Insee
Insee Conjoncture Normandie · Octobre 2021 · n° 29
Insee Conjoncture NormandieL’activité économique se rapproche de son niveau d’avant-crise au 2ᵉ trimestre 2021 en Normandie, l’emploi salarié le dépasseNote de conjoncture régionale - 2ᵉ trimestre 2021

Laura Le Mains, Bruno Mura, Étienne Silvestre (Insee)

En fin de premier semestre 2021, l’activité économique en Normandie se rapproche de son niveau d’avant-crise. Le retrait reste encore important dans la fabrication de matériels de transport et la chimie. L’activité se redresse nettement dans l’hébergement et la restauration en juin puis juillet, même si elle reste en deçà de son niveau de 2019. Depuis la mi-mai, la consommation des ménages normands a fortement repris. Les mises en chantier de logements continuent de progresser pendant le 2ᵉ trimestre. Le secteur de l’hôtellerie est encore très impacté par la crise mais le mois de juillet est marqué par une nette reprise. Les créations d’entreprises, à un niveau déjà élevé, repartent à la hausse en Normandie au 2ᵉ trimestre. L’emploi salarié augmente de près de 1 % au 2ᵉ trimestre 2021 et retrouve son niveau d’avant-crise ; l’intérim reste encore en retrait. L’emploi progresse ce trimestre dans tous les secteurs, sauf l’industrie, et dans tous les départements normands. Le taux de chômage reste stable à un niveau relativement bas (7,7 %).

Insee Conjoncture Normandie
No 29
Paru le : Paru le 14/10/2021

L’activité retrouve presque son niveau d’avant-crise

Bon indicateur du niveau d’activité, le nombre d’heures rémunérées avait fortement chuté lors du premier confinement (- 32 % en avril 2020 par rapport au même mois de 2019 ; figure 1). Encore en retrait jusqu’en mai 2021 par rapport à 2019, l’activité retrouve en juin et juillet un niveau très proche de 2019 (- 1 % en juillet). Dans la région, le Calvados et la Seine-Maritime sont les plus éloignés de leur niveau d’avant-crise, avec respectivement - 2 % et - 3 % en juillet.

C’est dans le secteur du transport que l’activité peine le plus à retrouver son niveau d’avant-crise, que ce soit dans la fabrication de matériels de transport (- 12 % par rapport à juillet 2019) ou dans les activités de transport et d’entreposage (- 4 %). Dans l’industrie, aucun secteur n’a encore retrouvé son niveau d’avant-crise, le plus touché étant celui de la chimie (- 23 % par rapport à juillet 2019). Si l’activité est quasi normale pour un mois de juillet dans la restauration, elle est encore inférieure de 10 % à celle de juillet 2019 dans le secteur de l’hébergement.

Figure 1Évolution mensuelle du nombre d'heures rémunérées par rapport au même mois de 2019

en %
Évolution mensuelle du nombre d'heures rémunérées par rapport au même mois de 2019 (en %)
Normandie France hors Mayotte
Janv. 2020 1,2 1,9
Fév. 2020 1,1 1,8
Mars 2020 -13,2 -13,3
Avril 2020 -31,5 -33,2
Mai 2020 -20,3 -22,4
Juin 2020 -8,4 -10,3
Juil. 2020 -5,3 -6,8
Août 2020 -3,6 -4,5
Sept. 2020 -3,3 -4,4
Oct. 2020 -3,7 -4,8
Nov. 2020 -7,9 -9,8
Déc. 2020 -5,0 -6,7
Janv. 2021 -3,9 -5,2
Fév. 2020 -4,3 -5,4
Mars 2021 -4,2 -5,1
Avril 2021 -6,7 -7,8
Mai 2021 -4,9 -5,7
Juin 2021 -0,4 -0,5
Juil. 2021 -1,3 -1,5
  • Note : ensemble des heures rémunérées des salariés y compris les heures supplémentaires ainsi que les absences pour lesquelles le salarié est rémunéré, données brutes mensuelles.
  • Source : DSN - traitement provisoire, Insee.

Figure 1Évolution mensuelle du nombre d'heures rémunérées par rapport au même mois de 2019

  • Note : ensemble des heures rémunérées des salariés y compris les heures supplémentaires ainsi que les absences pour lesquelles le salarié est rémunéré, données brutes mensuelles.
  • Source : DSN - traitement provisoire, Insee.

Après le déconfinement en mai, une reprise de la consommation, encore plus soutenue qu’au plan national

Le montant des transactions par carte bancaire est un bon indicateur de la consommation des ménages. Il avait chuté de plus de 40 % en Normandie pendant le premier confinement de 2020 par rapport à la même période de 2019 (figure 2). Lors du 1ᵉʳ trimestre 2021, la consommation des ménages avait retrouvé un niveau proche de celui de 2019 et même un peu supérieur en Normandie. Après s’être enrayée à nouveau en avril 2021 avec le troisième confinement, elle est repartie vivement depuis la mi-mai. De la mi-mai à fin août, elle dépasse de 10 % à 20 %, selon les semaines, son niveau de 2019. Cette reprise de la consommation est un peu plus marquée dans la région qu’au niveau national.

Figure 2Évolution hebdomadaire des montants des transactions par carte bancaire CB par rapport à la même semaine de 2019

en %
Évolution hebdomadaire des montants des transactions par carte bancaire CB par rapport à la même semaine de 2019 (en %) -
année semaine premier jour de la semaine Normandie France entière
2020 2 06/01/2020 4,3 3,3
2020 3 13/01/2020 5,2 4,1
2020 4 20/01/2020 8,4 6,9
2020 5 27/01/2020 5,9 4,5
2020 6 03/02/2020 4,0 2,8
2020 7 10/02/2020 5,9 2,3
2020 8 17/02/2020 4,2 4,0
2020 9 24/02/2020 -4,2 0,0
2020 10 02/03/2020 2,5 4,1
2020 11 09/03/2020 10,6 8,3
2020 12 16/03/2020 -36,0 -40,5
2020 13 23/03/2020 -54,7 -57,9
2020 14 30/03/2020 -51,1 -54,4
2020 15 06/04/2020 -41,8 -46,6
2020 16 13/04/2020 -45,6 -48,4
2020 17 20/04/2020 -38,1 -41,5
2020 18 27/04/2020 -42,6 -44,9
2020 19 04/05/2020 -31,5 -34,4
2020 20 11/05/2020 12,6 3,9
2020 21 18/05/2020 6,5 -1,2
2020 22 25/05/2020 5,4 2,9
2020 23 01/06/2020 8,2 2,5
2020 24 08/06/2020 8,8 4,3
2020 25 15/06/2020 12,2 7,2
2020 26 22/06/2020 -1,1 -4,2
2020 27 29/06/2020 2,8 -1,5
2020 28 06/07/2020 12,5 6,0
2020 29 13/07/2020 17,5 8,7
2020 30 20/07/2020 16,6 12,1
2020 31 27/07/2020 8,2 5,8
2020 32 03/08/2020 17,7 15,5
2020 33 10/08/2020 12,3 12,4
2020 34 17/08/2020 11,9 11,0
2020 35 24/08/2020 5,8 4,9
2020 36 31/08/2020 7,5 6,0
2020 37 07/09/2020 6,8 5,4
2020 38 14/09/2020 6,8 4,6
2020 39 21/09/2020 3,9 0,8
2020 40 28/09/2020 2,3 0,9
2020 41 05/10/2020 4,9 2,4
2020 42 12/10/2020 9,6 7,3
2020 43 19/10/2020 6,4 2,2
2020 44 26/10/2020 3,3 -2,4
2020 45 02/11/2020 -28,4 -33,5
2020 46 09/11/2020 -22,7 -29,7
2020 47 16/11/2020 -26,7 -28,4
2020 48 23/11/2020 -25,0 -27,0
2020 49 30/11/2020 10,8 4,7
2020 50 07/12/2020 3,3 -1,7
2020 51 14/12/2020 -2,1 -7,7
2020 52 21/12/2020 2,6 -1,7
2020 53 28/12/2020 2,5 -3,3
2021 1 04/01/2021 1,3 -5,5
2021 2 11/01/2021 -1,1 -6,3
2021 3 18/01/2021 9,1 4,4
2021 4 25/01/2021 9,6 3,0
2021 5 01/02/2021 -1,0 -7,2
2021 6 08/02/2021 1,1 -6,3
2021 7 15/02/2021 4,5 -4,3
2021 8 22/02/2021 -0,3 -6,6
2021 9 01/03/2021 3,6 0,1
2021 10 08/03/2021 5,5 -1,9
2021 11 15/03/2021 10,3 1,9
2021 12 22/03/2021 -19,8 -21,6
2021 13 29/03/2021 6,8 4,6
2021 14 05/04/2021 -21,0 -24,5
2021 15 12/04/2021 -12,8 -15,5
2021 16 19/04/2021 -9,4 -13,0
2021 17 26/04/2021 -20,8 -22,8
2021 18 03/05/2021 -5,0 -7,7
2021 19 10/05/2021 -1,8 -10,2
2021 20 17/05/2021 18,0 11,5
2021 21 24/05/2021 11,3 12,0
2021 22 31/05/2021 12,0 9,4
2021 23 07/06/2021 21,0 17,4
2021 24 14/06/2021 18,3 14,5
2021 25 21/06/2021 -3,8 -2,8
2021 26 28/06/2021 11,1 6,3
2021 27 05/07/2021 17,2 13,0
2021 28 12/07/2021 11,6 7,5
2021 29 19/07/2021 19,0 15,1
2021 30 26/07/2021 5,0 6,4
2021 31 02/08/2021 15,1 15,6
2021 32 09/08/2021 16,4 15,3
2021 33 16/08/2021 12,1 10,2
2021 34 23/08/2021 7,1 5,3
2021 35 30/08/2021 12,1 9,6
2021 36 06/09/2021 12,1 10,0
  • Sources : Cartes bancaires CB, Calculs Insee.

Figure 2Évolution hebdomadaire des montants des transactions par carte bancaire CB par rapport à la même semaine de 2019

  • Note : transactions par carte bancaire CB en face-à-face qui n'incluent pas la vente à distance (internet). Les traits pointillés permettent d'identifier les périodes pendant lesquelles les commerces « non-essentiels » étaient fermés sur l'ensemble du territoire métropolitain. Le trait vertical plein indique la dernière semaine de 2020.
  • Champ : France
  • Sources : Cartes bancaires CB, Calculs Insee.
Avertissement

Les données agrégées utilisées dans cette fiche proviennent de Cartes Bancaires CB et couvrent l’essentiel des transactions par cartes bancaires, à l’exception des transactions CB en vente à distance (internet) . Elles sont issues d’une extraction de transactions anonymisées et agrégées à l’échelle départementale afin de respecter les exigences de confidentialité.

Les mises en chantier de logements continuent de progresser

Au 2ᵉ trimestre 2021, le cumul sur 12 mois des logements commencés augmente à nouveau en Normandie (+ 4 %) comme au niveau national (+ 7 % ; figure 3). Les mises en chantier progressent dans tous les départements normands (de 2 % dans le Calvados à 8 % dans l’Orne).

Les autorisations de construire repartent à la hausse après un an de recul. Au 2ᵉ trimestre, le nombre de logements autorisés au cours des douze derniers mois augmente de 7 % dans la région comme au niveau national. Tous les départements de la région sont concernés par cette reprise : de + 3 % dans la Manche jusqu’à + 13 % dans le Calvados.

La surface des locaux commencés sur un an recule au niveau régional (- 5 %) mais augmente au niveau national (+ 6 %). La baisse en Normandie est imputable uniquement à la Seine-Maritime (- 25 %), tous les autres départements de la région étant en hausse (de 1 % dans la Manche à 9 % dans l’Orne). Dans la région, le cumul sur un an des surfaces des locaux autorisés augmente (+ 7 %), comme au niveau national. La hausse est d’ampleur variable selon les départements normands (de 3 % dans la Manche à 13 % dans le Calvados).

Figure 3Évolution du nombre de logements commencés

indice base 100 en décembre 2010
Évolution du nombre de logements commencés (indice base 100 en décembre 2010)
Normandie France hors Mayotte
déc. 2010 100,0 100,0
janv. 2011 103,7 101,4
févr. 2011 102,6 102,4
mars 2011 104,7 103,5
avr. 2011 105,8 103,9
mai 2011 105,8 105,0
juin 2011 102,1 103,8
juil. 2011 103,2 103,4
août 2011 102,6 102,9
sept. 2011 103,7 102,4
oct. 2011 103,7 101,3
nov. 2011 105,3 102,9
déc. 2011 106,8 104,2
janv. 2012 104,7 103,7
févr. 2012 103,7 103,6
mars 2012 102,6 103,8
avr. 2012 100,5 102,3
mai 2012 99,5 99,9
juin 2012 100,5 100,0
juil. 2012 100,5 99,4
août 2012 101,1 98,8
sept. 2012 97,9 96,8
oct. 2012 97,4 96,1
nov. 2012 93,7 92,6
déc. 2012 88,4 92,6
janv. 2013 87,9 92,3
févr. 2013 88,9 92,5
mars 2013 88,4 91,4
avr. 2013 88,9 92,5
mai 2013 88,9 92,8
juin 2013 88,4 92,7
juil. 2013 88,9 92,4
août 2013 87,4 92,0
sept. 2013 86,8 92,1
oct. 2013 84,2 90,6
nov. 2013 84,2 89,6
déc. 2013 86,3 86,7
janv. 2014 86,8 86,4
févr. 2014 86,3 84,8
mars 2014 84,2 83,5
avr. 2014 82,6 83,2
mai 2014 81,6 82,5
juin 2014 80,5 81,7
juil. 2014 79,5 81,8
août 2014 80,5 81,4
sept. 2014 81,6 81,5
oct. 2014 81,1 81,4
nov. 2014 78,9 81,3
déc. 2014 76,8 81,6
janv. 2015 75,8 81,0
févr. 2015 76,3 81,1
mars 2015 76,8 81,1
avr. 2015 75,8 80,3
mai 2015 74,7 79,7
juin 2015 73,2 80,3
juil. 2015 72,1 79,8
août 2015 71,1 80,3
sept. 2015 69,5 80,6
oct. 2015 71,6 80,8
nov. 2015 73,2 81,9
déc. 2015 75,8 83,0
janv. 2016 75,8 83,2
févr. 2016 76,3 84,4
mars 2016 73,2 83,6
avr. 2016 74,2 84,4
mai 2016 74,7 86,6
juin 2016 75,8 86,8
juil. 2016 74,7 87,1
août 2016 74,2 87,2
sept. 2016 74,7 87,5
oct. 2016 73,2 88,6
nov. 2016 73,7 89,2
déc. 2016 71,6 90,1
janv. 2017 72,1 92,0
févr. 2017 71,6 92,8
mars 2017 75,8 95,8
avr. 2017 75,8 97,0
mai 2017 75,8 97,2
juin 2017 76,8 98,5
juil. 2017 79,5 100,3
août 2017 79,5 101,0
sept. 2017 84,2 101,6
oct. 2017 83,7 102,3
nov. 2017 83,2 103,7
déc. 2017 85,8 105,9
janv. 2018 85,3 105,4
févr. 2018 85,8 105,0
mars 2018 84,7 103,8
avr. 2018 87,4 103,3
mai 2018 88,4 102,8
juin 2018 88,4 102,4
juil. 2018 85,8 101,3
août 2018 86,8 100,7
sept. 2018 82,1 100,0
oct. 2018 83,2 100,0
nov. 2018 83,7 98,8
déc. 2018 79,5 96,7
janv. 2019 79,5 96,4
févr. 2019 78,4 96,1
mars 2019 77,9 95,6
avr. 2019 74,7 95,6
mai 2019 76,8 95,2
juin 2019 75,8 94,3
juil. 2019 75,3 94,6
août 2019 75,8 94,3
sept. 2019 80,5 94,4
oct. 2019 78,9 93,6
nov. 2019 77,4 93,7
déc. 2019 77,4 93,6
janv. 2020 77,4 94,1
févr. 2020 76,8 93,9
mars 2020 73,2 91,8
avr. 2020 71,1 87,6
mai 2020 68,9 86,3
juin 2020 69,5 86,6
juil. 2020 71,1 86,4
août 2020 72,1 87,1
sept. 2020 68,9 86,8
oct. 2020 70,0 86,6
nov. 2020 71,6 86,0
déc. 2020 74,2 85,2
janv. 2021 73,7 84,0
févr. 2021 75,3 84,1
mars 2021 81,1 87,7
avr. 2021 84,2 91,9
mai 2021 83,7 94,1
juin 2021 83,7 94,1
juil. 2021 82,1 93,6
août 2021 81,1 93,6
  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 3Évolution du nombre de logements commencés

  • Notes : données mensuelles brutes, en date réelle. Chaque point représente l'évolution du cumul des 12 derniers mois.
  • La ligne verticale rouge représente la fin du trimestre d'intérêt.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Une faible fréquentation dans les hôtels au 2ᵉ trimestre

Marquée notamment par le troisième confinement en avril, la fréquentation hôtelière reste faible pendant le 2ᵉ trimestre 2021 (figure 4). Le nombre de nuitées est divisé par deux en Normandie par rapport au 2ᵉ trimestre 2019, un recul un peu moins marqué qu’au niveau national (hors l’Île-de-France, - 61 %), l’absence de la clientèle étrangère impactant moins la région. Le mois de juillet marque une nette reprise de l’activité dans ce secteur : le déficit de nuitées diminue, il est de 14 % par rapport à juillet 2019 (- 20 % au niveau national).

Figure 4Évolution de la fréquentation dans les hôtels

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2011
Évolution de la fréquentation dans les hôtels (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2011)
Normandie France entière
4ᵉ trim. 2011 100,0 100,0
1ᵉ trim. 2012 100,6 100,4
2ᵉ trim. 2012 99,1 100,1
3ᵉ trim. 2012 99,1 99,8
4ᵉ trim. 2012 98,2 99,9
1ᵉ trim. 2013 97,7 99,8
2ᵉ trim. 2013 97,4 99,6
3ᵉ trim. 2013 97,6 99,6
4ᵉ trim. 2013 97,6 99,4
1ᵉ trim. 2014 97,4 98,9
2ᵉ trim. 2014 98,1 98,9
3ᵉ trim. 2014 99,1 98,9
4ᵉ trim. 2014 99,5 99,2
1ᵉ trim. 2015 99,5 99,5
2ᵉ trim. 2015 99,6 99,7
3ᵉ trim. 2015 98,2 100,2
4ᵉ trim. 2015 97,3 99,5
1ᵉ trim. 2016 97,9 99,9
2ᵉ trim. 2016 96,1 98,9
3ᵉ trim. 2016 96,7 97,7
4ᵉ trim. 2016 98,4 98,8
1ᵉ trim. 2017 98,8 99,3
2ᵉ trim. 2017 101,7 101,0
3ᵉ trim. 2017 102,0 102,7
4ᵉ trim. 2017 102,2 103,8
1ᵉ trim. 2018 102,4 104,7
2ᵉ trim. 2018 102,6 105,0
3ᵉ trim. 2018 104,5 105,6
4ᵉ trim. 2018 105,4 106,0
1ᵉ trim. 2019 106,6 105,8
2ᵉ trim. 2019 107,7 106,5
3ᵉ trim. 2019 107,6 106,6
4ᵉ trim. 2019 107,2 106,8
1ᵉ trim. 2020 103,3 86,0
2ᵉ trim. 2020 77,9 61,1
3ᵉ trim. 2020 72,4 49,6
4ᵉ trim. 2020 61,9 34,9
1ᵉ trim. 2021 56,6 42,4
2ᵉ trim. 2021 65,3 49,7
  • Notes : données trimestrielles brutes. Chaque point représente le cumul des 4 derniers trimestres en base 100 au 4ᵉ trimestre 2011.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4Évolution de la fréquentation dans les hôtels

  • Notes : données trimestrielles brutes. Chaque point représente le cumul des 4 derniers trimestres en base 100 au 4ᵉ trimestre 2011.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).
Avertissement sur le marché du travail

La situation des personnes sur le marché du travail a été fortement affectée depuis le début de la crise sanitaire (secteur d’activité à l’arrêt, contrainte de garde d’enfant par exemple). Pour être considéré comme chômeur, il faut être sans emploi, disponible pour travailler et avoir fait des démarches actives de recherche d’emploi.

L'introduction de la déclaration sociale nominative (DSN) peut entraîner des révisions accrues sur les données, durant la phase de montée en charge du dispositif.

L’emploi salarié normand dépasse légèrement son niveau d’avant-crise

Au 2ᵉ trimestre 2021, l’emploi salarié progresse de 0,9 % en Normandie (après + 0,5 % au précédent trimestre ; figure 5), soit légèrement moins qu’en moyenne nationale (+ 1,1 %). L’amélioration est nette dans le secteur privé (+ 1 %) et plus légère dans celui public (+ 0,4 %). Au final, l’emploi salarié dépasse son niveau d’avant-crise de 0,5 % en Normandie, à l’image de la tendance observée au plan national (+ 0,6 %).

Figure 5Évolution de l'emploi salarié

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Emploi salarié total - Normandie Emploi salarié total - France hors Mayotte Emploi salarié privé - Normandie Emploi salarié privé - France hors Mayotte
4ᵉ trim. 2010 100,0 100,0 100,0 100,0
1ᵉ trim. 2011 100,1 100,2 100,3 100,3
2ᵉ trim. 2011 100,0 100,3 100,2 100,4
3ᵉ trim. 2011 99,9 100,2 100,1 100,4
4ᵉ trim. 2011 100,0 100,3 100,2 100,4
1ᵉ trim. 2012 99,9 100,3 99,9 100,4
2ᵉ trim. 2012 99,7 100,3 99,6 100,3
3ᵉ trim. 2012 99,5 100,1 99,4 100,1
4ᵉ trim. 2012 99,2 100,0 98,9 99,9
1ᵉ trim. 2013 99,2 100,0 98,9 99,9
2ᵉ trim. 2013 98,8 99,9 98,3 99,7
3ᵉ trim. 2013 98,9 100,1 98,4 99,8
4ᵉ trim. 2013 98,8 100,4 98,2 99,9
1ᵉ trim. 2014 98,7 100,4 98,1 99,9
2ᵉ trim. 2014 98,9 100,4 98,2 99,9
3ᵉ trim. 2014 98,7 100,3 97,9 99,8
4ᵉ trim. 2014 98,6 100,4 97,7 99,8
1ᵉ trim. 2015 98,4 100,4 97,5 99,8
2ᵉ trim. 2015 98,4 100,6 97,3 100,0
3ᵉ trim. 2015 98,3 100,7 97,2 100,1
4ᵉ trim. 2015 98,3 100,9 97,3 100,3
1ᵉ trim. 2016 98,3 101,1 97,2 100,5
2ᵉ trim. 2016 98,2 101,3 97,2 100,8
3ᵉ trim. 2016 98,5 101,6 97,4 101,1
4ᵉ trim. 2016 98,5 101,7 97,4 101,3
1ᵉ trim. 2017 98,6 102,1 97,6 101,8
2ᵉ trim. 2017 98,8 102,4 97,8 102,2
3ᵉ trim. 2017 99,0 102,7 98,2 102,6
4ᵉ trim. 2017 99,2 103,1 98,5 103,2
1ᵉ trim. 2018 99,2 103,2 98,4 103,3
2ᵉ trim. 2018 99,1 103,3 98,5 103,5
3ᵉ trim. 2018 99,1 103,4 98,5 103,7
4ᵉ trim. 2018 99,4 103,7 98,8 104,1
1ᵉ trim. 2019 99,6 104,1 99,1 104,6
2ᵉ trim. 2019 99,6 104,3 99,0 104,8
3ᵉ trim. 2019 99,6 104,5 99,2 105,1
4ᵉ trim. 2019 100,0 104,9 99,6 105,5
1ᵉ trim. 2020 97,7 102,9 96,7 102,9
2ᵉ trim. 2020 97,2 102,0 96,4 102,1
3ᵉ trim. 2020 98,8 103,8 97,9 103,9
4ᵉ trim. 2020 99,1 103,7 98,2 103,8
1ᵉ trim. 2021 99,6 104,3 98,7 104,6
2ᵉ trim. 2021 100,5 105,5 99,7 106,0
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 5Évolution de l'emploi salarié

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Tous les secteurs d’activités sauf l’industrie retrouvent leur niveau d’emploi d’avant-crise

L’intérim normand a fortement fluctué en 2020 du fait de la crise sanitaire (figure 6). Ce trimestre, il progresse de 2,6 % (+ 2,4 % au niveau national) après un recul de 2,1 % au précédent trimestre. Au final, il reste inférieur de 3 % à son niveau d’avant-crise, comme au niveau national.

Hors intérim, l’emploi salarié progresse de 0,8 % au 2ᵉ trimestre, soit davantage qu’au précédent trimestre (+ 0,6 %). Le tertiaire marchand s’améliore particulièrement (+ 1,7 % après + 0,9 % au précédent trimestre ; figure 7), l’hôtellerie-restauration progressant de 10,7 % du fait de la réouverture des bars et des restaurants, après plusieurs mois de fermeture. Le commerce (+ 1,4 %) et les services aux ménages (+ 2,3 %) progressent toujours. La construction (+ 0,5 %) et le tertiaire non marchand (+ 0,3 %) croissent également, mais moins qu’au précédent trimestre. L’industrie reste stable, l’agroalimentaire continuant d’augmenter tandis que les matériels de transport fléchissent toujours. Ce trimestre, l’industrie est le seul secteur où l’emploi salarié hors intérim ne retrouve pas son niveau d’avant-crise, dans la région (- 1,7 %) comme au niveau national (- 1,5 %).

Figure 6Évolution de l'emploi intérimaire

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi intérimaire (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Normandie France hors Mayotte
4ᵉ trim. 2010 100,0 100,0
1ᵉ trim. 2011 101,9 101,1
2ᵉ trim. 2011 103,2 101,5
3ᵉ trim. 2011 100,0 100,1
4ᵉ trim. 2011 99,6 99,4
1ᵉ trim. 2012 93,2 95,0
2ᵉ trim. 2012 91,1 92,0
3ᵉ trim. 2012 86,8 88,0
4ᵉ trim. 2012 86,4 85,4
1ᵉ trim. 2013 88,6 88,2
2ᵉ trim. 2013 86,8 87,2
3ᵉ trim. 2013 91,1 89,8
4ᵉ trim. 2013 90,9 90,3
1ᵉ trim. 2014 90,0 89,3
2ᵉ trim. 2014 94,5 91,2
3ᵉ trim. 2014 92,4 88,9
4ᵉ trim. 2014 93,6 90,1
1ᵉ trim. 2015 93,5 89,7
2ᵉ trim. 2015 94,3 93,4
3ᵉ trim. 2015 96,7 97,0
4ᵉ trim. 2015 98,4 99,6
1ᵉ trim. 2016 98,6 99,3
2ᵉ trim. 2016 101,0 102,1
3ᵉ trim. 2016 106,1 105,5
4ᵉ trim. 2016 108,5 110,9
1ᵉ trim. 2017 110,3 115,4
2ᵉ trim. 2017 114,4 120,1
3ᵉ trim. 2017 116,6 124,4
4ᵉ trim. 2017 120,8 130,9
1ᵉ trim. 2018 120,1 129,6
2ᵉ trim. 2018 118,1 127,6
3ᵉ trim. 2018 118,8 127,8
4ᵉ trim. 2018 119,3 126,6
1ᵉ trim. 2019 120,6 127,5
2ᵉ trim. 2019 115,8 126,4
3ᵉ trim. 2019 115,1 126,6
4ᵉ trim. 2019 114,9 126,2
1ᵉ trim. 2020 67,5 75,3
2ᵉ trim. 2020 83,3 91,9
3ᵉ trim. 2020 104,8 113,6
4ᵉ trim. 2020 111,1 119,5
1ᵉ trim. 2021 108,7 119,7
2ᵉ trim. 2021 111,5 122,6
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 6Évolution de l'emploi intérimaire

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 7Évolution de l'emploi salarié par secteur - Normandie

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Évolution de l'emploi salarié par secteur - Normandie (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Construction Industrie Tertiaire marchand hors intérim Tertiaire non marchand
4ᵉ trim. 2010 100,0 100,0 100,0 100,0
1ᵉ trim. 2011 100,0 100,0 100,4 99,7
2ᵉ trim. 2011 99,2 99,8 100,2 99,7
3ᵉ trim. 2011 98,9 99,9 100,2 99,7
4ᵉ trim. 2011 99,1 99,7 100,6 99,6
1ᵉ trim. 2012 98,4 99,7 100,5 99,9
2ᵉ trim. 2012 98,1 99,3 100,3 100,2
3ᵉ trim. 2012 98,1 99,3 100,2 100,4
4ᵉ trim. 2012 96,9 98,7 99,8 100,3
1ᵉ trim. 2013 95,8 98,6 99,8 100,4
2ᵉ trim. 2013 95,0 97,9 99,3 100,3
3ᵉ trim. 2013 94,3 97,6 99,2 100,6
4ᵉ trim. 2013 93,3 97,5 99,0 100,7
1ᵉ trim. 2014 92,8 97,1 99,1 100,8
2ᵉ trim. 2014 91,9 96,8 99,3 100,9
3ᵉ trim. 2014 90,7 96,1 99,3 101,2
4ᵉ trim. 2014 89,9 95,9 99,1 101,3
1ᵉ trim. 2015 88,5 95,6 99,0 101,4
2ᵉ trim. 2015 87,5 95,3 98,9 101,5
3ᵉ trim. 2015 86,7 94,9 99,1 101,2
4ᵉ trim. 2015 86,1 94,7 99,2 101,2
1ᵉ trim. 2016 85,6 94,2 99,4 101,4
2ᵉ trim. 2016 85,4 93,9 99,3 101,3
3ᵉ trim. 2016 84,6 94,0 99,5 101,5
4ᵉ trim. 2016 84,3 93,8 99,4 101,4
1ᵉ trim. 2017 84,4 93,7 99,5 101,3
2ᵉ trim. 2017 84,4 93,8 99,8 101,3
3ᵉ trim. 2017 84,2 94,4 100,0 101,2
4ᵉ trim. 2017 84,7 94,7 100,1 100,8
1ᵉ trim. 2018 84,6 94,6 100,2 100,9
2ᵉ trim. 2018 85,1 94,8 100,4 100,4
3ᵉ trim. 2018 85,5 94,6 100,6 100,1
4ᵉ trim. 2018 86,2 94,8 100,9 100,2
1ᵉ trim. 2019 86,9 95,0 101,2 100,1
2ᵉ trim. 2019 87,0 95,1 101,4 100,1
3ᵉ trim. 2019 87,6 95,3 101,6 99,6
4ᵉ trim. 2019 87,8 95,3 102,4 99,9
1ᵉ trim. 2020 87,5 94,9 101,1 99,4
2ᵉ trim. 2020 87,2 94,2 99,4 98,6
3ᵉ trim. 2020 88,2 93,8 100,5 100,3
4ᵉ trim. 2020 88,7 93,6 100,3 100,6
1ᵉ trim. 2021 90,0 93,7 101,2 101,1
2ᵉ trim. 2021 90,4 93,7 102,9 101,4
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 7Évolution de l'emploi salarié par secteur - Normandie

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Forte reprise du tertiaire marchand dans tous les départements

Ce trimestre, l’emploi salarié progresse légèrement dans tous les départements de la région : de 1,0 % dans la Manche et le Calvados, 0,8 % dans l’Eure et la Seine-Maritime et 0,6 % dans l’Orne (figure 8). Le tertiaire marchand hors intérim augmente dans tous les départements, notamment dans le Calvados (+ 2,0 %). L’intérim diminue dans l’Orne (- 2,2 %) mais progresse dans les autres départements, particulièrement dans la Manche (+ 5,1 %) et la Seine-Maritime (+ 4,0 %). L’emploi salarié dépasse son niveau d’avant-crise dans tous les départements, sauf le Calvados (- 0,2 %).

Figure 8Évolution de l'emploi salarié total par département

en % par rapport au trimestre précédent
Évolution de l'emploi salarié total par département (en % par rapport au trimestre précédent)
2021T1 2021T2
Calvados 0,3 1,0
Eure 1,1 0,8
Manche 0,8 1,1
Orne 0,5 0,6
Seine-Maritime 0,3 0,8
  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Figure 8Évolution de l'emploi salarié total par département

  • Notes : données CVS, en fin de trimestre. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié total.
  • Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Le taux de chômage reste stable à un niveau légèrement inférieur à celui d’avant la crise

Pour le deuxième trimestre consécutif, le taux de chômage est stable en Normandie comme en France métropolitaine, respectivement à 7,7 % et 7,8 % (figure 9). Tous les départements normands bénéficient d’une quasi-stabilité avec des variations par rapport au trimestre précédent comprises entre - 0,1 % et + 0,1 %. Après avoir fortement fluctué en 2020, le taux de chômage régional se situe même à un niveau légèrement inférieur à celui d’avant-crise, fin 2019 (- 0,3 point) alors qu’il est presque identique sur l’ensemble du territoire métropolitain (- 0,1 point). S’il recule dans tous les départements normands par rapport à fin 2019, c’est en Seine-Maritime que la baisse est la plus forte (- 0,4 point).

Figure 9Taux de chômage

en %
Taux de chômage (en %)
Normandie France hors Mayotte
4ᵉ trim. 2010 9,2 9,2
1ᵉ trim. 2011 9,3 9,2
2ᵉ trim. 2011 9,2 9,1
3ᵉ trim. 2011 9,3 9,2
4ᵉ trim. 2011 9,4 9,3
1ᵉ trim. 2012 9,6 9,5
2ᵉ trim. 2012 9,7 9,7
3ᵉ trim. 2012 9,9 9,8
4ᵉ trim. 2012 10,3 10,2
1ᵉ trim. 2013 10,4 10,3
2ᵉ trim. 2013 10,5 10,5
3ᵉ trim. 2013 10,3 10,3
4ᵉ trim. 2013 10,2 10,1
1ᵉ trim. 2014 10,2 10,1
2ᵉ trim. 2014 10,2 10,2
3ᵉ trim. 2014 10,3 10,3
4ᵉ trim. 2014 10,3 10,5
1ᵉ trim. 2015 10,2 10,3
2ᵉ trim. 2015 10,5 10,5
3ᵉ trim. 2015 10,4 10,4
4ᵉ trim. 2015 10,2 10,2
1ᵉ trim. 2016 10,3 10,2
2ᵉ trim. 2016 10,1 10,0
3ᵉ trim. 2016 10,0 9,9
4ᵉ trim. 2016 10,0 10,0
1ᵉ trim. 2017 9,6 9,6
2ᵉ trim. 2017 9,5 9,5
3ᵉ trim. 2017 9,6 9,5
4ᵉ trim. 2017 9,0 9,0
1ᵉ trim. 2018 9,2 9,3
2ᵉ trim. 2018 9,1 9,1
3ᵉ trim. 2018 9,0 9,0
4ᵉ trim. 2018 8,6 8,7
1ᵉ trim. 2019 8,6 8,7
2ᵉ trim. 2019 8,3 8,4
3ᵉ trim. 2019 8,3 8,5
4ᵉ trim. 2019 8,0 8,1
1ᵉ trim. 2020 7,8 7,8
2ᵉ trim. 2020 7,4 7,2
3ᵉ trim. 2020 9,0 9,1
4ᵉ trim. 2020 7,7 8,0
1ᵉ trim. 2021 7,7 8,1
2ᵉ trim. 2021 7,7 8,0
  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, Enquête Emploi et Taux de chômage localisé.

Figure 9Taux de chômage

  • Notes : données trimestrielles CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, Enquête Emploi et Taux de chômage localisé.

Le nombre de demandeurs d’emploi encore en baisse

Depuis la forte hausse du 2ᵉ trimestre 2020 (+ 6 %), le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C (tenus de rechercher un emploi) ne cesse de reculer en Normandie (- 0,8 % au 2ᵉ trimestre), et davantage qu’au niveau national (- 0,5 %). Sur un an, leur nombre baisse de 4 % dans la région. Au 2ᵉ trimestre, le nombre des demandeurs d’emploi de moins de 25 ans diminue plus fortement qu’au trimestre précédent (- 2,1 % après - 1,2 %). Celui des personnes inscrites à Pôle emploi depuis plus d’un an recule également (- 1,5 %) après quatre trimestres de hausse. La baisse est plus importante pour les inscrits en catégorie A, c’est-à-dire sans activité (- 1,5 %), que pour ceux des catégories B et C, en activité réduite (- 0,8 %). Sur un an, la plus forte diminution concerne d’ailleurs les personnes inscrites en catégorie A (- 19 %).

Le nombre de demandeurs d’emploi baisse ce trimestre dans tous les départements normands, plus fortement dans la Manche (- 1,2 %). Sur un an, tous les départements normands connaissent une décrue du nombre de demandeurs d’emploi, en particulier la Manche (- 7,5 %) et le Calvados (- 5,0 %). C’est dans ce dernier département que la baisse des demandeurs d’emploi de moins de 25 ans est la plus forte ce trimestre (- 4,5 %). Le nombre d’inscrits de catégorie A diminue ce trimestre dans tous les départements normands (de - 0,1 % à - 1,7 %) comme celui des personnes inscrites depuis plus d’un an (de - 1,2 % à - 1,7 %). Sur un an, le nombre d’inscrits en catégorie A recule de près de 20 % dans tous les départements normands.

Les créations d’entreprises repartent à la hausse

Au 2ᵉ trimestre 2021, les créations d’entreprises augmentent en Normandie (+ 5,4 %) après deux trimestres de stagnation (figure 10), tandis qu’elles sont en baisse au niveau national (- 1,3 %). Elles progressent de 22 % dans le secteur des services et de 9 % dans la construction mais diminuent de 14 % dans le secteur regroupant le commerce, les transports, l’hébergement et la restauration et de 9 % dans l’industrie.

Sur un an, les créations d’entreprises augmentent de 61 % en Normandie, plus qu’en moyenne nationale (+ 54 %). Tous les secteurs progressent de plus de 60 % ; celui de l’industrie est également dynamique (+ 30 %).

Figure 10Créations d'entreprises

indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010
Créations d'entreprises (indice base 100 au 4ᵉ trimestre 2010)
Normandie hors micro-entrepreneurs France entière hors micro-entrepreneurs Normandie y compris micro-entrepreneurs France entière y compris micro-entrepreneurs
4ᵉ trim. 2010 100,0 100,0 100,0 100,0
1ᵉ trim. 2011 101,8 98,9 91,8 91,9
2ᵉ trim. 2011 102,6 98,7 91,2 92,4
3ᵉ trim. 2011 100,6 99,6 92,9 92,9
4ᵉ trim. 2011 105,4 99,2 93,7 93,3
1ᵉ trim. 2012 95,3 95,4 92,1 94,6
2ᵉ trim. 2012 90,6 92,3 92,0 93,5
3ᵉ trim. 2012 92,1 92,6 91,7 93,4
4ᵉ trim. 2012 94,3 92,6 90,1 90,5
1ᵉ trim. 2013 105,9 100,1 85,5 90,9
2ᵉ trim. 2013 109,4 101,7 89,9 91,6
3ᵉ trim. 2013 110,9 101,9 88,9 90,4
4ᵉ trim. 2013 108,2 103,4 89,6 92,3
1ᵉ trim. 2014 111,6 103,3 89,8 92,6
2ᵉ trim. 2014 114,7 104,4 91,9 92,8
3ᵉ trim. 2014 113,8 103,1 95,3 94,5
4ᵉ trim. 2014 110,4 102,2 92,5 93,8
1ᵉ trim. 2015 97,2 93,6 84,3 88,0
2ᵉ trim. 2015 93,7 94,3 83,2 88,5
3ᵉ trim. 2015 98,7 97,4 83,6 89,2
4ᵉ trim. 2015 91,1 97,6 79,9 90,0
1ᵉ trim. 2016 97,5 102,1 85,4 92,3
2ᵉ trim. 2016 98,5 103,6 86,7 95,2
3ᵉ trim. 2016 99,7 102,5 86,6 93,5
4ᵉ trim. 2016 106,1 104,1 86,0 92,6
1ᵉ trim. 2017 100,9 104,5 88,2 95,2
2ᵉ trim. 2017 99,2 104,8 85,6 96,2
3ᵉ trim. 2017 103,8 107,0 90,4 101,5
4ᵉ trim. 2017 113,3 111,5 96,5 108,0
1ᵉ trim. 2018 111,9 111,8 100,3 112,1
2ᵉ trim. 2018 113,5 113,4 105,9 116,9
3ᵉ trim. 2018 109,7 111,6 108,5 117,6
4ᵉ trim. 2018 111,9 112,7 113,1 121,9
1ᵉ trim. 2019 114,7 121,5 123,6 133,9
2ᵉ trim. 2019 118,9 120,1 124,6 134,6
3ᵉ trim. 2019 116,8 120,8 127,8 138,8
4ᵉ trim. 2019 117,8 121,8 138,5 146,7
1ᵉ trim. 2020 117,9 115,3 124,0 130,0
2ᵉ trim. 2020 87,4 84,6 104,3 110,1
3ᵉ trim. 2020 135,5 131,5 158,3 167,4
4ᵉ trim. 2020 131,9 131,6 158,6 169,1
1ᵉ trim. 2021 133,8 135,3 159,5 172,0
2ᵉ trim. 2021 145,8 140,4 168,2 169,9
  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 10Créations d'entreprises

  • Note : données trimestrielles corrigées des variations saisonnières (CVS).
  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Au 2ᵉ trimestre 2021, le nombre de défaillances d’entreprises cumulé sur 12 mois continue de diminuer en Normandie (- 5 %) alors qu’il augmente en France (+ 3 %). La baisse concerne tous les départements normands (entre - 13 % en Seine-Maritime et - 1 % dans l’Orne) sauf la Manche (+ 5 %). Tous les secteurs sont concernés par la baisse sauf le commerce et les activités financières et d’assurance. Elles stagnent pour les activités immobilières.

Encadré 1 - Contexte international - Au printemps 2021, l’activité économique s’est redressée dans les pays occidentaux

Au deuxième trimestre 2021, l’activité économique a progressé dans les principales économies occidentales. Cette croissance a principalement été portée par la consommation des ménages, stimulée par l’allègement des restrictions sanitaires, ainsi que par les soutiens budgétaires, notamment aux États-Unis. La reprise se poursuivrait au second semestre, malgré des tensions inflationnistes et des perturbations dans certaines chaînes d’approvisionnement mondiales. En Chine, l’activité a nettement progressé au premier semestre 2021, mais s’essoufflerait d’ici la fin de l’année.

Encadré 2 - Contexte national - En France, l’activité a rebondi au deuxième trimestre 2021, à la faveur de la levée des restrictions sanitaires

Après une stabilité au premier trimestre, le PIB français a progressé au deuxième trimestre 2021 (+ 1,1 %), l’activité ayant rebondi en mai et en juin après le confinement d’avril. Ce rebond a été notamment tiré par celui de la consommation, avec l’allègement progressif des restrictions sanitaires, mais aussi par l’investissement, qui a dépassé son niveau d’avant-crise. L’emploi salarié, de son côté, a progressé fortement, dépassant fin juin son niveau de la fin 2019. Dans le même temps, l’inflation a nettement augmenté et les entreprises sont nombreuses à se déclarer contraintes par des difficultés d’approvisionnement. Malgré ce contexte, la reprise se poursuivrait au second semestre, l’activité rejoignant à la fin de l’année son niveau d’avant-crise. Au total, le PIB augmenterait de 6 ¼ % en 2021, après sa chute de 8,0 % en 2020.

Publication rédigée par : Laura Le Mains, Bruno Mura, Étienne Silvestre (Insee)

Pour en savoir plus

Le Mains L., Mura B., Silvestre É., « L’emploi salarié continue de se redresser au 1ᵉʳ trimestre 2021 en Normandie », Insee Conjoncture Normandie n°28, juillet 2021.

« Après l’épreuve, une reprise rapide mais déjà sous tensions », Insee Conjoncture, octobre 2021.

Des indicateurs conjoncturels régionaux sont disponibles dans le Tableau de bord conjoncturel sur insee.fr.