Insee
Insee Focus · Septembre 2021 · n° 250
Insee FocusLa fréquentation hôtelière augmente au 2ᵉ trimestre 2021,mais reste largement inférieure à son niveau d’avant-crise

Odile Dangerfield, Alice Mainguené (Insee)

Au 2e trimestre 2021, avec l'assouplissement des mesures sanitaires, le taux d'ouverture des hôtels et le taux d'occupation des chambres offertes progressent en France métropolitaine, mais sans retrouver leur niveau d’avant la crise sanitaire.

La fréquentation hôtelière du 2e trimestre 2021 est à 39 % de son niveau d’avant-crise. Ce recul est toujours plus marqué en Île-de-France que dans les autres espaces touristiques.

Insee Focus
No 250
Paru le : Paru le 21/09/2021

Huit hôtels sur dix sont ouverts au 2e trimestre

Au 2e trimestre 2021, avec l'assouplissement des mesures sanitaires, 79 % des hôtels sont ouverts en France métropolitaine. Ce taux d’ouverture est nettement supérieur à celui du 2e trimestre 2020, couvrant une période de confinement, mais inférieur à celui du 2e trimestre 2019 (95 %) (figure 1). La réouverture des hôtels progresse toutefois continûment tout au long du trimestre. En juin 2021, 90 % des hôtels sont ainsi ouverts, retrouvant presque le taux d'ouverture d'avant-crise.

Le taux d’occupation des chambres des hôtels ouverts est inférieur de 30 points à celui du 2e trimestre 2019 (35 % contre 65 %). Bien que faible, le taux d’occupation des hôtels progresse tout au long du trimestre, passant de 25 % en avril à 46 % en juin 2021.

Figure 1 – Taux d’ouverture des hôtels et taux d’occupation des chambres par trimestre

en %
Figure 1 – Taux d’ouverture des hôtels et taux d’occupation des chambres par trimestre (en %) - Lecture : au 2e trimestre 2021, 79 % des hôtels sont ouverts et 35 % des chambres sont occupées.
Taux d’ouverture des hôtels Taux d’occupation des chambres
2019 1er trimestre 85 54
2e trimestre 95 65
3e trimestre 97 71
4e trimestre 87 58
2020 1er trimestre 87 44
2e trimestre 46 23
3e trimestre 88 49
4e trimestre 69 30
2021 1er trimestre 61 32
2e trimestre 79 35
  • Note : données provisoires au 2e trimestre 2021.
  • Lecture : au 2e trimestre 2021, 79 % des hôtels sont ouverts et 35 % des chambres sont occupées.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Figure 1 – Taux d’ouverture des hôtels et taux d’occupation des chambres par trimestre

  • Note : données provisoires au 2e trimestre 2021.
  • Lecture : au 2e trimestre 2021, 79 % des hôtels sont ouverts et 35 % des chambres sont occupées.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

La fréquentation hôtelière à 39 % de son niveau d'avant-crise

Du fait de l’ouverture des hôtels et de l’amélioration des taux d’occupation de leurs chambres par rapport à 2020, la fréquentation hôtelière augmente tout au long du 2e trimestre (figure 2). Pour autant, elle est à 39 % de son niveau d'avant-crise. Au total, il y a eu 22,6 millions de nuitées touristiques au 2e trimestre 2021, contre 58,2 millions à la même période en 2019.

Figure 2 – Nombre de nuitées hôtelières

en millions                                                            
Figure 2 – Nombre de nuitées hôtelières (en millions                                                            ) - Lecture : en juin 2021, le nombre de nuitées passées dans les hôtels en France métropolitaine est de 11,5 millions.
2019 2020 2021
Janvier 12,5 13,1 4,6
Février 13,2 14,0 5,0
Mars 15,7 7,0 5,3
Avril 18,2 0,7 3,7
Mai 18,4 1,5 7,5
Juin 21,7 5,9 11,5
Juillet 23,4 14,8
Août 24,8 18,7
Septembre 20,5 11,7
Octobre 18,0 9,1
Novembre 14,2 3,4
Décembre 14,2 4,3
  • Note : données provisoires en juin 2021.
  • Lecture : en juin 2021, le nombre de nuitées passées dans les hôtels en France métropolitaine est de 11,5 millions.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Figure 2 – Nombre de nuitées hôtelières

  • Note : données provisoires en juin 2021.
  • Lecture : en juin 2021, le nombre de nuitées passées dans les hôtels en France métropolitaine est de 11,5 millions.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

La fréquentation hôtelière en Île-de-France au quart de son niveau d’avant-crise

Par rapport au 2e trimestre 2019, la fréquentation diminue de 77 % en Île-de-France (figure 3), et est à 23 % de son niveau d’avant-crise. Cette baisse en Île-de-France représente 42 % de la baisse nationale. Depuis le début de la crise, la faiblesse du tourisme international pèse lourdement en Île-de-France, accueillant habituellement la moitié des touristes étrangers séjournant en France. En outre, l’absence de nombreux événements propices au tourisme d’affaires (séminaires, congrès, etc.) pénalise également fortement l’Île-de-France.

Les autres espaces touristiques sont tous touchés, mais dans une moindre ampleur, avec des baisses variant entre 50 % et 58 %.

Figure 3 – Nombre de nuitées hôtelières selon les espaces touristiques

Figure 3 – Nombre de nuitées hôtelières selon les espaces touristiques - Lecture : au 2e trimestre 2021, en Île-de-France, les nuitées hôtelières baissent de 77,1 % par rapport au même trimestre en 2019.
T2 2019 T2 2020 T2 2021 Évolution T2 2021 / T2 2019
(en milliers) (en %)
France métropolitaine 58 211 8 018 22 630 – 61,1
Île-de-France 19 154 1 518 4 386 – 77,1
Littoral 10 799 1 583 5 400 – 50,0
Massifs de ski 1 296 211 545 – 58,0
Urbain de province* 21 411 3 556 9 587 – 55,2
Autres espaces* 5 551 1 150 2 713 – 51,1
  • * Hors zones littorales ou massifs montagneux (une zone urbaine sur le littoral est classée en littoral et non dans l’espace urbain).
  • Note : données provisoires au 2e trimestre 2021.
  • Lecture : au 2e trimestre 2021, en Île-de-France, les nuitées hôtelières baissent de 77,1 % par rapport au même trimestre en 2019.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Figure 3 – Évolution des nuitées hôtelières entre le 2e trimestre 2019 et le 2e trimestre 2021, selon les espaces touristiques

  • * Hors zones littorales ou massifs montagneux (une zone urbaine sur le littoral est classée en littoral et non dans l’espace urbain).
  • Note : données provisoires au 2e trimestre 2021.
  • Lecture : au 2e trimestre 2021, en Île-de-France, les nuitées hôtelières baissent de 77,1 % par rapport au même trimestre en 2019.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Les dépenses par carte bancaire CB des résidents dans l’hôtellerie également loin de leur niveau de 2019

La diminution de fréquentation hôtelière entre 2019 et 2021 se traduit par une baisse un peu moins forte des dépenses par carte bancaire CB des résidents dans le secteur de l’hôtellerie. Au 2e trimestre 2021, ces dépenses des résidents en carte CB dans ce secteur ont diminué de 39 % par rapport au 2e trimestre 2019.

Publication rédigée par : Odile Dangerfield, Alice Mainguené (Insee)

Sources

L’enquête mensuelle de fréquentation touristique, habituellement conduite par l’Insee, a été suspendue à deux reprises en raison de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Une première fois en avril, mai et juin 2020, puis une seconde fois de novembre 2020 à avril 2021.

Pendant ces périodes de suspension, les enquêtes de fréquentation touristique ont été réalisées en mode allégé. Dans ce cadre, seules les informations portant sur la capacité d’accueil et sur le nombre total de nuitées dans les hôtels ont été collectées. Les questions sur le pays de provenance de la clientèle (résidente ou non résidente) et le motif de séjour (de loisir ou professionnel) n'étaient plus posées. L’alternance d’enquêtes normales et d’enquêtes allégées a, de fait, généré des ruptures de séries dans les données habituellement collectées et diffusées.

Les données de transactions par carte bancaire CB couvrent l’essentiel des transactions par cartes bancaires des résidents en France. Elles comportent trois limites dans leur interprétation : la date de transaction CB peut être anticipée par rapport à la date réelle de la nuit passée en hôtel, les hausses de transactions peuvent traduire de plus grands recours aux cartes bancaires CB et elles ne couvrent pas, par définition, les dépenses des touristes étrangers séjournant en France. Elles apportent néanmoins un éclairage complémentaire à celui de l’enquête mensuelle de fréquentation touristique.

Définitions


Le taux d’ouverture est le rapport entre le nombre d’établissements déclarés ouverts un mois donné et le nombre d’établissements enquêtés le même mois. Un établissement est considéré ouvert dès lors qu'il ouvre au moins un jour par mois.


Le taux d’occupation est le rapport du nombre de chambres (ou d’emplacements, ou d’unités d’hébergements) occupées au nombre de chambres (ou d’emplacements, ou d’unités d’hébergements) effectivement offertes sur une période donnée, c’est-à-dire en excluant les fermetures, qu’elles soient régulières et saisonnières ou exceptionnelles, comme dans le cas de la crise sanitaire.


La fréquentation en nuitées correspond au nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement touristique. Un couple séjournant trois nuits dans un établissement compte pour six nuitées, de même que six personnes n’y séjournant qu’une nuit.


Les résidents sont les personnes, quelle que soit leur nationalité, qui ont leur domicile principal en France. Les non-résidents sont les personnes, quelle que soit leur nationalité, qui ont leur domicile principal à l’étranger.

Pour en savoir plus

Dangerfield O., Mainguené A., « Au 1er trimestre 2021, la fréquentation hôtelière se situe au tiers de son niveau habituel », Insee Focus n° 242, juillet 2021.

Dangerfield O., Mainguené A., « Bilan touristique 2020 – Chute de fréquentation en 2020, rebond à l’été notamment dans les campings », Insee Focus n° 235, mai 2021.