3 93,9 103,5
2ᵉ trim. 2017 76,6 95,2 94,2 103,4
3ᵉ trim. 2017 76,1 93,5 92,7 102,7
4ᵉ trim. 2017 79,4 94,8 92,8 101,6
1ᵉ trim. 2018 82,0 95,5 93,1 102,0
2ᵉ trim. 2018 82,4 94,6 92,1 101,4
3ᵉ trim. 2018 81,5 95,6 91,7 100,2
4ᵉ trim. 2018 80,6 96,9 91,8 100,2
1ᵉ trim. 2019 83,0 98,4 93,3 100,4
2ᵉ trim. 2019 85,3 99,0 93,5 100,3
3ᵉ trim. 2019 86,9 100,9 95,5 99,8
4ᵉ trim. 2019 85,8 102,4 96,6 100,6
1ᵉ trim. 2020 86,0 101,6 94,7 100,0
2ᵉ trim. 2020 85,4 101,2 91,1 98,8
3ᵉ trim. 2020 90,2 101,0 93,6 100,4
4ᵉ trim. 2020 90,7 100,2 94,1 100,8
1ᵉ trim. 2021 93,2 100,5 94,6 101,3
2ᵉ trim. 2021 95,1 104,2 96,4 101,0
3ᵉ trim. 2021 94,7 107,8 95,4 100,8
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 2Évolution de l'emploi salarié par secteur - Guadeloupe

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

L’intérim se maintient à un niveau élevé

L’emploi intérimaire continue de progresser au troisième trimestre 2021, à un rythme moins rapide (figure 3). Le nombre de salariés augmente de 1,7 %, après + 14,6 % au trimestre précédent et s’établit à 2 430.

Le niveau de l’emploi intérimaire est ainsi en hausse par rapport au troisième trimestre de l’année précédente. Il progresse de 23,3 % sur un an, ce qui représente 460 emplois supplémentaires.

En France (hors Mayotte), le nombre d’emplois intérimaires augmente de 1,6 % par rapport au deuxième trimestre 2021. En un an, il progresse de 10,5 %.

Figure 3Évolution de l'emploi intérimaire

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi intérimaire (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Guadeloupe France hors Mayotte
4ᵉ trim. 2010 100,0 100,0
1ᵉ trim. 2011 69,5 101,1
2ᵉ trim. 2011 114,3 101,5
3ᵉ trim. 2011 92,6 100,1
4ᵉ trim. 2011 103,9 99,4
1ᵉ trim. 2012 70,8 95,0
2ᵉ trim. 2012 96,5 92,0
3ᵉ trim. 2012 98,5 88,0
4ᵉ trim. 2012 86,1 85,4
1ᵉ trim. 2013 111,3 88,2
2ᵉ trim. 2013 97,4 87,2
3ᵉ trim. 2013 115,3 89,8
4ᵉ trim. 2013 100,3 90,3
1ᵉ trim. 2014 103,4 89,3
2ᵉ trim. 2014 87,0 91,2
3ᵉ trim. 2014 104,9 88,9
4ᵉ trim. 2014 104,6 90,1
1ᵉ trim. 2015 102,5 89,7
2ᵉ trim. 2015 104,6 93,4
3ᵉ trim. 2015 110,0 97,0
4ᵉ trim. 2015 123,7 99,6
1ᵉ trim. 2016 147,7 99,2
2ᵉ trim. 2016 127,6 102,2
3ᵉ trim. 2016 141,4 105,5
4ᵉ trim. 2016 135,2 110,7
1ᵉ trim. 2017 136,2 115,4
2ᵉ trim. 2017 147,5 120,3
3ᵉ trim. 2017 141,2 124,3
4ᵉ trim. 2017 174,5 130,7
1ᵉ trim. 2018 177,3 129,6
2ᵉ trim. 2018 165,1 127,7
3ᵉ trim. 2018 197,5 127,6
4ᵉ trim. 2018 188,4 126,3
1ᵉ trim. 2019 184,4 127,5
2ᵉ trim. 2019 206,6 126,6
3ᵉ trim. 2019 190,7 126,0
4ᵉ trim. 2019 199,1 125,8
1ᵉ trim. 2020 129,9 75,4
2ᵉ trim. 2020 145,6 92,1
3ᵉ trim. 2020 178,5 112,8
4ᵉ trim. 2020 199,5 119,0
1ᵉ trim. 2021 188,9 119,9
2ᵉ trim. 2021 216,4 122,8
3ᵉ trim. 2021 220,1 124,7
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 3Évolution de l'emploi intérimaire

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

L’emploi salarié progresse en Guyane et recule en Martinique

En Martinique, le nombre d’emplois salariés baisse de 1,4 % au troisième trimestre 2021 (figure 4). De nombreuses restrictions y ont également été mises en place pour lutter contre la propagation du coronavirus. L’emploi diminue dans tous les secteurs d’activité. Ainsi, dans le secteur tertiaire marchand, il recule de 1,8 %, soit 900 emplois perdus. Le secteur tertiaire non marchand perd 410 emplois (– 0,8 %). dans l’intérim, les effectifs salariés reculent de 9,0 %, soit 200 emplois en moins. Le secteur de l’industrie perd 150 emplois (– 1,8 %) et celui de la construction 30 emplois (– 0,5 %).

En Guyane, l’emploi salarié progresse de 1,1 % au troisième trimestre 2021. Le nombre de salariés dans le secteur tertiaire marchand progresse de 2,1 %, soit 380 emplois supplémentaires. Le secteur tertiaire non marchand gagne 140 emplois (+ 0,5 %), comme le secteur de la construction avec 40 emplois supplémentaires (+ 1,3 %). Le nombre d’emplois intérimaires progresse de 2,0 %, soit 40 emplois.

Figure 4Évolution de l'emploi salarié total par département

en % par rapport au trimestre précédent
Évolution de l'emploi salarié total par département (en % par rapport au trimestre précédent)
2021T2 2021T3
Guadeloupe 1,3 -0,2
Martinique 1,9 -1,4
Guyane 0,3 1,1
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 4Évolution de l'emploi salarié total par département

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Baisse en trompe–l’œil du taux de chômage

Le taux de chômage au sens du Bureau International du Travail (BIT) s’établit à 16,2 % de la population active en Guadeloupe ce trimestre (figure 5). Il recule de 3,0 points par rapport au trimestre précédent. En France (hors Mayotte), le taux de chômage au troisième trimestre augmente de 0,1 point et s’établit à 8,1 % de la population active.

Sur un an, le taux de chômage en Guadeloupe baisse de 2,7 points. En France (hors Mayotte), il recule de 1,0 points par rapport au troisième trimestre 2020.

Figure 5Taux de chômage lissé

en %
Taux de chômage lissé (en %)
Guadeloupe Taux de chômage « lissé » - Guadeloupe France hors Mayotte
1ᵉ trim. 2014 23,4 23,3 10,1
2ᵉ trim. 2014 23,2 23,3 10,2
3ᵉ trim. 2014 22,9 23,3 10,3
4ᵉ trim. 2014 23,5 23,2 10,5
1ᵉ trim. 2015 23,1 23,1 10,3
2ᵉ trim. 2015 23,2 23,1 10,5
3ᵉ trim. 2015 23,0 23,1 10,4
4ᵉ trim. 2015 23,2 23,2 10,2
1ᵉ trim. 2016 25,6 23,4 10,2
2ᵉ trim. 2016 25,1 23,4 10,0
3ᵉ trim. 2016 21,5 23,3 9,9
4ᵉ trim. 2016 20,6 22,9 10,0
1ᵉ trim. 2017 21,6 22,4 9,6
2ᵉ trim. 2017 22,9 22,1 9,5
3ᵉ trim. 2017 21,4 22,0 9,5
4ᵉ trim. 2017 22,5 22,0 9,0
1ᵉ trim. 2018 23,5 22,2 9,3
2ᵉ trim. 2018 20,4 22,2 9,1
3ᵉ trim. 2018 22,8 22,1 9,0
4ᵉ trim. 2018 21,4 21,7 8,7
1ᵉ trim. 2019 20,9 21,2 8,7
2ᵉ trim. 2019 19,0 20,6 8,4
3ᵉ trim. 2019 20,2 19,8 8,4
4ᵉ trim. 2019 20,4 18,9 8,1
1ᵉ trim. 2020 18,2 17,7 7,8
2ᵉ trim. 2020 10,9 16,9 7,2
3ᵉ trim. 2020 18,9 16,6 9,1
4ᵉ trim. 2020 19,4 16,7 8,0
1ᵉ trim. 2021 17,5 17,2 8,1
2ᵉ trim. 2021 19,2 17,6 8,0
3ᵉ trim. 2021 16,2 17,8 8,1
  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Avertissement : dans les DOM, contrairement aux départements de métropole, les séries de taux de chômage localisés sont directement issues d'une enquête par sondage. En conséquence, une part d'aléa est susceptible d'introduire du bruit à court terme dans les données. Dans les notes de conjoncture régionales, les séries de taux de chômage localisés sont ainsi complétées par des séries lissées représentant la tendance annuelle sous-jacente. Pour étudier les effets structurels et de long terme, les séries de taux de chômage en moyenne annuelle sont à privilégier.
  • Source : Insee, Enquête Emploi et Taux de chômage localisé.

Figure 5Taux de chômage lissé

  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Avertissement : dans les DOM, contrairement aux départements de métropole, les séries de taux de chômage localisés sont directement issues d'une enquête par sondage. En conséquence, une part d'aléa est susceptible d'introduire du bruit à court terme dans les données. Dans les notes de conjoncture régionales, les séries de taux de chômage localisés sont ainsi complétées par des séries lissées représentant la tendance annuelle sous-jacente. Pour étudier les effets structurels et de long terme, les séries de taux de chômage en moyenne annuelle sont à privilégier.
  • Source : Insee, Enquête Emploi et Taux de chômage localisé.

La demande d’emploi retrouve son niveau de fin 2019

Au troisième trimestre 2021, en moyenne, le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi et tenues d’effectuer des recherches d’emploi (catégories A, B, C) s’établit à 60 640 en Guadeloupe. Ce nombre baisse légèrement ce trimestre (– 0,5 % soit 300 personnes en moins, contre – 1,9 % en France hors Mayotte) et retrouve un niveau proche de celui précédant la crise sanitaire (figure 6). Sur un an, il recule de 2,9 % (– 3,6 % en France hors Mayotte) . Parmi les demandeurs d’emplois tenus de rechercher un emploi, 83 % n’exercent aucune activité (catégorie A) et 17 % exercent une activité réduite (catégories B et C). Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A baisse de 1,1 %, tandis que les demandeurs d’emploi en activité réduite sont plus nombreux (+ 2,5 %).

La diminution du nombre de demandeurs d’emploi concerne aussi bien les femmes (– 0,6 % sur un trimestre, – 3,1 % sur un an) que les hommes (– 0,3 % sur un trimestre, – 2,6 % sur un an). Les jeunes de moins de 25 ans sont les seuls concernés par une hausse du nombre de demandeurs d’emploi (+ 1,1 %). La plupart d’entre eux n’exercent aucune activité. Le nombre de ceux exerçant une activité partielle baisse.

Les personnes âgées de 50 ans ou plus représentent un tiers des demandeurs d’emploi de la Guadeloupe, contre un quart en France hors Mayotte. Leur nombre recule de 0,6 % par rapport au trimestre précédent et retrouve son niveau d’un an auparavant.

Parmi les demandeurs d’emploi de catégories A, B et C le nombre de ceux inscrits depuis un an ou plus baisse de 1,0 % ce trimestre et de 3,4 % sur un an.

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégories A, B, C augmente en Guyane (+ 0,4 %) tandis qu’il baisse en Martinique de 0,5 %.

Figure 6Demandeurs d'emploi (A, B, C) inscrits à Pôle emploi

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Demandeurs d'emploi (A, B, C) inscrits à Pôle emploi (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Guadeloupe France entière
4ᵉ trim. 2010 100,0 100,0
1ᵉ trim. 2011 103,0 101,2
2ᵉ trim. 2011 105,1 102,2
3ᵉ trim. 2011 106,4 103,6
4ᵉ trim. 2011 107,5 105,3
1ᵉ trim. 2012 108,3 107,1
2ᵉ trim. 2012 109,7 108,9
3ᵉ trim. 2012 111,4 111,8
4ᵉ trim. 2012 113,0 114,8
1ᵉ trim. 2013 112,6 117,6
2ᵉ trim. 2013 114,9 119,5
3ᵉ trim. 2013 113,8 120,2
4ᵉ trim. 2013 114,8 121,8
1ᵉ trim. 2014 116,1 123,2
2ᵉ trim. 2014 115,9 124,9
3ᵉ trim. 2014 116,6 126,5
4ᵉ trim. 2014 117,5 128,9
1ᵉ trim. 2015 118,7 131,0
2ᵉ trim. 2015 120,0 133,7
3ᵉ trim. 2015 119,1 134,2
4ᵉ trim. 2015 119,0 135,3
1ᵉ trim. 2016 117,8 135,6
2ᵉ trim. 2016 116,7 134,7
3ᵉ trim. 2016 117,3 135,5
4ᵉ trim. 2016 117,3 135,7
1ᵉ trim. 2017 118,2 136,7
2ᵉ trim. 2017 119,1 137,7
3ᵉ trim. 2017 119,6 139,0
4ᵉ trim. 2017 120,4 139,4
1ᵉ trim. 2018 120,2 139,6
2ᵉ trim. 2018 119,8 139,7
3ᵉ trim. 2018 119,3 139,9
4ᵉ trim. 2018 118,8 139,2
1ᵉ trim. 2019 118,1 139,0
2ᵉ trim. 2019 116,6 138,3
3ᵉ trim. 2019 114,8 137,1
4ᵉ trim. 2019 111,3 135,1
1ᵉ trim. 2020 109,6 135,0
2ᵉ trim. 2020 113,3 143,7
3ᵉ trim. 2020 114,2 143,2
4ᵉ trim. 2020 111,2 141,3
1ᵉ trim. 2021 110,8 141,4
2ᵉ trim. 2021 111,4 140,7
3ᵉ trim. 2021 110,9 138,0
  • Notes : données CVS-CJO.
  • Avertissement : le nombre de demandeurs d'emploi du trimestre est une moyenne des données mensuelles afin de mieux dégager les évolutions tendancielles.
  • Source : Pôle emploi-Dares, STMT.

Figure 6Demandeurs d'emploi (A, B, C) inscrits à Pôle emploi

  • Notes : données CVS-CJO.
  • Avertissement : le nombre de demandeurs d'emploi du trimestre est une moyenne des données mensuelles afin de mieux dégager les évolutions tendancielles.
  • Source : Pôle emploi-Dares, STMT.

Après un rebond en juillet 2021, la fréquentation touristique à nouveau marquée par la crise sanitaire

Au 3ᵉ trimestre 2021, en Guadeloupe, les hôtels totalisent 198 400 nuitées, soit– 10 % par rapport au 3ᵉ trimestre 2019 (figure 7). Les motifs impérieux sont levés depuis le 9 juin et le mois de juillet est marqué par un rebond du tourisme : avec 102 800 nuitées, la fréquentation hôtelière augmente de + 18 % par rapport au mois de juillet 2019 et le taux d’occupation s’élève à 47 %. De fait, le chiffre d’affaires des hôtels s’accroît (+ 30 % en juillet par rapport à 2019) (figure 8). La clientèle est essentiellement en provenance de la France métropolitaine (93 %). Dans le même temps, le chiffre d’affaires des restaurateurs augmente légèrement (+ 2 % par rapport à juillet 2019). Face à la flambée des contaminations à la Covid-19 qui engendre une saturation des hôpitaux, de nouvelles restrictions sont mises en place début août et les motifs impérieux pour les voyageurs non vaccinés entre la France métropolitaine et la Guadeloupe sont réinstaurés. Le confinement se durcit au cours du mois d’août ; les bars, restaurants et commerces non–essentiels ferment ; le couvre-feu est avancé à 19h00 et les déplacements sont limités à 5 km autour du domicile. La saison touristique marque le pas : par rapport à 2019, la fréquentation hôtelière recule de 28 % en août et le chiffre d’affaires des hôteliers et des restaurateurs diminuent de respectivement  47 % et 33 %. La fréquentation hôtelière est toujours en recul en septembre (– 29 % pour 23 000 nuitées). Les hôtels de Guadeloupe sont traditionnellement moins occupés au mois de septembre.

Figure 7Évolution de la fréquentation dans les hôtels

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2011
Évolution de la fréquentation dans les hôtels (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2011)
Guadeloupe France entière
4ᵉ trim. 2011 100,0 100,0
1ᵉ trim. 2012 100,3 100,4
2ᵉ trim. 2012 99,9 100,1
3ᵉ trim. 2012 99,9 99,8
4ᵉ trim. 2012 99,6 99,9
1ᵉ trim. 2013 99,2 99,8
2ᵉ trim. 2013 98,8 99,6
3ᵉ trim. 2013 97,7 99,6
4ᵉ trim. 2013 97,1 99,4
1ᵉ trim. 2014 94,6 98,9
2ᵉ trim. 2014 92,2 98,9
3ᵉ trim. 2014 90,1 98,9
4ᵉ trim. 2014 88,0 99,2
1ᵉ trim. 2015 86,8 99,5
2ᵉ trim. 2015 86,8 99,7
3ᵉ trim. 2015 86,2 100,2
4ᵉ trim. 2015 86,4 99,5
1ᵉ trim. 2016 87,0 99,9
2ᵉ trim. 2016 85,0 98,9
3ᵉ trim. 2016 87,4 97,7
4ᵉ trim. 2016 90,6 98,8
1ᵉ trim. 2017 97,4 99,3
2ᵉ trim. 2017 104,6 101,0
3ᵉ trim. 2017 107,9 102,7
4ᵉ trim. 2017 110,7 103,8
1ᵉ trim. 2018 113,9 104,7
2ᵉ trim. 2018 114,4 105,0
3ᵉ trim. 2018 116,1 105,6
4ᵉ trim. 2018 115,9 106,0
1ᵉ trim. 2019 113,0 105,8
2ᵉ trim. 2019 110,4 106,5
3ᵉ trim. 2019 107,7 106,6
4ᵉ trim. 2019 110,2 106,8
1ᵉ trim. 2020 72,3 86,0
2ᵉ trim. 2020 51,0 61,1
3ᵉ trim. 2020 43,5 49,6
4ᵉ trim. 2020 25,8 34,9
1ᵉ trim. 2021 40,4 42,4
2ᵉ trim. 2021 46,0 49,7
3ᵉ trim. 2021 51,5 55,2
  • Notes : données trimestrielles brutes. Chaque point représente le cumul des 4 derniers trimestres en base 100 au 4ᵉ trimestre 2011.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 7Évolution de la fréquentation dans les hôtels

  • Notes : données trimestrielles brutes. Chaque point représente le cumul des 4 derniers trimestres en base 100 au 4ᵉ trimestre 2011.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 8Évolution du chiffre d’affaires dans l’hôtellerie et la restauration

en %
Évolution du chiffre d’affaires dans l’hôtellerie et la restauration (en %)
Hôtellerie - Guadeloupe Restauration - Guadeloupe Hôtellerie - France entière Restauration - France entière
janv. 2019 7,4 2,4 4,5 5,4
févr. 2019 2,9 2,3 5,3 11,4
mars 2019 -9,4 4,7 2,8 7,5
avr. 2019 4,7 7,8 6,3 7,0
mai 2019 -17,0 1,3 -1,4 5,8
juin 2019 35,0 1,4 10,5 8,4
juil. 2019 -7,5 4,6 2,3 5,4
août 2019 17,4 -1,0 4,8 9,1
sept. 2019 17,9 1,5 3,5 4,5
oct. 2019 8,2 1,0 0,2 6,5
nov. 2019 -9,7 3,9 0,8 8,8
déc. 2019 14,5 7,7 5,1 4,9
janv. 2020 -1,6 2,0 7,9 8,6
févr. 2020 9,7 -0,2 3,9 3,4
mars 2020 -68,1 -59,5 -59,0 -54,7
avr. 2020 -91,7 -92,0 -89,2 -90,0
mai 2020 -41,3 -46,6 -88,7 -72,9
juin 2020 -87,9 -24,2 -72,1 -28,8
juil. 2020 -35,8 -13,8 -44,5 -8,0
août 2020 -28,5 -7,3 -25,2 -5,8
sept. 2020 -52,8 -6,9 -44,6 -8,7
oct. 2020 -65,0 -14,3 -50,9 -18,7
nov. 2020 -72,1 -23,5 -77,6 -63,3
déc. 2020 -30,9 -10,7 -69,2 -54,8
janv. 2021 -5,0 -4,3 -67,7 -55,9
févr. 2021 -58,9 -11,6 -66,1 -57,9
mars 2021 -77,8 -31,0 -68,8 -59,0
avr. 2021 -72,2 -30,2 -75,2 -60,4
mai 2021 -59,6 -42,1 -62,7 -40,6
juin 2021 -47,7 -8,2 -46,5 -7,0
juil. 2021 29,8 2,4 -20,0 7,8
août 2021 -47,2 -33,5 -8,0 3,3
sept. 2021 -41,9 -27,7 -16,1 2,7
  • Note : pour l'année 2019, l’évolution est calculée par rapport au même mois que l’année précédente. À partir de janvier 2020, l’évolution est calculée par rapport au même mois de 2019.
  • Avertissement : au niveau régional, les évolutions pour les campings ne sont disponibles que pour le cumul sur 12 mois. Elles ne sont pas disponibles au niveau départemental, ceci pour des raisons de fragilité des données lorsque l'on descend à un niveau géographique plus fin.
  • Champ : unités légales monorégionales pérennes de 2017 à 2020, dont l'activité principale n'a pas changé durant cette période.
  • Source : DGFiP, Insee.

Figure 8Évolution du chiffre d’affaires dans l’hôtellerie et la restauration

  • Note : pour l'année 2019, l’évolution est calculée par rapport au même mois que l’année précédente. À partir de janvier 2020, l’évolution est calculée par rapport au même mois de 2019.
  • Avertissement : au niveau régional, les évolutions pour les campings ne sont disponibles que pour le cumul sur 12 mois. Elles ne sont pas disponibles au niveau départemental, ceci pour des raisons de fragilité des données lorsque l'on descend à un niveau géographique plus fin.
  • Champ : unités légales monorégionales pérennes de 2017 à 2020, dont l'activité principale n'a pas changé durant cette période.
  • Source : DGFiP, Insee.

Les créations d’entreprises repartent à la hausse

Au troisième trimestre 2021, les créations d’entreprises repartent à la hausse (+ 6,6 %) après une baisse de – 7,9 % au deuxième trimestre (figure 9). Le nombre total de créations d’entreprises tous types d’entreprises confondus s’établit à 1 647 unités en Guadeloupe dont 792 micro-entrepreneurs.

Cette augmentation est notamment due aux créations en hausse dans les secteurs des services, de la construction et de l’industrie (respectivement + 97, + 26, + 12 créations). À l’inverse, le commerce, transports, hébergement et restauration est en diminution (32 créations en moins). Au niveau national, le nombre de nouvelles entreprises est en recul de 4,4 %.

Sur un an, le nombre de créations d’entreprises, y compris micro-entrepreneurs, diminue de 1 % en Guadeloupe ainsi qu’au niveau national (– 2,9 %). Les immatriculations progressent en Martinique (+ 13,2 %) et en Guyane (+ 34,7 %).

Figure 9Créations d'entreprises

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Créations d'entreprises (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Guadeloupe hors micro-entrepreneurs France entière hors micro-entrepreneurs Guadeloupe y compris micro-entrepreneurs France entière y compris micro-entrepreneurs
4ᵉ trim. 2010 100,0 100,0 100,0 100,0
1ᵉ trim. 2011 97,5 98,9 104,2 91,9
2ᵉ trim. 2011 102,2 98,7 121,6 92,4
3ᵉ trim. 2011 93,1 99,6 116,6 92,9
4ᵉ trim. 2011 90,8 99,2 110,1 93,3
1ᵉ trim. 2012 90,6 95,4 109,3 94,6
2ᵉ trim. 2012 79,2 92,3 99,5 93,5
3ᵉ trim. 2012 79,1 92,6 96,4 93,4
4ᵉ trim. 2012 81,4 92,6 97,5 90,5
1ᵉ trim. 2013 76,2 100,1 89,4 90,9
2ᵉ trim. 2013 83,6 101,7 94,2 91,6
3ᵉ trim. 2013 83,5 101,9 94,0 90,4
4ᵉ trim. 2013 72,8 103,4 80,5 92,3
1ᵉ trim. 2014 80,5 103,3 85,2 92,6
2ᵉ trim. 2014 77,5 104,4 80,2 92,8
3ᵉ trim. 2014 76,0 103,0 82,0 94,5
4ᵉ trim. 2014 81,7 102,2 88,2 93,8
1ᵉ trim. 2015 79,4 93,6 84,2 88,0
2ᵉ trim. 2015 76,4 94,3 79,1 88,5
3ᵉ trim. 2015 82,0 97,4 82,8 89,2
4ᵉ trim. 2015 77,0 97,6 83,4 89,9
1ᵉ trim. 2016 87,6 102,1 85,2 92,3
2ᵉ trim. 2016 79,1 103,6 83,8 95,2
3ᵉ trim. 2016 81,4 102,5 86,2 93,5
4ᵉ trim. 2016 82,7 104,1 74,6 92,6
1ᵉ trim. 2017 81,9 104,5 81,6 95,3
2ᵉ trim. 2017 89,3 104,8 88,3 96,2
3ᵉ trim. 2017 88,3 107,0 90,9 101,5
4ᵉ trim. 2017 93,2 111,5 93,2 107,9
1ᵉ trim. 2018 95,8 111,8 94,4 112,1
2ᵉ trim. 2018 98,3 113,4 102,9 116,9
3ᵉ trim. 2018 93,4 111,6 98,0 117,5
4ᵉ trim. 2018 97,3 112,7 103,5 121,8
1ᵉ trim. 2019 103,0 121,6 109,3 133,9
2ᵉ trim. 2019 99,1 120,1 105,1 134,7
3ᵉ trim. 2019 99,1 120,8 108,2 138,7
4ᵉ trim. 2019 96,1 121,8 109,3 146,6
1ᵉ trim. 2020 87,5 115,4 101,4 130,2
2ᵉ trim. 2020 55,8 84,6 72,6 110,3
3ᵉ trim. 2020 104,4 131,4 133,8 167,1
4ᵉ trim. 2020 100,9 131,6 122,0 168,9
1ᵉ trim. 2021 95,8 135,3 134,9 172,3
2ᵉ trim. 2021 88,9 140,0 124,3 169,6
3ᵉ trim. 2021 97,2 133,5 132,5 162,2
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 9Créations d'entreprises

  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Des évolutions contrastées dans le secteur de la construction

Au troisième trimestre 2021, le nombre de logements autorisés à la construction sur un an s’élève à 2 100 en Guadeloupe. Par rapport au trimestre précédent, ce nombre augmente de 0,6 % (figure 10). Il augmente de 5,8 % en France (hors Mayotte). Sur un an, le nombre d’autorisations baisse de 12,4 % au niveau régional et augmente de 15,9 % au niveau national.

Le nombre de logements commencés sur un an est stable dans la région par rapport au trimestre précédent. Il est également stable par rapport à l’année précédente.

Ce trimestre, les autorisations de surfaces de plancher des locaux d’activité cumulées sur un an atteignent 105 000 m² (+ 3,4 %). Sur un an, elles progressent de 98,6 %.

Figure 10Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

indice base 100 en décembre 2010
Évolution du nombre de logements autorisés à la construction (indice base 100 en décembre 2010)
Guadeloupe France hors Mayotte
déc. 2010 100,0 100,0
janv. 2011 106,7 101,6
févr. 2011 108,9 101,8
mars 2011 108,9 101,2
avr. 2011 106,7 101,0
mai 2011 104,4 102,6
juin 2011 104,4 102,9
juil. 2011 97,8 103,1
août 2011 95,6 104,3
sept. 2011 95,6 105,9
oct. 2011 100,0 106,6
nov. 2011 93,3 107,5
déc. 2011 86,7 108,6
janv. 2012 80,0 108,4
févr. 2012 82,2 108,6
mars 2012 93,3 108,6
avr. 2012 95,6 109,1
mai 2012 95,6 107,7
juin 2012 91,1 107,2
juil. 2012 93,3 106,4
août 2012 91,1 106,7
sept. 2012 91,1 104,5
oct. 2012 88,9 104,0
nov. 2012 91,1 102,9
déc. 2012 93,3 101,1
janv. 2013 93,3 101,3
févr. 2013 91,1 102,8
mars 2013 77,8 103,1
avr. 2013 77,8 101,4
mai 2013 77,8 99,4
juin 2013 77,8 97,7
juil. 2013 84,4 95,7
août 2013 86,7 92,5
sept. 2013 86,7 91,0
oct. 2013 84,4 90,4
nov. 2013 80,0 89,6
déc. 2013 82,2 88,7
janv. 2014 82,2 86,6
févr. 2014 86,7 83,5
mars 2014 86,7 82,6
avr. 2014 84,4 81,4
mai 2014 84,4 81,4
juin 2014 91,1 81,4
juil. 2014 93,3 81,8
août 2014 97,8 81,6
sept. 2014 93,3 81,8
oct. 2014 91,1 80,9
nov. 2014 88,9 80,0
déc. 2014 88,9 79,9
janv. 2015 82,2 79,7
févr. 2015 77,8 79,2
mars 2015 77,8 78,3
avr. 2015 77,8 79,2
mai 2015 77,8 78,7
juin 2015 71,1 79,6
juil. 2015 62,2 79,4
août 2015 55,6 80,3
sept. 2015 53,3 81,1
oct. 2015 55,6 81,7
nov. 2015 55,6 83,7
déc. 2015 60,0 84,9
janv. 2016 62,2 85,3
févr. 2016 64,4 86,7
mars 2016 64,4 87,0
avr. 2016 62,2 88,0
mai 2016 64,4 90,0
juin 2016 71,1 90,4
juil. 2016 71,1 91,5
août 2016 77,8 92,5
sept. 2016 77,8 94,7
oct. 2016 73,3 95,4
nov. 2016 80,0 96,3
déc. 2016 77,8 97,3
janv. 2017 80,0 98,1
févr. 2017 80,0 98,3
mars 2017 82,2 100,4
avr. 2017 82,2 100,2
mai 2017 82,2 101,0
juin 2017 84,4 102,1
juil. 2017 82,2 103,4
août 2017 82,2 103,9
sept. 2017 80,0 104,1
oct. 2017 80,0 104,6
nov. 2017 77,8 103,7
déc. 2017 73,3 103,4
janv. 2018 73,3 103,5
févr. 2018 75,6 104,1
mars 2018 75,6 102,8
avr. 2018 77,8 102,8
mai 2018 75,6 102,6
juin 2018 71,1 101,2
juil. 2018 75,6 99,9
août 2018 71,1 99,5
sept. 2018 75,6 98,5
oct. 2018 73,3 98,4
nov. 2018 73,3 98,2
déc. 2018 73,3 96,8
janv. 2019 71,1 96,5
févr. 2019 75,6 95,0
mars 2019 73,3 94,4
avr. 2019 71,1 94,7
mai 2019 68,9 94,1
juin 2019 68,9 93,9
juil. 2019 64,4 94,4
août 2019 64,4 93,5
sept. 2019 60,0 92,2
oct. 2019 64,4 92,8
nov. 2019 62,2 92,8
déc. 2019 68,9 94,5
janv. 2020 66,7 95,1
févr. 2020 62,2 96,2
mars 2020 60,0 96,0
avr. 2020 57,8 91,5
mai 2020 53,3 88,2
juin 2020 53,3 87,2
juil. 2020 53,3 85,0
août 2020 53,3 84,5
sept. 2020 53,3 84,7
oct. 2020 51,1 83,4
nov. 2020 53,3 83,7
déc. 2020 48,9 82,8
janv. 2021 46,7 82,1
févr. 2021 48,9 81,9
mars 2021 46,7 82,8
avr. 2021 46,7 87,3
mai 2021 48,9 91,0
juin 2021 46,7 92,8
juil. 2021 48,9 95,6
août 2021 48,9 96,6
sept. 2021 46,7 98,2
oct. 2021 46,7 98,5
nov. 2021 46,7 98,4
  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 10Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Encadré 1 – Contexte international – Reprise mondiale sous contraintes

Au troisième trimestre 2021, la reprise économique s’est poursuivie en Europe, sous l’effet notamment d’une demande intérieure dynamique, sauf en Espagne. Les difficultés de production et les tensions inflationnistes se font cependant sentir de plus en plus. Aux États-Unis, ces contraintes déjà vives et la diminution de l’effet des aides aux ménages ont pesé sur la consommation, provoquant un ralentissement de l’activité. En Chine, des pénuries d’électricité ainsi que l’apparition de foyers épidémiques ont conduit à des fermetures de moyens de production. Fin 2021, la persistance des contraintes d’approvisionnement, auxquelles s’ajoute l’incertitude sanitaire, continuerait d’affecter la croissance mondiale.

Encadré 2 – Contexte national – En France, l’activité a retrouvé son niveau d’avant–crise au troisième trimestre 2021

L’activité a fortement progressé au troisième trimestre (+ 3,0 %), tirée par la réouverture des secteurs auparavant affectés par les restrictions sanitaires (hébergement-restauration, services de transport, services aux ménages…). La consommation des ménages a rebondi (+ 4,9 %) et les échanges extérieurs ont joué positivement sur la croissance, dans un contexte de reprise graduelle du tourisme international. Dans le même temps, les prix de l’énergie continuent de tirer l’inflation à la hausse et les entreprises sont de plus en plus nombreuses à se déclarer contraintes par des difficultés d’approvisionnement. Malgré ce contexte et l’incertitude sanitaire, la reprise se poursuivrait au quatrième trimestre, conduisant à une croissance du PIB de 6,7 % en 2021, après sa chute de 8,0 % en 2020.

Publication rédigée par : Eric Mével, Nora Eliot, Antonin Creignou (Insee)

Pour en savoir plus

Cornut M., « En 2020, l’emploi se maintient en Guadeloupe grâce au chômage partiel », Insee Flash Guadeloupe n°151, avril 2021

Creignou A., Eliot N., Mevel E., « La crise sanitaire freine l’économie martiniquaise », Insee Conjoncture Martinique n°17, janvier 2022

Creignou A., Eliot N., Mevel E., « En Guyane, l’économie reste bien orientée ce trimestre », Insee Conjoncture Guyane n°17, janvier 2022